Pivoines, le grand livre des amateurs

logo un_bouquet_des_pivoines_par_pierre_joseph_redoute
« Beaux livres » d’Eiluned
« Chlorophylle » de Syl.

.

.

pivoinesPivoines de Jean-Luc Rivière
Texte de Pierre-Yves Nédélec
Photographies de Michel Reuss

.
« Sauvage ou apprivoisée, classique ou moderne, la pivoine garde toujours une part de mystère. »

Cette tubéreuse est le symbole de la prospérité, la stabilité et la longévité. Nous l’admirons sur toutes ses formes et ses couleurs à travers ce livre. La collection de Jean-Luc Rivière est un véritable trésor mis en valeur par les mots de Pierre-Yves Nédélec et les photographies de Michel Reuss.

img334
Un peu d’histoire…

Il y a trois types de pivoines, les arbustives, les herbacées et les hybrides.
D’origine chinoise, elles furent cultivées pour leurs vertus thérapeutiques et voyagèrent jusqu’au Japon en l’an 700. Elles arrivèrent en Europe au XVIIIème siècle. C’est le botaniste Joseph Banks qui en commanda. Les hybrides, créés en 1948 par le Japonais Toichi Itoh, vinrent au début du XXème siècle.
Les herbacées que l’on ne trouve à l’état sauvage qu’en Chine poussent entre 800 et 1.500 mètres d’altitude.

Un peu de culture…

Les formes sont multiples… « simple, en couronne, globuleuse, japonaise, anémone, semi-double, double »… les couleurs offrent un festival de nuances et les parfumeurs succombent à leurs fragrances riches, sucrées, subtiles.


img333Kokuryu Nishiki

.
La pivoine résiste à toutes les intempéries mais elle préfère le soleil. Pour lui plaire, il faut la planter dans une terre aérée, bien drainée, à l’est ou au sud-est.

Lors de la première plantation, il faut se montrer patient car la floraison peut venir au bout de la troisième année.
Le cahier de culture donne des conseils utiles… Comment choisir la plante, comment et où la planter, l’entretenir, la soigner lors des maladies, la tailler, la diviser, semis, greffage…

img331Souvenir du Professeur Maxime Cornu

.
Le reste du livre est une rencontre avec près de 150 variétés, illustrées et détaillées. Chaque photo dépasse la fiche technique. Les racines sont des coraux et les fleurs des oiseaux.

Admirables compositions qui rappellent les estampes. On perçoit la texture entre soies et velours, la richesse toute délicate aux tons poudrés, satinés, qui vont du blanc crémeux au brun-grenat. La tige plie sous le poids de la fleur qui salue l’air et la terre. La simple dévoile son cœur en toute innocence, la double est secrète dans sa générosité.
Elles se nomment Souvenir du Professeur Maxime Cornu, Black Panther, Savage Splendor, Hesperus, Comtesse de Tudder, Reine Elizabeth… elles ont une histoire, elles sont uniques, elles émerveillent nos sens.

Nobles pivoines, vous êtes des parures pour les fées, vous avez su garder la magie et les mystères de l’orient.

.
img332Jacqueline Farvacques

.
.
.
.
.

Grimoire de sorcières


Voyage de Lou et Hilde, destination Halloween
Je lis des albums, chez Hérisson

.
.
.
.
Grimoire de Sorcières
Benjamin Lacombe
Sébastien Perez

.
.
C’est à nos risques et périls que nous ouvrons ce grimoire. On nous met en garde avec tout le sérieux que l’on peut conjecturer. La curieuse que je suis, ne peut suivre le conseil. Il est des histoires que l’on doit taire, que l’on doit ignorer. Si par mégarde notre indiscrétion les réveille, alors il faut assumer.

« Enfin, ne vous fiez jamais aux apparences, elles sont souvent trompeuses. Et rappelez-vous que l’histoire est sans fin tant que le don est transmis… »

Les personnages sortent des pages et se présentent. Femmes de légendes, elles sont les gardiennes des secrets des sorcières, leurs ancêtres. La première fut Lilith.

Lilith

Lilith et Adam sont nés le même jour, d’une terre argileuse, pour peupler la Terre. Au Paradis, Lilith était avide de connaître tous les animaux et les végétaux. Adam, plus craintif, s’en abstenait et la réprimandait. Un jour, hors du jardin d’Eden, Lilith rencontra des anges aux ailes noires, des créatures déchues. Les terres en bordure du Paradis étaient le royaume de Belzébuth, un démon…
L’histoire est la vengeance d’une femme trahie par son compagnon qui lui a préféré une plus douce amie, Eve. Pour accomplir sa revanche, elle a marchandé son âme au démon. De cette alliance, il s’est transformé en un serpent pour offrir la pomme à la naïve Eve.
Lilith est la mère des sorcières, des âmes maudites.
.
La seconde fut Isis, Egypte, déesse de -2500 à 535
Isis avait pour frère Osiris et Seth. Mortelle, elle rêvait d’être une déesse. Elle avait des « yeux couleur de l’eau » et son regard intimidait le monde. Savante sur l’utilisation des plantes, elle s’en servait pour faire le bien comme le mal.
Isis et Osiris furent un jour convoqués par le dieu Ra…

Léonora

Délicatement, nous tournons la page et nous rencontrons Mélusine, Yama Uba, Gretchen, Jehanne, Lisa, Malvina, Léonora, Mary et Anny, Mambo, Olga… jusqu’à Lisbeth. Les philtres, les visions, le vaudou, les malédictions, les secrets sont distillés.

Mary et Anny, soeurs siamoises

Le grimoire, comme un arbre généalogique, livre au fil  des siècles des noms bibliques, mythologiques, des noms légendaires, historiques. Leurs destins pour la plupart sont tragiques. Déçues et trahies, elles profanent et sont damnées. D’autres, sont héroïques et attisent les jalousies et les peurs. Et d’autres encore, ont soif de pouvoir, leurs désirs et leur avidité les perdent.
Des sorcières, des démones, des filles de Belzébuth, elles ont parfois de beaux gestes envers l’humanité ; soigner, protéger et aimer.

.
Olga

Descendante des anciennes, née en 1975, Lisbeth se doute bien que les prémonitions qui l’habitent ne sont pas communes. Petite fille solitaire de dix ans, elle sauve son petit voisin Edward d’un grave accident. Amoureux, il était parti lui chercher une ellébore pour son herbier. De ce jour, elle prend conscience de ses pouvoirs et oeuvrera toute sa vie pour le bien et la vie.


Lisbeth

Un album fait par deux auteurs talentueux. L’univers de ces deux hommes a un parfum onirique. Dessins, couleurs, histoires contées sont un ravissement. Il est très difficile d’en définir l’essence tant la richesse est dense. On contemple avec émerveillement chaque détail des peintures, ombres et lumières, chaque mot lyrique et sensible, chaque invention et fantaisie.
Le drame, la barbarie, la noirceur des histoires ne peuvent pas être lus par les jeunes enfants. Ce grimoire ne doit être découvert qu’à un âge affranchi. Il est bien recommandé à la première page toute prudence… et de faire « le bon choix ».

Ce grimoire est précieux. Offert par mon amie Somaja, au sourire bienveillant, il est un relai vers les mondes fantastiques. J’y pénètre confiante. M’y perdrais-je !

A bientôt…


Des billets chez Soukee, Liyah,

.
.
.
.
.
.
.
.
.