Le Noël du chat assassin

logonoëllogo Challenge-anglaislogo blacksadLogo-Sharon
.
.
.

.
« Il était une fois Noël » avec Chicky Poo, Samarian et Petit Spéculoos – 8ème billet « God save the livre » d’Antoni, « Totem chat » avec Lili Galipette, « Animaux du monde » de Sharon

.
le noel du chat assassinLe Noël du chat assassin
Anne Fine
Illustrations de Véronique Deiss

.
Il nous demande de poser une question. Je m’exécute sur le champ !
« Mon cher Tuffy, pourquoi as-tu passé un affreux Noël ? »

« Ce n’est pas ma faute… » ainsi parle Tuffy.
Il y avait une mite « … J’admets que j’ai tendu la patte une fois ou deux pour l’assommer, mais aussi elle m’ennuyait à battre des ailes juste sous mon museau… ».
Et si nous reprenions depuis le début ?

C’est bientôt Noël, la tante d’Ellie débarque avec sa famille pour la fête. Tuffy, un brin jaloux, agacé, troublé, n’est pas ravi de voir Lucile et Lancelot, les cousins, car l’attention d’Ellie ne sera plus centrée sur sa petite personne et des perturbations sont à prévoir. A peine arrivés, que les voilà partis pour le jardin avec des ballons sauteurs !
L’histoire débute…

Scène I en 3 actes : Introduction !
1. Tuffy saute sur le ballon, le crève et fait tomber Ellie.
2. Il se sauve, passe par la salle de bains, fait tomber les bouteilles de shampoing qui se déversent au sol (« une énorme flaque visqueuse, gluante et mousseuse »).
3. Vite une cachette !!! Il passe dans la penderie, fait tomber la robe de soirée, arrache les sequins et fout des poils partout.

Le rideau tombe et en coulisse c’est le drame.
1. La mère d’Ellie est inconsolable.
2. Le père Mr. Grognon crie que Tuffy n’est pas à sa place. Il devrait être en pension pour chats ou piiire aller chez le vétérinaire.
3. Ellie pleure. Les cousins pleurent. La mère hoquette. Le père est tout rouge. Tuffy n’en mène pas large.
4. Après supplications et promesses, il est convenu que les enfants devront le surveiller. Et il ne manquera pas d’attention !

img279Scène II : Que le spectacle commence !
1. Tuffy devient l’assistant des trois artistes en herbe qui ont décidé d’élaborer des divertissements pour Noël.
2. Ça ne se passe pas aussi bien qu’ils pourraient l’espérer…

Les scènes s’enchaînent et, comme dans un effet boule de neige, vont de mal en pis.
Alors comme ça, Noël c’est mal passé Tuffy ? Mais aussi quelle idée de t’être approché du sapin et d’avoir voulu t’y percher !!!

Pfff, en effet, je compatis et je dis tout comme toi : « Affreux, affreux, affreux !!! »
.img282 Pour ce sixième tome, Tuffy, chat assassin, se distingue à Noël et finit par être « incarcéré » dans le garage.
Il débute son histoire par des doléances et ne cherche même pas à s’excuser. Bien souvent de mauvaise foi, il se lamente sur son sort, nous explique le rôle ingrat qu’on le force à jouer et témoigne que sa bonne volonté est souvent contrariée par un tiers. (Ce n’est pas moi le coupable Monsieur le juge !)
Intrépide, curieux, imaginatif, il semblerait que les bêtises se cramponnent à lui et ce pour notre grand plaisir !
Pour un chat, Noël est un terrain propice aux « bourdes ». Imaginez le décor : du monde, de l’effervescence, des paquets avec frisottis, un sapin pimpant, des enfants trèèès affectueux et impérieux, Mr. Super Grognon à l’affut… et arrive ce qui doit arriver…
La plume d’Anne Fine est sympathique, vivante, pleine d’humour, et les dessins de Véronique Deiss la complètent de belle façon.
Sur cette conclusion, je ne peux que vous conseiller les mésaventures de Tuffy l’incompris. Vous aurez le sourire…

PS. : Edité à l’Ecole des Loisirs, le format est adapté aux jeunes enfants qui aiment déjà lire seuls.

