Blood song, La Voix du sang – Tome I

logo Challenge-anglaislogo-challenge-imaginaire « God save the livre » d’Antonilogo_babelio« 
Les mondes imaginaires » d’Aymeline
Un livre offert par Babelio et Bragelonne

.

.
blood song 1Blood Song
La Voix du sang
Tome I
Anthony Ryan

.

.
Le Chroniqueur Impérial, le Seigneur Verniers, accompagne le prisonnier Vaelin Al Sorna qui doit combattre Ell-Nestra, le Bouclier des Îles, dans un duel à mort. Tout doit être retranscrit dans les annales et ainsi retracer les derniers jours du Tueur d’Espoir…
Le célèbre et redoutable guerrier-frère Vaelin croupit depuis cinq ans dans les geôles de l’Empire Alpiran, après que son roi Junus du Royaume Unifié ait signé l’armistice de la guerre qu’il menait contre l’empereur Aluran Maxtor Selsus. Les projets de ce roi devenu fou par la démesure se sont soldés par un échec et le sacrifice d’un héros que tout le monde croit mort.

Vaelin est appelé Sombrelame, Ombre de Corbeau, mais aussi le Tueur d’Espoir pour avoir tué le fils adoptif et héritier de l’empereur. Personnage de légende, ses exploits sont chantés et contés partout. De stature imposante, plus grand que les autres hommes, le regard noir et profond, inquisiteur, il n’a rien perdu de sa puissance. Sa distinction faite de majesté, de force et d’intelligence séduit et effarouche le commun des mortels, le guerrier le plus endurci et l’homme le plus titré.
A bord du bateau qui les conduit vers les Îles, Vaelin offre au Seigneur Verniers de corriger ses écrits sur la guerre Alpirane et Boréenne qu’il estime erronés. Si le chroniqueur s’en offusque au début, très vite il est captivé et bercé par les paroles de Vaelin qui se décide à lui raconter sa vie.

Ainsi, le récit va se scinder en plusieurs parties. Les souvenirs vont interrompre le présent et ce n’est plus sous la plume du Seigneur Verniers que les mots et les images vont défiler. De captif, Vaelin va prendre en otage les pensées du chroniqueur…

Lorsque son père le Seigneur de Guerre et Première Épée du Royaume le mène à l’entrée de la Loge du Sixième Ordre, Vaelin a dix ans. Malgré la mort récente de sa mère qu’il pleure encore, il est resté un garçon intrépide, gai et avide d’aventures et de jeux. Les moments de complicité avec son père sont si rares, que cette sortie en sa compagnie le comble de joie. Mais très vite, il comprend que l’instant est solennel. Avare de paroles et de tendresse, Kralyck Al Sorna lui dit que désormais sa vie se passera entre ces murs et que sa destinée est de servir l’Ordre de la Foi en devenant un frère guerrier.

« – Vaelin, dit-il de sa voix rauque de guerrier. Te rappelles-tu la formule que je t’ai enseignée ? Notre devise familiale ?
– Oui, monseigneur.
– J’écoute.
– « La loyauté est notre force ».
– Oui. La loyauté est notre force. Souviens-t’en. Souviens-toi que tu es mon fils et que je désire t’admettre en ces murs. Ici, tu apprendras bien des choses, tu deviendras un frère du Sixième Ordre. Mais tu resteras à jamais mon fils, et tu honoreras mes souhaits. »

C’est l’Aspect Arlyn, qui les accueille et qui reçoit le premier serment de Vaelin sur le seuil d’une forteresse de granit. Il doit rentrer en ces lieux libre et conscient.
« La loyauté est notre force », cette devise ancrée dans son sang, va accompagner Vaelin et l’aider à vivre les débuts d’un apprentissage hors normes.
De cette classe, ils sont sept novices à se présenter devant les frères instructeurs, sept jeunes compagnons qui vivront dans cette communauté fermée, élitiste, guerrière, et qui devront passer tous les ans des étapes initiatrices. Barkus, Nortah, Caenis, Dentos, Jennis et Mikehl (plus tard Frentis) deviennent la seule famille de Vaelin qui a juré d’oublier qu’il avait un père.

… Le Seigneur Verniers capture les souvenirs sur ses parchemins. Une première année de leçons, de châtiments, de coups de badine infligés par frère Sollis, le Maître d’escrime, d’épreuves, de rites de passage, de rapports de force avec ses jeunes frères qui ont tous des tempéraments différents, d’incompréhension et de doutes, de pleurs rentrés, de solitude… et de solidarité. La fraternité est intense, elle est le ciment de leur enseignement.
Vaelin a un caractère bien affirmé et une conscience des choses qui l’entourent très personnelle. A l’extérieur, le Quatrième Ordre de la Foi traque les hérétiques que l’on nomme les Apostats. Accusés de pratiquer la magie de La Ténèbre, ils sont persécutés et assassinés. Vaelin essaie de délier les arcanes du bien et du mal sans perdre une once d’honnêteté, une once d’humanité. Sa personnalité démontre une force pleine de maturité, une acuité perspicace et un cœur généreux. Déjà, ses aptitudes sont relevées par ses maîtres qui voient en lui un futur chef. La mort s’est déjà immiscée dans sa vie, il sait qu’il peut tuer.

