La résurrection de l’Epouvanteur


Octobre est Halloween avec Lou et Hilde
Thème : Créatures maléfiques

 


La résurrection de l’Epouvanteur
Tome XV
Joseph Delaney

 

A la frontière nord, des milliers de Kobalos attendent pour exterminer les humains et depuis que le Malin est mort, ces créatures à demi loups à demi hommes sont la plus grande menace du Comté. Tom Ward, devenu épouvanteur à la mort de son mentor John Gregory, a été défié devant l’un des grands princes de la caste dirigeante, le prince Stanislaw de Polyznia, dans un duel à mort par leur plus grand guerrier, Shaiksa. Mais au terme du combat, guerrier et épouvanteur finissent pas périr. Aucune magie de son épée Lame-Étoile ou de la sorcière Grimalkin n’a pu éviter la mort de Tom et c’est sur son enterrement que ce roman débute…

D’écrire que Tom ressuscite lors de la cérémonie n’est pas une grande révélation car ce nouveau tome porte le titre « La résurrection ». Sous le regard de Grimalkin et de la jeune Jenny, la nouvelle apprentie, le corps de Tom sort de terre pour léviter dans le ciel. Un ange affilié à l’obscur par le mage Lukraste lui redonne vie. Cette « renaissance » sert les desseins de plusieurs personnes qui ont pour objectif de faire la guerre aux envahisseurs. C’est Jenny qui narre dans le cahier de Tom, la résurrection, et qui décrit la surprise et la peur de Grimalkin face à cette puissante magie noire. Elle apprend aussi que son maître n’est pas seulement le septième fils d’un septième fils, mais qu’il est également le fils d’une lamia, ce qui permet à son sang de se régénérer plus vite.

Dans le chapitre suivant, Tom reprend la plume pour nous raconter l’histoire. Invités au château du prince Stanislaw, Grimalkin, Jenny et lui apprennent par le fantôme d’un ancien mage Kobalos que le plus haut des donjons cache le passage pour accéder au portail du domaine de Talkus, un dieu en gestation qui sera plus fort que les anciens dieux, plus fort que Golgoth. La genèse de sa création remonte aux temps où dans la cité de Valkarky, les Hauts Mages d’un Triumvirat avaient comploté et imaginé d’éradiquer toute trace humaine.
Il revient alors à nos héros de résister, survivre, repousser et peut-être vaincre l’ennemi.

Plus sombre et plus sanglante que les autres histoires rapportées précédemment, le lecteur est néanmoins soulagé de retrouver Tom. Nous retrouvons également Alice qui réapparaît pour les aider dans le combat. Toujours sorcière, elle a su concilier ses deux personnalités sorties de l’obscur et de la lumière en se vouant au dieu Pan.
A tour de rôle, Tom et Jenny racontent leurs visions du chaos. A dix-sept ans, l’Epouvanteur, valeureux et preux, a bien du mal à se remémorer les préceptes un peu dépassés de John Gregory. Pris dans l’action, il compose en fonction, plus puissant et déterminé qu’avant. Quant à Jenny, elle est la novice qui découvre tout un monde cauchemardesque et apocalyptique, fait de monstres, de démons et de magie. Elle aussi n’est pas épargnée, mais elle en ressort plus énergique et courageuse.
Dans le final, l’auteur n’épargne pas son lecteur qui, en quatorze tome, a forgé de la sympathie et de l’affection pour certains personnages. Hélas… dans toute bataille, de belles âmes s’éteignent…
Une saga captivante que je recommande mais qui n’est pas pour les lecteurs un peu craintifs et trop jeunes. Les tomes ont des scénarios de différentes envergures, mais l’écriture est toujours de qualité. Tout se terminera dans le prochain tome, le seizième, avec « L’héritage de l’Epouvanteur »…

 

 

 

Gratin de citrouille bien accompagné…

Les Gourmandises en octobre sont Halloween !
avec Lou et Hilde

Vous trouverez des recettes chez
Sandrion – Tarte briochée aux prunes
Béa – Gelée de coings
Rosa – Petits gâteaux à la citrouille-cacao et son coulis de caramel (Halloween)
Fondant – Sablés ectoplasmiques (Halloween)

Lou – Velouté à la courge et Sauté de butternut (Halloween)
Hilde – Galettes de butternut au chèvre (Halloween)
SKTV – Tourtes à la viande de Harry Potter (Halloween)

Lectures :
Samlor – « Aux p’tits oignons » de George Grarg et Marie Grig
L’Or – « L’irrésistible histoire du café myrtille » de Mary Simses

 

 

Gratin de citrouille et pas que…

 

Ingrédients pour 4 personnes avec des petits moules ou des ramequins :
Gratin : – 1 grosse tranche de citrouille – 150 g de St-Moret – 2 œufs – 2 pincées d’ail déshydraté – Cumin en graine – Sel, poivre – Graines de pavot pour la déco
Crème : – 1 gros bouquet de coriandre fraîche – 150 g de St-Moret – 1 cuillère à soupe d’huile d’olive – Sel
Accompagnements : –
Champignons de Paris –  Oeufs de lompe – Huile d’olive – …