Des billets chez Malice,

.
img280
Tentant tout cela !
.
.
.
.
.

Le chat qui parlait malgré lui

logo totemLogo-SharonChallenges « Totem » de Lili Galipette, et
« Animaux du monde » de Sharon
Hommage à mon chat

.
.

le chat qui parlait malgré luiLe chat qui parlait malgré lui
Claude Roy
Illustrations de Willi Glasauer

.

Père : Tristan Mac Kitycat, treizième duc de Garth, un Anglais Bleu
Mère :
Mouflette de Vaneau, baronne Flon, une Chartreuse

Gaspard Mac Kitycat, héritier d’un duché écossais, est un chat à la fourrure gris souris. Il a pour ami « humain » un petit garçon, Thomas, qui s’occupe bien de lui.
Un jour, alors qu’il se retrouve seul dans le jardin, il mange une herbe étrange. Très vite, des sensations bizarres l’électrisent et il se surprend à parler. Pas un miaou prononcé avec sa distinction aristocratique, non… de vraies paroles, tournicotées en proses !
La fierté est sa première gloire, puis vient la peur. Il ne veut pas être transformé en souris de laboratoire à qui on ferait toutes sortes d’expériences. Sans compter, qu’il serait obligé d’aller à l’école ! Et sa douce Minna ? Elle le prendrait pour un monstre !

« Quel embarras ! Quelle aventure !
Moitié chat et moitié Personne.
Je suis chat – voyez ma fourrure,
Mais j’ai la parole d’un homme.
Suis-je Personne, ou suis-je chat ?

Sans être vraiment un vrai homme.
Je fais peur à mes frères chats
Et à ma voix chacun s’étonne.
Je fais fuir mon amie Minna,

Minna-la-Minnie qui m’aima.
Mais que va penser mon ami Thomas
En entendant parler son chat ?
Quel malheur ! Quel triste destin !

Je suis un pauvre chat-chagrin.
Je me tourmente, je me désole.

Pourquoi se faire remarquer ?
Ai-je demandé la parole ?
Pour vivre heureux, vivons caché…« 

Lorsque Thomas revient de l’école, il a la surprise (c’est peu dire) de voir parler Gaspard. Un chat qui parle, c’est abracadabrant, mais un chat poète, c’est… juste pas croyable !
Au contraire de Gaspard qui est déprimé, Thomas est subjugué et follement enthousiaste. C’est plus fort que tout ! c’est GENIAL ! c’est hyper intéressant…
Mais comment passer inaperçu avec un chat causeur ? C’est lors d’une soirée au cirque que l’idée s’impose. Thomas sera ventriloque et Gaspard, le « Cher ami Chat », sera son acolyte…

Vous vous doutez bien que l’histoire serait trop facile pour nos deux amis, si elle se terminait ainsi… Il faut dire que Gaspard a la langue bien pendue et qu’il est friand de billevesées bien tournées.
Un jour, la voisine Madame Têtu, chapeautée d’un couvre-chef très jardinier, fruits, fleurs et oiseau, vient prendre le thé…
Un autre jour, c’est la pharmacienne qui est apostrophée…
Et Madame Michel, la commère du pays… Et… Jusqu’au jour où…

Ce livre dévoile un secret. Je m’en doutais mais je n’osais le penser, c’est une belle révélation ! Si vous désirez le connaître, lisez cette histoire, elle remonte à l’Arche de Noé, elle est de celles qui font rêver.
Miaous cordiaux

« Les chats sont des philosophes sans le savoir comme les philosophes sont des chats qui le savent. »  A méditer !

Billet chez Coccinelle,
.

