Beaune, entre campagne, vignes et remparts

Dernière semaine des vacances, escapade de deux jours, nous sommes partis en Bourgogne. Depuis des lustres, Mister B. souhaitait voir le polyptyque « Le Jugement dernier » de Rogier van der Weyden.

Une belle campagne, des coins seuls au monde, puis les premières vignes… et le ciel bleu. La route des vins nous la ferons après notre découverte de Beaune.
Une première approche par les remparts qui ceinturent la ville, nous nous sommes dirigés vers le syndicat d’initiative qui nous a donné plans et renseignements.
.

.         Beaune1
.Beaune2.
Première visite, le musée des beaux-arts. Petit, il a été une mise en bouche. J’ai découvert deux peintres qui rendent merveilleusement bien les tendons, les rides, les veinules… ce sont Édouard Darviot et Édouard Paupion.
Aux tableaux se mêlent des sculptures, une collection égyptienne et une archéologique. En exposition temporaire, nous avons admiré les dessins du journaliste et illustrateur Noël Dorville.
.

Beaune3« La grand-mère » d’Edouard Paupion

.
Deuxième visite et sujet de notre voyage, les Hospices de Beaune, l’Hôtel-Dieu un « palais pour les pôvres ». Il fut fondé en 1443 par Nicolas Rolin, chancelier du duc de Bourgogne et Guigone de Salins, son épouse. Les soins et la charité y ont été dispensés par les Sœurs  Hospitalières jusqu’en 1983. Son architecture, ses toits vernissés, ses ventes de bouteilles de vin, produit de leurs vignes, qui aident à l’entretien de ce patrimoine, et le polyptyque  de Rogier van der Weyden, font la renommée de ce monument historique.

bannBeaune1Entrée

4Cour intérieure
et toitures

bannBeaune25 .
1. Premières salles, la salle des pôvres et la chapelle où Guigone repose en paix. C’est là qu’était accroché le polyptyque du « Jugement dernier ». Mais à présent, il est dans une salle à part.
A l’origine, les deux salles n’en formaient qu’une et les malades pouvaient regarder ce tableau de leurs couches. Un espace immense avec une charpente magnifique, poutres peintes aux couleurs lumineuses et ornées de gargouilles sorties d’un bestiaire féerique, qui ressemble à celle d’un bateau.

Beaune4

bannBeaune4bannBeaune3.
2. Dans la salle Saint-Hugues qui date de 1645, douze lits sont alignés. Cet espace était destiné aux hommes. Les murs sont richement décorés de peintures.

73. Dans la salle Saint-Nicolas, salle réservée aux personnes âgées, une singularité est à dévoiler… La rivière la Bouzaise coule sous les dalles. La pièce est traversée par une rigole protégée par des ferronneries. C’est par là qu’on jetait les déchets, les eaux usagées.
Aujourd’hui, des vitrines exposent des instruments de « l’art médical » et des maquettes des Hospices.

bannBeaune5894. La cuisine… on y préparait les repas des malades mais aussi les galettes de pain blanc qu’on distribuait aux portes de l’Hôtel-Dieu.
  bannBeaune6105. Le laboratoire où on élaborait les médications, emplâtres et potions…
     6. L’antre de l’apothicaire avec ses innombrables pots…

11bannBeaune7. 12137. Par la cour, nous allons à la salle Saint-Louis, aménagée en 1660 pour les patients d’origine militaire, où se trouvent les tapisseries et les coffres. Une importante collection de taste-vin est exposée.

bannBeaune8.
8. De ce sanctuaire, nous accédons à la salle où est accroché le retable de Rogier van der Weyden… « Le Jugement dernier ». Les photos que j’ai prises sont floues et il serait sacrilège de vous les montrer ! Alors, merci Google…
Polyptyque, de quinze panneaux en chêne, peint entre 1443 et 1452 pour l’Hôtel-Dieu.

.

jugement dernier.
jugement dernier 12Partie gauche
La joie dans la Jérusalem nouvelle
Pierre, socle de l’Église (en rouge)
Marie pleine de grâce

.
jugement dernier 13Partie droite
Jean-Baptiste le précurseur et André le protecteur
Paul le messager (en vert)
L’horreur dans les abîmes de l’Enfer

.jugement dernier 14Partie centrale
La pesée des âmes
Un rappel de la Passion (les anges sur les deux panneaux)
.

jugement dernier 2Le retable fermé.

