Sanditon

angleterre élizabéthaine collage dreams sur fb


Le mois anglais  avec Titine, Lou, Cryssilda – 11ème billet


.

.
sandit11Sanditon
Jane Austen
et Juliette Shapiro
.

Sanditon, un village en plein essor sur la côte du Sussex, a besoin d’un médecin-chirurgien. Alors qu’ils cheminent sur la route en direction d’une petite ville pour en dégoter un et l’embaucher, Mr et Mrs. Parker ont un accident de carrosse. Il en résulte une cheville foulée pour Monsieur. Secourus par Mr Heywood, un propriétaire terrien témoin de la scène, ils sont obligés d’accepter pour quelques jours une invitation à résider dans sa demeure.
Enjoué, chaleureux et bavard, Mr Parker est intarissable sur Sanditon. Il voudrait que tout le monde connaisse et apprécie les charmes de ce petit coin qui se transforme en une station balnéaire suivant les ambitions de quelques notables…
Lorsque l’état de sa cheville leur permet de quitter la famille Heywood, Mr Parker propose alors à ses hôtes de prendre avec eux leur fille aînée de vingt-deux ans, Charlotte, pour lui faire découvrir Sanditon.
Charlotte voit en cette aubaine, l’occasion de découvrir une région et de rencontrer de nouvelles personnes. Durant le voyage, Mr Parker s’empresse de décrire un paysage superbe agrémenté de falaises, de plages, un village avec de belles boutiques, et les gens qu’ils croiseront. La plus « importante » de leur petite communauté est Lady Denham, une veuve fortunée de soixante-dix ans qui vit avec sa dame de compagnie, une jeune cousine désargentée.
Sanditon… un cadre enchanteur ! De nouvelles maisons plus pimpantes, plus modernes, grignotent le bord de mer, comme ces nouvelles cabines de bains. Et si la nostalgie pousse parfois à regretter l’ancienne vie, on peut compter sur Mr Parker pour enrailler ce sentiment et s’enthousiasmer avec lui du nouvel environnement.

Promenades vivifiantes, bienfaits des bains, visites courtoises, Charlotte s’amuse de ce quotidien et des gens qu’elle approche. Il faut dire qu’ils ont tous des personnalités bien affirmées, certaines franches, sans fard, comme Sidney Parker (frère de Mr Parker), et d’autres plus finaudes comme Sir Edward Denham (neveu de Lady Denham) qui s’essaie à séduire toutes les femmes avec ses emphases pédantes.
Le séjour n’a rien d’ennuyeux et présage de belles et étonnantes surprises…

.
Jane Austen a commencé ce roman en janvier 1817 et n’a pas pu le terminer car malade, elle est décédée quelques mois plus tard. Le livre a donc été repris et terminé par d’autres auteurs…

La version que j’ai lue ne m’a pas trop séduite et je regrette. Y-a-t-il une grande différence avec les autres ?
J’ai aimé le début, l’esprit de l’histoire, l’entrain jovial et exalté des gens de Sanditon, j’ai retrouvé les sujets chers à Jane Austen, des similitudes avec des personnages de ses autres romans, la société du XIXème siècle qu’elle épingle avec une gentille ironie, le paysage balnéaire, les intrigues amoureuses avec ses quiproquos, une palette de sentiments comme la vénalité, l’avarice, la bêtise, la naïveté, la droiture, la sincérité… et je n’ai pas aimé la dernière partie du livre. Je ne sais exactement où la césure s’est faite, mais je peux comparer ma lecture à un soufflé. L’attention monte, monte, pour redescendre.
J’imagine que si Jane Austen l’avait repris et terminé, elle l’aurait façonné avec plus de vivacité et de détails, et je n’aurais vu aucune caricature à son oeuvre. Je ne demandais pas à retrouver l’ambiance de Bath comme elle l’a décrite dans « Northanger Abbey », car Sanditon n’a pas la même envergure, la ville se construit et elle a un charme bien à elle, mais j’aurais aimé plus de subtilité dans les portraits des personnages et dans les romances… Pourtant… Pourtant, tout était réuni et je suis encore à me demander pourquoi je n’ai pas été au rendez-vous…
Malgré ces bémols, ressentis très personnels, l’histoire est intéressante et fait sourire. Ce Mr Parker est tonique et c’est un plaisir de le voir stimuler l’économie de Sanditon. On peut dire de lui que c’est une bonne personne. Le reste de sa famille est également plaisante à lire. Il a deux sœurs, Diana, Susan,  et un frère, Arthur, hypocondriaques, de quoi ravir le lecteur, et un  autre frère, Edward, qui est décrit comme un très bel homme, intelligent et fort sympathique. Je ne parlerai pas de Mrs Parker qui est presque inexistante… En ce qui concerne les autres personnages, Lady Denham est bien au devant de la scène. Riche, elle est la pingrerie personnifiée et fine mouche, car elle ne se laisse pas enjôler facilement. Son neveu Edward est un barbant de la pire espèce et sa petite cousine Clara qui lui sert de dame de compagnie est une petite souris un peu trop candide et pas très sincère. Bien d’autres seconds rôles ont une belle part et interviennent pour divertir le lecteur, et… il y a Charlotte. Charlotte représente un peu toutes les héroïnes de Jane Austen. Elle est intelligente, parfois légèrement moqueuse et a cette posture distante qu’Elizabeth Bennet (Orgueil et préjugés) prend lorsqu’elle analyse son entourage. Elle va jusqu’à ressembler à Emma Woodhouse (Emma) quand elle se méprend sur les idylles amoureuses… C’est peut-être sur elle que ma déception se tourne car je la voulais moins effacée, moins spectatrice de l’histoire.

