Malefica


Octobre, challenge Halloween avec Lou et Hilde
Polars fantastiques avec Sharon

.

.

Malefica 1Malefica
Hervé Gagnon

.
En 755, sous le règne de Pépin le Bref
Un prisonnier de haut lignage, tenu au secret dans une tour, reçoit pour seule visite celle d’une jouvencelle qui vient le soigner régulièrement. Puis un jour, malgré l’immense plaisir qu’il a de la voir, il lui intime l’ordre de ne plus venir. Il sait que sa mort est programmée pour bientôt.

En 1631, sous le règne de Louis XIII,
Dans le village d’Abelès, la guérisseuse et sage-femme, Catherine Dujardin, aide sa fille Anneline à mettre au monde son bébé. Comme toutes les femmes de leur lignée, elle accouche d’une petite fille qu’elle appelle Jeanne. Jeanne porte la tâche en forme d’abeille qui symbolise l’ordre antique de leur déesse. Mais afin de les protéger de l’Inquisition, le bon curé Bardou ne tarde pas à donner sa bénédiction, car même si elles sont appréciées et demandées par le village, quelques mauvaises âmes n’hésiteraient pas à les traiter de sorcières.
Pendant que la petite Jeanne grandit, instruite par ses deux aînées dans le métier de guérisseuse, pas loin d’Abelès, François Morin, un ancien soldat très valeureux qui avait fait le siège de La Rochelle et avait secouru Jean Armand du Peyrer Comte de Trouville (Capitaine de la compagnie des Mousquetaires), monte une forge pour devenir armurier. Bien installé, de bonne réputation, et heureux en famille, le sort en la personne de Gaston de Villefort, le gabeleur du comté qui commet des exactions sans scrupule, vient le terrasser en tuant sa femme et sa fille. Fou de douleur, François rend sa justice en tuant à son tour le meurtrier, puis s’enfuit en étant gravement blessé.

Poursuivi par le prévôt Reynaud de Villefort, le frère de Gaston, François est retrouvé agonisant dans un fourré par Anneline qui l’emmène chez elle pour le soigner. Suite à cet acte qui suscite la jalousie d’un amoureux éconduit, la jeune guérisseuse va être accusée de sorcellerie et subir un procès mené par l’abbé Guillaume Fagot, un fanatique de l’Inquisition ami de Guy de Maussac. Calomnies, faux témoignages, un bûcher qui est érigé, Anneline voit aussi sa maison brûler et sa mère mourir. Pour elle et Jeanne, il ne reste alors que la fuite, et c’est avec l’aide de François qu’elles partent sur les routes en direction de Paris, avec pour seul héritage, un mystérieux livre de paraboles datant de l’ère mérovingienne, très convoité par l’Église et les hommes de la couronne, qu’elle va essayer de décrypter pour assurer leur survie.

Premier tome d’une trilogie, le roman s’articule autour de nos deux héros pourchassés par l’Église et les hommes de Reynaud de Villefort. Roman épique, rien ne leur est épargné et c’est avec courage et détermination qu’ils cheminent vers les embuches.
Une intrigue longue de 500 pages, le style est fluide malgré des longueurs et des passages très durs sur les tortures pratiquées par l’Inquisition. Des personnages aux tempéraments marqués, une incursion détaillée à l’époque de Louis XIII avec des personnages historiques tels que Richelieu et les Mousquetaires, de la romance, du surnaturel, beaucoup de combats, du mystère et un secret vieux de près de mille ans, peuvent plaire aux lecteurs initiés qui ne s’ennuieront pas. Mais pour ma part, j’ai moyennement apprécié et ne pense pas lire la suite. 

 

Sacre de Pépin le Bref

 

 

21 réflexions au sujet de « Malefica »

  1. La couverture et le cadre de l’histoire intriguent mais les longueurs coupent un peu l’envie de découvrir. J’ai du mal aussi avec les tortures en tout genre. C’est moi qu’on torture!

    • Non, mais tu pourrais aimer ! Les passages trop longs, tu les lis en diagonale. Note quand même le titre pour une autre année.
      Il y a des passages de torture (berk) et des passages torrides (hum).

      • Des passages torrides ??? 😆 Je suis pour !

        Bon, j’hésite tout de même à l’ajouter, les longueurs, c’est pas toujours bon, je préfère les langueurs monotones qui blessent mon coeur… Verlaine, sors de là !

        Villefort ? C’était déjà un fils de salaud dans « Le comte de Monte-Cristo » 👿

        • Ah oui ! Villefort ! je l’avais oublié.
          Le point négatif, surtout au début, c’est que j’avais l’impression d’avoir déjà lu le livre. Lorsque celui qui est éconduit se venge. Bref…

          • Un éconduit se venge souvent… La vengeance, c’est un vieux mobile de meurtre, avec l’argent, l’envie, la haine, l’amour.

            J’aimais bien celui qui le jouait dans la version de Josée Dayan : Pierre Arditi

  2. Ça a l’air intéressant par contre je suis réfractaire aux scènes de torture ! Merci en tout cas pour la découverte de ce titre que je ne connaissais pas !

    • Mais ça se lit bien quand même ! Ne pas se fier à mon seul avis… Si l’intrigue t’intéresse, il y a des lecteurs bien plus élogieux que moi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s