Sanditon

angleterre élizabéthaine collage dreams sur fb


Le mois anglais  avec Titine, Lou, Cryssilda – 11ème billet


.

.
sandit11Sanditon
Jane Austen
et Juliette Shapiro
.

Sanditon, un village en plein essor sur la côte du Sussex, a besoin d’un médecin-chirurgien. Alors qu’ils cheminent sur la route en direction d’une petite ville pour en dégoter un et l’embaucher, Mr et Mrs. Parker ont un accident de carrosse. Il en résulte une cheville foulée pour Monsieur. Secourus par Mr Heywood, un propriétaire terrien témoin de la scène, ils sont obligés d’accepter pour quelques jours une invitation à résider dans sa demeure.
Enjoué, chaleureux et bavard, Mr Parker est intarissable sur Sanditon. Il voudrait que tout le monde connaisse et apprécie les charmes de ce petit coin qui se transforme en une station balnéaire suivant les ambitions de quelques notables…
Lorsque l’état de sa cheville leur permet de quitter la famille Heywood, Mr Parker propose alors à ses hôtes de prendre avec eux leur fille aînée de vingt-deux ans, Charlotte, pour lui faire découvrir Sanditon.
Charlotte voit en cette aubaine, l’occasion de découvrir une région et de rencontrer de nouvelles personnes. Durant le voyage, Mr Parker s’empresse de décrire un paysage superbe agrémenté de falaises, de plages, un village avec de belles boutiques, et les gens qu’ils croiseront. La plus « importante » de leur petite communauté est Lady Denham, une veuve fortunée de soixante-dix ans qui vit avec sa dame de compagnie, une jeune cousine désargentée.
Sanditon… un cadre enchanteur ! De nouvelles maisons plus pimpantes, plus modernes, grignotent le bord de mer, comme ces nouvelles cabines de bains. Et si la nostalgie pousse parfois à regretter l’ancienne vie, on peut compter sur Mr Parker pour enrailler ce sentiment et s’enthousiasmer avec lui du nouvel environnement.

Promenades vivifiantes, bienfaits des bains, visites courtoises, Charlotte s’amuse de ce quotidien et des gens qu’elle approche. Il faut dire qu’ils ont tous des personnalités bien affirmées, certaines franches, sans fard, comme Sidney Parker (frère de Mr Parker), et d’autres plus finaudes comme Sir Edward Denham (neveu de Lady Denham) qui s’essaie à séduire toutes les femmes avec ses emphases pédantes.
Le séjour n’a rien d’ennuyeux et présage de belles et étonnantes surprises…

.
Jane Austen a commencé ce roman en janvier 1817 et n’a pas pu le terminer car malade, elle est décédée quelques mois plus tard. Le livre a donc été repris et terminé par d’autres auteurs…

La version que j’ai lue ne m’a pas trop séduite et je regrette. Y-a-t-il une grande différence avec les autres ?
J’ai aimé le début, l’esprit de l’histoire, l’entrain jovial et exalté des gens de Sanditon, j’ai retrouvé les sujets chers à Jane Austen, des similitudes avec des personnages de ses autres romans, la société du XIXème siècle qu’elle épingle avec une gentille ironie, le paysage balnéaire, les intrigues amoureuses avec ses quiproquos, une palette de sentiments comme la vénalité, l’avarice, la bêtise, la naïveté, la droiture, la sincérité… et je n’ai pas aimé la dernière partie du livre. Je ne sais exactement où la césure s’est faite, mais je peux comparer ma lecture à un soufflé. L’attention monte, monte, pour redescendre.
J’imagine que si Jane Austen l’avait repris et terminé, elle l’aurait façonné avec plus de vivacité et de détails, et je n’aurais vu aucune caricature à son oeuvre. Je ne demandais pas à retrouver l’ambiance de Bath comme elle l’a décrite dans « Northanger Abbey », car Sanditon n’a pas la même envergure, la ville se construit et elle a un charme bien à elle, mais j’aurais aimé plus de subtilité dans les portraits des personnages et dans les romances… Pourtant… Pourtant, tout était réuni et je suis encore à me demander pourquoi je n’ai pas été au rendez-vous…
Malgré ces bémols, ressentis très personnels, l’histoire est intéressante et fait sourire. Ce Mr Parker est tonique et c’est un plaisir de le voir stimuler l’économie de Sanditon. On peut dire de lui que c’est une bonne personne. Le reste de sa famille est également plaisante à lire. Il a deux sœurs, Diana, Susan,  et un frère, Arthur, hypocondriaques, de quoi ravir le lecteur, et un  autre frère, Edward, qui est décrit comme un très bel homme, intelligent et fort sympathique. Je ne parlerai pas de Mrs Parker qui est presque inexistante… En ce qui concerne les autres personnages, Lady Denham est bien au devant de la scène. Riche, elle est la pingrerie personnifiée et fine mouche, car elle ne se laisse pas enjôler facilement. Son neveu Edward est un barbant de la pire espèce et sa petite cousine Clara qui lui sert de dame de compagnie est une petite souris un peu trop candide et pas très sincère. Bien d’autres seconds rôles ont une belle part et interviennent pour divertir le lecteur, et… il y a Charlotte. Charlotte représente un peu toutes les héroïnes de Jane Austen. Elle est intelligente, parfois légèrement moqueuse et a cette posture distante qu’Elizabeth Bennet (Orgueil et préjugés) prend lorsqu’elle analyse son entourage. Elle va jusqu’à ressembler à Emma Woodhouse (Emma) quand elle se méprend sur les idylles amoureuses… C’est peut-être sur elle que ma déception se tourne car je la voulais moins effacée, moins spectatrice de l’histoire.

