Journal intime

journal-intimeJournal intime
Chuck Palahniuk

.

Suite à une tentative de suicide, son mari se retrouve dans le coma. Qu’est-ce qui a bien pu le pousser à les quitter ? Dans le journal qu’elle lui écrit, Mitsy Wilmot se dédouble pour jeter sa rancœur et mêler sa vie passée à son présent.
Ça commence par le chemin de ses rides. Elle donne à ces plis, ses peines, ses pleurs, ses peurs. Elle esquisse des sourires, s’essaye à des grimaces. Elle incrimine le lâche et l’accuse d’être le fauteur de trouble qui a vieilli prématurément sa fille et a lesté un peu plus sa femme et sa mère de crevasses. Mitsy donne aux trois femmes de sa vie, l’image des trois épidermes qu’il a marqués. Et la poudre de riz camoufle difficilement les scions.
Perter Wilmot… il l’avait embarquée alors qu’elle était jeune étudiante dans une école d’arts plastiques, pleine de fougue pour les tableaux qu’elle voulait peindre. Artiste. Il lui avait répondu qu’elle le serait sur son île, et qu’elle deviendrait la plus célèbre de leur génération…
Mitsy est devenue femme de chambre à l’hôtel Waytansea. Elle vit avec sa fille Tabby, sa belle-mère Grace, et reçoit depuis le suicide manqué des tas d’appels téléphoniques bizarres. Les clients de son mari, architecte qui rénovait les vieilles maisons de l’île, se plaignent de voir « disparaître » des pièces de leur maison. Il y a celui qui n’a plus de salle-de-bains, celle qui a perdu un placard à linge, celui qui ne trouve plus sa cuisine… et un autre qui découvre des graffitis bien personnels sur les cloisons. Pourquoi Peter a jeté sur les murs, sa haine pour les nouveaux venus ? Pourquoi les accuse-t-il de ses misères, de son ambition avortée et de la déchéance de son mariage ? Ces dernières harangues font mal. Elles conduisent Mitsy à boire et à vouloir tout quitter pour partir ailleurs.
C’est sa belle-mère qui va l’inciter à reprendre ses crayons et ses peintures. Mitsy est douée, elle doit exprimer son art.

Entre ses visites à Peter, corps décharné, recroquevillé, végétal, ses écrits-confessions dans son journal, son travail à l’hôtel, ses premiers dessins encouragés par tout le monde, Mitsy cherche à comprendre certains mystères d’une île qui se dégénère… jusqu’à se perdre dans des fantasmes ou dans une conspiration machiavélique.

.
Quel étrange livre ! angoissant, violent et déroutant. On peut penser que Misty va continuer à s’épancher dans son journal et ainsi se soulager de sa colère, mais au fil des pages, l’histoire se pare d’une détresse bien différente. Le huis clos devient inquiétant et les personnages prennent petit à petit leurs véritables dimensions diaboliques.
Ce thriller distille son épouvante au compte goutte en délivrant son horreur seulement dans les dernières pages.  Le lecteur se perd souvent dans cette ébullition, surpris par le style, les mots crus, intenses, agressifs, ne sachant à qui accorder son empathie et quoi imaginer. Le suspens est garanti ! le malaise aussi… il ne nous lâche pas.
C’est la première fois que je lis Palahniuk et je ne sais quoi penser. Je salue son écriture particulière, l’impact des mots choisis, sa folie, mais je continue à me demander si j’ai vraiment apprécié ma lecture. Une immersion dans un camp de psychopathes n’est pas une balade facile !
Recommanderai-je ce roman ? Oui… bien sûr !

.

hopper-04
Edgar Hopper

.

.

.

 

37 réflexions au sujet de « Journal intime »

  1. je n’ai jamais lu cet auteur. Je suis psychologiquement comme Mitsy actuellement, peut etre le lire pourrait il m’aider à me liberer? Des mots sur mes ressentis, mieux que je ne peux le faire.
    Et finir cette tres belle critique par un tableau de Hopper si bien choisi ne peut que m’encourager…

  2. Le nom ne m’est pas étranger mais je ne pense pas l’avoir lu bien que le thème me dise aussi quelque chose (un film peut-être ?) ! J’aime quand c’est inquiétant, je le note pour… »un jour peut-être » !!! 😀

    • J’attendais ton commentaire ! Tu as lu ce livre ? Je suis allée voir chez toi et je n’ai pas trouvé de billet.
      « Il ne fait pas dans la dentelle » ? Oh que non ! j’ai encore des images pas croyables en tête ! Lorsque Mitsy est malade… et que… tout partout… berk ! et tous, bien proprets, mignons, sourires… ça fait froid dans le dos !!!

    • Marie ou Anne, je ne sais pas qui a écrit ce commentaire… Je n’ai pas précisé qu’il y a une réflexion sur l’art, l’œuvre et l’artiste, qui pourrait vous intéresser.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s