Préparation :
– Découpez en dés la citrouille, cuisez-les et réduisez-les en purée.
– Dans un saladier, mélangez la purée de citrouille, le fromage, les œufs, l’ail déshydraté, le cumin, le sel et le poivre.
– Versez dans des ramequins beurrés, ou des moules, saupoudrez un peu de graines de pavot et enfournez, environ 25 minutes.
– Préparez les champignons de Paris en les laissant en entier mais en enlevant leurs pieds. Chapeaux renversés, versez dans leurs creux un petit filet d’huile d’olive et placez-les au four pour environ 10 minutes (ou peut-être moins).
– Durant ce temps, mixez le fromage avec les feuilles de coriandre lavées (sans les tiges), un peu d’huile d’olive et du sel.
– Pour dresser l’assiette, versez la crème, mettez en son centre le petit gratin de citrouille et disposez les chapeaux de champignon garnis d’œufs de lompe.

Verdict : C’est bon et dans l’air du temps… Vive l’automne !

 

 

La sorcière Tambouille

Octobre est Halloween avec Lou et Hilde
et les samedis sont albums illustrés pour les enfants en compagnie de Hérisson pour son challenge

 

    La sorcière Tambouille
Texte de Magdalena Guirao-Jullien
Illustrations de Marianne Barcilon

 

La sorcière Tambouille aime beaucoup cuisiner ! Mais attendez-vous à goûter chez elle des rats en gelée, des soufflés de crapaud, des pâté en croûte de lézard et d’autres plats tous aussi alléchants…
De nature généreuse, elle met tout son cœur à satisfaire ses amis, fantômes, squelettes, ogres, vampires…, mais ne recevant hélas que peu de remerciements, elle s’en retrouve fâchée et vexée. De plus, cette fine équipe déguste ses plats de manière dégoutante sans tenir compte des couverts et de la table joliment dressée.

En voyant la colère de la sorcière Tambouille, son perroquet l’invite à regarder une annonce dans le journal. L’ogre Rococo souhaite trouver une amie, bonne cuisinière, qui lui redonnerait l’appétit qu’il a perdu. Sans perdre de temps, elle enfourche son balais et se dirige vers le palais de Rococo où elle reçoit un très bon accueil.
Installée comme une princesse, dans une chambre rose bonbon pleine de fanfreluches, la sorcière Tambouille ne tarde pas à se mettre aux fourneaux. Limaces, araignées et queues de rat mijotent et dégagent un fumet qui ravit Rococo.
Après avoir dégusté les plats préparés, l’ogre très enjoué invite Tambouille à rester chez lui et va jusqu’à lui proposer le mariage !
Le palais est luxueux et l’ogre, fin gourmet, reconnait ses talents de cuisinière, a
lors, que va répondre la petite sorcière ?
Un mois… Tambouille a un mois pour donner sa décision. 


Avec un bel humour et des illustrations détaillées, colorées, expressives, les ingrédients du livre se composent d’une gentille sorcière qui passe son temps à cuisiner, de copains mal élevés et d’un ogre gourmand. Ajoutez des bocaux garnis d’asticots confits, de souris blanches, d’autres friandises toutes aussi délectables, une demande de mariage et vous aurez une histoire qui réjouira les enfants.
Tambouille va découvrir dans le palais une autre face de sa personnalité et cet épanouissement va l’orienter vers une nouvelle vie…
A taaable !!!

 

 

Protocole gouvernante

Octobre est Halloween avec Lou et Hilde
France obscure
Un livre offert dans le cadre des Masses Critiques de Babelio par les Éditions Payot et Rivages

 

Protocole gouvernante
Guillaume Lavenant

Dans une société qui semble dystopique mais guère éloignée de la notre, l’histoire du Protocole est contée par un narrateur qui dicte un scénario très bien orchestré, à une jeune femme. Tout a été analysé, cadencé, et pour que sa mission soit menée à bien, il faut qu’elle en suive fidèlement chaque mot et chaque tempo. Le rythme est important, essentiel. Celui qui guide ses pas et qui nous invite à les suivre emploie le « vous ». Par ce pronom, il nous associe encore plus à elle… « Vous irez sonner chez eux un mercredi. Au mois de mai. Vous serez bien habillée, avec ce qu’il faut de sérieux dans votre manière d’être peignée. Vous ressentirez un léger picotement dans le bout des doigts. Il vous faudra tourner la tête et projeter votre regard sur le voisinage pour recouvrer votre calme. Ce qui finira par survenir, à la vue des pelouses bien tondues et du soleil qui dessine les contours de chaque chose… ».
La jeune femme suit à la lettre chacune de ses anticipations et lui voue une admiration et une confiance absolue. Dès les premières lignes, on comprend qu’elle a une mission à accomplir et qu’elle n’est qu’un pion sur l’échiquier. Mais le mystère est total.

