La Communeauté du Sud, Mort de peur – Tome XI

Reprenons la série avec Sharon
Miam ! Hep ! Sookie !!! un true-blood pour nous deux !


.
Tome 10 – Une mort incertaine

.

Mort de peur
La Communauté du Sud – Tome 11
Charlaine Harris

.
.
Que deux ans ? La grand-mère de Sookie est décédée depuis deux ans ? Mais si je me souviens bien, cela nous renvoie au début, lorsque Bill l’a réconfortée en batifolant dans la baignoire… Dix volumes pour deux années. Quelle vie ma Sookie !
Ca mérite un pain au chocolat que je déguste en entamant ma lecture ! Sharon vient de m’envoyer un message dans lequel elle m’avoue s’être bien divertie et j’adresse des voeux pour l’être également.
Je suis à la première page, je laisse Sookie ouvrir le grenier de sa grand-mère, depuis deux ans fermé, en compagnie de son cousin Claude, du cent ans d’âge, et son grand-oncle Dermot, meilleur cru d’au moins sept cents ans… des faës. Que va-t-elle trouver ? J’ai bien envie de le faire à la façon de Cécile… a) de la poussière, b) des choses anciennes et oubliées, c) un bureau à tiroirs secrets… ou alors… a) Claude, roi du strip-tease, en pleine action, b) des rats-garous, c) les squelettes des amants de mamie arnachés de cuir et menottés aux poutres.
Vais-je aussi vous parler des torses nus, sculptés, de ses aides-déménageurs ? Oui… ça commence bien !

Bon Temps,

Sookie travaille toujours au Merlotte avec son ami Sam le propriétaire, un métamorphe, et vit toujours une relation passionnée avec Eric,patron du bar Le Croquemitaine, shérif de la cinquième zone et vampire très puissant, vieux d’un millier d’années.
Tout paraît aller pour le mieux, lorsqu’un soir le Merlotte brûle. Un incendiaire a balancé un cocktail molotov et Sookie se retrouve les cheveux roussis, traumatisée par l’attentat.
Aussitôt, Eric se matérialise. Qui a fait cela ? hurle-t-il intérieurement, d’une rage froide et silencieuse. Qui a osé s’en prendre à sa femme ? (le vampire, on le sait maintenant, est possessif)
Après un réconfort qui sera abrégé par une bagarre entre lui et Pam, sa filleule et fidèle bras-droit, Sookie se pose des questions.
La créature qui a commis l’acte est un métamorphe. Pour qui travaille-t-il et quelle est la raison ?
Pam et Eric se sont battus méchamment (ils ont tout cassé dans la cuisine). Pourquoi ? Pam reproche à Eric de ne pas divulguer une information importante (c’est quoi ? c’est quoi ???).
Serait-ce le début de nouveaux ennuis ? Hum ! Oui… il semblerait.

La soeur de Debby Pelt est obnubilée par sa vengeance, Victor, le supérieur d’Eric se conduit comme un despote et fomente une attaque, Sookie découvre un courrier de sa grand-mère racontant son amour avec un faé, ainsi qu’un objet sacré en or en forme de tabatière, un cluviel, Bill se re-manifeste et les amours de Sookie seront contrariés.
De petits tourments vont égayer la vie de notre héroïne.
.
.
Onzième tome d’une série, ça commence à peser lourd ! Mais que vous dire ?
Pauvre Sookie !!! Elle va en laisser des mèches de cheveux et des ongles cassés ! Le roman est composé de 349 pages, mais c’est à la 315ème que tout bascule, ou tout explose, et c’est royal ! Mais avant ? me demandez-vous. Avant ? Pas grand chose. Ah ! si… il y a cet après-midi torride sur la balancelle de la terrasse où elle crie « Viens, viens, viens » et où il arrive « fort, fort, fort ». Puis pour les copines qui le désirent, je préciserai un truc qui m’a éberluée… par mail.

