Le visage de l’Ombre, Tome III – Le livre des Etoiles

Lecture commune avec Nahe
Les Mondes Imaginaires d’Aymeline, Le nez dans les livres de George

.
Tome 1 – Qadehar le sorcierTome 2 – Le seigneur Sha

.
le livre des etoiles 1Le Livre des Etoiles
Le visage de l’Ombre
  Tome 3
Erik L’Homme

.

Introduction du billet précédent :
Dans un cercle d’initiés, il est dit que la France compte quatre-vingt-dix-sept départements. Dans un temps très lointain, un morceau de terre de la côte nord-ouest s’est détaché et s’est éloigné dans l’océan. Du continent, cette parcelle reste secrète, un royaume ignoré et oublié qui devint le Pays d’Ys.
Sur cette île, deux portes donnent accès à deux mondes, le Certain et l’Incertain… Le premier est le monde que nous connaissons, le réel, le deuxième ouvre sur le fantastique avec des créatures venues des contes et des légendes.
Il arrive, mais c’est assez rare, que des personnes souhaitent habiter le Monde Certain. On les appelle alors des Renonçants. Puis d’autres qui franchissent la porte qui mène au Monde Incertain, on les nomme les Poursuivants. Ils font office de justiciers et essaient de maintenir un semblant d’ordre.

.
Dans la tour de Yénibohor, l’Ombre s’emporte contre les korrigans qui n’ont pu lui ramener Guillemot. Sous ses yeux, des rangs de prisonniers serpentent la rue sous le joug des moines et des orks.
Le grimoire des Etoiles ne suffit pas. Sans le jeune garçon, ses pouvoirs sont amoindris. Il confie alors la tâche de kidnapper Guillemot, à son plus fidèle serviteur Eusèbe de Gri, le sorcier.

Guillemot a rendez-vous avec Bertram, un jeune sorcier de seize ans qui a pour mission d’assurer sa sécurité. Tous les deux ont décidé d’aller rejoindre Maître Qadehar. Pour ce voyage, il ne demandera pas à ses amis de l’accompagner. Leur dernière aventure aurait pu mal se terminer et dorénavant, il souhaite leur épargner tout tracas… Plus tôt que prévu, Bertram se fait annoncer et embarque Guillemot pour le Monde Incertain. Ce que le jeune apprenti ne sait pas, c’est que Bertram n’est pas Bertram…

Plus tard dans la matinée, alors qu’Alicia la mère de Guillemot s’apprête à sortir, Bertram vient chercher son fils. Un quiproquo s’en suit sur l’absence de Guillemot, qui alarme le jeune homme… Il semblerait qu’on ait enlevé son ami.
Immédiatement, il envoie des messages télépathiques à Coralie, Ambre, Romaric et Gontrand et contacte son maître Gérald qui leur demande de ne pas bouger… Les amis de Guillemot feront fi de cette requête et seront rejoints par Agathe et Thomas.

« – La question n’est pas de savoir comment, ni même par qui, mais où ! Où a-t-il été emmené ?
– Dans le monde Incertain, vraisemblablement, répondit Gérald(…).
– Dans ce cas, déclara Romaric, qu’est-ce qu’on attend pour y aller ?

– Holà, holà ! s’exclama Gérald d’un ton autoritaire (…). Vous n’irez nulle part ! La situation est déjà assez confuse comme ça. N’allez pas en rajouter ! Vous allez tous rentrer sagement chez vous (…). Bertram, je comte sur toi pour que ce petit monde ne fasse pas de bêtises. D’accord ? Bon, au revoir !
– Au revoir ! répondirent-ils en chœur.
Dès que le sorcier eut quitté la taverne, ils se regardèrent les uns les autres.
– Vous savez quoi je pense ? demanda Romaric en faisant mine d’examiner les ongles de sa main.
Un sourire illumina aussitôt le visage de chacun des amis réunis, à l’exception de Bertram… »

Pendant que les Maîtres de Gidfu organisent avec deux cents chevaliers la libération de Guillemot et des retrouvailles avec Qadehar et Urien,
pendant que Bertram en compagnie des six amis sollicitent toutes les tribus, les castes, les Hommes des Sables, les Grands magiciens du Petit Peuple, la Société de l’Ours et les korrigans,
pendant que Qadehar se maudit d’avoir laissé son apprenti…
dans son cachot, Guillemot fait la connaissance de l’Ombre qui lui propose une alliance et reçoit à chaque demande un refus. Magie contre magie, les étincelles crépitent.

.
Dernier tome de la trilogie, le livre fait place à un duel, deux forces, le bien contre le mal. L’Ombre qui sinuait comme un spectre dans les deux premiers tomes, devient réelle dans ce troisième. Elle joue un huis clos avec Guillemot, alors qu’à l’extérieur, un combat final se prépare et met à l’honneur tous les personnages rencontrés au cours de la lecture. Ils s’unissent tous contre l’Ombre et ses sortilèges destructeurs.
La plume de l’auteur comble le lecteur qui trouve en cette histoire une belle énergie ; humour, amitié, bravoure, abnégation, fantaisie, magie, amour… et dans ce dernier acte, les réponses à de nombreuses questions ; filiation de Guillemot, identité de l’Ombre, l’envoûtement d’Ambre…
Une série que j’ai aimée et que je conseillerai à des jeunes gens.

Il paraît qu’un quatrième tome serait en préparation ! A voir… Avec Nahe nous serions heureuses de retrouver le Pays d’Ys, un enchantement.

Billets de Nahe : Tome 1Tome 2Tome 3

 Le_Seigneur_des_Anneaux_Online-306437808

Le Seigneur des Anneaux
Illustration du jeu
.
.
.
.
.

Le seigneur Sha, Tome II – Le livre des Etoiles

Lecture commune avec Nahe
Les Mondes Imaginaires d’Aymeline, Le nez dans les livres de George

.
.
Tome 1 – Qadehar le sorcier

le livre des etoiles 1Le Livre des Etoiles
Le Seigneur Sha – Tome 2
Erik L’Homme

.
Introduction du billet précédent :
Dans un cercle d’initiés, il est dit que la France compte quatre-vingt-dix-sept départements. Dans un temps très lointain, un morceau de terre de la côte nord-ouest s’est détaché et s’est éloigné dans l’océan. Du continent, cette parcelle reste secrète, un royaume ignoré et oublié qui devint le Pays d’Ys.
Sur cette île, deux portes donnent accès à deux mondes, le Certain et l’Incertain… Le premier est le monde que nous connaissons, le réel, le deuxième ouvre sur le fantastique avec des créatures venues des contes et des légendes.
Il arrive, mais c’est assez rare, que des personnes souhaitent habiter le Monde Certain. On les appelle alors des Renonçants. Puis d’autres qui franchissent la porte qui mène au Monde Incertain, on les nomme les Poursuivants. Ils font office de justiciers et essaient de maintenir un semblant d’ordre.

.
Guillemot de Troïl est revenu du Monde Incertain, auréolé de gloire.
Désormais, il partage son temps entre ses cours au collège et son apprentissage au monastère de Gifdu.
Comme il l’annonce dans sa correspondance à Ambre, les cinq amis se retrouveront bientôt pour les fêtes de Samain au début du mois de novembre.
Gontrand est élève à l’Académie de musique de Tranteval, Romaric est apprenti chevalier à l’Académie de Bromotul, Ambre et Coralie, les jumelles, vivent toujours chez leurs parents.