Elle se présente pour le poste de gouvernante dans une famille aisée pour s’occuper de leur deuxième enfant, une petite fille de cinq ans qui se nomme Elena. Le mari et la femme trop pris par leur travail, ont sollicité ses services pour gérer également le quotidien de la maison. Dans une ambiance aseptisée et très conventionnelle, elle est considérée comme un androïde. Elle suit des rituels, doit se faire très discrète, parler quand on lui demande de parler et se tenir à l’écart ; aucune fantaisie. Cette distance prévue par le protocole est une manigance car au fil des jours, son comportement doit changer. Sans trop de hardiesse, elle doit gagner la confiance du couple et créer une complicité. Habilement, une toile se tisse.

Le narrateur pare au moindre détail, même pour les situations qui s’accompagnent d’un « si ». Le souffle s’accélère et l’angoisse monte crescendo. Des connivences avec la femme qui s’extériorise de plus en plus, oubliant ses névroses, et qui la convie à regarder une série télévisée avec elle, instaurant ainsi une familiarité anticonformiste… jusqu’à une entente charnelle avec le mari, le protocole mène la jeune fille au terme de ce qu’il doit se passer.

Sur un ton faussement monotone, l’intrigue captivante devient envoûtante lorsqu’on comprend que la jeune femme n’est pas seule à agir et que d’autres personnes larvées un peu partout n’attendent que le signal final pour se manifester. On parle alors de chaos.
L’auteur nous livre une fiction très originale qui glace le sang. Son univers nous rappelle un peu celui de « La servante écarlate » et les temps anarchiques des révolutions. Dystopie, thriller, conte terroriste, il est un futur que nous n’aimerions pas connaître. Nous refermons le roman, songeur…
Un livre surprenant à recommander !

Un autre billet du livre de… Keisha

 

 

 

Coquette et gothique pour Halloween

Octobre est Halloween avec Lou et Hilde

 

Pour ce bricolage, je vous propose un collier. Il demande peu de matériel et peu de temps pour le réaliser.

 

Fourniture : Une belle fleur en tissu, noire de préférence ou écrue ou violine, un ruban, des perles, un fermoir, des ciseaux, un fil et une aiguille.

Si vous avez une fleur dans des tons clairs, vous pouvez la vieillir en la laissant mariner dans un bol de thé noir.

 

 

Le mois Halloween, la 10ème édition !

Avec Lou et Hilde

Octobre est Halloween depuis 10 ans, il faut donc le fêter dignement ! Alors, nos gentilles organisatrices ont mitonné un programme aux petits oignons en conviant à notre table toutes les créatures les plus horribles. Le festin aura des saveurs d’ici et d’ailleurs… un tour du monde.
Vous trouverez donc sur les blogs qui participent aux voyages, des billets sur les livres, romans et albums illustrés, sur le cinéma, mais aussi des billets sur une cuisine
automnale et des billets de bricolage.
En avion, en barque ou en trottinette, attachez-vous… le voyage va secouer !

01 : BD – « Pepper et Carrot, Potions d’envol »
02 : Bricolage – Tour de cou gothique
03 : Thème France obscure – « Protocole gouvernante »
04 : Jeunesse –
05 : Album illustré – « La sorcière Tambouille »
06 : Cuisine – Gratin de citrouille et sa crème à la coriandre
07 : Thème créatures – « La résurrection de l’Epouvanteur »
08 : BD – « Pepper et Carrot, Les sorcières de Chaosah »
09 : Bricolage – Petit monstre et Zombie-momie
10 :
11 : Jeunesse – « La maison aux 52 portes »
12 : Album illustré – « La sorcière Rabounia »
13 : Cuisine – Tourtes Harry Potter
14 : American Halloween – « Les os du diable »
15 :
16 : Bricolage – L’attrape-cauchemars
17 : British Halloween – « La cathédrale de la peur »
18 : Jeunesse – « Les cousins Karlsson, espions et fantômes »
19 : Album illustré –
« Julia et les monstres perdus »
20 : Cuisine – Butternut farcie
23 : Bricolage – Mobile en feutrine pour la chambre d’une petite sorcière
26 : Album illustré –
« Oscar le fantôme »
27 : Cuisine –
30 : Bricolage – Un sac pour les bonbons
31 :

 

Banana bread à la cannelle

Ce dimanche, les Gourmandises sont chez…

Sandrion – Croustade aux pommes
Rosa – Madeleines et Salade multi-saveurs maïs-tomates-figues
Béa – Croquettes au crabe et au riz
Isabelle – Grillé aux pommes et Lait chaud sucré parfumé à la citrouille et au café
Hilde – Cake butternut aux pépites de chocolat et à la cannelle (Amérique)

 

 

 


Banana bread à la cannelle

Ingrédients :
– 4 bananes (3 écrasées + 1 coupée en 2)
– 300 g de farine
– 3 œufs
– 100 g de sucre cassonade
– 5 cuillères à soupe d’huile d’arachide
– 1 sachet de levure chimique
– 2 cuillères à soupe de cannelle

Préparation :
– Mélangez la farine, la levure, les œufs, le sucre, l’huile, la cannelle et 3 bananes écrasées grossièrement.
– Versez le tout dans un moule beurré et disposez sur le dessus une banane coupée en 2.
– Saupoudrez de sucre cassonade et enfournez pour environ 30 minutes à température 180°.