On est exigeant qu’avec ceux qu’on aime… Plus tard, je lirai le « Sanditon » écrit par Jane et Mary Dobbs ; je voudrais comprendre et voir si on décèle plus les nuances ou si la fusion est complète…

.
D’autres billets chez Mind, Alice,

.

fr008641-01« A calm » de James Gillray

.

.

.

 

 

43 réflexions au sujet de « Sanditon »

  1. J’imagine que ce manque de subtilité est p-e du au fait que le roman n’est pas fini?
    J’avoue que je n’ai pas lu ce roman d’Austen ceci dit… On finit trop souvent par mettre de coté les classiques face à la vague de nouvelles publications sans fin non? Ou c’est p-e juste moi et mes névroses! 😉

  2. C’est étonnant comme principe, un roman terminé par un autre auteur, il doit y avoir quelque chose de déstabilisant.

  3. j’ai lu la version inachevée de J.Austen, donc je ne peux vraiment pas dire grand chose sur ta lecture. Mais du coup, tu me donnes envie de voir ce que ces auteurs ont fait de cette oeuvre…

    • Choupynette, je ne sais plus trop quoi en penser ! J’ai lu des avis positifs et d’autres qui me rejoignent et je me demande si ce n’est pas une affaire d’auteurs, ceux qui ont pris la suite. Je te souhaite une bonne lecture…

  4. Le problème avec ces romans victoriens, c’est que quand on en a lu un, on a l’impression de les avoir tous lus. Je vais relire Raison et sentiments (j’ai eu mon époque où j’adorais cette littérature) et là j’ai un peu (beaucoup) peur de m’ennuyer.J’aurai peut-être une belle surprise. Donc celui ci je vais passer. J’ai l’impression qu’il ne se passe rien, que c’est ennuyeux.

  5. J’ai l’autre version, mais je ne l’ai pas encore lue donc je ne peux pas te dire, mais j’avais lu de meilleures critiques sur la fin sans égaler Jane Austen.

  6. Ah mais ce n’est pas celui que j’ai lu je crois, du coup je ne sais pas comment fini celui-là 🙂 j’avais trouvé la fin de celui que j’ai lu (terminé par une autre dame, je cite l’édition mais ce serait Mary Dobbs) un peu trop rocambolesque et irréaliste pour Jane… mais j’avais bien aimé dans l’ensemble 🙂

    • Je ne dévoile pas la fin, sait-on jamais, tu pourrais vouloir le lire !!! Presque tous les lecteurs qui ont lu Dobbs, ont apprécié.
      A revoir !

  7. Hello Syl,
    J’avais offert ce livre à MTG. Je pensais qu’il serait déjà passé pour commenter ton billet. Je ne me souviens pas s’il l’avait ou non chroniquer…
    Je l’ai pas lu.

    Rien à voir avec ton billet, tu voudras bien m’en excuser, mais je programme pour demain mes petits bonheurs de printemps car le 20 j’ai le défi de Mamylor et le 21 les Plumes de Miss Aspho…
    Voici mon lien
    http://soene.canalblog.com/archives/2014/06/19/30084833.html

    Gros bisous

  8. J’ai lu l’autre version de Sanditon et comme toi, j’ai trouvé que le soufflé montait, montait pour redescendre très vite. La dernière partie atteignait d’ailleurs les sommets du ridicule.
    Je me demande si Jane Shapiro a imaginé la même fin….
    Une lecture-déception donc pour moi. Quel dommage car le début laissait pressentir une belle oeuvre….