A présent, Guillemot connaît les vingt-quatre graphèmes, les termes qui donnent accès au Wyrd et bientôt, son maître Qadehar lui apprendra la sorcellerie. Cependant, si tout doit être fait dans les règles, la menace de l’Ombre accélère son éducation.
Le grand mage Charfalaq a décidé de combattre le démon et confie à Qadehar l’expédition dans le Monde Incertain.
Alors que Guillemot est laissé aux bons soins de Bertram, un jeune sorcier, un homme mystérieux, vêtu d’un manteau rouge, pénètre l’enceinte du monastère à sa recherche. L’intrusion est une agression et Guillemot tente de se cacher dans les sous-sols.

Cet homme est le Seigneur Sha. Après avoir confondu Sha avec l’Ombre, Guillemot apprend qu’il portait quatorze ans plus tôt, le nom de Yorwan. Le sorcier qui avait volé le Livre des Etoiles revient pour s’entretenir avec celui qu’il pense être son fils…

Ce deuxième volume de la trilogie répond à certaines questions et en provoque d’autres. Les évènements se succèdent rapidement… Qadehar est mis en cause dans l’échec de l’expédition. L’Ombre lance des mercenaires pour lui ramener Guillemot. Ambre est possédée par une force extérieure. Le Seigneur Sha se dévoile et laisse supposer de terribles conjectures… Le Monde Incertain sous l’emprise de l’Ombre bouillonne et met en danger le Pays d’Ys…
Nous retrouvons les cinq amis toujours unis et à eux, s’ajoutent Agathe et Bertram pour des aventures fantastiques et ébouriffantes.
L’auteur trempe sa plume dans différents encriers… humour, intrigue, sentiments, magie, amitié, équipées aventurières, bravoure, intelligence, forces du mal-forces du bien… et emporte le lecteur dans des mondes lointains et secrets.

Bientôt avec Nahe nous retrouverons le Livre des Etoiles pour son ultime épisode.
Une série à conseiller +++

Billets de Nahe : Tome 1Tome 2

.
korrigan-craneIllustration de Jean-Baptiste Monge
.
.
.
.
.

L’assassin du roi, Tome II

Lecture commune avec Eiluned en parallèle de celle d’AcrO,
et Mondes imaginaires d’Aymeline

.
Tome 1 – L’apprenti assassin

.
ar2L’assassin royal
L’assassin du roi – Tome 2
Robin Hobb
.

Introduction du billet précédent :
La famille régnante est les Loinvoyant et leurs ancêtres étaient des Outrîliens venus de la mer. Le premier roi était Preneur ; « c’est avec ce patronyme qu’est née la tradition d’octroyer aux filles et aux fils de sa lignée des noms qui devaient modeler leur vie et leur être. » L’histoire de cette mémoire se passe au temps du roi Subtil dont la forteresse se nomme Castlecerf. En premières noces, le roi Subtil a eu deux garçons, Chevalerie et Vérité. Après le décès de sa première épouse, il a pris en deuxième noce, Désir, et a eu un troisième fils, Royal.

.
Après avoir failli succomber à un empoisonnement, Fitz reste très affaibli. Au Royaume des Montagnes, il se remémore son allégeance au roi Subtil, son grand-père et son enfance en tant que bâtard. Il bénéficiait du gîte, du couvert, d’une éducation et des apprêts d’un prince tout en étant considéré comme un importun, un illégitime. A Castelcerf, il eut les plus grands maîtres… Hod, pour les armes, Geairepu, le scribe, Umbre, pour la « diplomatie », Galen, pour l’Art, la magie royale, et Burrich, maître d’écurie et substitut de père. Il a des pensées aussi pour Molly, son amie de coeur, celle qu’il veut protéger des mystères et magies qui l’habitent.
« Elle était à l’écart de ces choses, elle n’en était pas souillée, et je la préservais soigneusement de leur contact. Je n’essayai jamais de l’attirer dans mon univers ; au contraire, c’est moi qui allais le retrouver dans le sien… ».
Fréquemment aux portes des ténébres, Fitz entre en transes dans une conscience vacillante et voit des images, visions de combats, d’horreurs, d’invasions, de feu et de sang. Burrich, à son chevet, essaie de le soigner et l’encourage à conserver sa lucidité.

Après de longs mois d’absence, le retour à Castelcerf se fait presque dans l’incognito. Fitz, toujours très épuisé perçoit les critiques des villageois sur la famille royale. Ils louent le prince Royal de son tempérament, sa faconde, et pensent que le bâtard du prince Chevalerie est mort.
Si pour la plupart, Fitz est considéré comme un laquais, auprès de son oncle Vérité, le roi-servant, il est un être cher, valeureux et inestimable. La confiance qu’il lui accorde est une charge bien lourde pour ce neveu, formé à être un espion et un assassin.
Durant leur entretien, Fitz apprend les arcanes de la politique. Aucune vengeance envers le prince Royal ne peut être exercée. Il faudra apprendre la patience et jouer une stratégie de longue haleine. Vérité, tout en sagesse, lui annonce qu’il va partager ses pouvoirs en donnant à son frère la gestion du Royaume pendant que lui se consacrera à la défense. Il faut savoir ménager le chien aux dents acérées et lui accorder une certaine considération.

La réapparition de Fitz anime le château. Dame Patience, la femme de son père, ancienne reine-servante, qui l’avait pris comme écuyer, s’impatiente de le voir. Elle lui apprend que Molly, après avoir subi les attaques des Pirates Rouges à Vasebaie, était venue demander de l’aide, en pensant retrouver « Le Nouveau », petit surnom qu’elle donnait à ce jeune apprenti scribe qui la suivait partout. Molly, désargentée, est à présent au service de Dame Patience qu’elle a prise sous sa protection.

Fitz retrouve ses marques au château et dans la ville. L’hiver laisse la neige recouvrir le sol gelé. Le vent soulève des bourrasques et annonce des temps rigoureux. Lors d’une virée en solitaire, il découvre un louveteau maltraité par un marchand. Affamé, battu, incarcéré dans une cage, le loup fait jaillir le Vif. Si l’Art est un moyen de communiquer par l’esprit, cette télépathie s’adresse aux hommes, quant au Vif, il est une transmission entre l’humain et l’animal. Cette capacité n’est pas tolérée au Royaume des Six-Duchés, elle est même considérée comme une force maligne qu’il faut exterminer. Fitz en est possédé et l’a toujours tenu secret. Après un marchandage de maquignon, Fitz repart avec le loup. Il l’appellera Loupiot…

Sur les conseils de Umbre, Fitz devient un confident pour la reine-servante Kettricken, épouse de Vérité. Le roi Subtil a une santé qui décline, les Pirates Rouges sont de farouches combattants qui ont des visées sur leurs terres, le prince Royal ourdit des manigances, l’hiver s’étire… et Fitz se partage pour le Royaume, prêt pour la lutte, la hache à la main.
.

