Le testament de Stone

logohalloween14
Dans le vaisseau fantôme d’Halloween avec Hilde et Lou

 

 

le-testament-de-stone_couvLe testament de Stone
Celia Rees

.

« Une statue qui pleure, un crucifix qui saigne… Sur tous les continents, d’étranges évènements laissent présager la fin du monde.
Le compte à rebours a commencé !
Zillah, Adam et Kris. Depuis la nuit des temps, leur destin semble être lié. Aujourd’hui, ils sont les seuls à pouvoir combattre les forces du mal… Sauront-ils survivre en pleine apocalypse pour sauver l’humanité ? »

.
Tout commence avec Mikel, chargé de tracer sur les cartes des routes maritimes. On ne sait encore où le situer, il est dans un monde étrange peut-être parallèle, qui se nomme « temps anciens ». Les pages suivantes sont dans les « temps futurs »… où nous croisons Zillah, Adam et Kris. Les trois adolescents ne se connaissent pas mais sont liés sans qu’ils le sachent. Ils vont s’unir et sauver notre monde.
Zillah vit recluse dans un grand manoir avec ses frères et sœurs du Cinquième Âge, sous l’influence de l’Avocat, le grand maître. Elle est une enfant de la Sixième Aube et loge dans la Maison des Femmes. Cette congrégation attend l’apocalypse et suit les préceptes instaurés par le Fondateur Divin. Zillah ne se rappelle plus son véritable nom, ni son âge, ni d’où elle vient, mais à la différence des autres, elle n’est pas dupe de ce qui se passe. Curieuse, elle aime s’aventurer dans la demeure et découvrir les pièces défendues. C’est ainsi, par un passage secret, qu’une nuit elle arrive à la bibliothèque. Elle puise alors sans retenue les histoires interdites et acquiert un esprit indépendant, libre. Lorsqu’un jour l’Avocat leur donne une pilule pour accéder dans une autre dimension, elle comprend le véritable but. Simulant sa mort, elle parvient à échapper à ce « suicide collectif »… Au même moment, partout dans le monde, des Enfants de la Sixième Aube meurent.
A l’hôpital, Adam se prépare à subir une opération pour son pied. Juste avant de passer au bloc, il apprend qu’une jeune fille est dans la chambre voisine, sous la garde de la police. Elle est la seule rescapée…
Kris vit pratiquement dans la rue avec une bande de copains. Sa grand-mère Célestine et Bram, un vieil homme sans logement, sont les seuls qu’il écoute…

A ce niveau de la lecture, tout s’imbrique et semble compréhensible. Le décor défile et le scénario promet quelque chose d’intéressant, voire même de palpitant. C’est lorsque Bram se fait hospitaliser et qu’Adam se fait anesthésier que cela commence à devenir confus. Les personnages semblent se dédoubler, on ne sait plus si c’est réel ou fantasmé. Une correspondance datant des années 1900, entre Londres, la Californie et le Mexique, vient compléter la trame, tout en la lestant. Elle raconte le voyage d’Ambrose Stone et ses expériences avec des shamans… Je suis dans le milieu du livre, je fais déjà des retours en arrière pour assimiler ce que je viens de lire et je suis consciente d’être déjà en marge. La part fantastique du récit m’a perdue ! ou les passages entre les époques anciennes et futures, ou tout simplement la complexité de l’histoire…
J’ai lu le livre jusqu’à la dernière page, un peu en rechignant, et je n’ai pas trouvé la fin satisfaisante. Une fois de plus, l’auteur me laisse perplexe.
Si cet avis (très personnel) semble négatif, je tiens à préciser que le roman est bien écrit, riche dans sa fiction, loin d’être ennuyant et qu’il a plu à de nombreux lecteurs.
Ésotérisme, magie, vieilles légendes, civilisations précolombiennes, fin du monde, crâne en cristal, secte mystique, aventure… il vous plaira peut-être !

Des billets chez Clarabel,

.
maya2
Image prise « ici »

.

.

.

Les proies

logohalloween14
Octobre sur le vaisseau fantôme avec
Hilde et Lou

.

.

les proiesLes proies
Amélie Sarn

.

Toulon,
Dans le Centre de Recherche de l’Armée, deux biologistes se congratulent. Ils ont découvert un sérum qui va révolutionner le monde. Si l’un se pose des questions d’éthique, le second n’a aucun doute ! L’éternité n’est plus un absurde fantasme.
A l’étage, des prisonniers se sont portés volontaires pour subir des tests. Tous les jours, ils se font prélever du sang en échange d’une remise de peine. Zoltan, un jeune délinquant pris pour braquage, envisage de changer de vie. A sa libération, il partira loin pour que son oncle n’exerce plus de pression sur lui.

