Les lieux communs

logomelangedesgenres1logo mois-belge
Mois Belge avec Anne et Mina
« Le mélange des genre » avec Miss Léo
Une lecture commune avec Nahe et Argali

.

.
les lieux communsLes lieux communs
et trois nouvelles
Xavier Hanotte

.

Serge est un petit garçon heureux. En compagnie de sa tante préférée, la belle Bérénice, il va passer la journée au parc d’attractions de Bellewaerde. Parti de Bruxelles, le car, conduit la compagnie vers Ypres. Ça commence à faire long… Serge ponctue le voyage par ses fréquents « C’est encore loin ? », et se plonge dans ses pensées qu’il nous fait partager. Il y a les tracteurs qui le passionnent, la ferme, et toutes ces petites choses glanées dans le monde des adultes qu’il n’arrivent pas à comprendre.

En parallèle, en 1915, notre lecture nous mène également en direction d’Ypres ; province de Flandre-Occidentale. Le caporal Pierre Lambert du bataillon canadien se dirige en renfort avec ses hommes de la 1ère division vers un « sale coin ». La région est pilonnée par une pluie d’obus. Explosions, secousses, les vibrations sont des lames de fond qui pénètrent les corps et déchirent les entrailles. Les lignes essaient de repousser l’armée allemande et les assauts sont les limbes de l’enfer. Corps éparpillés, tympans éclatés, épouvante.

Une page se tourne, le souffle est court, et on se retrouve avec Serge face aux pirates…
Cette animation est drôlement bien ! Mais ce qui le chagrine c’est de voir sa tante soucieuse. Manèges et spectacles perdent alors leurs attraits car la sensibilité de Serge le pousse à se montrer vigilant et protecteur envers elle. Qu’a-t-elle ?

Dans le parc du château,…
Serge rencontre un homme qui fait des trous avec une pelle. Peu farouche, il demande à ce jardinier ce qu’il fait. La réponse le laisse perplexe. Il n’est pas jardinier, il est en quête de quelque chose, un trésor peut-être… Il a un devoir à accomplir, et une promesse est une promesse.
« – Un trésor ?
D’abord étonné, il se met à rire.
– Un trésor ? Ma foi, ce n’est pas si bête, ce que tu dis là. Il y a de ça. Mais alors un trésor pas comme les autres. »
Pierre épaule le fusil et les salves sont tirées. Il ne veut pas mourir. On l’appelle… « Caporal ! Caporal ! »… Il faut rester en position, il hurle l’ordre… « Restez en position ! »… Ils ont un trou rouge à leur vareuse, Ed, Johnnie et les autres.

.Ypres_18

Les deux récits se confondent et se répondent à Bellewaerde ; « Les lieux communs ». La mémoire n’a pas laissé que des traces dans les cimetières militaires. Le charnier fut partout.
Le fil conducteur qui relie les deux histoires, entre passé et présent, fait le rapprochement des histoires d’amours malheureux de Pierre et Bérénice. De plus, j’ai imaginé que Pierre transmettait à Serge un relais virtuel. Juste quelques mots, un regard, c’est une alchimie étonnante, immatérielle. Le parc, sa kermesse, les joies, tout ce décorum est une grimace à l’enfer des batailles menées en ces lieux.
Pour un enfant de huit ans, encore candide et heureux, Serge est intuitif et perçoit le malaise de sa tante et la méchanceté des adultes qui les accompagnent. Il retient également la gravité de cet homme qui fouille la terre à la recherche de « son trésor ». Cette journée l’a grandi.
« Tu sais, ce qui compte, quand on fait une promesse… »
Il se lève, secoue les longs pans de son pardessus.
« C’est d’abord d’y croire… « 
Deux boutons ont sauté, on voit les fils qui pendent. Il y a aussi une poche qui troue, celle de droite.
« Et ensuite, de tenir parole. »
Triste,  cruelle et belle histoire sur les souvenirs de la Première Guerre mondiale, l’auteur emploie pour son témoignage un style simple mais implacable. L’impact fait mouche, l’émotion étreint le cœur. Dans la haine de la guerre, il y a la fraternité des soldats, les promesses, les vœux, et toujours de l’espoir. Ces liens sont essentiels à leur survie.

Je vous recommande cette histoire dont la postface de Joseph Duhamel, qui analyse ces récits parallèles et les lieux communs, est très intéressante. Il y a une forme d’effet miroir et une part de fantastique, ce qui expliquerait la présence encore vaillante de Pierre dans le temps de Serge. Serait-il un fantôme ?.
Cette édition est suivie de trois autres nouvelles, toutes sur le thème de la guerre.
Livre dédicacé et offert par Nahe… merci ♥

.
 Ypres2Ypres durant la 1ère Guerre mondiale

.

.

.

14 réflexions au sujet de « Les lieux communs »

  1. Selon ta belle expression, cette « alchimie fantastique, immatérielle » c’est le « réalisme magique » cher à Xavier Hanotte, où les gens et les époques se côtoient sans difficulté et s’interpénètrent dans un travail de mémoire très sensible.

    • J’ai compris ce qu’on pouvait comprendre à la fin. Tout au long de ma lecture, je me suis laissée bercée par les incohérences et ça m’a plu. Lorsque j’ai lu la postface, j’ai compris certaines choses et j’ai été doublement enchantée.

  2. La première guerre est un sujet qui m’intéresse. Cette guerre est tellement absurde que je n’arrive pas comment ils ont pu laisser faire. Je pense que ce livre me plairait.

    • C’est horrible, cette chair offerte, les tranchées, les rats… pfff… les uniformes rouges, les désertions, les exécutions…
      Changeons de sujet… je te souhaite une bonne fin de semaine ! bise

  3. Xavier Hanotte est un merveilleux conteur et je suis contente quand les lecteurs le découvrent et l’apprécient 🙂

    • Je pense découvrir sa plume avec d’autres titres. Et puis, je découvre un peu vos régions… Après ma lecture, j’ai vu une carte pour situer un peu le pays !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s