Deuxième épisode d’une saga qui en comporte six. J’ai retrouvé la magie de l’histoire et un Fitz bien plus grand. Dans ce tome, il a quinze ans, un adulte ! Elevé pour qu’il soit un assassin et un espion, il est forcé de se vouer au roi Subtil et aux Loinvoyant. Il n’y a pas de place à la tendresse, l’amour et la compassion, mais si elle se manifeste, elle se donne avec retenue et discrétion. Dame Patience, le prince Vérité, Burrich, parfois Le Fou du roi, ont des attentions envers Fitz, modérées, éclipsées, voilées. L’intrigue est moins puissante que dans le premier livre. On dirait que l’hiver paralyse l’action. Elle est en sourdine. Le prince Royal agit avec duplicité, distillant du poison dans ses mots… charmant ses proies comme un serpent.
Les écrits de l’auteur sont riches, ainsi que les paysages qu’elle nous fait imaginer. Je pense que le personnage de Fitz commence à prendre ses racines dans ce roman, lui et son loup.

Je ne connais pas encore le programme de nos lectures avec Eiluned, mais je vais tacher de ne pas trop tarder à lire la suite. Nous sommes dans l’attente des Pirates Rouges…
Alors nous vous disons à bientôt !

Billet d’Eiluned : Tome 2
D’autres billets : AcrO,

.
Matejko_StanczykMatejko – Le fou du roi
.
.
.
.

Qadehar le sorcier, Tome I – Le livre des Etoiles

Les Mondes Imaginaires d’Aymeline, Le nez dans les livres de George
Lecture commune avec Nahe

.
le livre des etoiles 1Le Livre des Etoiles
Qadehar le sorcier
Tome 1
Erik L’Homme

 .

Dans un cercle d’initiés, il est dit que la France compte quatre-vingt-dix-sept départements. Dans un temps très lointain, un morceau de terre de la côte nord-ouest s’est détaché et s’est éloigné dans l’océan. Du continent, cette parcelle reste secrète, un royaume ignoré et oublié qui devint le Pays d’Ys.
Sur cette île, deux portes donnent accès à deux mondes, le Certain et l’Incertain… Le premier est le monde que nous connaissons, le réel, le deuxième ouvre sur le fantastique avec des créatures venues des contes et des légendes.
Il arrive, mais c’est assez rare, que des personnes souhaitent habiter le Monde Certain. On les appelle alors des Renonçants. Puis d’autres qui franchissent la porte qui mène au Monde Incertain, on les nomme les Poursuivants. Ils font office de justiciers et essaient de maintenir un semblant d’ordre.

Au pays d’Ys, Guillemot de Troïl est un jeune collégien de douze ans. Il habite seul avec sa mère Alicia, soeur du chef de leur clan. Il n’a jamais vu son père qui a fait le choix de partir un jour sur le continent pour ne plus revenir. Au collège, il est un élève moyen, un peu complexé et rêveur. Harcelé trop souvent par la bande d’Agathe de Balangru, il désirerait avoir plus d’envergure et de courage. Un jour, il aimerait être un Chevalier du Vent, en armure sur un cheval ; cette confrérie étant la « police » du pays.

Pour la fête de l’anniversaire de son oncle Urien, au château, Guillemot retrouve ses fidèles amis… Ambre et Coralie de Krakal, des jumelles qui viennent de Dashtikazar, l’une coquette, gracieuse et douce, l’autre intrépide, guerrière et taquine, Gontrand, futur musicien et trouvère, et Romaric de Troïl, son cousin, fort, téméraire et futur sujet de la Confrérie du Vent. Les cinq copains sont une unité solidaire qui aime clamer la devise « Tous pour un et un pour tous ».
Lors de la soirée, un affrontement entre deux pairs du royaume, interrompu par la magie, provoque l’évanouissement et la lévitation de Guillemot. Le phénomène est rare. D’après Maître Qadehar, un puissant sorcier de la guilde des mages, c’est « l’effet Tarquin ». Seul, un éventuel sorcier peut être sensible aux ondes cabalistiques et rentrer en transe.
Avec l’accord de sa mère et de son oncle, Guillemot devient alors l’apprenti du plus grand maître de la sorcellerie. Mais Qadehar n’est pas seulement un sorcier, il est aussi un Poursuivant implacable et redouté qui va souvent combattre les créatures machiavéliques du Monde Incertain.

Les vacances scolaires du Pays d’Ys sont au rythme de celles du continent. Cette année, Guillemot va les partager entre ses balades avec ses amis et sa formation de sorcier qu’il trouve passionnante.
Qadehar, en professeur patient et prévenant, lui parle du Livre des Etoiles disparu depuis de nombreuses années et lui apprend le langage des graphèmes, un pouvoir runique. La vie est d’une douce quiétude, lorsqu’un jour sur la plage, des Gommons, mi-hommes, mi-poissons du Monde Incertain, kidnappent Agathe de Balangru, venue embêter Guillemot dans ses songes. Dans les premiers instants, la peur et la surprise tétanisent le jeune garçon qui avant de lancer son sort, ne pense qu’à fuir. Il arrive tout de même à sauver la vie de Thomas, le lieutenant d’Agathe, un garçon costaud mais bête.
Pourquoi a-t-on voulu enlever Agathe ? Et si il y avait erreur sur la personne ?

Envoyé dans un lieu sûr et imprenable, Guillemot doit abandonner son foyer, sa mère et ses amis. Là-bas, il poursuivra son apprentissage et ourdira le début de l’aventure.
Il se sent prêt à franchir la porte et aller chercher Agathe. Mais avant, il doit attendre l’arrivée de ses complices, car il ne peut partir tout seul ! L’aventure doit se vivre à cinq…

A eux, le Monde Incertain, avec ses mystères !
.

Premier livre d’une trilogie, j’ai replongé dans une histoire faite d’incantations, d’apprentissage, d’aventures, de personnages obscurs, de secrets, de combats entre les forces du mal et du bien, d’amitiés, de valeurs et de fantastique. Tous les ingrédients qui font de ce livre, un roman passionnant, digne de mes autres séries qui m’ont captivées… L’apprenti d’Araluen et L’apprenti Epouvanteur. Les charmes supplémentaires de celle-ci sont l’humour et le croisement des mondes.
Guillemot est un jeune adolescent qui ressemble à un chiot un peu pataud, puis, au fil de l’histoire, il dévoile sa personnalité, ses pouvoirs, son charisme, son intelligence et sa bravoure. Son équipe, Ambre, Coralie, Romaric et Gontrand, personnifie la fidélité, l’héroïsme et sa force. Même Agathe et Thomas, insupportables au début, arrivent à nous attendrir.
Ce premier tome place les personnages, nous fait entrevoir l’ombre qui guette sournoisement quelque part dans le Monde Incertain et l’énigme qui entoure Guillemot et sa mère.

Vous ne serez pas étonnés si je vous dis… A conseiller !

Ma copine de lecture commune a apprécié et nous continuons d’avancer dans ces mondes imaginaires.

Billet de Nahe : Tome 1

pays-dysLe pays d’Ys, carte proposée par Méloë

Le monde incertainCarte du Monde Incertain

.
.
.
.