Il était présenté ainsi tout au long de l’année. On ne l’ouvrait que pour les dimanches et les fêtes solennelles.
Commande du chancelier Rolin à Rogier van der Weyden, peintre flamand du XVè siècle qui en 1435 devint peintre officiel de Bruxelles. Il était disposé au fond de la salle des pôvres pour que les malades puissent l’admirer. Il leur donnait force et courage dans la foi. L’âme devait déjà s’orienter vers le dernier jugement.
L’œuvre est magnifique et saisissante. Les couleurs sont éclatantes ! Nous sommes restés près de trente minutes, assis à le contempler. Nous avons eu de la chance, il y avait peu de monde.

Nous sommes retournés doucement dans le centre de la ville, dans les petites rues pavées. Une glace italienne, des achats souvenirs, et nos pas sont allés vers l’hôtel des ducs de Bourgogne où est le musée du vin de Bourgogne.

14    Jarres, amphores – Époque antique grecque et gallo-romaine

bannBeaune9
Détails des tapisseries d’Aubusson
Gauche : Michel Tourlière / Droite : Jean Lurçat

bannBeaune10 IMGP5916
bannBeaune11
Retour à la maison d’hôtes, un cadre enchanteur et des hôtesses aux petits soins…
Une adresse coup de cœur ?

Côté Remparts – 2, Rempart de la Comédie, 21200 Beaune

15bannBeaune12Le lendemain matin, balade-vitrines. Et un ciel toujours aussi clément. Il faisait chaud ! Nous choisissions nos trottoirs à l’ombre…

bannBeaune13bannBeaune14.

Nous quittons Beaune en pensant la revoir un jour. Être ailleurs… le sens fut vrai. Nous étions dans une autre vie, une autre époque. Albertine dit « S’oublier un temps… ».
Nous prenons la route des vins de la Côte d’Or. Des adresses de caves… des accueils charmants, bavards, des dégustations, des odeurs de cave, de bois, de frais, de moisissures… des premiers crus. Pommard, Meursault, Volnay, du blanc, du rouge…
« – Madame, vous pouvez recracher ici.
– Non, non, je ne conduis pas. » et je suis gourmande !
C’est magique ! des terres qui se touchent, qui se mêlent, un même cépage et des goûts différents qui explosent.

.

16bannBeaune15bannBeaune16 bannBeaune17.

.
Et le prochain voyage ?

.

.

.

.

Publicités

37 réflexions au sujet de « Beaune, entre campagne, vignes et remparts »

  1. Oh mais je suis allée dans ces hospices, je reconnais la toiture qui est magnifique. Un film avec De Funès a été tourné là bas si je me souviens bien !
    Une jolie parenthèse ! Bises à vous deux !

  2. J’ai fait cette balade, dans le sens la route des vins et puis Beaune. J’en garde un excellent souvenir. La chambre d’hôtes a l’air très sympa.

    • Nous aussi mais nous avons préféré voir en premier Beaune. Mon souvenir sera également « excellent » ! Quant à la chambre d’hôtes, c’est vraiment une adresse à retenir, classe et spacieuse. Je me suis sentie chouchoutée.

  3. Moi qui ne connais pas, juste entendu parler de ces fameux Hospices, ton reportage est magnifique, très complet et riche de photos et infos, j’ai adoré.
    Grâce à toi, je peux dire que je connais désormais.
    Merci du partage Syl, gros bisous.
    Lylou

    • Merci LylouAnne ! Il faudrait que tu te programmes ce voyage un jour. Mon billet est tellement réducteur ! Tu ne peux pas respirer l’ambiance !
      Bonne semaine

