La dame à la camionnette

livres noel
Un livre offert par Lou…

.

.

la-dame-à-la-camionnetteLa dame à la camionnette
Alan Bennett

.

Miss Shepherd…
Durant plus de vingt ans, l’auteur Alan Bennett a côtoyé cette vieille dame qui habitait dans une camionnette jaune, véritable capharnaüm d’une vie de sans domicile fixe. De sa camionnette sur le trottoir, elle s’est retrouvée à cohabiter avec lui, logée dans l’appentis de son jardin.
Des notes prises, résumant toutes ces années, forment ce petit livre qui est au final un bel hommage à cette femme marginale et peu sympathique (aux premiers abords).
De son bureau, il la voyait gesticuler, haranguer les gens, et ça perturbait son travail d’écrivain. Jupes longues, morceaux de tissus informes et colorés, chapeau de paille, chaussons, elle était l’épouvantail d’un quartier cossu de Londres, véritable escarre, surprenante et mystérieuse. Sous sa crasse et ses haillons, son regard noir qui harponnait, il était difficile de percevoir sa réelle identité. Qui était Miss Shepherd ? Ce n’est qu’à son décès que sa personnalité se dévoile… juste un peu.
Un jour, menacée par la municipalité de Camden Town, genre « encombrement de la voie publique », il lui propose de garer sa camionnette dans son jardin. Sentiments conflictuels ; il regrette parfois cette impulsive générosité, la souhaitant ailleurs, tout en étant attiré par le personnage. Un lien se créait, amical, empreint d’une tendresse cachée.
Miss Shepherd sait se montrer envahissante ! Elle s’autorise des incursions dans la vie d’Alan Bennett et manifeste ses émotions de façons théâtrales. Dans certaines anecdotes, elle semble importune, peste, et dans d’autres, elle laisse paraître de la sensibilité.
Cruelles, les notes racontent la société qui gravite autour d’eux, cocasses, elles narrent cette association singulière qui s’accommode assez bien l’une de l’autre.
Entre l’étude de cas et le journal de bord d’un voisinage tumultueux, l’histoire suscite quelques réflexions. L’auteur s’interroge sur le passé de cette femme, les raisons de sa déraison, son quotidien qu’elle préserve avec pudeur… et peint l’évolution de la collectivité sur vingt-ans.

Ce fut une lecture en demi-teinte car j’aurais aimé apprécier les deux personnages, Miss Shepherd et Alan Bennett. Je suis restée en marge de ce duo. Je pensais retrouver l’humour anglais et léger de « La reine des lectrices » et j’ai lu une verve grinçante, froide, distante. J’ai peu souri. A croire que l’auteur a voulu contrebalancer la trop grande fantaisie de Miss Shepherd par une écriture plus neutre.
Cette histoire a été adaptée pour le théâtre et le cinéma. Maggie Smith est Miss Shepherd. Le film va sortir dans le courant de l’année. A suivre !

.
D’autres billets chez Lou, Nahe, Jérôme,

.

la dame à la camionnette.

.

.

14 réflexions au sujet de « La dame à la camionnette »

    • Je ne veux pas refroidir ton élan. Au contraire, je serais curieuse de lire ton avis. Certaines personnes ont aimé cette lecture et elle la défende bien. Ce n’était pas le bon moment pour moi et j’ai raté ce rendez-vous. Il faut dire que je l’ai lu avec le souvenir de « La reine des lectrices ».
      Note quand même… un de plus George !

  1. Je commencerai par La reine des lectrices, histoire de garder le sourire et celui ci attendra. En plus je croyais que c’était une BD; y a pas une bd qui ressemble à ça?

    • Alors là, je ne peux pas te répondre. Il faudrait le demander à la bande à Jérôme et Mo’.
      Je te conseille « La reine des lectrices » ! c’est vraiment charmant.

Répondre à somaja1 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s