Le petit Tōkaidō

logo L'art dans tous ses états
L’art dans tous ses états de Shelbylee

.

.

le-petit-tokaido-
Le petit Tōkaidō
Hiroshige
Présentation par Nelly Delay
.

.
C’est en sortant de l’expo Okusai que je me suis offert ce superbe recueil d’estampes présenté dans un coffret. Les illustrations, chacune sur deux pages, se déploient en accordéon et racontent le voyage en cinquante-six stations, de la route du Tōkaidō ; de Tokyo à Kyoto. C’est une des voies les plus importantes qui était fréquentée en toutes saisons. 

« LeTōkaidō fut pour Hiroshige ce que le Fuji était pour Hokusai : une passion. »

portrait-hiroshige
Hiroshige
.

Hiroshige admire la nature et la dessine sur tous ses aspects. De caste élevée (son père était un officier de la brigade des pompiers), il a pu choisir à vingt-sept ans de se réaliser dans sa passion, le dessin. Toutefois, héritier de la charge de son père, il n’a pas pu abandonner ses responsabilités qui le menèrent à voyager...

« La nature était aussi vivante que les êtres humains. »

A l’âge de trente-six ans, il décide de reprendre les routes qu’il a prises lors de ses périples officiels. Les estampes s’accumulent et parlent essentiellement du Tōkaidō.
Le livre, « œuvre considérable », prendra forme sous le titre « Le grand Tōkaidō », paru entre 1833-1834. Le petit Tōkaidō, avec une sélection de dessins, a été édité en 1840 par Sanoki ; chaque station étant accompagnée d’un poème.

Peintre paysagiste, il célèbre la nature et l’anime par des voyageurs qui la sillonnent.
On voit sur la première station le mont Fuji au loin et au premier plan, le pont Nihonbashi qui enjambe la rivière Sumida. C’est un matin, rose de son aube, déjà en activité.

.
tokaido3Nihonbashi – 1ère station

.
Sur les autres peintures, toutes les vues sont égayées par une effervescence qui témoigne des passages incessants. Commerçants, cortèges, porteurs, itinérants…, sur terre et sur eau, les processions semblent s’accommoder de la pluie, du vent, de la neige et de la nuit.
Les couleurs sont lumineuses, variées, des dégradés bigarrent les tons, les bleus sont superbes, mais aussi les verts et les ocres. Les traits sont bien dessinés, précis, les compositions sont magnifiques !

 .tokaido2Mishima – 12ème station

.
Je vous incite à noter ce livre
des Editions Hazan. Son originalité pourrait faire un beau cadeau. La couverture est toilée d’un tissu moiré, riche, sobre, ses dimensions sont 120 x 176 mm, les reproductions sont de belles factures, et un petit livret écrit par Nelly Delay, historienne d’art et spécialiste d’art japonais ancien, nous permet de comprendre et de situer les planches.
N’hésitez pas !

.
tokaido4
Ishiyakushi – 45ème station

 

 

.

.

.

21 réflexions au sujet de « Le petit Tōkaidō »

  1. Les estampes dans les paysages de neige sont mes préférées … j’ai pu voir pas mal d’originaux dans la maison de Claude Monet à Giverny (depuis deux ans, ce sont des fac-similés)

    • Les originaux ont été prêtés certainement ou remisés pour qu’ils ne prennent pas trop la lumière.
      J’aime aussi les paysages de neige. C’est feutré.

  2. Comme Aifelle, j’ai eu la chance de les voir à Giverny, en plus, je ne m’attendais pas du tout à voir ces estampes à cet endroit, et je me suis régalée… Merci pour ce moment… euh pour ce billet ! 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s