Le cauchemar de l’Epouvanteur, Tome VII

Voyage en Angleterre organisé par Lou, Cryssilda et Titine7ème billet
Lecture commune avec Eiluned et Somaja

.
Tome 1 – L’apprenti EpouvanteurTome 2 – La malédiction de l’Epouvanteur
Tome 3 – Le secret de l’EpouvanteurTome 4 – Le combat de l’Epouvanteur
Tome 5 – L’erreur de l’EpouvanteurTome 6 – Le sacrifice de l’Epouvanteur

.
l'apprentiépouvanteur7Le cauchemar de l’Epouvanteur
Tome 7
Joseph Delaney

.
Petite introduction tirée du premier billet :
Thomas Ward est un jeune garçon de treize ans dont les parents habitent une ferme ; le père est paysan, la mère, d’origine grecque, est accoucheuse. Etant le septième fils d’un septième fils, Tom peut prétendre recevoir l’éducation d’un apprenti Epouvanteur. Sa mère, consciente de ce fait, a envoyé une missive à Monsieur Gregory, l’Epouvanteur de Chipenden. Prophétie, aspiration ou conviction, elle souhaite que Tom quitte sa famille et soit initié à une autre vie.
« J’ai donné le jour à un petit garçon. Il est le septième fils d’un septième fils. Son nom est Thomas J. Ward, et c’est le cadeau que je fais à ce comté. Dès qu’il aura l’âge requis, je vous enverrai un mot. Je compte sur vous pour le former. Il sera le meilleur apprenti que vous ayez jamais eu, et le dernier. »

.

La guerre qui sévissait au sud du pays, progresse impitoyablement vers le nord. Des villages en feu périssent et sont désertés. Les villageois cherchent des terres d’accueil et s’éparpillent sur tout le territoire du Comté et même au-delà des rives…
Depuis son retour du voyage en Grèce, avec Alice, John Gregory et les chiens de Bill, Griffe, Sang et Os, Tom a conscience que les temps paisibles font place à une époque coléreuse et guerrière.

Alors qu’ils marchaient vers Chipenden, des soldats les surprennent et ils sont obligés de fuir vers une forêt où ils se terrent toute la nuit. Un cauchemar tourmente l’Epouvanteur. Il rêve que Lizzie l’Osseuse, la mère d’Alice et la plus dangereuse des sorcières de Pendle, arrive à s’échapper de la fosse où elle est maintenue prisonnière depuis près de trois ans.
Le lendemain, on lui annonce la terrible nouvelle… Une troupe ennemie a pillé et incendié plusieurs maisons dont celle de John Gregory ; la demeure avec son inestimable bibliothèque…
« La bibliothèque de mon maître était détruite ; tous ces mots écrits par des générations d’épouvanteurs, héritage d’innombrables années de lutte contre l’obscur, avaient été dévorés par les flammes.
Je perçus un sanglot. Je me détournai, gêné. Lui ? Il pleurait ? »
Dans la poussière des cendres encore chaudes, ils découvrent seulement le bestiaire à la couverture roussie. C’est une désolation, une vie de recherches détruite. Mais le plus dramatique, c’est la tombe de Lizzie vide. Le cauchemar de l’Epouvanteur prend vie dans la réalité.

Ils doivent trouver refuge ailleurs et la décision est prise d’aller au vieux moulin de Bill. Cependant, les campagnes et les villes sont assiégées et des troupes débarquent par la mer continuant l’invasion du nord.
C’est dans l’île de Mona, qu’ils pensent trouver l’hospitalité. Sur cette terre, l’Epouvanteur commence à énumérer les créatures qu’ils pourront étudier, dont une cruelle qui glace les sangs… le buggame.
« Le buggame est une catégorie de démon qui fréquente les ruines. Il prend le plus souvent la forme d’un taureau ou d’un homme velu, bien qu’il puisse choisir une autre apparence en fonction de ses besoins. On a observé que, sur les sols marécageux, il se transforme en énorme ver. »

Après avoir débarqué, ils reçoivent sur la plage un accueil peu chaleureux car les réfugiés sont rejetés et parfois tués. Toutefois, ne pouvant aller autre part, il est impératif de trouver un asile et c’est en le recherchant qu’ils retrouvent le capitaine de La Céleste. Les retrouvailles sont vite abrégées car Alice et Tom sont faits prisonniers. Les îliens ont découvert une embarcation avec des cadavres aux pouces coupés, laissant supposer qu’une sorcière rode dans les parages.

Au Fort de Greeba Keep, la tour Tynwald tient lieu de prison. On y enferme les sorcières et les supposées-sorcières,Pernicieuses, Bénévolentes, Inconscientes et Faussement Accusées, pour leur faire subir des tests.
L’eau, la presse, le tonneau, puis le bûcher ou le buggame, appelé aussi le broyeur car il dévore les chairs, boit le sang, broie les os et aspire l’âme du supplicié.
Ce démon est sous la férule du gouverneur de l’île, lord Barrule, un homme cruel et possédé par le jeu. Transformant sa forteresse en arène, il force des chiens, des hommes et des femmes à combattre jusqu’à la mort.

Barbare, inhumain, sanguinaire… mais pas autant que Lizzie l’Osseuse ! C’est ce que les résidents de l’île de Mona découvriront pour leur plus grand désespoir !
Alors qu’à quarante ans Lizzie voit ses pouvoirs croître, ceux de l’Epouvanteur s’amenuisent avec l’âge. Tom, aidé d’Alice, devra délivrer Mona de la domination de Lizzie, se surpasser et solliciter les puissances de l’obscur sans que cette influence le détruise.

J’ai beaucoup aimé cette série.
Je n’ai pas pu attendre pour lire la suite du sixième. Ce tome est le dernier traduit de la série, et d’après Sharon, il y en a encore trois autres en plus des hors-séries.
C’est en tripotant le livre pour une dernière fois (jusqu’à la prochaine, qui j’espère ne tardera pas trop), en caressant les reliefs de la couverture et son grain particulier, que j’ai remarqué les annotations… « Pour lecteurs avertis… Cet ouvrage comporte des scènes susceptibles de heurter la sensibilité de trop jeunes lecteurs. » C’est certain ! J’ai encore dans la tête des images bien dégoûtantes… supplices, puanteur, bave, hémoglobine…

L’histoire cette fois-ci est moins grave que la précédente, mais tout aussi captivante et animée. Lizzie, sortie de sa fosse, est en pleine forme et toujours friande de sang, de pouces et de maléfices implacables ! Les créatures ? Supeeer ! bien écumeuses, effrayantes, avides de grignotage humain… J’aurais été déçue du contraire !
L’auteur sait saisir le lecteur et l’appâte avec une belle composition d’épouvante.

Tom et Alice sont inséparables, dépendants l’un de l’autre et le duo est de choc ! John Gregory persifle sur cette tutelle de façon goguenarde, mais c’est à la fin du roman qu’il connaîtra la raison. Cette justification changera ses convictions et lui fera prendre une décision surprenante… contacter Grimalkin et lui proposer une association.
C’est dans cette expectative que je me retrouve en rangeant mon dernier volume de la saga, bien malheureuse de quitter le Comté, Alice, l’Epouvanteur et son apprenti.

N’attendez plus ! Rentrez dans l’univers de Tom Ward et combattez les forces du Malin.
A bientôt…

Eiluned : Tome 1Tome 2Tome 3Tome 4
Somaja : Tome 1 – Tome 2Tome 3 – Tome 4

Billets chez Sharon,
.

 Mithra
Mithra, peinture murale
.
.
.
.
.

