Un Noël plein d’espoir

Lecture de Noël
Challenge polars de Sharon
Challenge British Mysteries de Lou
Lecture commune pour un livre de l’auteur avec
Lou, Corinne, Bianca, Sharon,

 

 

Un Noël plein d’espoir
Anne Perry

Noël 1883,
Londres, dans l’East End,

Très bientôt c’est Noël… Dans les rues ça sent les marrons chauds, les vitrines sont décorées de branches de houx, et les étals sont bien garnis. Mais un vent glacial annonce la neige et il n’est pas bon de rester longtemps dehors. La jeune Gracie Phipps fait des courses pour sa grand-mère, de maigres commissions pour une potée de chou et trois pommes de terre, juste à peine de quoi caler l’estomac de ses frères, car pour célébrer dignement la fête, il leur faut faire en ce moment des repas frugaux pour économiser. Elle en est donc à se hâter, son châle bien serré autour de ses épaules, lorsqu’elle rencontre une fillette en détresse.
Plus jeune qu’elle et plus frêle, Minnie Maude Mudway lui confie sa détresse dans un souffle… Son oncle Alf vient de mourir et Charlie a disparu. Charlie est l’âne qui tirait la charrette de son oncle, un chiffonnier. Il s’est enfui lors de l’accident et Minnie qui l’imagine perdu, frigorifié et affamé, s’est mis en tête de le ramener. L’histoire qu’elle raconte est décousue, mais ce que Gracie retient c’est qu’il y a un doute sur le décès de l’oncle qui serait mort assassiné pour une boîte dorée, certainement une boîte en or…

Sensible à ce désespoir et à la misère de Minnie, Gracie décide de l’aider à retrouver Charlie. En quadrillant dans un premier temps le périmètre de l’accident et en se renseignant auprès des témoins peu bavards, elle va, dans un deuxième temps, demander l’assistance d’un commerçant un peu mystérieux, Monsieur Balthasar le propriétaire d’une boutique très exotique de Whitechapel Road.
Téméraires, déterminées et inconscientes du danger qu’elles encourent, Gracie et Minnie vont devoir faire face à de dangereux criminels avant de fêter dignement Noël et de bénéficier de sa féerie.

Dans la série « Histoires de Noël », le roman met à l’honneur la jeune Gracie Phipps que l’on retrouve domestique dans la saga des Charlotte et Thomas Pitt. L’auteur nous mène dans les rues pauvres de Londres à l’époque de Noël, et à travers les regards innocents de nos héroïnes, nous dévoile la trame de ce conte policier de petite facture. L’histoire réside plus dans son ambiance et le caractère singulier des personnages que dans son enquête qui se révèle assez décevante et simpliste dans son épilogue.
Comme à mon habitude avec cette série de Noël, j’en ressors mitigée mais toujours présente à ces rendez-vous de fin d’année…

 

 

 

 

 

 

 

La disparue de Noël


Il était cinq fois Noël de Chicky Poo et Samarian
Challenge Polars de Sharon

 

 

La disparue de Noël
Anne Perry

 

La saison londonienne se termine en ce début de décembre, et l’aristocratie anglaise commence à regagner les résidences de campagne pour préparer les fêtes de Noël. Invitée à Apple Cross, le manoir dans le Berkshire de Lord Omegus Jones, Lady Vespasia Cumming-Gould retrouve des connaissances.
Intelligente et pas dupe de la parade et du verni sophistiqué de la bonne société, elle observe et note in petto les hypocrisies, les prétentions et les faiblesses de ses « amis ».
C’est lors du dîner que l’histoire s’ébauche, lorsque
Isobel Alvie harponne par une pique vitriolée la douce Gwendolen Kilmuir. Jeunes et déjà veuves, toutes deux convoitent le même fringant célibataire, et par jalousie, Isobel fait ressurgir devant toute l’assemblée une vieille calomnie concernant sa rivale qui quitte la table bouleversée. Le lendemain matin, Lord Omegus apprend à ses invités le suicide de Gwendolen, morte noyée dans un étang du parc.
« Coupable ! ». Tous jugent l’insensibilité d’Isobel responsable du drame et la sanction ne tarde pas à tomber. Si elle ne fait pas acte de repentir, elle sera exclue de leur société, bannie à jamais.
Homme sage et bienveillant, Lord Omegus suggère donc qu’elle parte en Écosse pour annoncer le décès et remettre la lettre qui contient les dernières volontés de la défunte, à Lady Naylor, sa mère. Pour étayer cet arbitrage, il s’appuie sur une vieille coutume médiévale qui punissait les coupables par l’expiation.
Expiation et absolution… En compagnie de Vespasia qui va lui être d’un grand soutien et lui inspirer beaucoup de courage, Isobel prend les routes vers le nord de l’Écosse, une région des Highlands rude, glaciale et coupée du reste du monde.
Le voyage sur des poneys sera long et rédempteur. Il dévoilera aussi les causes cachées qui ont poussé Gwendolen à commettre cet acte désespéré.