.
img016
Mon chat, Ciboulette-Rescator-Gousse d’Ail, le plus merveilleux ; un bavard aussi.
.
.
.
.
.

Toutes griffes dehors

Challenges « Totem » de Liligalipette, totem Chat, « Animaux du monde » de Sharon et « Petit BAC  » d’Enna, catégorie partie du corps
.
Un livre voyageur expédié par Soène, Merci !

.
.
toutes griffes dehorsToutes griffes dehors
Giorda

.
Emmanuel dit Manu est réveillé une nuit par des cris perçants. De la fenêtre de sa chambre, il voit Bulle et Bébé, les siamois de la maison, aux prises avec un gros chat noir. L’intrus dans le jardin est mal accueilli. Avant qu’il ne s’en retourne derrière la haie, il lance son regard jaune en direction de Manu. Ce regard est un message, une intimidation très virile, d’un brigand à sa victime.
Oui… un bandit, un véritable brigand !

Manu n’aime pas aller au collège. Redoublant de sa classe de cinquième, il traîne sa misère et ne fait aucun effort. Le lendemain matin de cette nuit agitée, il part en quête de renseignements. A qui appartient ce foutu chat qui vient manger la gamelle des siamois et celle de Totot le hérisson ?
Obnubilé par ce Brigand, Manu en parle à ses parents et à sa sœur Anne-Laure qui ne l’écoutent même pas. Sa famille ? Parlons-en ! Un père méprisant, une sœur parfaite, adulée, « qui vaut de l’or », une mère qui le regarde souvent tristement, déçue et qui s’abandonne dans les livres… Non… vraiment ! Manu se sent solitaire et délaissé. La vieille voisine ? Elle vit avec ses chiens et ne dit que deux mots à travers la porte qu’elle laisse close. Le marchand de journaux ? Sa prof de français qui le déteste et qui lui met des mauvaises notes ? Son copain Freddy ? Aussi cancre que lui… Il n’a pas inventé l’eau chaude mais il a des idées parfois… Ce chat a un regard frondeur, vicieux, et ce défi, Manu va l’emporter ; il tuera le chat dans un duel.
Lance-pierres, pièges, collet, tout est mis en œuvre pour lui faire sa fête. Jours et nuits, il y pense, cette obsession est un tourment. Il en écrirait presque des histoires !

L’ado grincheux, mal habillé, souvent agressif comme un animal sauvage, met toute son énergie à guetter le « chat-brigand ».
Ce chat n’appartient à personne, il est seul, comme lui. Il est certainement rejeté, comme lui. Et il doit être malheureux… comme lui.
Lorsqu’il le voit éviter ses pièges, s’en jouer, le toiser de son regard lumineux, et que sa silhouette chaloupe vers le fond du jardin, le ventre plein de pâté, Manu l’imagine en autre chose qu’un brigand, une image plus noble, plus racée.
Il sort son vieux dictionnaire et cherche un mot qui se rapproche de « brigand ». Un mot paraît le définir, c’est « brigantin ».

Puis un jour, Brigand est blessé et Manu souffre pour lui. C’est alors l’occasion de communiquer avec son entourage, de se rapprocher de sa famille, d’écrire des poèmes et de découvrir que Manu, Emmanuel, signifie « celui qu’on attend, le bienvenu », c’est sa mère qui le lui dit…

.
Ce beau roman raconte le désespoir d’un adolescent qui s’identifie à un chat solitaire. Manu pense que ses parents le repoussent, qu’il n’a jamais été désiré. La colère l’étouffe, se reporte sur ce chat intrus et le rapport de force libère sa détresse.
De cette rencontre, l’enfant et le chat s’apprivoisent et l’aventure réconcilie Manu avec son entourage, peut-être même avec l’école.
L’auteur insère dans l’histoire, l’importance des mots et des livres.
Quelques illustrations de Christian Maucler agrémentent la lecture.

Un livre à conseiller.

.
Billets chez Soène,

.
chat-noir-

Image modifiée prise « ici »

.
.
.