La Belle et la Bête

Halloween à Poudlard avec Hilde et  Lou
Les samedis sont albums illustrés
Billet n°21

.

 

La Belle et la Bête
Jeanne-Marie Leprince de Beaumont
Illustrations de Gabriel Pacheco

.
Suite à un sortilège lancé par une sorcière, un prince est transformé en une créature repoussante. Depuis, personne n’ose s’aventurer dans son royaume de peur de ne pas en ressortir vivant. Mais un jour, un marchand qui avait eu une fortune considérable et qui se retrouva ruiné à cause des naufrages successifs de ses navires, se retrouve poussé par la neige à demander l’hospitalité au monstre.
Sans que son mystérieux hôte se manifeste, le palais lui fait bonne réception le temps d’une nuit, en dressant une table somptueuse et en lui offrant une chambre luxueusement ornée. Le lendemain matin, en partant le marchand découvre un buisson de magnifiques roses, et pense que l’une d’entre elles serait un beau présent pour sa fille Belle. Rassuré par le bon accueil de la veille, il n’hésite pas à en cueillir une, provoquant aussitôt la colère de la Bête…
La Bête offensée, lui propose d’échanger contre la rose, la vie de sa fille. Cruelle justice que de donner la douce Belle à la Bête pour se sauver de la mort, mais c’est pourtant ainsi que le conte commence… Il était une fois une Belle et une Bête…

Il n’est plus nécessaire de raconter la suite car tout le monde la connaît. Comme je le disais pour d’autres adaptations de l’histoire de Madame Leprince de Beaumont, c’est vraiment mon conte préféré. Si je ne vous parle pas du récit, je tiens à préciser que j’ai acheté ce livre pour les illustrations de Gabriel Pacheco. Je les trouve superbes, esthétiques, oniriques. Toutes en finesse, fuselées, elles développent l’imaginaire et nous plongent dans un envoûtement poétique.
Très belles, mais peut-être trop sombres pour les jeunes enfants, je vous recommande ce beau livre, rien que pour vous…

.
.

.

.

 

Le marquis d’Anaon, La bête – Tome 4

Logo BD Mango NoirUn rendez-vous de Mango and Co.

.

.
L’île de Brac, tome I
La Vierge Noire, tome II
La Providence, tome III

.

la bêteLe marquis d’Anaon
La bête, Tome IV
Scénario de Fabien Wehlmann
Dessin de Matthieu Bonhomme

.

Le XVIIIè siècle entre lumières et ombres… en Isère,

La bête était là, les traces sont encore fraîches… Ils la pistent depuis longtemps. De saccages en charniers, elle mène une troupe des dragons du roi dans un petit village à l’orée de la forêt. La bête est venue et a massacré une famille de fermiers, terrorisant tous les villageois qui se sont enfermés dans l’église. La bête, ils l’ont vue ! Elle dépassait la cime des arbres, elle était monstrueuse, entre loup-garou et  grizzli, enragée, vicieuse et satanique…
Le capitaine des dragons écoute les témoignages. A la vue des traces, elle aurait quitté leur juridiction et dépassé la frontière France-Savoie. Pour les soldats, là devrait s’arrêter leur traque, mais tous en font une affaire d’honneur et décident de mener la chasse à titre personnel.
« Qui est prêt à suivre ? »… Tous ! « Un bon dragon ne doit avoir peur de rien ! ».

Jean-Baptiste Poulain, le marquis d’Anaon, accompagne son cousin dans cette poursuite. Taiseux et en retrait, il n’en est pas moins vigilant et curieux des événements. Cette affaire le sort d’un enfer, souvenirs d’un naufrage traumatisant, qui le maintenait cloîtré chez ses parents. Pour capturer la bête, il faudra plus que de l’acharnement, de l’habileté à la gâchette et du courage… Il va falloir se surpasser car le duel sera féroce.
Pour le marquis des âmes en peine, c’est une rédemption inespérée.

.
Quatrième tome de la série, nous continuons avec les histoires obscures et les démons qui les peuplent. Après l’ogre, les sorcelleries, les damnations et la légende du Hollandais Volant, nous découvrons une histoire qui rappelle la bête du Gévaudan.
La créature dépeinte comme un monstre va mener Jean-Baptiste et son cousin sur son territoire. La lutte qui sera menée sera une des plus périlleuses pour les chasseurs.
Les auteurs nous présentent un album riche en péripéties et paysages. On traverse une forêt, des marécages, des alpages, on monte une montagne jusqu’aux sommets enneigées… on rencontre des contrebandiers, on piste la bête qui sème des cadavres.
Quant à Jean-Baptiste, on le voit progresser, devenir « homme » et retrouver la confiance qu’il avait perdue dans le précédent opus.

Je continue la série avec « la chambre de Khéops ».


.

img558.

.

.

.