Cette nouvelle de Noël est la première d’une série qui compte à ce jour treize tomes. Et pour une fois, Anne Perry ne nous offre pas une histoire avec un criminel à découvrir. Lady Vespasia Cumming-Gould est un personnage récurrent de la saga « Charlotte Ellison et Thomas Pitt ». Elle est le témoin d’un drame et prend pleinement part à l’histoire pour aider son amie Isobel. Finement décrit, l’auteur relate la condition féminine dans la haute société victorienne et donne à son roman deux beaux portraits de femmes avec les personnages de Vespesia et Lady Naylor.
La pénitence par le repentir, la neige, l’Écosse magnifique et inhospitalière,
le pardon, et Noël… une lecture à découvrir en décembre.

 

 

 

 

 

 

le voyageur de Noël


Il éta
it cinq fois Noël de Chicky Poo et Samarian
Challenge Polars de Sharon

 

Le voyageur de Noël
Anne Perry

.
Décembre 1850, Les Lacs,

Henry Rathbone revient dans la région des Lacs chez son ami Judah Dreghorn, juge à Penrith, sur la demande de sa femme Antonia qui a de nombreuses choses à lui confier, car son ami Judah est décédé huit jours auparavant. Antonia, qui se trouve être également la filleule d’Henry, le désire à ses côtés pour la soutenir dans son immense peine, mais aussi pour lui faire part de ses doutes sur les circonstances étranges de la mort de Judah qui se serait noyé par accident dans une rivière en voulant passé le gué en pleine nuit.

Pour comprendre ses suspicions, elle lui raconte que depuis sa sortie de prison, Ashton Gower, un homme jugé coupable par Judah de faux en écriture et condamné à onze ans de réclusion, accusait Judah d’avoir ourdi un véritable complot pour le spolier de son héritage. Gower avait hérité de son père d’un domaine, le plus magnifique de la région, qui générait de grands profits. Mais une autre branche de la famille le revendiquait et avait apporté la preuve que Gower avait trafiqué les actes notariés. Après l’emprisonnement de Gower, Judah avait acheté la propriété aux nouveaux héritiers.
Cette propriété dont les revenus permettaient aux frères de Judah de vivre leurs passions et leurs professions aux quatre coins de la planète, était devenue leur terre d’exil lorsqu’ils revenaient en Angleterre. Ce Noël devait tous les rassembler.
Judah avait été l’aîné d’une fratrie de quatre garçons. Benjamin, ancien pasteur, vivait en Palestine où il faisait des recherches en archéologie biblique. Ephraïm était botaniste en Afrique du Sud. Et Nathaniel, mort de maladie, avait été un géologue parti étudier les grands territoires en Amérique. A présent, des Dreghorn, il ne reste que Benjamin, Ephraïm, Naomi, la femme de Nathaniel, Antonia, la femme de Judah, et leur fils Joshua.