 

Le sacrifice de l’Epouvanteur, Tome VI

Lecture commune avec Eiluned et Somaja

Tome 1 – L’apprenti EpouvanteurTome 2 – La malédiction de l’Epouvanteur
Tome 3 – Le secret de l’EpouvanteurTome 4 – Le combat de l’Epouvanteur
Tome 5 – L’erreur de l’Epouvanteur

.
l'apprentiépouvanteur6Le sacrifice de l’Epouvanteur
Tome 6
Joseph Delaney

.
Petite introduction tirée du premier billet :
Thomas Ward est un jeune garçon de treize ans dont les parents habitent une ferme ; le père est paysan, la mère, d’origine grecque, est accoucheuse. Etant le septième fils d’un septième fils, Tom peut prétendre recevoir l’éducation d’un apprenti Epouvanteur. Sa mère, consciente de ce fait, a envoyé une missive à Monsieur Gregory, l’Epouvanteur de Chippenden. Prophétie, aspiration ou conviction, elle souhaite que Tom quitte sa famille et soit initié à une autre vie.
« J’ai donné le jour à un petit garçon. Il est le septième fils d’un septième fils. Son nom est Thomas J. Ward, et c’est le cadeau que je fais à ce comté. Dès qu’il aura l’âge requis, je vous enverrai un mot. Je compte sur vous pour le former. Il sera le meilleur apprenti que vous ayez jamais eu, et le dernier. »

.
Maison de John Gregory, Chipenden,

Une nuit, Tom est réveillé par un éclair et le tonnerre. Le sentiment d’être menacé le perturbe et c’est en regardant dans le miroir de sa chambre qu’il s’aperçoit que son amie Alice le met en garde : « Danger ! Ménade vient te tuer ».
Par l’intermédiaire du tain, il peut communiquer avec celle qu’il ne doit plus fréquenter. Suite à une révélation sur Alice, une descendante des sorcières de Pendle, il a fait la promesse à l’Epouvanteur de ne plus la contacter. La séparation est bien difficile, mais Tom honore son serment avec obéissance.
Vaillamment, il s’aventure à l’extérieur, dans une nuit froide et sombre, prêt à affronter la créature qui l’attend. C’est une femme aux longs cheveux, au visage grimaçant peint en rouge, aux dents acérées, harnachée de cuir et armée d’un couteau. Le combat est féroce, bestial, et la ménade crache dans une haleine putride, des mots en grec comme si elle jetait des poisons ou des poignards.
A la fin de l’assaut, Tom l’enchaîne dans de l’argent et la paralyse. Il souhaiterait attendre le retour de l’Epouvanteur pour commencer à poser des questions, mais c’est sans compter la fureur du gobelin responsable de la garde du territoire qui se précipite sur la ménade pour la vider de son sang. L’interrogatoire n’aura pas lieu !

C’est John Gregory qui informera Tom de la nature des ménades…
« – Les ménades ne s’aventurent presque jamais en dehors de leur pays d’origine, la Grèce. Elles vivent en petits groupes dans des lieux sauvages. Elles vénèrent une déesse assoiffée de sang appelée l’Ordinn. Elles tirent leur pouvoir d’un mélange de vin et de chair crue qui les fait entrer dans une transe meurtrière jusqu’à ce qu’elles trouvent une victime (…)
– Mais pourquoi a-t-elle traversé la mer et fait un tel voyage jusqu’au Comté ?
– Elle est venue te tuer mon garçon, c’est évident. Ce que je ne saisis pas, c’est en quoi tu représentes une menace pour sa tribu, en Grèce. Quoique… Ta mère combat l’obscur là-bas. Ceci explique peut-être cela. »
Depuis trois ans d’apprentissage, Tom continue de découvrir le métier d’Epouvanteur. Il semblerait que son éducation soit sans fin. De nouvelles créatures se manifestent, toutes plus rusées, démoniaques et sanguinaires. Ainsi le bestiaire qui les recense, se met à jour au fil des aventures. L’encyclopédie s’étoffe avec l’arrivée de la ménade et d’autres noms apparaissent, les vangires, les fondamentaux et Ordinn.

Le pays toujours en guerre, souffre de la famine et des pillages. Depuis quelques mois, le Malin a été appelé sur Terre pour régner en maître éternellement et pour supprimer Tom. La tâche n’est pas si aisée car il ne peut le faire que par l’intermédiaire d’un sbire ou convaincre le jeune apprenti de passer du côté obscur en vendant son âme.
Tom doit rester vigilant et ne faire confiance à personne.

En recevant une lettre de sa mère qui le convie à la retrouver pour le solstice d’été, Tom se doute que des troubles sont à conjecturer.
Avec son mentor, il découvre sa mère revenue de Grèce, plus jeune, plus belle et plus sauvage, qui leur confie ses plans… Elle veut s’allier aux sorcières de Pendle, affréter un navire et se rendre en Grèce pour combattre la déesse Ordinn qui commence à ressurgir du néant. La ferme familiale voit fleurir des camps de sorcières parées pour la lutte et John Gregory refuse cette coalition, ne voulant pas de compromission, mais laissant à Tom le choix d’accepter ou de refuser le voyage.
L’ancien élève Bill Arkwright, devenu Epouvanteur, accepte la mission de les accompagner. Tom retrouve aussi Alice, Grimalkin, la sorcière la plus guerrière, Mab et ses sœurs.
L’étrange association avec les sorcières, des ennemies indomptables, se fait dans une relative unité. Chaque clan est bien décidé à combattre le Malin, ses démons et la déesse Ordinn.

Sans attendre, tous sont embarqués à bord de La Céleste pour traverser l’océan, rejoindre la Méditerranée et arriver sur le sol grec, berceau des anciennes divinités et des lamias…
Le navire quitte l’estuaire de la rivière pour les côtes du sud vers Liverpool, s’engage vers les Colonnes d’Héraclès, le rocher de Gibraltar en Méditerranée, jusqu’au port d’Igoumenitsa… Là-bas, des mercenaires sous l’autorité de Seleinos forment une armée de soutien pour aller au monastère de Meteora, portes de l’antre d’Ordinn. De cette délégation Tom sera le Cheval de Troie.

Dans cette croisade, Tom aura d’énormes surprises. John Gregory, toujours sceptique sur le rôle des sorcières, sacrifiera ses jugements pour le rejoindre, Grimalkin lui offrira deux présents qui lui seront indispensables, il s’apercevra que l’utilisation des forces de l’obscur est parfois nécessaire pour le combat, il apprendra des vérités sur sa mère et il sera forcé de faire un pacte avec le diable.

.
Cet épisode clôt un pan de l’histoire de Tom mais amorce aussi le véritable duel de la saga. Le Malin commence à s’énerver de l’endurance d’un petit jeune de seize ans.
Sixième tome d’une série qui à ce jour n’en compte que sept (traduites), l’auteur nous présente une histoire bien plus complète, par ses confidences et son dépaysement, que les précédentes. Dans mon dernier billet, je vous disais ma préférence pour le livre que je venais de quitter. Je peux déjà vous annoncer que c’est la première fois, pour une série, que mon enthousiasme va en crescendo, dans une constante régularité. Les aventures de Tom ne sont pas répétitives et lassantes. Elles surprennent le lecteur dans leurs brutalités et leurs fins, même victorieuses, ne sont pas toujours heureuses.
Nous voyageons en Grèce et des images sont portées à notre imagination par quelques mots… mer, lumière, oliviers, huile, chaleur, maisons blanches, cigales, sables, caillasses, plaines, monts, monastère, prières, dieux, mythologie, batailles épiques…

Comme les cinq dernières fois, je vous conseille vivement cette série qui comblera les jeunes adolescents et les moins jeunes…
PS. : A lire aussi pour connaître les origines d’Alice, la fille aux souliers pointus, et celles de Madame Ward, la mère mystérieuse de Tom.