Souvenirs… La première fois qu’il a vu son chien Balaffre, un cerbère volarien, sa relation difficile avec son cheval Écume, un destrier sauvage, sa rencontre avec Erlin et Sella, des Apostats en fuite, les années qui passent avec leurs lots de souffrances, de liesses, d’embuches, les étapes qui les endurcissent et les rendent hommes, frères… Sa formation au sein du Cinquième Ordre du Corps, de la Guérison, et sa rencontre avec la belle et secrète Sherin… La quête d’un père, d’une mère, et l’instant où ses questions (Pourquoi son père l’a abandonné ? Qui était réellement sa mère ?…) ont enfin des réponses… Sa force qui croît et une voix intérieure qui le guide… Des enjeux politiques, un roi, un royaume, des sujets ou des pions, et des terres à conquérir… La guerre, les morts, être Frère et Première Épée du Royaume… « La loyauté est notre force »… Le Septième Ordre qui a disparu et qui renaît dans La Ténèbre pour tout détruire… L’Empire Alpiran…

Après l’unité et la complicité vécues lors du noviciat, Vaelin connaît une autre vie, plus solitaire, plus désespérée… Il est un don qu’il doit taire, celui que son sang chante, une énergie qui fait de lui un être unique, une légende.

.
Il y a les souvenirs qui sont racontés au Seigneur Verniers et les souvenirs plus intimes que Vaelin nous confie. Cette histoire fantastique est relatée en trois parties, avec la magie des romans de Walter Scott et ceux de Robin Hobb. Chanson de geste d’un temps passé, sagas mythiques sur la chevalerie, les croisades et les royaumes imaginés, scénarios des péplums antiques, elle mêle les thèmes des épopées épiques, héroïques, la guerre, l’aventure, les quêtes, des mystères, l’amitié, la bravoure, l’abnégation, la sagesse, des stratégies, une force noire, de l’occultisme, la religion… et l’amour.
Ça foisonne, c’est sans répit ! L’émotion est toujours présente, dans le suspens et les frissons, le sourire et parfois des petits serrements de cœur. Tout y est pour donner au lecteur une incroyable évasion.
Je vous recommande ce premier tome captivant, issu d’une trilogie, et j’espère qu’il vous charmera comme je l’ai été…
Ce fut une très belle découverte.

.
Vasnetsov.
Peinture de  Viktor Vasnetsov

 .

.

.

 

28 réflexions au sujet de « Blood song, La Voix du sang – Tome I »

    • Il est craquant ! Force et douceur, intimidant et chaleureux… beau, sombre, un peu maudit ou béni…
      Tu sais ce que j’ai fait ? J’ai demandé à l’auteur sur son blog de ne pas faire mourir son héros dans le tome final !!! J’en serais fort courroucée ! Il a répondu que pour l’instant, ce n’était pas prévu !

  1. Rien que la couverture est attirante et mystérieuse à souhait. Elle me fait penser à une jaquette de jeu-vidéo. Bragelonne édite souvent des romans de ce type de qualité. J’aime bien la fantasy de temps en temps. On est tout de suite happé dans un nouveau monde.

    • J’aurais aimé une autre couverture, plus neutre. Ce héros me fait trop penser à « Assassin’s creed ».
      Sinon, note, Fanny ! La sortie est en juin…

    • J’aime la fantasy à petites doses et surtout si elle est tournée comme ce roman. L’auteur distille de l’action et de l’émotion sans jamais lasser.

  2. Bon ce n’est pas mon genre et il y a 665 pages (quand même) mais vu que ça a l’air « saignant », peut-être que.. Parfois il faut sortir de sa zone de confort!!!
    Je suis certaine qu’il plaira à mes filles.

    • Ce roman n’a pas les méandres tortueux de certains héroic fantasy. Il se fit très facilement et tout est dosé intelligemment (à mon humble avis !).

    • Adalana, tu as plus l’habitude que moi de lire de la fantasy, tu seras alors peut-être plus critique… J’ai aimé ne pas lâcher le livre, de le lire d’une traite tenue par l’ambiance, l’intrigue, et d’avoir trouvé un style fluide, simple…
      Il sortira en juin.

    • Alors avec celui-ci ?! Il est abordable pour une novice… Mais note aussi la saga de « L’apprenti rôdeur », une série jeunesse très bien écrite.

  3. Bon le voilà le fameux billet qui t’a donné des suées et le livre que tu n’as pas lâché !!! Mais non, hein, je lis de la Fantasy à l’occasion mais trop de pages et pas en ce moment !!! Mais je ne dis pas non pour cet été par exemple, bref plus tard ! 😆 Bisous♥

    • Il fallait que je taille dans mon résumé avec une tronçonneuse ! C’est si dense ! Je ne sais pas combien de fois je l’ai repris ! Mais ça valait le coup… Persévérance… Bise

  4. J’aime bien lire de la fantasy de temps en temps, mais pourquoi faut-il que ce soit toujours des gros pavés et des suites à n’en plus finir, hein, pourquoi ??!! ;0) J’ai déjà deux séries en cours ; la série de l’épée de la vérité dont j’ai lu le premier tome (et beaucoup aimé) et Le trône de fer dont le premier tome est sur ma PAL… Quand j’aurais fini ces deux séries je pourrais éventuellement commencé celle là mais vue que j’en aurais quand même pour toute la vie (au moins ;0) Bref, tu vois ce que je veux dire ;0) Gros bisous

    • Ce gros pavé, je l’ai lu dans la journée. J’ai fait un petit marathon en solitaire, L’Or !!! et d’ailleurs ce jour là, j’ai pensé à toi. J’ai commencé à 7h30 pour ma boulimie livresque. Donc… c’est une histoire qui se lit en un claquement de doigts. Par contre… le plus dur c’est d’attendre le prochain tome… Note quand même ! pour ta seconde vie.
      Biz

  5. Je suis tentée de donner une troisième et dernière chance au genre et te faire confiance mais c’est vraiment le seul genre que je n’aime vraiment pas.
    Il y a une histoire d’amour dans cette histoire ou pas ??? :))
    Je note, je note, mais je ne promets rien. Rien que les premiers paragraphes m’ont semblé compliqué… 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s