Henry qui souhaiterait réhabiliter l’honneur de son ami, un homme intègre et estimable, devra attendre l’arriver de Benjamin et Ephraïm avant d’entamer la moindre enquête. A la demande d’Antonia, c’est lui qui ira les chercher à la gare et qui leur annoncera la mort tragique de leur frère tant aimé…

Dans les contes de Noël d’Anne Perry, devenus un rendez-vous incontournable, ce titre est le deuxième de la série. Il a pour héros Henry Rathbone, le père du brillant avocat Oliver Rathbone qu’on retrouve dans les histoires du détective William Monk. En général, l’intérêt de ces livres se trouve bien plus dans les atmosphères des Noëls victoriens que dans les intrigues policières, sauf pour ce roman. Le cadre enchanteur de la belle région enneigée des Lacs, n’allège en rien l’ambiance lourde du deuil et relègue Noël au dernier plan. Dans un enchevêtrement de témoignages et de vieux papiers, Henry et les frères de Judah font tout pour découvrir le mystère de sa mort et innocenter sa mémoire.
Je vous invite à cette lecture, de l’épaisseur d’une nouvelle, avec un thé et des crumpets…

.

Peinture de John Atkinson Grimshaw
Lake District

.

.

.

 

 

 

Le condamné de Noël

logonoel4fois

Il était quatre fois Noël avec Chicky Poo et Samarian

Challenge polars avec Sharon
Challenge Anne Perry

.

le-condamne-de-noelLe condamné de Noël
Anne Perry

.

Au grand dam de son mari, Claudine Burroughs n’a jamais pu rentrer dans le cercle conformiste de la haute société. D’un caractère plus libre que la plupart de ses congénères, elle s’est progressivement affranchie des codes jusqu’à proposer ses services à la clinique tenue par Hester Monk, où elle s’occupe des malades, gens du peuple et femmes de mauvaise vie. Les œuvres de charité qui donnent bonne conscience aux ladys et les sortent de leur morosité, ne sont pas pour elle.
A quelques jours de Noël, les réceptions rythment les soirées et c’est chez les Gifford que le drame de cette histoire se déroule.
Alors que Claudine traîne son ennui en essayant d’être aimable avec les uns et les autres pour complaire à son mari, elle s’accorde un sursis en s’isolant sur la terrasse. Mais seule, elle ne l’est point ! Un drôle d’énergumen, tapi dans un coin, semble compter les étoiles. Les présentations se font de manières peu protocolaires, très fantaisistes. Il est Dai Tregarron, « poète, philosophe et grand buveur de vie », un être sulfureux que toute cette bonne société victorienne aime inviter pour se donner des vapeurs et animer leurs soirées.
Sa poésie aux airs chantant du pays de Galles, son charme de chenapan, sont des atouts qui séduisent les femmes. Avant même qu’elle dise son nom, il la rebaptise Olwen. Elle est pour lui, en ce fugace instant, Olwen issue de la mythologie gaélique. Si Claudine lui trouve une certaine grâce malgré son ivresse, elle ne doit pas rester en sa compagnie et doit le quitter…
Ce n’est qu’une heure plus tard qu’elle le reverra, en de tristes circonstances, accusé du meurtre d’une prostituée, Winnie Briggs.
Winnie aurait été introduite dans un des salons de la demeure par Tragarron, pour égayer trois jeunes hommes ; Cecil Crostwick, Creighton Foxley et Ernest Halvergate. Mais rien ne se serait passé comme prévu et, suite à une dispute, il l’aurait rouée de coups sous les regards consternés des trois témoins qui n’ont pu le maîtriser. Présents, Cécil, Creighton et Ernest témoignent de l’horrible acte, quant au jeune poète, il est obligé de fuir.
Recherché par la police, coupable, menacé par la pendaison, sa destiné semble être écrite, mais ça serait sans compter Claudine qui a une sincère conviction… Elle pense que Dai Tragarron est innocent.
Avec l’aide de Squeaky Robinson, le comptable de la clinique d’Hester, un homme au passé tourmenté, fin connaisseur de la misère humaine, elle va essayer de dénouer la trame du drame en ébranlant les figurants d’une bonne société très hypocrite.

Pour la fin, gardons l’esprit de Noël !

