Le Horla

le-challenge-halloween-2022.

Challenge Halloween avec Hilde et Lou

.

.Le horlaLe Horla
Guy de Maupassant

.
Lorsque Guy de Maupassant écrit cette nouvelle en 1887, il est très malade. Sa souffrance et les médicaments qu’il prend le plongent dans des états seconds et lui donnent des idées noires. Il transpose alors dans son personnage, le narrateur, tout le mal qui le grignote, et imagine une histoire de possession, une entité vampirique et spectrale, qu’il nomme le Horla.
Le narrateur relate dans son journal intime, ou dans une longue lettre testamentaire, la progression des symptômes ; les prémices fiévreux, les psychoses et les pensées suicidaires. La peur s’installe sournoisement au début, avec la fièvre, les hallucinations, les insomnies et le mal qui commence à empoisonner son sang.
Pensant retrouver la santé en changeant d’air, il quitte sa campagne quelques temps pour d’autres contrées. Mais en retournant chez lui, il découvre que l’un de ses domestiques est atteint des mêmes affections. La créature s’est lové et s’abreuve dans un autre corps.
Très vite, les malaises et les visions reviennent et empirent. Le Horla ne lâche pas facilement sa proie.
Le narrateur se questionne et cherche des informations… peut-il en réchapper ? qui le persécute ? combien de temps cela va-t-il durer ? Complètement sous l’emprise de la bête, l’angoisse et les douleurs sont si fortes qu’il en devient fou.

Tout au long de ce funeste récit, Guy de Maupassant invite le lecteur à faire sa propre analyse. Soit le narrateur a des troubles mentaux et c’est du domaine de la psychiatrie, soit ses délires sont provoqués par une créature démoniaque et c’est de l’ordre du fantastique. A nous d’orienter notre lecture… mais ce qui est sûr, c’est que l’histoire est effroyable !

.

Le horla 1

.

.

.

25 réflexions au sujet de « Le Horla »

  1. Je l’ai lu dans ma jeunesse et relu il n’y a pas si longtemps. Il m’a fait bien plus peur la deuxième fois que la première .. peut-être parce que je me rendais mieux compte de l’horreur de la situation.

    • J’imagine qu’adolescent, on penche vers le côté fantastique et irréel. Plus tard, on perçoit le poids de la maladie et l’horreur de la folie. La démence fait peur !

  2. Je l’ai lu il y a des annees et j’avais aime. J’aimerais le relire. J’avais absolument adore aussi la peur et autres contes dont certaines donnes reellement des frissons!

    • La maladie et la folie qui en découle, fait peur ! En ce moment, je suis dans un livre qui regroupe plusieurs histoires fantastiques écrites au XIXe siècle. Elles ne sont pas toutes égales, mais il est intéressant de lire des écrits de cette époque.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s