Sookie mène son enquête avec Sam, travaille, peste après Eric, s’occupe de Hunter, le petit garçon de sa cousine décédée, se met en pyjama, s’habille en tenue de serveuse, dort, mange, boit du thé glacé, se questionne beaucoup, vit une paisible colocation avec deux membres de sa famille faé, se fait courser dans les bois par des tueurs… bref une routine un peu lassante, insipide et looongue.
Je n’ai pas retrouvé l’éclat des premiers épisodes, l’énergie, l’humour et le dynamisme des situations. C’était ridicule. Je me rappelle des tomes « Disparition à Dallas », « La reine des vampires » et d’autres titres, où les pages se tournaient avec avidité. Nous sommes loin de cette gloutonnerie !
Dans le prochain tome peut-être ? Faut l’espérer, n’est-ce pas Sharon ?

Billets de Sharon : Tome 10Tome 11
.
.


Sookie dans la série télévisée
et la musique du générique que j’adore…


.
.
.
.
.
.

La communauté du Sud, Une mort incertaine – Tome X

Une lecture commune avec Sharon. Un livre qui se morfondait dans nos PAL. Nous nous sommes encouragées mutuellement…
Hé beau gosse ! je vous sers un true-blood ?

.
.
La communauté du sud

Une Mort incertaine – tome 10
Charlaine Harris

A Bon Temps, la vie redevient paisible, mais Sookie a beaucoup de mal à se faire à l’idée qu’elle ne reverra plus Claudine, sa cousine faé, morte lors d’un combat sanglant, pour avoir voulu la sauver. Traumatisée par le calvaire subit, et souffrante, Sookie essaie de présenter une image sereine et reprend son travail au Merlotte. Sam la surveille et compte ses sourires. Suivie par le Dr. Ludwig, médecin des créatures surnaturelles et aidée par Eric qui la soigne avec son sang, elle s’éloigne petit à petit des images cauchemardesques.
Son frère Jason redécouvre les plaisirs de la vie, son amie Tara est enceinte, Calvin s’est marié avec Tanya, Amélia laisse pour un moment sa colocation pour retourner à Dallas, Bill, très affaibli, survit… chacun essaie avec obstination de continuer leur existence et s’installe dans une petite routine.
Un matin, Sookie trouve sur le palier de sa maison, son cousin Claude, le frère jumeau de Claudine, qui lui demande l’hospitalité. Il ne supporte plus l’absence de sa sœur et cherche en Sookie la relation fusionnelle qu’il avait avec Claudine. Sookie accepte, tout en se posant la question… Serait-il venu pour se venger ?
Survient un autre problème… Lors d’une nuit de rassemblement sur les terres de Sookie, les loups-garous découvrent un cadavre enterré. Qui est-il ? Serait-ce le corps de Debbie Pelt qui refait surface ? Une idée angoissante pour Sookie !
Les évènements s’enchaînent. Eric dévoile à Sookie une des raisons pour lesquelles il n’a pas pu venir la sauver (tome 9)… Des personnages majeurs se manifestent, sirupeux et effrayants… Des manigances se trament pour évincer Eric et tuer Sookie… et des macchabées fleurissent sur les chemins de la Nouvelle-Orléans.

Finie la convalescence, Sookie ! Au travail !

Quelle déception ! Je me suis ennuyée du début à la fin. Ce dixième tome serait-il une pré-retraite ? Pourtant, les ingrédients étaient là, mais l’émulsion ne s’est pas faite. Il semblerait que tout le monde soit fatigué, même l’auteure. Aucune alchimie, aucune palpitation, tout était terne, insipide et mou. J’étais habituée à du peps, du punch, du waouh ! Je n’ai pas compris pourquoi Charlaine Harris a écrit plus de quatre-cents pages de vide. Suis-je trop sévère ? Ce livre serait-il une introduction à la guerre que prépare Victor ? Le onzième opus, sera-t-il un phœnix ? Miss Sharon qu’en avez-vous pensé ?
.

.
.
.
.
.
.