Kachtanka, un conte russe

logo challenge-il-etait-une-fois-les-contes-de-fees
.
« Animaux du monde » de Sharon, « Des contes à rendre » de Coccinelle, « Il était une fois… » de Bianca et « Il était deux fois Noël » avec Chicky Poo, Samarian et Petit Spéculoos

.

.

kachtankaKachtanka
Un conte russe
Une histoire d’Anton Tchekhov
Des illustrations de Gennadij Spirin

.

Dans le froid et la neige de l’hiver, après son travail, le menuisier Louka Alexandritch a besoin d’un petit remontant, et à la nuit tombée, dans son monde éthylique, il oublie qu’il n’est pas venu seul…
Boule de poils, roux comme un renard, saisie par le froid, apeurée par une fanfare et son régiment militaire, sa petite chienne Kachtanka fait un écart et se retrouve perdue sur les trottoirs enneigés. Abandonnée dans les rues, craintive, elle se blottit contre une porte. Cette entrée est celle d’un homme rondouillard qui en rentrant chez lui, prend pitié de la petite forme grelotante.
Reconnaissante, Kachtanka suit l’inconnu et pénètre un intérieur bien différent de celui de la menuiserie. Alors qu’elle se repose sur un tapis confortable, elle repense à Louka et à son fils Fédotchka, celui qui aime tant l’embêter ! Finalement, elle est bien ici !
Après une belle nuit, au petit matin elle se décide à visiter ce nouvel univers. C’est en pointant le bout de sa truffe dans une pièce de l’appartement qu’elle fait la connaissance des autres hôtes de son logeur… Fiodor Tomoféitch, un chat blanc, et Ivan Ivanitch, un jars gris. Le tohubohu est tel qu’il réveille son nouveau maître.
Pour commencer la journée, celui-ci, ne connaissant pas le véritable nom de la petite chienne, la rebaptise Tiotka et lui présente ses nouveaux compagnons. Une truie fait alors son apparition, Madame Khavronia.
Kachtanka va découvrir une ambiance étrange et une animalerie prête à réaliser toutes les pirouettes qu’on lui demande ; sauter, faire la révérence, la pyramide égyptienne… une vraie école !

Sera-t-elle prête à intégrer la ménagerie savante et suivre les consignes de son nouveau propriétaire qui travaille dans un cirque ? Car dans ses rêves, Kachtanka a la nostalgie de ses anciens amis, des bruits de rabots et des odeurs de sciures.
.

img475

.
Cet album est à lire, à feuilleter, pour les illustrations de Gennadij Spirin.
Le conte de Tchekhov, datant de 1887, est une courte et belle histoire car on partage avec émotion l’aventure de Kachtanka, mais la fin laisse un curieux sentiment. Où veut nous mener l’auteur ? Il souligne dans le dénouement la fidélité de la petite chienne pour son ancien maître. Avec le menuisier, elle était plus libre, mais moins choyée, plus chahutée par le fils qui se conduisait comme un tyran… un gamin impétueux. Avec le cirque, la petite chienne est contrainte à un travail de performances, mais elle est câlinée, gâtée, et a été adoptée sans difficulté par toute l’équipe. Alors, pourquoi donner à son aventure l’impression d’avoir été « un long cauchemar confus »  ? J’aimerais bien connaître l’avis d’un enfant !
Côté illustrations, c’est un vrai plaisir de découvrir les dessins de Spirin. Ils sont toujours aussi beaux, expressifs, détaillés, empreints de couleurs douces, riches, chaudes, slaves.
Un album qu’on pourrait déposer au pied du sapin…

Vous découvrirez d’autres dessins de Spirin avec « La princesse Grenouille », « Philipok » et « La princesse qui ne riait jamais ».

.

 img474.

.

.

 

Publicités

19 réflexions au sujet de « Kachtanka, un conte russe »

  1. Ha tu l’aimes cet illustrateur ! C’est vrai que les dessins sont magnifiques ! Pour la « morale » de l’histoire », je suis dubitative, comme toi. Disons que la tradition veut qu’un chien ne soit heureux qu’avec son « maître » et un, un seul… Alors cage dorée ou amour véritable ? Un peu complexe mais c’est du Tchékov et je ne suis pas calée en littérature russe ! 😉 Sharon saura peut-être ! 😉

    • Je pense que le petit garçon doit aimer tendrement Kachtanka, même s’il l’associe à ses jeux barbares ! Mais, ça renvoie à autre chose que je ne voudrais pas écrire sur ce billet destiné aux enfants. Tu as raison ! les Russes ont leurs complexités !

      • D’autant que ce qui nous semble « barbare » aujourd’hui l’était beaucoup moins du temps de Tchékov… Tant qu’il y a du véritable amour… le reste était considéré comme une dérive « capitaliste » !!! 😆

  2. Bonjour Syl, lien noté pour Des contes à rendre, merci. Très belles illustrations. Désolée, je ne suis pas très présente (pas du tout même…) sur la blogosphère ces temps-ci… Bon mois de décembre !

    • Il y a des histoires bien plus rigolotes ! Surtout que je n’ai pas saisi la morale. Mais les illustrations sont superbes ! Il me fallait ce livre pour ma collection !!!

    • Pauvre petite chienne ! si tu la voyais toute seule, apeurée, transie de froid, la queue basse… tu n’aurais plus peur !
      Sinon, le graphisme est différent de ce qu’on voit habituellement. Je peux comprendre que tu ne sois pas attirée.

  3. J’avais eu cet album au Salon du livre, et l’ai offert pour un petit de mon entourage, mais n’avais pas eu le temps de le lire ! Finalement en te lisant je ne sais si c’était une bonne idée :/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s