    • Je te laisse le plaisir de découvrir cette version… que je n’ai pas trouvée ridicule. Mon reproche, c’est l’ennui. Et aussi le manque de peps.
      Donc, toi tu lis Shapiro et moi, je lis Dobbs.

    • Le style est là, mais la magie n’opère pas. Et on peut dire que c’est une dégustation à l’aveugle car je ne sais pas quand elle cède sa place à l’autre auteur…

  9. J’ai lu Sanditon , je t’avoue que j’ai oublié qui était l’auteur….je vais voir…je reviens…et je n’ai pas cité l’auteur qui a écrit 80% du roman puisque la pauvre Jane n’a pu rédiger que le tout début mais je suis certain que c’était Mary Doobs
    Personnellement j’avais été enchanté par cette suite et j’avais été bluffé.
    Voila ce que j’écrivais de manière sarcastique , un peu comme dans ce livre où l’auteur pousse plus loin le coté corrosif de Jane Austen sans jamais la caricaturer…
    Il s’agit des 12 signes qui montrent que c’est bien du Jane Austen même si c’est pas elle qui a écrit le livre….

    1) Les héros sont une jeune femme sans fortune, raisonnable et intelligente, et un jeune homme fortuné, un peu caractériel ,qui tous deux masquent leurs sentiments réciproques pendant au moins 400 pages

    2) Il y a toujours une vielle peau très riche et mauvaise comme la gale (comme sur la blogosphère??)

    3) Il est question de grandes familles qui vivent dans la campagne anglaise

    4) La plupart des pages sont des dissertations savantes sur des petits riens, des banalités ennuyeuses qui deviennent ensuite passionnantes comme par magie

    5) Il y a au moins un bal

    6) Il y a au moins un mariage

    7) Le lecteur n’est jamais malmené ou choqué, ce qui prime c’est le respect de la bienséance et du bon goût.

    8) L’auteur pratique une ironie parfois mordante pour dénoncer ce respect des conventions

    9) L’auteur parle de passions amoureuses sans jamais exprimer la moindre passion dans son style

    10) Il y a un Happy end que l’on devine dès le début du livre

    11) Au départ, il faudrait un organigramme pour arriver à suivre tellement il y a de personnages

    12) Vous devez lutter pour ne pas vous endormir pendant le premier tiers du roman…tellement c’est ch–nt (comme dans mes articles mais ouf vous arrivez à la fin…)

    • Mind ! tu n’es jamais embêtant ! on te lit toujours avec beaucoup d’intérêt… même tes chroniques musicales.
      Tu as cité les points essentiels de ses histoires qu’elle raconte avec finesse et ce que tu peux lui reprocher c’est l’essence même de Jane, chose que les autres n’ont pas. La preuve pour ce livre… je le lisais avec beaucoup de plaisir, j’étais à mille lieux de mon canapé, dans un autre siècle, puis j’ai ressenti une faiblesse vers le milieu qui n’a fait que grandir sur la fin. Comme un gâteau avec tous les bons ingrédients qui est décevant au goût… Conclusion… on en revient toujours à dire « n’est pas Jane qui veut ! ». Et encore ton édition avec Mary Dobbs doit être meilleure que la mienne.
      C’est sur la longueur que le rythme s’émousse et sur les scènes trop brèves, pas assez « romantiques ».

        • Elle a ses saisons… moi, j’aime la lire l’hiver. J’ai lu tous ses romans et celui-ci, c’était le dernier qu’il me restait à découvrir. Je les relirai aussi, un jour.

    • Lamousme… s’il te plaît, lis-le… celui-ci et pas celui de Dobbs et reviens ici me dire ce que tu en penses. Bien sûr, pour le bien de la science.

  10. Savais-tu que ma région préféré d’Angleterre était le Sussex ?? et je n’expliquerai pas pourquoi… 🙄

    Ok, je ne note pas, alors, si terminé par d’autres… C’est jamais tout à fait la même chose. 😦

  11. J’ai lu la version de Mary Dobbs et j’ai tout simplement adoré, je ne me suis guère attachée à savoir ou terminait Austen et ou Dobbs commençait, et j’ai été charmée par cette histoire. Quant à la version que tu as lu , je compte également la lire mais je ne pense pas qu’elle réussira à détrôner la versions de Dobbs 😉

Répondre à Shelbylee Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s