Ichigo no shotokeki, un fraisier au Japon

Un mois d’avril au Japon avec Lou et Hilde

D’autres recettes chez
Rosa – Verrines forêt noire
Enna – Ragoût de pois chiches à l’indienne aux épinards
Béa – Sauté de porc à la bière
Bidib – Pizzas sur bâtons pour l’apéro
Hilde – Mushipan (Japon)
Isabelle – Pavlovas chocolat poire
Estellecalim – Faisselle aux fraises

 

 

En cherchant des recettes sur la cuisine japonaise, j’ai découvert un gâteau aux fraises qui se fait pour les fêtes. Tout simple, à base de fraises et de chantilly sur une base légère comme la génoise, je vous présente mon ichigo no shotokeki :

Ingrédients :  
– 750 g de fraises
Pour la génoise :
– 120 g de farine
– 1 sachet de levure
– 3 œufs
– 80 g de sucre
– 20 g de beurre
Pour la chantilly :
– 2 briquettes de crème fleurette
– 10 cuillères à soupe de sucre glace
– 2 feuilles de gélatine

Pour le sirop :
– 5 cuillères à soupe de confiture de fraise
– 2 jus de citron
Pour la décoration :

– Fraises, pistaches, perles…

Préparation :
– Préparez la génoise en mélangeant tous les ingrédients et en les versant dans un moule beurré. Les blancs des œufs sont battus en neige et le beurre fondu est à ajouter en dernier. Enfournez environ 30 minutes.
– Pendant ce temps, faites la chantilly en battant au fouet la crème, le sucre glace et les feuilles de gélatine fondues. Vous aurez au préalable mis le saladier et les fouets au congélateur 15 minutes pour une meilleure prise. Conservez-la au frigidaire en la divisant en 5 parts.
– Nettoyez les fraises et coupez-les en deux pour celles que vous mettrez à l’intérieur du gâteau. Réservez-en des entières pour la décoration.
– Lorsque la génoise est refroidie, coupez-la en trois parties égales. Imbibez une surface avec de la confiture de fraise additionnée du jus des citrons et nappez le dessus de chantilly.
– Disposez les morceaux de fraises sur toute la surface. Puis remettez une épaisseur de chantilly et refermez par la deuxième partie de la génoise. Procédez comme précédemment, génoise, sirop, chantilly, fraises et chantilly.
– Couvrez avec la troisième partie de la génoise.

– Avec le restant de chantilly, tapissez tout le gâteau et décorez avec les fraises qui restent.

Verdict : C’est un gâteau simple à faire, mais cela demande du temps dans la préparation. Surtout lorsqu’on se bat avec la chantilly pour couvrir le fraisier !

 

 

Le cheesecake au citron

Après la recette du gâteau cuit, je vous donne celle que je fais sans cuisson (donc pas de problème en principe !). Recette prise sur un vieux Maxi Cuisine Printemps-Eté 2006.

Cheese-cake au citron
Pour 6 à 8 personnes

.
Temps…
La veille : Préparation 30 min – Cuisson : 10 min – Le jour même : 5 min

Ingrédients :

– 170 g de biscuits (petits-beurre, spéculoos ou sablés anglais McVitie’s)
– 70 g de beurre
– 500 g de fromage blanc à 40%
– 250 g de fromage frais (Saint-Moret)
– 50 g de sucre
– 5 cuillères à soupe de lemon curd
– 3 à 4 feuilles de gélatine
– 1 citron
– Fraises

La veille
– Écraser les biscuits ou les passer au mixer. Faire fondre 60 g de beurre et le mélanger aux biscuits.
– Beurrer un moule (si possible à charnières) de 20 cm de diamètre et garnir le fond et les bords de ce mélange. Tasser bien et garder au réfrigérateur.
– Faire tremper les feuilles de gélatine 10 min dans de l’eau froide. Battre les fromages avec le lemon curd et le sucre. Chauffer le jus du citron et y dissoudre les feuilles de gélatine égouttées. L’incorporer au mélange fromage/lemon curd.
– Sortir le moule du réfrigérateur, y verser la préparation aux fromages et lisser la surface avec une spatule. Couvrir d’un film alimentaire.
– Mettre au frais une nuit.

Le jour…
– Démouler et décorer des fraises.

Je vous garantis le gâteau… Il est délicieux. Je vous conseille de goûter la mixture avant de la mettre sur les miettes de biscuits. Moi, j’aime sucré, donc j’ajoute toujours un peu plus de sucre. Mais attention ! le lemon curd est déjà très sucré. Donc, à voir…

Adalana, Touloulou, Sandy, Asphodèle, Sharon, Scor13… et toutes les cuisinières chevronnées ou en herbe, vous me direz…
.
.
.
.
.