On est exigeant qu’avec ceux qu’on aime… Plus tard, je lirai le « Sanditon » écrit par Jane et Mary Dobbs ; je voudrais comprendre et voir si on décèle plus les nuances ou si la fusion est complète…

.
D’autres billets chez Mind, Alice,

.

fr008641-01« A calm » de James Gillray

.

.

.

 

 

Chéri

logochallengeamoureux_4logo Classique-final-3logo-100-livres-chez-bianca« Un classique par mois » de Stéphie
« Les 1000 livres à avoir lu » de Bianca
« Amoureux » de L’Irrégulière

.

.

chériChéri
Colette

.

Elle est « Nounoune », il est « Chéri ».
Léonie Vallon appelée Léa de Lonval fut une reine dans l’aristocratie des courtisanes. A l’approche de la cinquantaine, fière de son parcours et toujours aussi désirable, elle s’accorde une passade avec le fils d’une de ses amies, Fred Peloux, alors âgé de dix-neuf ans. L’enfant qu’elle a vu grandir est devenu un bel ange.
Six ans d’une relation devenue passionnelle, la dépendance de l’un pour l’autre est toujours aussi forte. Cependant le jeune homme doit se marier et les amants décident d’interrompre leur liaison.
Chéri se plie sans rechigner à son devoir, prenant ce destin comme une nouvelle aventure, et Léa, lucide, laisse son jeune amant la quitter. N’est-ce pas le seul épilogue possible ?
Après cette renonciation, tous deux prennent alors conscience du sacrifice ; le manque est une torture, leur affection était un réel amour.

.
J’ai voulu relire ce petit roman après avoir vu l’adaptation filmée de Stephen Frears (un film qui respecte le livre). Il y a fort longtemps, j’ai lu cette histoire après mes passionnantes lectures des « Claudine » et « Le blé en herbe » ; j’étais une adolescente qui avait eu un coup de cœur pour Colette. En regardant le générique de fin défiler, je me posais la question… Qu’elle serait ma lecture aujourd’hui, alors que mon âge approche plus celui de Léa de Lonval que celui de Fred Peloux ?
C’est donc l’esprit moins ardent et plus mûr que j’ai entrepris cette relecture…

Colette dresse un portrait de Chéri peu sympathique. Il est pathétique, capricieux, fantasque, versatile et égocentrique (un beau panel !). Puéril, il joue de sa jeunesse en se laissant materner par Léa. Certaines scènes paraissent pernicieuses, entre réprimandes et câlins ; Chéri se comporte comme un enfant et Léa aime son ascendance sur lui. Femme intelligente qui a su gérer sa carrière de courtisane et faire fortune, sa beauté n’est pas son seul atout, elle est une fine tacticienne. Lorsque Fred, à peine sorti de l’adolescence, lui fait des avances, elle est flattée et n’hésite pas à entreprendre une liaison. Cela ne surprend même pas Madame Peloux mère qui en est spectatrice… Il faut que jeunesse se fasse ! Ce qui ferait sursauter aujourd’hui, n’avait rien de scandaleux à l’époque.
Petit aparté, Colette a écrit ce roman en 1912 et c’est en 1920 qu’elle l’a fait publier. Il faut préciser qu’il était annonciateur de ce qui allait arriver… A quarante ans, elle a « initié » un jeune homme de dix-sept ans, Bertrand de Jouvenel, le fils de son époux, et leur histoire a duré cinq ans.
Il faut une rupture pour que les amants se rendent compte de leur attachement. Léa en perd le souffle. Elle se trouve vieillie, cache les plis de son cou sous un rang de perles, se sent abandonnée, bien seule, et dans le vide de son lit, appelle Chéri. Fred est atteint de spleen, tout l’ennuie. Il délaisse Edmée, sa jeune et belle épouse, devient même grossier et méchant avec elle. Nounoune a toujours était dans le paysage familial de Chéri, elle lui manque énormément. Le drame amorce sa spirale et enlève toute frivolité aux personnages.
Malgré un sursaut illusoire qui amène une dernière ardeur, le couple de Léa et Fred s’éteint malgré les braises encore rougeoyantes. Comme l’amour est cruel !

Jeune, je n’avais lu que la passion, je n’avais pas aimé Fred, ses jérémiades, et j’avais eu de la peine pour Léa. Aujourd’hui, je vois en plus une incroyable modernité et l’affranchissement de Colette. Elle peint une satire de son époque et ironise sur l’empreinte du temps ; la maturité malmenée par la jeunesse. La plume est alerte, vive, taquine, sans complaisance, mais aussi chagrine. Colette conte une triste histoire, le deuil de l’amour.
J’ai aimé le relire avec les images du film, les mots étaient plus colorés, plus parlants.

Un roman à conseiller…

D’autres billets chez Natiora,

.

cheri-pfeiffer-frears
Michelle Pfeiffer dans le film « Chéri »

.
.
.
.
.