Rue du bonheur

Décembre nordique avec Cryssilda
Une lecture commune avec Nahe

 

Rue du bonheur
Anna Fredriksson

« Mère célibataire, Johanna lutte pour joindre les deux bouts, tandis que son ex-mari, Calle, a refait sa vie loin d’elle. Il a quitté la ville pour s’installer à Stockholm avec sa nouvelle petite amie – la très sophistiquée et cultivée Fanny – et commencer une carrière couronnée de succès.
De son côté, Johanna s’inquiète pour ses filles, dont la plus jeune est le souffre-douleur du collège. Pour ne rien arranger, un patient se suicide dans le centre pour toxicomanes dans lequel elle travaille comme aide-soignante, et Calle refuse désormais de lui verser sa pension alimentaire.
Un beau jour, Johanna gagne vingt millions de couronnes au loto. Sa vie va alors prendre un tout autre chemin.
Anna Fredriksson nous invite Rue du Bonheur et on s’y sent immédiatement comme chez soi. A la manière de Cédric Klapish ou de Katherine Pancol, elle brosse des personnages si réels, si attachants, à notre image tout compte fait, qu’on ressort euphorique et revigoré de ce séjour chez Johanna, Calle et leurs filles. »

Il m’arrive rarement de reprendre le résumé éditeur, mais comme j’ai un avis mitigé, ni bon, ni mauvais, sur ce roman, je n’ai pas très envie de m’étendre plus. Je vais seulement m’amuser à repréciser quelques points de la quatrième de couverture…

. Calle, l’ex-conjoint, ne refuse pas de verser à Johanna la pension alimentaire. Après neuf ans de séparation, il a décidé de ne plus lui donner le supplément qu’il lui accordait (en plus de la pension).
. « La carrière couronnée de succès » est une formule un peu trop exagérée. Calle est dentiste.
. « Rue du Bonheur… comme chez soi. ». Non, je ne crois pas ! L’auteur nous décrit une petite ville ouvrière un peu miséreuse et peu animée. Les lieux ravivent des mauvais souvenirs à Calle et, une fois partie, Johanna ne la regrette que moyennement.
. « Des personnages attachants… à notre image ». Je n’ai eu de la sympathie pour les personnages que dans les toutes dernières pages du livre. Leurs fragilités mises à nu peuvent émouvoir. Et je ne me suis pas sentie proche d’eux – plutôt distante, ce qui n’a pas facilité ma lecture.
. « On ressort euphorique et revigoré… ». Là, je me demande si la personne qui a écrit cette quatrième de couverture a lu cette histoire… Je tourne la dernière page dans un état de triste mélancolie et d’irritation. Déçue par une fin trop brusque, alors que certaines parties du livre s’étirent en longueur.
. « Chez Johanna, Calle et leurs filles. ». Et Fanny ? Fanny est un personnage aussi important que les autres. Sensible, intelligente, généreuse, tendre, elle est celle que j’ai le plus appréciée.

En conclusion, ne vous fiez pas au titre, à la couverture pimpante et au résumé éditeur qui peuvent inciter à penser que c’est un livre du genre feel good. « Rue du Bonheur » est un roman complexe qui parle d’amour et qui aborde plusieurs thèmes difficiles et sombres de notre société ; divorce, familles recomposées, célibat, pauvreté, clivages sociétal et culturel, ignorance, toxicomanie, alcoolisme, harcèlement scolaire…
J’ai partagé cette lecture avec Nahe qui a trouvé le livre « frais et très agréable à lire ». Pour cette fois, nos avis divergent !

 

 

 

 

Publicités

4 réflexions au sujet de « Rue du bonheur »

    • Alors que moi, je l’ai lu par une journée d’hiver, grise et pluvieuse. Tout l’inverse de toi ! Pas étonnant, c’est fou comme cela a influencé nos lectures ! Je ne retiens que le gris, la neige, le froid, la solitude, la nuit, la misère de l’âme, le besoin d’être aimé…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s