Comme à son habitude, Anne Perry nous fait vivre le XIXe siècle à travers une enquête et donne encore de beaux rôles aux protagonistes de la gente féminine. Certes, cette histoire est moins ciselée que ses autres romans, mais nous avons toujours plaisir à la lire. Il ne faut pas s’attendre à une grande énigme, ni à un suspense haletant, ni à des retournements spectaculaires, il faut simplement se laisser porter par l’ambiance et le charisme des personnages principaux, à savoir Claudine et Squeaky.
Elle égratigne encore une fois la bonne société de l’époque en pointant les us et parades, les impostures des gens « biens nés », le paraître, l’hypocrisie qui est comme une gangrène qui cyanose l’élite.
Claudine ressemble à Hester. Elles ont en commun des convictions honnêtes, droites, elles défendent l’injustice, elles sont des femmes modernes, trop pour l’époque, et elles font fi des préjugés.
Un roman policier sympathique, parfait pour décembre… une petite parenthèse entre les préparatifs qui occupent les journées de l’Avent.

.

tumblr_moy5j5ewzt1snbdp7o1_1280

.

.

.

Challenges, lectures and swaps

.

Les Gourmandises mènent bon train dans notre cuisine. Nous étions en 2014, 19 marmitonnes à faire siffler la marmite. En cours d’année, un petit rendez-vous s’est progressivement installé avec 5 copines, tous les dimanches. Nous sommes bien décidées à le continuer et si vous désirez nous rejoindre, vous êtes les bienvenus.
Pour célébrer l’anniversaire du challenge, un swap a été organisé et sera mis en billet pour le 08 février. Nous entamerons notre quatrième année…

Anne Perry… Nous sommes 32 lectrices et fans absolues ! Ce challenge a débuté en 2012 et garde une belle cohésion. Si le groupe des Pitt prend l’avantage sur celui des Monk… je tiens à informer ces demoiselles que j’ai décidé de mettre le turbo ! C’est même ma première résolution de lectrice. Attendez-moi… j’arrive !
Avec ses séries, ses lectures de Noël, Anne Perry n’arrête pas de nous surprendre. La qualité de ses histoires nous fidélise !
C’est en mars que nous fêterons l’anniversaire et pour cette occasion j’aimerais vous proposer un swap pour le mois d’avril ; le thème serait le XIXème siècle.

SWAP : A la suite de ce billet, dans les commentaires, il suffit de laisser votre nom et votre désir d’y participer. Les surprises (pour le 17 avril) devront rentrer dans une enveloppe bulle avec…
– 1 belle carte
– 1 livre de poche
– 1 surprise fantaisie rappelant l’ère victorienne
Avec : Syl., NathChoco, Aymeline, Sharon, Nag,

Chlorophylle est un petit challenge personnel ! Je n’en ai jamais parlé, je mets seulement ce logo en début de mes billets qui racontent les fleurs, le jardin. Vous êtes bien sûr les bienvenus…

Nicolas et Sherlock ! Quel dommage… nos lectures communes ont cessé très rapidement, en grande partie par ma faute. Être amoureuse de ces deux personnages ne suffit pas ! Faute de temps, faute d’entrain, faute de… que fait-on ? J’ai très envie de les retrouver ! On verra donc au fil des mois.
Edit 1 : Nous lirons pour le 20.02 en LC, « Scandale en Bohème » avec Caro, Aymeline,

Voici donc mon petit bilan. Les inscriptions à ces rendez-vous sont toujours ouvertes, si le cœur vous en dit.

A bientôt

.
logo swap anne perry

.

.

.

Mariage impossible

ban10« Le mois anglais » avec Titine, Lou et Cryssilda – 15ème billet
Challenges…« XIX siècle » de Fanny et Kheira, « God save the livre » d’Antoni, « British Mysteries » de Hilde et Lou, « Polars » de Liliba et Anne Perry de Syl.

Une lecture commune avec Adalana et Shelbylee

.
Série William Monk

Tome I, Un étranger dans le miroirTome II, Un deuil dangereux
Tome III, Défense et trahisonTome IV, Vocation fataleTome V, Des âmes noires Tome VI, La marque de CaïnTome VII, Scandale et calomnie
Tome VIII, Un cri étranglé

.