 

.
lesmétéores
Peinture des Météores par Jean Dulac
.
.
.
.
.

L’erreur de l’Epouvanteur, Tome V

Voyage en Angleterre organisé par Lou, Cryssilda et Titine, 2ème billet
Lecture commune avec Eiluned et Somaja

.
Tome 1 – L’apprenti EpouvanteurTome 2 – La malédiction de l’Epouvanteur
Tome 3 – Le secret de l’EpouvanteurTome 4 – Le combat de l’Epouvanteur

l'apprentiépouvanteur5L’erreur de l’Epouvanteur
Tome 5
Joseph Delaney

.
Introduction tirée du premier billet :
Thomas Ward est un jeune garçon de treize ans dont les parents habitent une ferme ; le père est paysan, la mère, d’origine grecque, est accoucheuse. Etant le septième fils d’un septième fils, Tom peut prétendre recevoir l’éducation d’un apprenti Epouvanteur. Sa mère, consciente de ce fait, a envoyé une missive à Monsieur Gregory, l’Epouvanteur de Chippenden. Prophétie, aspiration ou conviction, elle souhaite que Tom quitte sa famille et soit initié à une autre vie.
« J’ai donné le jour à un petit garçon. Il est le septième fils d’un septième fils. Son nom est Thomas J. Ward, et c’est le cadeau que je fais à ce comté. Dès qu’il aura l’âge requis, je vous enverrai un mot. Je compte sur vous pour le former. Il sera le meilleur apprenti que vous ayez jamais eu, et le dernier. »

.
Après les épreuves endurées à Pendle, Tom vit pratiquement cloîtré dans la maison de L’Epouvanteur. Celui-ci, de crainte, créait des prétextes et l’oblige à rester enfermé. Le diable a été lancé à ses trousses à la demande des sorcières. Le Comté vit une époque de terreur, même Alice a perdu son assurance.
Tom ne supporte plus cet isolement. Profitant de l’absence de Gregory, il enfreint les consignes et va faire quelques courses à Chippenden. Au retour, il tombe sur des soldats déserteurs. Les temps sont difficiles pour tout le monde et rend les hommes affamés, rapaces. Dévalisé et fait prisonnier, Tom ne sait comment se libérer. Ses geôliers ont l’intention de le vendre à l’armée et de l’embarquer sur un navire.
Alors qu’il essaie de réfléchir, une sorcière apparaît et fait fuir les brigands. Elle est effrayante avec ses serpents couronnant sa tête. Cette gorgone est en fait sa fidèle amie, Alice, qui est venue le secourir. A la peur, se succèdent le soulagement et la méfiance. Comment Alice a pu se transformer en une créature monstrueuse ? Effets d’ombres et de lumière dit-elle… Mais Tom demeure septique et s’inquiète de savoir si la véritable nature d’Alice ne serait pas cette femme, image de la Méduse. Le maléfice employé, l’horrification, instaure entre eux une gêne et altère leur amitié ; une chose supplémentaire à cacher à Gregory !

Pour accélérer la formation de Tom, son maître veut le confier à Bill Arkwright, un ancien apprenti ayant obtenu le statut d’Epouvanteur.
C’est dans un vieux moulin près des marécages, cerné de fosses, clôturé de fer, aux murs délabrés, humides, asile pour les esprits persécutés, les âmes errantes, que l’enseignement doit se poursuivre. Tom apprend le nom d’autres créatures, les skelts, les sorcières aquatiques, les selkies… et expérimente une éducation singulière avec Bill.
L’adaptation est rude car ce nouvel instructeur a un tempérament irascible, violent, dû à sa dépendance au vin, pratique ses tâches peu honorablement et distribue les coups avec générosité.

Le moulin tait des secrets, Bill est tourmenté et diminué, une sorcière d’eau âgée de plus de mille ans, Morwène, hante la rivière, le malin peut prendre l’aspect de n’importe qui, des âmes pleurent de ne pas trouver de repos, et on ne peut faire confiance à personne.
Tom doit s’adapter à ce nouvel environnement, apprendre à nager, se familiariser avec Griffe et Crocs, les chiens de Bill, endurer stoïquement l’apprentissage et attendre… attendre la venue de celui qui a été demandé.
.

Cinquième épisode de l’apprenti Epouvanteur, la lecture est à la hauteur des autres… l’émotion se mêle à l’aventure. Nous apprenons certaines choses qui changent l’histoire de façon inquiétante. On demande à nos jeunes héros du courage, de la vaillance, de la persévérance et surtout d’avoir des convictions et une conscience honnête, loyale. Le diable fait son apparition et prend plaisir à tourmenter les esprits. Encore une fois, l’obscur harcèlera Alice, Gregory et Tom. Je ne peux en dire plus, si ce n’est : N’hésitez pas, lisez-la !
Une très bonne série à conseiller !
.

Eiluned : Tome 1Tome 2Tome 3Tome 4 – Tome 5
Somaja : Tome 1 – Tome 2Tome 3 – Tome 4 – Tome 5

.
Giulio Aristide Sartorio Gorgone
Photo prise sur le beau site Thé au jasmin
Peinture de Giulio Aristide Sartorio, Gorgone
.
.
.
.
.

Le combat de l’Epouvanteur, Tome IV

Lecture commune avec Eiluned
.

Tome 1 – L’apprenti EpouvanteurTome 2 – La malédiction de l’Epouvanteur
Tome 3 – Le secret de l’Epouvanteur

l'apprentiépouvanteur4Le combat de l’Epouvanteur
Tome 4
Joseph Delaney

.
Introduction tirée du premier billet :
Thomas Ward est un jeune garçon de treize ans dont les parents habitent une ferme ; le père est paysan, la mère, d’origine grecque, est accoucheuse. Etant le septième fils d’un septième fils, Tom peut prétendre recevoir l’éducation d’un apprenti Epouvanteur. Sa mère, consciente de ce fait, a envoyé une missive à Monsieur Gregory, l’Epouvanteur de Chippenden. Prophétie, aspiration ou conviction, elle souhaite que Tom quitte sa famille et soit initié à une autre vie.
« J’ai donné le jour à un petit garçon. Il est le septième fils d’un septième fils. Son nom est Thomas J. Ward, et c’est le cadeau que je fais à ce comté. Dès qu’il aura l’âge requis, je vous enverrai un mot. Je compte sur vous pour le former. Il sera le meilleur apprenti que vous ayez jamais eu, et le dernier. »

Bientôt, Tom aura quatorze ans. Une année d’apprentissage au service de l’Epouvanteur John Gregory, l’a mûri. Avec son amie Alice, la fille aux souliers pointus, il se perfectionne dans des exercices physiques. Le temps est à l’entraînement, car malgré les beaux jours de l’été, l’obscurité s’annonce. Il est difficile de penser, qu’à ce jour, les épreuves endurées passeront prochainement pour de frivoles distractions. Aux dires de la mère de Tom, les temps présagent un chaos.
La formation de Tom s’accélère ; il faut garder une discipline sportive et un mental invincible, « mais sans fatuité ». Bientôt, ils devront tous les trois partir à Pendle, le village des sorcières.

