Divination fatale

Un livre offert par les Editions Gaélis dans le cadre des Masses Critiques Babelio

Divination fatale

Divination fatale
Une enquête de Jane Cardel sous la IIIe République – Tome 1
Irène Chauvy

Paris, 1873

Jane, une jeune femme de vingt-trois ans, se trouve à enquêter sur la mort d’une amie, dont le corps a été découvert au pied de l’imposant escalier de sa maison. Les autorités et le médecin légiste ont décidé de clore le dossier sur un accident, ou éventuellement un suicide, et seule Jane pense à un meurtre.
Qui était vraiment Rose Deslilles ? Veuve, elle élevait sa fille de six ans jusqu’à la mort tragique de celle-ci onze mois auparavant. Le deuil terrible trouvait quelques échappatoires chez Madame Evirat, une médium qui à travers ses séances de spiritisme la mettait en contact avec la douce petite Henriette qui d’une voix cristalline chantait souvent la comptine « Colchique dans les prés… ». Le plus terrible de l’histoire étant qu’Henriette demandait à sa mère de découvrir son meurtrier.
Rose, décidée à mener une enquête, ne voulait pas faire intervenir la police qui n’avait rien trouvé, et la question que se pose Jane est : Aurait-elle découvert une information capitale ?

À cette occasion, elle croise l’inspecteur principal Lucius, son adjoint Vougeol, et fait la connaissance de Nathan Forève, un juge austère mais séduisant, qui reprend le dossier du meurtre non encore élucidé d’Henriette Deslilles. Jane ne ménage pas ses efforts tant et si bien qu’elle découvre un autre crime qui aurait eu lieu dans le voisinage des Deslilles. Dans son enthousiasme et aussi par manque d’expérience, elle met sa vie en danger. Mais la Sûreté veille, ainsi que le juge Forève, conquis malgré lui par le charme de Jane. La vérité sera étonnante et les voies qu’elle empruntera feront la part belle au paranormal, au grand dam du cartésien Nathan Forève.

Deux ans après l’insurrection de la Commune, l’ambiance est bien rapportée dans ce Paris brisé en reconstruction et les informations sur le système judiciaire sont très intéressantes. Le voyage dans le temps est assuré. Mais…
Le roman aurait pu être passionnant sans la surenchère de petites histoires attenantes aux personnages qui vient troubler le fil narratif de l’intrigue. Le suspense à lui seul aurait suffi à maintenir l’attention du lecteur.
La plume de l’auteur est agréable à lire. Elle a su donner du rythme au récit et rendre attrayants les personnages principaux. Jane est une enquêtrice intuitive qui aime être autonome. Elle est une femme moderne qui souhaite s’affranchir de la tutelle masculine et cette émancipation la rend très sympathique.
Ce sera donc avec plaisir que je continuerai à lire la suite de ses aventures.

9e9774b9053012c8e08806bc6d13248a

Marie Bracquemond, peinture « La femme en blanc »

8 réflexions au sujet de « Divination fatale »

    • J’aurais bien aimé, mais j’ai du mal à taper sur le clavier de l’ordi en ce moment. Je mets pratiquement une journée pour écrire un petit article.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s