Charles à l’école des dragons

logo album1
« Je lis des albums » d’Hérisson
Sur les conseils de Za

.

.

charles à l'école des dragonsCharles à l’école des dragons
Texte d’Alex Cousseau
Illustrations de Philippe-Henri Turin

.
Charles est un bébé dragon, né un 9 avril 1821 au sommet d’une montagne couverte de nuages. A trois ans, il paraît un peu « maigrichon », a des ailes et des pieds disproportionnés, et aime réciter la poésie qu’il écrit. Ses parents sont si fiers de lui !
Trois ans, c’est l’âge d’aller à l’école. Un matin, son papa l’accompagne auprès de la maîtresse qui lui apprendra tout ce qu’un dragon doit savoir faire… Mais les jours passent et Charles est de plus en plus tenu à l’écart. Pataud et chétif, il n’a que la poésie pour compagnie, car ses camarades l’ignorent et le narguent. Voler, cracher du feu sont deux exercices élémentaires qu’il n’arrive pas à faire…

« On me dit de cracher
alors très bien crachons
Mais pour cracher du feu
je suis trop maigrichon
Mon souffle est bien trop faible
pour les incendies
Je ne crache que des mots
que de la poésie… »

L’hiver arrive, puis bien vite, c’est la fin de l’année scolaire. Toujours rejeté, seul avec ses cahiers de poésie et découragé, Charles aspire à autre chose… Un jour, lui aussi déploiera ses ailes pour parcourir le ciel…

.
Deux auteurs au service de Charles et le résultat est excellent ! Histoire et dessins sont une réjouissance pour le petit lecteur. L’émotion est au rendez-vous.
Charles aime s’exprimer en vers et sa prose sensible raconte bien souvent sa mélancolie. Il est dans la lignée des romantiques et très tôt, il clame la laideur de son horizon, le ridicule du bonheur et la vulgarité de la beauté (…un régal dans les rimes !). Même s’il est le petit chéri de ses parents et qu’il ne se laisse pas facilement intimider, ses problèmes à l’école l’attristent. A la fin de son année scolaire, sa patience étant érodée, il veut alors rencontrer d’autres univers, découvrir le monde, et ne plus connaître cet ostracisme.
Heureusement, l’histoire est joyeuse, le petit lecteur, titillé par l’infortune de Charles, sera comblé par la fin.
Les dessins de Turin sont magnifiques ! Les expressions, les détails, les couleurs, c’est une abondance qui accroche le regard et qui suscite toute notre admiration. Ils illustrent superbement la verve malicieuse, fantaisiste et pleine de tendresse.

Un livre à conseiller !

Des billets chez Za, Bladelor, Jen, Somaja, Bianca,

.

charles.

.

.