« – Putain, râle Paul. J’espère qu’ils nous refilent pas des maladies ! C’qui m’a fait le plus flipper, c’est la décharge qu’ils nous ont fait signer. Le mec a eu beau m’expliquer que c’était juste pour l’administration, ça m’a pas inspiré confiance. Mais en même temps… Y m’a dit que je resterais pas là plus de six mois et dans la balance, six mois ou trente-six mois, y a pas à tortiller !
Zoltan prend une grande inspiration. Il a accepté pour les mêmes raisons que Paul. Entre sortir dans six mois avec un casier vierge et rester à Orvault encore un an et demi avec un contrôle judiciaire jusqu’à ses vingt-cinq ans…
– Pour le moment, ils font que nous prendre du sang, alors c’est certain qu’ils ne nous inoculent pas de maladie, marmonne-t-il plus pour lui-même que pour son compagnon de chambrée.
– Ouais, j’espère que t’as raison, renifle Paul avant de vider sa tasse de café d’une traite.
Alors qu’il s’apprête à la reposer, une sirène assourdissante retentit dans tout le bâtiment… »

Bordeaux,
Margot, seize ans, vit avec son père un ancien journaliste qui a tout abandonné à la mort de sa femme. Maniaco-dépressif, il reste reclus dans leur appartement et laisse à sa fille toutes les responsabilités. Soutenue par Pauline, sa meilleure amie, et Lucas, son petit copain, Margot veut être une adolescente comme toutes les autres mais c’est sans compter les rancœurs et la cruauté d’un certain groupe de filles mené par Ava Van Deleist, la fille d’un homme d’affaires millionnaire. Leur dernière médisance se porte sur Lucas qu’elles auraient vu en compagnie d’une autre fille…

Enzo est un petit garçon qui aime lire. La bibliothèque municipale est pour lui un refuge. Ses parents et sa sœur ne le comprennent pas et trouvent anormal qu’il lise autant. Le livre qu’il ne quitte jamais ? « Le Petit Prince », un enfant solitaire comme lui.

Roger est armurier dans la boutique que son grand-père et son père ont tenue avant lui. Ce n’était pas sa vocation mais il a fallu qu’il gère cet héritage. Sa passion est la pâtisserie. Alors, quand il baisse le rideau de fer, il va dans sa cuisine confectionner des gâteaux. Il est un ténor des fourneaux.

Pedro, un détenu du Centre de Recherche, rêve de se venger de sa femme qui veut le quitter, et lorsqu’il a l’opportunité de s’évader, il la saisit. L’alarme se déclenche, les militaires essaient de l’attraper mais rien ne peut l’arrêter, même pas cette grippe qui l’affaiblit et le fait tituber. Son obsession et sa rage le font avancer… Il perd connaissance dans le train qui le mène à Bordeaux et meurt. Il ressuscitera quelques heures après…

C’est « l’implosion ».
Tous les lieux publics ferment, un état d’alerte est proclamé sur toutes les ondes. Il est conseillé aux gens de rester chez eux. Une épidémie se propage rapidement et les conséquences sont mortelles. Personne ne sait encore d’où elle vient et comment on peut la stopper. Il ne sera pas nécessaire d’attendre longtemps pour comprendre que les « contaminés » deviennent des zombies, une armée affamée qui cherche des proies à dévorer.
Margot, son père, Pauline, Lucas, Enzo et Roger vont organiser leur survie et tenter de découvrir l’origine du mal.

 .
Je lisais et il me semblait voir un épisode de « Walking Dead » !
Ayant apprécié l’année dernière le livre « Zombies panic », ma bibliothécaire m’a donc remis ce roman en me disant : « Ça va vous amuser ! ».
L’auteur nous présente ses personnages dans la première partie « Implosion ». Certains se connaissent, gravitent dans la même ville, d’autres non. Et seulement quelques uns se réuniront pour une deuxième partie plus dense intitulée « Survie ». « Zone Z » sera la dernière et la troisième.
Deux scientifiques trafiquent depuis des années la génétique et font « la » terrible découverte. Très vite, on plonge dans le chaos et la fin de notre monde. Les survivants ne sont pas nombreux dans cet apocalypse, ils doivent s’entraider et taire leurs animosités, oublier leurs phobies, faire preuve d’ingéniosité, de courage (chaque personnage amène son histoire personnelle). Margot est le leader de la troupe, trop habituée à assumer seule son quotidien et celui de son père depuis trois ans. Intelligente, généreuse, héroïque, elle suit son instinct et insuffle du dynamisme au groupe. Tout au long du récit, les questions se bousculent, mais une revient souvent… combien de rescapés restent-ils ? L’épidémie s’étend et dépasse les frontières. L’incubation commence comme un simple rhume. Ils sont là, à errer, à attendre, à renifler l’odeur de chair humaine, « fraîche ». Ils sont l’inconnu, le voisin, le parent… Les zombies sont à l’image de ce que l’on peut imaginer… déglingués, déguenillés, très forts… trèèès gourmands.
Le rythme n’a pas de temps mort, ça pulse, c’est peu ragoûtant, il y a de l’humour, de l’amitié, des jalousies, de l’hémoglobine, des frissons… Si la facture reste classique avec certains clichés, elle reste distrayante et m’a fait passer un bon moment.
Quant au dénouement, je rejoins certains lecteurs. La fin est abrupte et j’aurais aimé qu’elle soit plus aboutie. Mais peut-être que l’auteur nous réserve une suite…

Un conseil ! Gardez une provision de désodorisants WC dans votre cellier… et investissez dans un FAMAS (fusil d’assaut de l’Armée Française). Sait-on jamais !

Un roman jeunesse sympathique à recommander.

D’autres billets chez Clarabel,

.

Walking Dead tome 12 - Un monde parfait
BD « Walking dead », de Robert Kirkman (scénario) et Charlie Adlard (dessin)

.

.

.