L’école du prieuré

Novembre est celtique avec Cryssilda
Bangor dans le pays de Galles, pour le fief du duc de Holdernesse, personnage du roman et
Edimbourg en Ecosse, pour le lieu de naissance de l’auteur

Challenge polars et thrillers de Sharon

 

L’école du prieuré
Le retour de Sherlock Holmes
Arthur Conan Doyle


Le Dr Thorneyeroft Huxtable fait une entrée fracassante dans le salon de Sherlock Holmes, et John Watson décrit son arrivée comme l’une des plus surprenantes car le très honorable fondateur et directeur de la prestigieuse école préparatoire Le Prieuré à Mackleton dans le Gloucestershire, s’écroule sur le parquet avant d’avoir dit un mot.
Après avoir été réanimé, il confie sous le sceau du secret que l’un de ses élèves, lord Saltire, le jeune fils du duc de Holdernesse, a été enlevé et que depuis trois jours, la police se fourvoie sur des fausses pistes. L’affaire ne devant pas s’ébruiter pour éviter un scandale, il demande au détective de le suivre sans perdre de temps afin de retrouver au plus vite l’enfant âgé de dix ans, fils unique et héritier de l’immense fortune du duc, un ancien premier ministre. De plus, le professeur d’allemand, Mr. Heidegger a disparu lui aussi.
Sur les lieux du rapt à l’école du Prieuré, Sherlock Holmes collecte toutes les informations et regroupe tous les indices. Lord Saltire serait parti par la fenêtre de sa chambre après avoir reçu une lettre aux armoiries de son père, et Mr. Heidegger l’aurait suivi. Le pourquoi et le comment de l’affaire séduisent Holmes qui, assisté de son fidèle complice, va parcourir les landes des alentours pour révéler ce sombre mystère. Mais la découverte du cadavre de Mr. Heidegger va donner à l’enquête une tournure bien dramatique.

Cette nouvelle est la cinquième histoire issue du recueil « Le retour de Sherlock Holmes ». Avec elle, nous pénétrons dans l’intimité d’une grande école, nous suivons Holmes dans une campagne assez lugubre, entre marais et terres labourées épaisses, collantes, et nous côtoyons une aristocratie hautaine, méprisante, qui ne veut pas voir à la une des journaux ses affaires étalées. John Watson relate les faits et égratigne le duc qui dès le début, oriente les enquêteurs sur une mauvaise piste.
« Visiblement, Holmes aurait aimé poser d’autres questions. Mais l’attitude cassante de l’aristocrate montrait que pour celui-ci l’entretien était terminé. Évidemment son tempérament de caste lui rendait insupportable une discussion d’affaires intimes avec un inconnu, et il redoutait qu’une question nouvelle projetât une certaine lumière sur les chapitres soigneusement camouflés de son histoire ducale. »

Le dénouement de l’intrigue place cette histoire dans les meilleures de l’auteur ; pas pour le scénario mais plus pour le rapport de force entre deux personnalités très affirmées. Quelques passages sont à souligner car ils donnent à Holmes du panache et une noblesse bien plus grande que celle du duc !
« – Vous êtes venus voir Sa Grâce ? Je suis désolé. Mais la vérité m’oblige à dire que le duc ne va pas bien. Ces tragiques évènements l’ont un peu bouleversé. Nous avons reçu hier après-midi un télégramme du docteur Huxtable nous faisant part de votre découverte.
– Il faut que je voie le duc, monsieur Wilder !
– Mais il est dans sa chambre.
– Alors je le verrai dans sa chambre !
– Je crois qu’il est couché.
– Alors je le verrai dans son lit !
L’attitude glaciale et inexorable de Holmes montra au secrétaire qu’il était inutile de discuter plus longtemps. »
(…)
« – Maintenant, monsieur Holmes, qu’avez-vous à me dire ?
– Le fait est, Votre Grâce, que mon collègue le docteur Watson et moi-même nous avons reçu l’assurance du docteur Huxtable qu’une récompense était promise. J’aimerais entendre de votre bouche me le confirmer.
– C’est exact, monsieur Holmes.
– Si je suis bien renseigné, cette récompense se montait à cinq mille livres et elle devait être attribuée à celui qui vous indiquerait l’endroit où se trouve votre fils ?
– En effet.
– Et mille autre livres à celui qui vous donnerait le nom de la personne ou des personnes qui le détiennent sous leur garde ?
– Oui.
– Sous cette dernière dénomination sont incluses, sans doute, non seulement les personnes qui ont pu enlever l’enfant, mais aussi celles qui agissent de concert pour le maintenir dans sa condition actuelle ?
– Oui, oui ! s’écria impatiemment le duc. Si vous faites bien votre travail, monsieur Sherlock Holmes, vous n’aurez pas affaire à un ladre.
Mon ami frotta l’une contre l’autre ses mains maigres dans un geste dont l’avidité me surprit.
– Je crois que j’aperçois le carnet de chèques de Votre Grâce sur son bureau. Je voudrais bien que vous m’établissiez un chèque de six mille livres, que vous barrerez. La Capital & Counties Bank, succursale d’Oxford Street, m’a ouvert un compte.
Sa Grâce se dressa sur son séant et dévisagea mon ami d’un regard froid.
– Est-ce une plaisanterie, monsieur Holmes ? Le sujet n’en autorise guère !
– Pas du tout, Votre Grâce. Je n’ai jamais été plus sérieux dans ma vie.
– Que voulez-vous dire alors ?
– Que j’ai gagné la récompense. Que je sais où est votre fils. Que je connais, au moins certains de ceux qui le gardent.
La barbe du duc, par contraste avec son teint blafard, semblait avoir viré décisivement du roux au rouge. (…)
– Et maintenant, Votre Grâce, permettez-moi de vous importuner pour ce chèque ! »

 


Photos extraites de la série Sherlock Holmes avec Jeremy Brett
Vous trouverez un billet de l’épisode chez Belette