Les Campbell

BD du mercredi avec Mango and Co
Une bd offerte dans le cadre des MC de Babelio avec les Editions Dupuis

.

.les-campbell-1Les Campbell
Inferno, tome I
Munuera

.

Bateau pirate en vue !

Enterrer un trésor et surtout se rappeler où on l’a caché… C’est le conseil que donne le capitaine Carapepino à son second Monsieur Higgins avant d’enfouir profondément le leur, entre deux roches particulièrement « mémorables ». Mais il arrive que les bonnes idées soient parfois partagées et en creusant, ils découvrent un autre coffre. Concupiscence… la conscience déraille entre deux décisions ; le prendre ou le prendre ?! Le dilemme est vite résolu par un intrus, ex-pirate de son état, le capitaine Campbell, accompagné de tout son équipage. Après des salutations grinçantes teintées de vieilles rancunes (les deux se connaissent bien), sous le respect d’un pistolet à silex, canon long, le scénario prend une autre tournure !… Campbell plante littéralement les deux filous dans le trou qu’ils avaient pioché, s’enfuit avec les deux trésors et dévoile un subterfuge finaud, sous les regards médusés de Carapepino et Higgins.

Un décor de carton pâte… En fait, Campbell n’avait pour acolytes que deux gamines frondeuses et non une troupe de margoulins sanguinaires.
.

les campbell 1.
Dans son île Jardin, l’ancien pirate redevient un père de famille accaparé par les corvées ménagères. Veuf avec deux filles, Itaca et Genova, il doit assumer un quotidien bien loin du bizness de la piraterie. Mais obsédé par la mort de sa femme tuée par un certain Inferno, il continue à rêver de vengeance.
Pas si reclus, si retiré des affaires, il a pour amis des lépreux qui habitent l’île de Bakalaoo, un piton volcanique inhospitalier ceinturé par des récifs acérés. Personne n’osant s’aventurer sur Bakalaoo, c’est l’endroit le plus sûr pour se planquer et réfléchir…

Pendant ce temps, Carapepino est poursuivi par la malchance… Après avoir été planté dans la terre comme un poireau et dépossédé de son trésor, voilà que son bateau est abordé et fait prisonnier par le redoutable Inferno, un pirate qui s’est mis au service de l’Angleterre et qui a reçu le titre de baron. Mystérieux, dément, hanté par le fantôme d’une femme, lui aussi n’a qu’une obsession… retrouver la famille Campbell et la passer par le fil de son épée. Si Carapepino veut sauver sa peau, retrouver Campbell doit être sa priorité.

C’est ainsi que tout commence… ou plutôt… tout continu… car entre Inferno et Campbell, c’est une vieille histoire tissée de liens de sang.

.les campbell 3.
Ce premier tome des aventures Campbell est très accrocheur. Séduite par les dessins et le scénario, je continuerai la série avec le deuxième titre « Le redoutable pirate Morgan ».

Cette lecture divertissante est une belle surprise car j’ai demandé l’album un peu au hasard, attirée par le graphisme et le résumé en quatrième de couverture qui raconte une histoire de vengeance dans la flibusterie.
Les personnages de la famille Campbell sont sympathiques et attachants. Les filles ont des caractères très affirmés et provoquent souvent des situations tumultueuses. Intrépides, courageuses, garçons manqués, souvent en bisbille l’une contre l’autre, la petite contre la grande, elles sont aussi solidaires, fidèles et aimantes. Pour l’aînée, l’adolescence et ses vicissitudes sont un cap difficile à franchir, et la cadette se plaît à jouer le poil à gratter. Leur père semble un peu dépassé. Toujours plein d’entrain et papa poule, il a un mal à l’âme que seule une vendetta pourrait apaiser.
L’humour est une des qualités premières de cet album. On le trouve dans les expressions, les dialogues et un contexte un peu fantaisiste, car l’auteur transpose le XVIIème siècle à notre époque… ou le contraire. Autres malices, on découvre une équipe de malandrins qui pourrait être les frères Daltons, le village des lépreux ressemble à un certain village Gaulois et le crocodilotram a la physionomie de son congénère dans Peter Pan.
L’histoire a pourtant une fausse légèreté. Dans les dernières pages, elle s’étoffe de souvenirs et révèle l’enfance miséreuse des deux personnages principaux, Campbell et Inferno.

Une bande dessinée à recommander !

.
les campbell 2.

.

.

10 réflexions au sujet de « Les Campbell »

  1. Tu as eu de la chance, tu as été sélectionnée, moi j’avais demandé la BD sur les camps de concentration, j’ai du faire ceinture, pareil la foi d’avant avec Ariol 🙂
    Et en plus tu as apprécié ta lecture. Bises, (t’as vu je me suis réveillée, difficilement hein!)

    • Bon, vaut mieux que tu ne l’ai pas reçue cette dernière ! Il nous faux de la lé-gè-re-té.
      Pour me booster, je me fais des organigrammes. Au réveil dans le lit, je pense à la journée. Au petit-déj, je planifie et je note.
      Bientôt le printemps…

  2. Oh elle a l’air sympa cette BD, je ne connais pas du tout. Le graphisme est très joli, c’est le genre que j’aime bien… Et puis ton avis donne envie ! Je vais regarder si je le trouve à la bibliothèque 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s