Peter le Noir


Challenge polars de Sharon
Challenge Petit BAC d’Enna

 

 


Peter le Noir
Le retour de Sherlock Holmes
Arthur Conan Doyle

Dans les chroniques du retour de Sherlock Holmes, John Watson rapporte que son cher ami était au meilleur de sa forme en 1895. Sa renommée était internationale et dans son illustre clientèle, outre des têtes couronnées, il avait eu Sa Sainteté le pape qui lui avait demandé d’enquêter sur la mort du cardinal Tosca.
Pour la nouvelle affaire qu’il rapporte, c’est Stanley Hopkins, un jeune inspecteur de police qui a succédé à Lestrade, qui le sollicite pour une enquête mal commencée.

Le mystère de Woodman’s Lee se rapporte au décès du capitaine Peter Carey, tué avec un harpon de baleinier dans un cabanon en bois situé dans le parc de sa propriété. Sanglante, la scène du crime a de quoi soulever le cœur des hommes les plus aguerris et renvoie à une époque où le capitaine était pêcheur de baleines et de phoques.
Ayant amassé une fortune, il avait pris sa retraite six ans auparavant, à cinquante ans, pour se retirer avec sa femme et sa fille dans le Sussex, où il avait acheté une belle maison. Mais après les aventures maritimes du grand nord, une vie sédentaire et retirée ne l’avait guère apaisée. C’est dans ce cabanon qui ressemblait à une cabine de bateau, plein de trophées et de souvenirs, qu’il aimait se retirer.
Peter le Noir était son surnom, un pseudonyme qui n’était pas usurpé. Brutal à l’extrême avec son entourage et sa proche famille, puritain, sévère, alcoolique, il était une terreur détestée par tout le monde.

C’est donc avec le fantôme de ce personnage abominable que Holmes et Watson ont rendez-vous dans la campagne du Sussex pour élucider le meurtre. Quelques indices comme une boîte à tabac et un carnet les mèneront sur la piste d’une vielle et tragique histoire. Pour une fois, personne ne pleure le mort et tous sont heureux de ce trépas.

Comment, pourquoi, qui ? Il faudra peu de temps au célèbre détective pour le découvrir.

Parue en 1904 dans « Le retour de Sherlock Holmes », Conan Doyle puise dans ses souvenirs de jeunesse pour raconter une histoire de baleinier. Le caractère violent et sanglant du meurtre est à l’image du défunt qui n’attire, dès le départ, aucune empathie. L’intérêt du lecteur va donc se focaliser sur le canevas de l’enquête, qui nous fait voyager dans les mers de l’Arctique jusqu’à un coin paisible de campagne anglaise.
Nous saluons encore une fois l’esprit brillant de Sherlock… et la plume de l’auteur… Cupidité et vengeance en sont les fils.

 

 

 

 

Le Viking qui voulait épouser la fille de soie

Décembre nordique avec Cryssilda (Suéde)

 

Le Viking qui voulait épouser la fille de soie
Katarina Mazetti

Au Xe siècle,


Sur Möckalö, une île du sud de la Suède, nous faisons la connaissance de Säbjörn, un constructeur de bateau qui vit dans sa ferme avec ses deux fils, sa belle-sœur et ses esclaves. Sa femme et mère de ses enfants est partie sans donner d’explications, mais tous espèrent qu’un jour elle reviendra. Avec cette disparition Säbjörn qui était avant tout un homme de paix, devient plus ombrageux et violent. Sa douleur se reportant sur son fils aîné, Svarte qui ressemble physiquement à sa mère, il accorde toute son attention et son affection à son fils cadet, Kare. Grâce à Arnlög la volvä, la tante qui a un don de divination, qui parle aux oiseaux et qui tient le rôle de guérisseuse, la famille reste unie mais au fil des ans, alors que les garçons grandissent, les liens se délitent. Svarte, l’intrépide, le fougueux, le jaloux, et Kare, le rêveur, le terrien, le bon, aspirent à découvrir le monde en cherchant l’aventure au-delà des mers. Vers leurs seize ans, la tête pleine de rêves de négoces et de richesses, l’un après l’autre, ils quittent le giron de leur île pour d’autres contrées.

A Kiev, Chernek, un riche marchand de soieries, vit dans son palais avec ses deux enfants, Radoslaw et Mika. L’aîné, élève militaire, s’imagine participer à d’illustres batailles et conquêtes aux côtés de l’homme qu’il admire, Sviatoslav le Grand-duc, et la cadette souhaite quitter les murs sécurisés et somptueux de sa demeure pour accompagner son père dans ses voyages à Constantinople. Pour la consoler, Chernek se montre toujours très généreux avec elle et lui offre pour ses dix ans, deux esclaves, des gamines venues de continents lointains ; Poisson d’or aux yeux étirés et Petite Marmite à la peau d’ébène. Les trois enfants qui grandissent ensemble, deviennent inséparables et leur amitié va dépasser le statut maître-esclave.

