Le carnet d’enquêtes de Sherlock Holmes

Petit Bac 2021

 

 

 

Challenge polars avec Sharon, Mois Bristish Mysteries avec Hilde et Lou et Challenge Petit BAC avec Enna, catégorie Objet

 

Le carnet d’enquêtes de Sherlock Holmes
10 grandes énigmes inextricables à résoudre
Solve it yourself mysteries by Seven Oaks

Tim Dedopulos

Aimeriez-vous jouer à enquêter avec Sherlock Holmes ? Faire un jeu de rôles ou une partie d’un Cluedo revisité ? Ce livre nous offre l’opportunité d’un voyage dans le temps aux côtés du grand détective et de son acolyte le Dr John Watson.
C’est d’ailleurs lui qui prend la plume pour nous conter les dix histoires et nous inviter à les suivre, de préférence avec un papier et un stylo.
Voici donc le cheminement (sommairement rapporté pour l’essentiel) de la première affaire en trois parties, « Le mystère de Birchfield »…

Comme dans la plupart de ses nouvelles chroniquées, il commence par regarder à la fenêtre le temps et l’animation de la rue. La fin du mois d’avril est venteuse et on imagine les bourrasques culbuter les chapeaux des messieurs et soulever les mantelets des dames. Ce jour là,  Holmes se verrait bien paresser dans le salon avec une tasse de thé de Mrs. Hudson, mais il doit recevoir la visite d’une jeune femme, Miss Estelle Bryant.
La demoiselle vient le consulter pour une affaire très particulière. Watson énonce les faits comme à son habitude… des informations que nous notons au fur et à mesure.

Il la détaille et crayonne son portrait ; proche de la vingtaine, belle, altière et très anxieuse, elle fait part de sa grande inquiétude concernant des faits étranges qui se produisent dans sa demeure. Elle pressent que quelque chose va se passer, mais elle ne sait comment expliquer ce sentiment.
Ses parents disparus en Inde lors d’une expédition six ans plus tôt, elle fut placée sous la tutelle de son oncle Douglas Rutland Bryant, un homme bon et généreux, qu’elle soigne en ce moment car le vieil homme, depuis deux ans, est malade. A ce jour, aucun médecin n’a pu diagnostiquer le mal qui affaiblit son oncle.

Birchfield est une grande et vieille maison
qui se repeuple en fin de semaine lorsqu’elle reçoit les familles des quatre enfants de l’oncle Douglas. Mais depuis quelques temps, elle est le théâtre de phénomènes surnaturels ; des bruits dans la nuit, des objets déplacés et brisés, des inscriptions sur les murs et tout dernièrement, l’apparition du fantôme de l’arrière-grand-père vu par Bridie, une jeune domestique. Thomas Wilcox Bryant était un homme redouté qui fit fortune dans l’industrie lainière et dans la contrebande.

A ce stade du témoignage, Holmes sourcille déjà et sait que Bridie ment. La première partie de l’enquête se termine par une question qui doit nous inciter à évaluer des supputations… pourquoi ?

La deuxième partie, nous convie à nous rendre à Birchfield dans le Dorset où il est bon de commencer à relever le nom des personnes qui gravitent autour de l’oncle Douglas qui va de plus en plus mal. La nuit dernière, la maison a été visitée par un inconnu qui a laissé des traces de pas boueuses et qui a dérangé les pot à épices de la cuisine.
Holmes commence par interroger Bridie sur les évènements. Nerveuse, la jeune domestique décrit le spectre qu’elle a aperçu…

Famille du colonel Robert Winfield Bryat :
Estelle (fille), William (fils)
Famille de Douglas Rutland Bryant :
Phyllis (fille), Richard (beau-fils), Freddie (fils), Violet (Belle-fille),
Norman (fils), Patricia (Belle-fille),
Domestiques :
Adams (majordome), Mrs Enthrop (cuisinière), Matthew (jardinier), Bridie (bonne)

Le lecteur-détective est interpellé sur ce dernier fait quand la troisième partie s’introduit avec l’assassinat de Bridie.
Toute la famille se réunit ; enfants et petits-enfants. Birchfield n’est plus une coque vide, elle est habitée à tous les étages.
Holmes et Watson font la connaissance des membres de la famille et passent une excellente soirée. Logés eux-aussi dans la maison, ils sont réveillés au petit matin par Estelle qui leur annonce la triste nouvelle. Elle a découvert Bridie dans sa chambre, tuée avec un tisonnier enfoncé dans sa gorge.
En attendant la police, Holmes réveille tous les habitants en leur disant qu’un crime vient d’être commis et les fait se rassembler dans le salon pour amorcer l’investigation. Et en un claquement de doigts, il apprend qui est l’auteur de ce funeste scénario…
Tout le monde est choqué, Norman Bryat, l’un des fils de Douglas, s’indigne qu’il soit présumé coupable, allant même à accuser Holmes. Quant à Richard son beau-frère, il s’offusque également qu’on pourrait présager qu’il soit l’assassin et qu’il puisse poignarder quelqu’un.

L’histoire se termine assez abruptement sur cette scène. Le criminel est démasqué, mais il ne le sait pas encore… Holmes et Watson doivent attendre la police avant de dévoiler son identité. Cependant, le jeu nous entraîne à la fin du livre pour connaître le meurtrier et en savoir un peu plus sur ses mobiles.

Cette première histoire est assez simple et peut se jouer rapidement. Il faut donc être attentif, souligner le moindre indice et avoir une certaine logique. La qualité de la trame ressemble beaucoup aux écrits de Conan Doyle et on se transporte facilement dans l’ambiance avec les nombreuses illustrations.
Dix énigmes, trois parties, trois questions pour nous aider et toutes les réponses dans les dernières pages… en solitaire ou à plusieurs, ce livre interactif est très bien conçu.
Ai-je découvert le meurtrier ? Élémentaire ma chère amie !

20 réflexions au sujet de « Le carnet d’enquêtes de Sherlock Holmes »

    • La première enquête est à notre portée. Pour les suivantes, je ne sais pas car je les ferai avec mes copines autour d’une tasse de thé et un plateau de friandises…

  1. Oh !! Mais ça a l’air drôlement bien ça ! Et qu’elles sont belles ces illustrations !! Je me le note, ça irait drôlement bien dans ma collection Sherlock 😀

  2. pourrait être aussi que je ma fais ce joli cadeau, car je suis une grand fan de Sherlock Holmes, ce livre a en plus de bien belles illustrations. j’adore!!
    Bonne lecture
    gros bisous et à demain
    Rosa

    • Je pense qu’il sera aussi à la portée de tes petits-enfants pour jouer.
      A demain, Rosa… je suis dans ma cuisine à faire des fat rascals.

  3. Je l’avais repéré il y a quelques temps, bien tentée en le feuilletant. Je finirai peut-être par craquer. Bravo pour la découverte du meurtrier !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s