Gregory propose à Tom d’aller chercher ses malles à la ferme de ses parents en compagnie d’Alice. Le domaine, depuis la mort du père, est revenu à son frère Jack. Seule une pièce de la maison appartient à Tom. C’était l’atelier de sa mère, une chambre très privée qui recèle bien des mystères. Mais avant de partir, l’Epouvanteur tient à lui préciser certaines directives dont la principale est de ne jamais faire confiance à une sorcière, si gentille soit-elle, et de ne pas se fier à l’odeur de son haleine. Certaines mangent la chair humaine et ont le souffle nauséabond, d’autres fleurent bon la rose, font des incantations ordinaires, et n’en sont pas moins dangereuses.
Gregory a l’air de radoter, mais le nombre de sorcières ne cesse de croître. Les trois clans ennemis, les Malkin, les Deane et les Mouldheel, veulent se réunir pour n’en faire qu’un, par une nuit de sabbat pour la fête des anciens dieux. Alice est le fruit d’une union entre une Malkin et un Deane. Orpheline très jeune, elle fut élevée par Lizzie l’Osseuse, sa tante, digne descendante de la Mère Malkin (tome 1).

Sur le chemin qui les mène à la ferme, Tom confie à Alice ses craintes et lui demande quelques indications sur la nature de ses congénères… Sa jeune amie ne sait trop comment lui expliquer la férocité qui les caractérise. Cela, Tom va l’apprendre très vite. Avant même de pénétrer chez lui, il sent que de terribles évènements hantent encore les murs. Tout a été dévasté et l’absence de son frère et de sa petite famille ne fait qu’attester l’irréparable. Le tout étant souligné par du sang sur les murs, la violation de la chambre secrète et la disparition des effets de sa mère.
La responsabilité de cette violence ne peut être qu’imputée aux sorcières de Pendle. Alice part là-bas et Tom file prévenir l’Epouvanteur à Chipenden.

A Pendle, la colline qui domine le village est sauvage et inhospitalière. Des nuages chapeautent cet univers, lui donnant toute la noire magie qu’il mérite. Les rues sont désertes, les habitants sont claquemurés derrière leurs volets, mesurant toute la malfaisance qui imbibe l’air.
Trouvant refuge chez le père Stocks, un ancien apprenti de Gregory reconverti dans l’église, Tom et son maître essaie de combiner un plan. Il faut retrouver très rapidement Jack, Ellie et la petite Mary qui sont prisonniers dans la tour des Malkin, une forteresse imprenable.

En peu de temps, Tom fait la connaissance de Mab, une jeune sorcière très belle et envoûtante, de la gouvernante du magistrat Madame Wumalde, une femme inquiétante, et d’autres créatures avides de sang et de pouvoir.
Bien vite aussi, il apprend que le diable est invoqué pour une seule raison : Tuer Thomas Ward, fils d’une sorcière Lamia, venue de Grèce, qui a renié les siens et défié les forces du mal pour la lumière.

Pour retrouver sa famille, Tom devra faire des sacrifices et marchander avec les serviteurs du démon.
.

Ce livre représente le quatrième épisode de la saga de l’Epouvanteur. De la première page à la dernière, je ne l’ai pas lâché ! Captivant. A chaque tome, je me dis, ce dernier est bien meilleur que le précédent… celui-là ne fait pas exception.
Tom a plus de maturité et le salut du comté se repose entièrement sur lui. Certes Alice est toujours une assistante dévouée qui le conseille judicieusement dans les pires situations, mais le petit apprenti qui se fiait à son instinct, peut désormais compter sur d’autres capacités qui le rendent bien plus résistant et confiant. Le mystère qui entoure le passé de sa mère se dévoile peu à peu et enclenche les rouages de l’histoire.
Sorcières, créatures de l’ombre aux doigts griffus, visionnaire, lamias, antrige… vous escorteront de page en page. Ce volume est surprenant et les rebondissements ricochent jusqu’au point final qui nous presse de saisir le cinquième tome.

Série à conseiller +++

Billets d’Eiluned : Tome 1Tome 2Tome 3 Tome 4

.
mephisto
Méphisto
.
.
.
.

Le secret de l’Epouvanteur, Tome III

Lecture commune avec Eiluned

.
Tome 1 – L’apprenti Epouvanteur
Tome 2 – La malédiction de l’Epouvanteur

.
l'apprentiépouvanteur3Le secret de l’Epouvanteur
Tome 3
Joseph Delaney

 .
Introduction tirée du premier billet :
Thomas Ward est un jeune garçon de treize ans dont les parents habitent une ferme ; le père est paysan, la mère, d’origine grecque, est accoucheuse. Etant le septième fils d’un septième fils, Tom peut prétendre recevoir l’éducation d’un apprenti Epouvanteur. Sa mère, consciente de ce fait, a envoyé une missive à Monsieur Gregory, l’Epouvanteur de Chippenden. Prophétie, aspiration ou conviction, elle souhaite que Tom quitte sa famille et soit initié à une autre vie.
« J’ai donné le jour à un petit garçon. Il est le septième fils d’un septième fils. Son nom est Thomas J. Ward, et c’est le cadeau que je fais à ce comté. Dès qu’il aura l’âge requis, je vous enverrai un mot. Je compte sur vous pour le former. Il sera le meilleur apprenti que vous ayez jamais eu, et le dernier. »

.
Une nuit de novembre, le vent tourmente les arbres et fait vibrer la demeure. L’âtre de la cheminée est un réconfortant, un petit cordial, une douceur, qui enveloppe ses habitants. Bientôt, ils vont devoir quitter Chippenden pour Anglezarke, la maison de l’hiver.

Tom, jeune apprenti épouvanteur au service de John Gregory, s’inquiète pour son amie Alice qui ne les accompagnera pas. Depuis le printemps, tant de choses ont changé !

La cloche du portillon de l’entrée annonce une visite. Le messager apporte une lettre à l’Epouvanteur qui après l’avoir lue, décide sur le champ de partir à l’aube.
Sur la route, ils déposeront Alice à Adlington dans une famille de fermiers et Tom profitera du voyage pour voir ses parents. Son père est bien souffrant, la mort rode, attendant son heure.

Dans la nouvelle maison, Tom découvre qu’il n’y a point de gobelin pour les servir, mais une sorcière lamia, Meg. L’histoire de cette femme est tout un roman…
L’épouvanteur donne quelques consignes :
Donner ses médicaments à Meg pour qu’elle oublie,
Ne pas s’approcher d’Adlington et Blackwood, les deux villages voisins,
Faire attention de ne pas s’égarer dans la lande,
Ne pas attarder son regard sur les créatures qui peuplent la lande,
Et surtout, ne pas descendre seul dans la cave.

Les mystères qui cernent John Gregory s’épaississent. Morgan, l’ancien apprenti, veut se venger de son ancien maître et lui réclame un manuscrit, un grimoire aux formules anciennes et ésotériques. Du côté sombre de la magie, il est devenu un nécromancien qui aimerait faire revenir le Golgoth, sommeillant dans les profondeurs de la lande. Ce démon est le seigneur de l’hiver, un esprit qui s’abreuve du sang humain.

L’hiver est rigoureux, les ombres du passé asseyent l’Epouvanteur et l’épuisent. Son énergie s’échappe, le précipitant vers la mort.