Monk9Mariage impossible
Tome IX
Anne Perry

.
Londres, 1860,

Oliver Rathbone est considéré comme l’un des meilleurs avocats d’Angleterre. Reconnu par ses pairs, reçu dans les plus grandes familles et anobli par la reine, il peut être fier de sa notoriété. Perdu dans ses réflexions, il est dérangé par son clerc qui lui annonce une visite.
Suivi pour violation de promesse, l’architecte Killian Melville souhaiterait qu’Oliver le représente lors de son procès. Son histoire, surprenante et bien difficile à comprendre, se résume à une certitude… il n’épousera jamais Miss Zillah, la fille de son client  Mr Barton Lambert. L’amitié qui l’unissait à la jeune fille a été mal interprétée et très vite, il s’est vu piégé dans les préparatifs d’un mariage. S’il refuse l’union, la réputation de Zillah sera entachée, la bonne société lui tournera le dos, elle ne pourra plus se marier et restera une vieille fille bannie. Le procès est donc inévitable.
Lorsque Oliver le questionne sur sa résolution à ne pas se marier, Melville reste hermétique à toute explication. Certes, la demoiselle est très belle, douce, intelligente et amoureuse, elle est de surcroit la fille de son mécène qui lui offre l’opportunité de réaliser ses œuvres, mais pour rien au monde il ne se trahirait pour de faux sentiments et certainement pas pour de l’ambition.
 » – Je suis un très bon architecte, sir Oliver, reprit-il à mi-voix. Certains me trouvent même brillant. je ne devrais pas avoir à me prostituer pour obtenir du travail. »
Pour Oliver, il n’y a pas d’alternative, il assurera la défense du mieux qu’il pourra, mais avant, il demandera à William Monk d’enquêter sur Melville et les Lambert.

Hester Latterly travaille à Tavistock Square, un quartier du nord-ouest de Londres, dans la famille des Shelton. Le lieutenant Gabriel Shelton est revenu des Indes défiguré et amputé d’un bras. Sa convalescence est hantée par des visions du massacre de Cawnpore (voir article wikipédia « Révolte des cipayes ») où ses camarades, des civils, des femmes et des enfants furent sauvagement assassinés. « – Nous étions plus de neuf cents… Nous sommes quatre à avoir survécu. » Physique et psychique sont atteints et pour l’aider à affronter ses cauchemars, les exorciser, Hester lui décrit ses propres souvenirs de Crimée, à l’époque où elle était une infirmière des troupes de Florence Ninghtingale. Même si une horreur ne peut en chasser une autre, même si cette complicité n’est pas du goût du frère aîné de Gabriel, Hester arrive petit à petit à sortir le jeune homme de son enfer. Son dévouement, son courage, son anticonformisme, sont des caractères qui intriguent  Perdita, la femme de Gabriel, qui se trouve démunie face à ce mari qu’elle ne comprend plus. Une autre personne approuve les manières sans fard d’Hester, c’est Miss Jackson, la femme de chambre de Perdita. Bien vite, elle perçoit en Hester une personne fiable et généreuse en qui elle peut confier ses remords. Lors d’une discussion, alors qu’elles en sont à parler du visage défiguré de Gabriel, Martha Jackson raconte la triste histoire de la famille de son frère. Au décès prématuré de celui-ci, sa femme a fui en abandonnant à l’orphelinat ses deux petites filles qui souffraient de malformations au visage et de surdité. Vingt ans après, Martha ne peut s’empêcher de penser à ses nièces et son vœu le plus cher serait de les retrouver. Plus proche du fantasme que de la réalité, ce souhait semble impossible mais c’est sans compter la foi et l’obstination d’Hester qui voue une confiance absolue dans les talents d’enquêteur de son ami William Monk…

Sa bienfaitrice et confidente Lady Callandra Daviot étant en Ecosse, William Monk va chercher auprès d’Hester quelques conseils sur sa dernière investigation. L’âme humaine, en particulier celle des jeunes filles de la bonne société et de « l’inconvenance » à rester célibataire, est moins impénétrable pour elle que pour lui. Les plaisirs de la revoir, de se décharger de ses préoccupations, de la trouver en meilleure forme et bien installée, font qu’il repart  de chez les Shelton réconforté, entreprenant, et nanti d’une deuxième enquête. Les deux affaires paraissent insolubles, tortueuses, et pourtant il se sent plus résolu et téméraire qu’avant. Hester est toujours pour lui une source d’agacements, mais aussi de sérénité, non… mieux, de bonheur.

