Ouessantines

Logo BD Mango NoirMercredi BD chez Mango,
« Nos régions » chez Lystig,

Un livre voyageur de Natiora
.
.
.

OUESSANTINES T01[VO].indd.pdfOuessantines
Scénario de Patrick Weber
Dessins de Nicoby
Couleurs de Kness

.
Soizic est une jeune fille qui souhaite changer de vie. Contre l’avis de sa mère, elle s’installe sur l’île de Ouessant et ouvre une maison d’hôtes pour les vacanciers qui viennent du continent.
A son arrivée, elle fait la connaissance d’une vielle dame charmante, Marie, qui est la seule à lui souhaiter la bienvenue. Les autres Ouessantins se montrent très réservés, voire même inamicaux car leur méfiance se teinte de méchanceté.

Soizic, entreprenante et tenace, sait qu’elle devra faire des concessions si elle veut s’implanter sur ce morceau de terre clôt dans ses traditions et son passé. Elle est même prête à revêtir une jupe plissée bleu-marine et à aller à l’église le dimanche.

C’est justement un de ces dimanches matin, alors que tout le monde écoute le prêche de monsieur le curé, que l’on apprend la mort de Marie. Elle se serait pendue.
Pourquoi cette vieille dame si charmante s’est suicidée ?
Soizic est sceptique et très étonnée lorsque le notaire lui annonce qu’elle hérite des affaires personnelles de Marie.
Que s’est-il passé ? Avant de tout ranger dans des cartons, Soizic va enquêter discrètement sur les souvenirs de la vielle dame et pour cela, elle aura besoin des confidences d’une autre génération, celle qui tord la bouche à son approche et qui médit sur son compte…

img312
Les « Ouessantines » de l’album sont ces femmes qui voyaient leurs hommes partir pour d’autres horizons. Elles restaient avec leur solitude, leur foi et des rêves qu’elles n’arrivaient pas à entreprendre. La vie sur l’île est rude, elle carapace l’esprit.
En cherchant à s’intégrer, la jeune Soizic souhaite une autre vie. Esprit libre, non insulaire, elle a une énergie généreuse et décidée, une sympathie rayonnante.
Le mystère du suicide de Marie rapporte une autre histoire moins contemporaine et plus sombre.
Les dessins sont sobres, ourlés de traits noirs, et les couleurs franches changent suivant les scènes.
Même si ce n’est pas un coup de cœur, j’ai apprécié cet album et je remercie Natiora pour me l’avoir prêté. J’ai aimé les perspectives paysagées dessinées et l’ambiance fermée qui s’en est dégagée.

.
Des billets chez Natiora, Oliv, Valérie, Jérôme, Lasardine, Bianca, Louise,

..img313

.


.
.
.
.
.
Publicités

54 réflexions au sujet de « Ouessantines »

  1. A noter que le dessinateur est breton ^^
    Et oui, ça charge un peu la barque sur les ouessantines, mais je pense que ça joue surtout beaucoup avec l’histoire de l’île, avec ses traditions, son passé… J’ai bien aimé cette lecture.

    • Bonsoir Yaneck, Les dessins nous mènent directement là-bas. La colorisation est belle aussi.
      Je suis venue chercher ton billet et je ne l’ai pas vu. Tu ne l’as pas chroniqué ? Si c’est fait et que je n’ai pas cherché là où il fallait, peux-tu me transmettre ton lien s’il te plaît ? Merci…

      • Je l’ai lu, je l’ai chroniqué, mais je ne l’ai pas publié ^^ Tu ne pouvais donc pas le trouver.
        Il fait partie de la trentaine de chroniques que j’ai d’avance, et qui me permettent de constituer mon programme de publication.

    • Jérôme et Natiora en parlent bien mieux que moi. Il est difficile de transcrire l’émotion qu’il dégage. C’est un bon exercice… un album qui n’est pas un coup de cœur et qui ne laisse pas indifférent.

    • je pense que tu aimeras. L’intrigue n’est pas transcendante, ce n’est pas pour cela qu’il faut le lire. C’est plus une ambiance, un lieu, une envie d’aller à Ouessant en passant par cette BD.

    • C’est un livre qui voyage. Pour l’instant il est chez Lasardine… Si tu es intéressée, c’est à Natiora qu’il faut le demander.
      Bonne lecture !

    • Ce que j’avais écrit… En fait ce n’était pas réellement ma pensée. On pouvait croire que toutes les Ouessantines étaient des femmes désespérées, très seules et dures. Bref… la lecture pouvait donner cette idée. J’ai tourné ma phrase différemment en précisant que c’étaient les personnages du scénario et en atténuant… Dur dur !!

  2. On sent l’atmosphère particulière aux îles, un peu fermées sur elles-mêmes mais c’est ce qui en fait le charme, j’irais bien migrer à Ouessant, moi, à dos de mouette s’il le faut ! 😆

    • Je t’invite à lire les liens que j’ai mis en bas du billet. Nous nous rejoignons tous pour dire que c’est une bonne BD, avec un graphisme simple, épuré, beau. Mais ce n’est pas un coup de cœur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s