« L’hiver va être long et rude, mon fils. Tous les signes l’annoncent. Les hirondelles se sont envolées vers le sud presque un mois plus tôt qu’à l’accoutumée, et les premières gelées sont survenues alors que mes rosiers étaient encore en fleur. Je n’avais jamais vu ça. Ce sera une période éprouvante : aucun de nous n’en sortira indemne. Aussi, ne quitte jamais ton maître. Il est ton seul véritable ami. Vous devrez vous soutenir l’un l’autre. »

.
Troisième tome, ce livre voit progresser l’histoire d’une manière bien triste, Tom et John Gregory connaissent des peines. Dans le volume précédent, nous avions lu la rencontre de John avec Meg, une histoire écrite sur un vieux journal intime que Tom avait découvert. Ce livre en est la suite et la fin peut-être d’une histoire d’amour condamnée.
Des doutes, des peurs, Tom prend conscience de la fragilité de son mentor et de sa propre vulnérabilité. Avec l’aide d’Alice qui reste en toute occasion une jeune fille ardente, vive, astucieuse et dévouée, il affrontera, avec maturité et courage, des puissances encore plus endiablées que celle du Fléau de Priestown.

Une série que je recommande aux jeunes adolescents. Ils trouveront bien du plaisir à la lire. Pour ma part, le quatrième livre est déjà sur mon chevet, trop curieuse de voir évoluer les personnages…

Eiluned : Tome 1Tome 2Tome 3

.
courbetlafileuse
Tableau de Courbet, La fileuse
.
.
.
.
.

La malédiction de l’Epouvanteur, Tome II

Lecture commune avec Bladelor, Del, Eiluned

.
Tome 1 – L’apprenti Epouvanteur

.

l'apprentiépouvanteur2La malédiction de l’Epouvanteur
Tome 2
Joseph Delaney
.

Monsieur Gregory est malade. Tom Ward, son apprenti, doit effectuer le travail de l’Epouvanteur. Après six mois d’apprentissage, sa première mission se passe à Horshow pour venir en aide au frère de son maître, le prêtre du village. Il doit entraver un gobelin éventreur en le piégeant dans une fosse enduite d’un gluau imperméable et inviolable.
Après le terrassement, Tom doit appâter la créature avec du sang humain, celui de sa dernière victime, le prêtre Gregory.
« Le dallage se fissura soudain, de l’autel jusqu’à l’homme étendu, s’ouvrant sur la largeur d’une main. Du fond du trou, le gobelin attrapa le pied du vieux prêtre et tira sa jambe dans le sol jusqu’au genou. A présent, tapi dans les ténèbres souterraines, il lui suçait le sang, aspirant lentement ses forces vitales telle une énorme sangsue, gardant sa victime en vie le plus longtemps possible pour prolonger son plaisir. »

L’entreprise périlleuse s’avère être un succès. Tom avant de partir voit son nom inscrit sur la dalle de la tombe, ce qui l’emplit d’assurance et de fierté.
A Chipenden, après avoir relaté les faits à son maître, l’enseignement reprend, entre théorie et pratique, et lors de recherches dans la bibliothèque, il découvre le journal intime de l’Epouvanteur racontant sa jeunesse. Tom lit avidement les confessions et apprend que John Gregory a aimé une sorcière lamia…
« J’appris que ces sorcières particulières n’étaient pas natives du Comté ; elles venaient d’un pays au-delà de la mer. Elles redoutaient la lumière du soleil et, la nuit, elles pourchassaient les hommes pour se nourrir de leur sang. Elles avaient la capacité de se métamorphoser et se partageaient en deux catégories : les sauvages et les domestiques (…) Des lamias domestiques avaient parfois été amenées à adopter les croyances des humains. Elles cessaient alors d’être des pernicieuses et devenaient des bénévolentes, s’appliquant à faire le bien. »

Les nouvelles concernant le prêtre Gregory sont mauvaises. Il a succombé à son amputation. L’Epouvanteur doit se rendre à l’enterrement de son frère à Priestown.
Priestown est une ville maudite. L’Epouvanteur avait un jour confié à son élève qu’il évitait ce lieu « comme la peste ». Là-bas, dans les profondeur de la cathédrale, l’entité la plus mauvaise se terre. On l’appelle Le Fléau. Enchaînée mais pas vaincue, elle est encore un danger pour l’humanité. Vingt ans ont passé depuis le premier affrontement et cet échec hante encore l’Epouvanteur. L’occasion se présente de terminer son travail.
« Le fléau vide les esprits de toute volonté. Il manipule les gens à sa guise, étouffant en eux la voix de la bonté et de la raison : ils deviennent avides et cruels, ils abusent de leur autorité, dépouillent les pauvres et les malades. »

A Priestown, Tom apprend aussi qu’un Epouvanteur est considéré aux yeux de l’Eglise comme un sorcier. Les prêtres inquisiteurs peuvent les incarcérer, les torturer et les brûler. Un homme, l’Inquisiteur, mène son combat contre les forces diaboliques en condamnant les suspects à la noyade et au bûcher.Ce même homme qui accuse John Gregory d’être un serviteur du malin, le fait emprisonner pour le soumettre à la question et le présenter devant un tribunal dont il connaît par avance le dénouement.
« Les vêtements de ce cavalier le désignaient comme un personnage important. Mais aurait-il été habillé de haillons qu’on ne se serait pas trompé sur son rang. Ses cheveux d’un blond très clair s’échappaient d’un chapeau rouge à large bord, et ses yeux étaient d’un bleu à faire pâlir de hante un ciel d’été. Son visage me fascinait, presque trop beau pour être celui d’un homme, et pourtant plein de force, avec un menton saillant et un front impérieux. Puis j’observai de nouveau ses yeux, et j’y perçu la flamme de la cruauté. »

Tom se retrouve seul et bien désemparé car en plus de sauver son maître, il doit libérer Alice, la jeune nièce de la sorcière Lizzie l’Osseuse, des geôles de l’Inquisiteur et des flammes. Alice qu’il estime bien, malgré le fait qu’elle porte des souliers pointus (voir premier tome).
L’obscur se promène d’âme en âme. Des catacombes de la cathédrale, il rode aussi dans l’esprit des prélats, ces hommes de Dieu avides de pouvoirs et de richesses.
Le combat sera dantesque, mais l’union fera la force.

Deuxième volume de la saga de l’Epouvanteur et le plaisir de la lecture est toujours présent. Il me semble que ce livre est encore plus sombre que le premier. Le personnage du Fléau se fond dans l’intégrisme religieux. L’inquisition chasse les hérétiques et veut purifier par le sang et le feu les serviteurs du diable. L’atrocité des actes est digne de la créature la plus maléfique.
Tom, pour ses treize ans, est un garçon très courageux, honnête et fidèle. Dans cette histoire, il prend conscience de l’amitié qu’il a pour son maître et, pour lui, il est prêt à sacrifier sa vie. On retrouve aussi Alice que l’on méjuge souvent. Toujours à la limite de sombrer du côté obscur, on se méfie de cette petite sorcière. Mais je pense qu’au fil des histoires, la suspicion diminuera car elle prouve à plusieurs reprises son allégeance et son affection pour Tom.
Cet épisode répond aussi à certaines interrogations laissées en suspens à la fin du premier volume… On apprend certaines choses sur la mère de Tom et des révélations sont faites sur John Gregory qui le rendent plus humain.
Je lirai bientôt le troisième tome qui j’espère aura la même magie.

.
Billets de la lecture commune
Bladelor : Tome 1 – Tome 2, Del : Tome 1 – Tome 2, Eiluned : Tome 1Tome 2

Des billets chez Somaja, AcrO,

.
Lamia_WaterhousePeinture de Watherhouse – Lamia
.
.
.
.