Le procès Melville-Lambert débute avec toute la hargne de l’avocat adverse qui n’hésite pas à divulguer de façons calomnieuses les mœurs « contre-nature » de Melville. L’affaire prend une telle proportion que, chose inhabituelle, Rathbone se sent vaincu avant même d’avoir commencé. Maître de rien, incapable d’avoir la moindre explication de la part de son client qui se borne à se taire, il est seulement le témoin d’un acte perdu d’avance, découragé et déçu. Cette déception prendra toute son ampleur lorsqu’on l’avertira du suicide de Melville ; un être brillant, fascinant, que tous regrettent déjà.

Pourquoi ? Une question supplémentaire que Monk devra élucider. Sur les traces des nièces de Martha dans le Londres le plus sordide, sur le passé mystérieux de Killian Melville et sur les personnalités de la famille Lambert, Monk va se démener et découvrir tragiquement que toutes les routes mènent à une seule destination.

.
Ce 9ème tome de la série William Monk est l’un de mes préférés. Anne Perry me surprend toujours. Si j’arrive parfois à soupçonner le meurtrier bien avant les justiciers, je suis toujours épatée par l’histoire et celle-ci est particulièrement étonnante. Comme souvent, l’auteur aime ajouter à sa trame des fils qui finissent par se rejoindre dans le final ; tout s’imbrique pour ne former qu’une intrigue. On pourrait penser que ce surpassement est excessif et théâtral, mais non… on salue l’imagination.
Dans cette lecture, c’est William Monk qui fera le lien, il est l’électron voyageur. Oliver est accaparé par sa plaidoirie et son client, quant à Hester, elle est au service des Sheldon. Monk, embauché par l’un et l’autre pour des affaires différentes, se verra tiraillé et obsédé. Les deux enquêtes sont difficiles à résoudre, presque impossibles.
Le roman aborde différents thèmes importants de cette époque victorienne. En parallèle et en analogie des mystères, il y a la Compagnie anglaise des Indes orientales et la révolte des Cipayes de 1857 à 1859, la condition de la femme dans la bonne société, l’éducation supérieure et l’homosexualité. Des sujets déjà traités par Anne Perry.
Il est à signaler que ce volume voit la réponse à une question que tout lecteur de la saga Monk se pose… et ce, dès le premier tome. Le cas de Melville, sur le mariage ou le célibat, va faire réfléchir Monk et Rathbone. L’un des deux va se décider à franchir le pas…

Un livre et une série à conseiller +++

.
D’autres billets chez Adalana, Shelbylee, LilouSoleil,

.

James_Tissot
Peinture de James Tissot

.
.
.
.
.

Nos rencontres avec Anne Perry, 2014

.
logo anneperry2Nos rencontres avec Anne Perry
.

Aujourd’hui, nous entamons la troisième année de ce challenge. Plus qu’un challenge, c’est une rencontre avec Anne Perry à travers différentes époques, différentes sagas, différents héros.
De ces deux années, il s’en dégage deux séries que nous aimons poursuivre. Bien amicalement, deux équipes se font « la course » et se talonnent… la team Monk et la team Pitt… avec autant de tomes à lire !

Voici les lectrices qui participent…
Cette page est ouverte à toutes les personnes qui souhaitent nous rejoindre. Vous êtes les bienvenues !

Adalana, 9 titres – Alice, 16 titres – Anne, 2 titres – Asphodèle, 8 titres – Aymeline, 2 titres –  Bianca, 14 titresCacahuète, 1 titre – Claire, 22 titres – Eiluned, 3 titres – Emma, 6 titres –   Emmanuelle, 1 titre – Estellecalim, 2 titresFany, 1 titre – Fanny, 9 titres – George, 2 titres LilouSoleil, 8 titres – Lou, 3 titres – Mazel, 2 titres Miss Léo, 1 titre – Nag, 22 titres –    Nahe, 1 titreNathChoco, 6 titres – Natiora, 1 titre – Patacaisse, 4 titres – Philisine, 2 titres – Sharon, 17 titres – Shelbylee, 9 titres – Somaja, 7 titres – Touloulou, 2 titres

Pour finir l’année, j’ai fait cinq colliers yo-yo en tissu pour les lectrices qui ont lu le plus de titres, à savoir…

Claire, Nag, Sharon, Alice et Bianca !

.
IMGP1729.

.
.
.