  4. Quel beau billet pour une parenthèse enchantée ! Bon, alors, les hospices…très bien pour les pauvres, certes mais j’ose à peine imaginer l’odeur de la salle Saint-Nicolas avec la rigole d’eaux « usées » au milieu de la pièce ! Si les pots d’apothicaire sont magnifiques (j’adore), que dire de la misère des instruments de torture de l’époque : la scie, le cautérisateur et hop, on ampute ! Mama mia, je préfère quand même notre époque de ce côté là…
    Sinon, comment sais-tu que le Pommard est mon vin préféré, j’aurais arpenté les caves !!! Le polyptique est certainement très beau mais je ne suis pas très sensible à la peinture religieuse même si j’admets que techniquement c’est superbe ! Punaise, en plus le message…sous le nez des malades qui vont trépasser, pour remonter le moral, rien de tel !!! 😆 Je ne sais pas pour la prochaine balade mais n’hésite pas car j’adore tes billets nomades ! 😀 Bises (tu as bien fait de ne pas recracher, quel gâchis !!!^^)…

    • Les odeurs, le froid, les râles, la promiscuité… et tout le reste. Voui, ce n’était pas disneyland !
      Le retable est très beau. Il était en sommeil dans un grenier car on l’avait caché des révolutionnaires. On ne la retrouvé qu’en 1836. Et tu sais quoi ? Les personnages nus étaient vêtus de robes de bure ! Cachez cette nudité que je ne saurais voir… Ce sont les ateliers du Louvre qui l’ont restauré.
      Et un Meursault ? le blanc… fruité, terrien, un peu acide car trop jeune… que c’était bon !
      Maintenant, ça sera soit la Bretagne, soit la Normandie !

      • J’aime beaucoup le Meursault aussi ! Mais le Pommard a été le premier vin que j’ai vraiment apprécié, je lui garde une tendresse particulière même si je bois de moins en moins de « rouge » ! 😆 Bretagne ou Normandie, les deux ont du charme et tu sauras trouver de quoi nous faire rêver ! 🙂

  5. Je suis flattée d’être citée 😉 ! C’est vrai que pour moi, voyager, c’est oublier ce qu’on est au quotidien (actuellement une mère angoissée dont les enfants sont tous en période d’examen), pour savourer pleinement un « ailleurs ». A te lire, je m’imaginais très bien avec mon Cher et Tendre découvrir Beaune et son hospice. Nous sommes férus d’histoire et amateurs de chambre d’hôtes !

    • Alors note et programme… Les enfants (21 – 19 ans) me manquent toujours dans nos petits voyages, mais j’apprécie aussi de plus en plus nos virées à deux.

  6. Comme tu le sais, les musées me laissent généralement de marbre . Mais j’ai visité Beaune et les hospices il y a une bonne dizaine d’années et je m’en souviens bien. Ce lieu m’avait glacé, on ressent toute la souffrance de ces malades , même avec le temps qui a passé. C’est un lieu à voir. J’aime aussi les toits de la ville et de la Bourgogne.
    Tu as fait un article encyclopédique…ça rigole pas !

    • C’est sûr, l’austérité, la souffrance, sont bien incrustées dans les pierres.
      Mais quelles belles journées ! nous avons flâné…

  7. Visiter les hospices de beaune, c’est un projet que j’ai depuis très longtemps mais je ne pensais qu’il y avait autant de jolies choses à découvrir dans la ville même et ses environs. Merci pour ces très jolies photos qui m’ont un peu fait voyager également …

    • Il faut choisir deux belles journées ensoleillées pour la visite. La lumière de ce printemps est douce. On a l’impression d’être dans un écrin et on a plaisir à déambuler dans les rues. Dans les restaurants, boutiques, syndicat d’initiative, musées… les gens sont sympathiques, accueillants. Ville propre, fleurie, riche de son histoire… bref… oui, il faut programmer !

  8. on m’avait dit que Beaune était une ville très jolie … ton reportage photos me le prouve … je le note dans ma liste des « petites escapades ».

  9. Depuis le temps que je veux voir tout ça (autrement qu’en regardant La grande vadrouille ! 😉 ), en plus je ne suis pas si loin, aucune excuses !
    La prochaine fois : la Bretagne bien sûr ! bisous

  10. La Bourgogne, je ne connais pas ! Et mon Dieu, on en prend plein les yeux avec tes superbes photos ! Tu me fais voyager et tu me donnes envie de filer en vacances !!! 🙂

    Bon dimanche !

    • Le musée du vin est à voir lors de ta prochaine visite ! Oui, j’ai vu le trotteur. Il fallait que les enfants se dégourdissent les jambes qu’ils avaient emmaillotées très tard !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s