Un jour, tous ces personnages se rencontreront. Chernek part pour ses commerces en laissant sa fille à Kiev. Mais lors d’un conflit, la ville est attaquée, pillée, et Radoslaw, Mika, Poisson d’Or et Petite Marmite sont faits prisonniers par l’un des assaillants qui se trouve être le capitaine Svarte. Plus protecteur que geôlier, le viking les ramènera de l’autre côté de la Baltique, dans l’île de son père, où chacun œuvrera à sa destinée.

Katarina Mazetti conte leurs vies d’une écriture belle et émouvante. Récit très intéressant sur la grande Histoire, sur les civilisations, les croyances, récit épique, récit de voyages, récit d’amours, les mots nous tiennent captifs et nous mènent au cœur de ce siècle en pleine mutation. Les deux univers, l’un d’une île scandinave à la société rustique, guerrière et paysanne, et l’autre d’un empire florissant, riche et raffiné, se confrontent et s’unissent. Il y a un peu de Dumas dans ces histoires passionnantes et romanesques, très enlevées.
Un roman à recommander, qui fut une belle surprise…

Un autre avis chez Nahe,

 

 

 

 

Album de vacances en Bretagne, 1 – Saint-Malo, la pointe du Grouin, Cancale…

StMalo Solidor 5  La Tour Solidor… Quartier de Saint-Malo

StMalo Solidor 8 StMalo Solidor 3

Saint-Malo le soir, les remparts, le Fort National, les brises-lames,
les grandes marées…

StMalo 0 StMalo 4StMalo 2 StMalo 5StMalo 3

StMalo 6

StMalo 7

.

Cancale

Cancale 1Cancale 3Cancale 2Route de la pointe du Grouin

Grouin 1 Grouin 3 Grouin 2Grouin 4

Grouin 5.

.

.
 

 

Album de vacances en Normandie, 3 – Etretat, Honfleur, Cabourg…

Etretat 3 Etretat

Des galets sous les espadrilles, le chapeau qui s’envole, près de 300 marches à gravir ou peut-être 1000, des pauses par palier pour immortaliser l’instant et apaiser le souffle, penser à Monet, Courbet, Lupin, être poursuivis par un goéland,
téléphoner pour dire : « Mais que c’est beau ! »…

Etretat 5Etretat 6 Etretat 7Etretat 4 Etretat 8 Etretat 9

.

Honfleur

Honfleur 4

« – J’ai perdu le ticket pour sortir du parking !
– Mais non ! Tu vas le retrouver…
– …
– Tu as regardé par terre ?
– …
– Tu es sûr ? Cherche mieux !
– Il est presque minuit et on va rester coincés ici toute la nuit !!! »
Malgré cette mésaventure qui nous fait rire à postériori, nous gardons de cette petite ville un très bon souvenir. Et si vous vous dites « Mais l’ont-ils retrouvé ? », le ticket, je vous répondrais par la négative. Il a fallu téléphoner, réveiller quelqu’un, puis attendre, qu’on nous délivre…

 Honfleur 6Honfleur 7Honfleur 5

Honfleur 9Honfleur 8Honfleur 10

.

Cabourg…

… et sur les pas de Proust.

Cabourg 1

Cabourg 2 Cabourg 3 Cabourg 4 Cabourg 5

.

.

.

Le bateau de fortune

Logo_BabelioLivre reçu à l’occasion des Masses Critiques jeunesse de Babelio
Partenariat avec les Éditions Sarbacane

.

.

couv-bateau-de-fortuneLe bateau de fortune
Olivier Solminihac
Stéphane Poulin

.
Un jour d’été… Le petit renardeau raconte une sortie en compagnie de Michao l’ours et Marguerite la chevrette.
Michao décide d’emmener ses petits amis à la mer. A eux… châteaux de sable, baignades et pêche aux crabes ! Il fait beau, ce sont les vacances, la mer est belle…
Mais une fois arrivés, ils ont la surprise de découvrir le coffre vide ! Ils ont tout oublier ! Pas un maillot, pas une serviette, pas une bouée… rien ! Mais que vont-ils faire ?

Avec beaucoup d’imagination, un peu d’habileté et quelques bricoles trouvées sur la plage, ils passeront une merveilleuse journée…

Joies, douceurs, iode, sable fin, éternité, bruit des vagues, amitiés, cette gentille histoire superbement illustrée nous invite aux rêves, à la création et à l’imaginaire. Un graphisme et des coloris qui rappellent les années 60, la route des vacances, les nationales embouteillées, les caravanes… et les bords de mer. C’est un temps heureux !
Peu de mots, des tableaux qui parlent, tout est dans le ressenti, je vous conseille cet album qui me rappellent quelques bonheurs.

.
D’autres billets chez Jérôme, Didi,

.

Bateau-de-fortune.

.

.

.