Voyages en absurdie

logorl2013
« La rentrée littéraire » chez Hérisson

.

.
voyages en absurdieVoyages en absurdie
Stéphane De Groodt

.
.

C’est un carnet de voyages en absurdie. Le pays est extravagant car les chemins sont fous, tortueux. Mais ne vous trompez pas ! rien est illogique, tout est sensé, les jeux de mots fleurissent le paysage et le célèbrent. Même si les voies sont caillouteuses, pleines de billevesées et de calembours, qu’il est bénaise de s’y promener !

Stéphane de Groodt est acteur et humoriste Belge. Il a été aussi pilote de course !
Depuis 2012, il est un zébulon dans l’émission de Maïtena Biraben le dimanche sur Canal+. Sa chronique « Retour vers le futur » retrace des portraits de célébrités, de manière joyeusement décalée, déjantée, comme l’était l’humour de Raymond Devos et celui de Boby Lapointe.

Ce rendez-vous du dimanche, je ne le manque jamais. Il est un petit délice avec mon café. Je demande alors silence autour de moi, je maîtrise mon souffle, je monte un peu plus le son, je me détends et j’attends l’épreuve sportive. Oui… j’apparente cette écoute à du sport. Il faut être attentif et ne pas en laisser échapper !!! Pour ceux qui ne connaissent pas, je précise : ne pas laisser échapper les calembredaines du sieur De Groodt qui s’enchaînent comme des sauts de puces, énergiques, rapides et périlleux. Donc, j’en oublie de respirer, j’évite de rire et j’essaie de ne pas baver (bouche béate et béante). Mes oreilles frissonnent de contentement, c’est fin, sinueux, intelligent, rusé, imagé, drolatique. Il faut rendre à César ce qui est à César, ce travail, De Groodt le partage avec son ami Christophe Debacq.

Dans ce recueil, nous avons cinquante chroniques-portraits qui racontent le monde politique, artistique, sportif, « people »…
Nous entamons le périple avec Albert II et Elisabeth II. Je me souviens de ce jour, l’invitée était Nabilla, auteur de  « Allô ! Non, mais allô quoi ! T’es une fille, t’as pas d’shampooing ?… », elle était perdue, elle ne comprenait rien. Ou alors, elle surjouait son rôle.
Voici le début :

« Vous le savez peut-être, et si vous ne le savez pas je vais vous le dire, ça vous évitera d’ignorer, mais Albert II, roi de Belgique, qui sans vouloir prêter la Flandre à la critique rend plus belge la vie, est né le 6 juin !
Eh oui, quelle drôle D-day !…
Etant moi-même de confession belge par la mère de mon frère et bruxellois par mon père, mon fisc et mon saint-esprit, il était tout naturel, ou Paturel si je m’étais appelé Sabine, que je parte à la rencontre de Sa Majesté, enfin ma majesté, ou même papajesté – comme c’est un mâle – afin d’user, comme tout bon sujet, de mon verbe pour faire des compliments à ce roi qui règne sur le pas pays qui est le mien.
A peine arrivé à mon point de départ, sans bouger de chez moi quoi, je pris la direction du Palais, où un garde royal un peu gelé m’informa que le roi, sa femme et le p’tit prince étaient justement partis chez moi ! N’ayant plus le temps de serrer la pince de Monseigneur je m’en retournai Anvers et contre tous non sans lui transmettre mes hommages et intêrets par sms… oui, j’avais téléchargé « l’appli Birthday »…
Changement de programme donc. Heureusement, connaissant les ficelles du protocole, ayant donc plusieurs cordes à monarques, je me rappelai que la reine Elizabeth, comme ses pieds, célèbrera le 4 juin prochain ses soixante années passées sur le trône ! Un bel hommage à l’Elizabeth fessier… qui avec son insulaire de ne pas y toucher est quand même la descendante du George V. Et si on a la chambre avec ça, elle n’est pas-lasse de répéter qu’elle est surtout la fille de George VI, roi Bègue dont les valets-rient encore de ses discours… »

Et ça continue, encore et encore…
La lecture est comme l’écoute, athlétique. Il est bon de lire un texte par jour pour en apprécier toutes les pirouettes.
C’est un livre à recommander, à offrir, un rappel des Retours vers le futur.

.

Stephane-de-Groodt.
.
.
.
.
.