Le crime d’Halloween

logohalloween13logo Classique-final-3logo-agatha-christielogo polarslogo Challenge-anglais.

.

« La maison hantée d’Halloween » de Lou et Hilde, 8ème billet,.« Classique » de Stéphie, « Agatha Christie » de George, « God save the livre » d’Antoni et « Polars » de Liliba

.

.
le crime d'HalloweenLe crime d’Halloween
La fête du potiron
Agatha Christie

.
Woodleigh Common, le 31 octobre,

La célèbre romancière Ariadne Oliver, spécialiste dans les histoires policières, passe quelques jours chez son amie Mrs. Butler, dans le village de Woodleigh Common.
Au soir d’Halloween, qui solennise aussi le passage des enfants du primaire au secondaire, elle aide Mrs. Drake à décorer les lieux de la fête ; guirlandes, bouquets, citrouilles, bougies, balais, miroirs, paniers de pommes rouges… Une belle effervescence règne dans la demeure. Enfants comme adultes installent les réjouissances et investissent toutes les pièces, couloirs et grenier.
Impressionnée par Ariadne Oliver, Joyce, une jeune fille de treize ans, se rapproche d’elle et engage la conversation. Elle se targue alors devant tout le monde d’avoir assisté à un meurtre, quelques années auparavant. Elle devait être bien jeunette ! La confidence est surprenante mais elle n’est pas prise au sérieux car Joyce a la fâcheuse manie de travestir la réalité et de s’imposer. La révélation se noie aussitôt dans les préparatifs des jeux.
Le soir même, les animations se passent sans incident, dans la bonne humeur, et c’est lors du départ des invités qu’on s’inquiète de la disparition de l’adolescente.

Londres, peu de temps après,

Hercule Poirot s’ennuie, la retraite le navre. Il attend son amie Ariadne Oliver, une femme charmante, bien que trop « fantaisiste » à son goût.
Lorsqu’elle arrive, elle est bouleversée. Un drame vient de se produire et elle réclame l’assistance du détective.
On a retrouvé Joyce morte dans la bibliothèque. La tête plongée dans une bassine d’eau, la bouche entravée d’une pomme.
Le jeu consistant à prendre une pomme dans l’eau avec les dents a été funeste, et tout porte à penser que c’est un crime et non un accident
.
Hercule écoute Ariadne raconter l’évènement et songe déjà à Woodleigh Common. Un ancien ami y réside, le commissaire Spence.

« Hercule Poirot jeta un coup d’œil par-dessus le portillon d’entrée de La Crête du Pin, ravissante maisonnette moderne. Il était légèrement hors d’haleine. Cette charmante maison avait été bien nommée, perchée qu’elle était au sommet d’une colline plantée de quelques pins épars. Un homme de bonne taille et d’un âge certain poussait une brouette, dans une allée de son petit jardin bien entretenu, un énorme arrosoir en fer galvanisé.
Au lieu des quelques mèches de cheveux blancs qu’il aurait dû avoir sur les tempes, la chevelure du commissaire Spence était devenue d’un gris uniforme. Et il avait pris du ventre. Il s’arrêta de secouer son arrosoir et regarda le visiteur planté à sa porte. Hercule Poirot ne bougeait pas.
– Dieu me pardonne ! s’exclama le commissaire Spence. Ce n’est pas possible, et pourtant si. Oui, c’est bien lui. Hercule Poirot, aussi vrai que j’existe.
– Tien, tiens ! sourit Poirot. Vous m’avez reconnu. Cela fait plaisir.
– Pourvu que vos moustaches ne cessent jamais de pousser ! »

Sur les lieux du crime…

Il est agréable de se rappeler les jours anciens et les relations communes. La nostalgie est alors heureuse ! Au commissaire Spence, Hercule avoue se teindre les cheveux et s’imposer une tournure toujours aussi amidonnée… sa coquetterie ne faillit pas ! mais sa venue est à l’origine d’une triste affaire, elle n’a rien de plaisant.
Hercule sait qu’un policier à la retraite est toujours un policier, et il espère que le commissaire Spence lui apportera les éléments susceptibles de commencer son enquête. Sur ce il ne se trompe point. Spence l’informe.
Si Joyce est morte assassinée, ça veut dire qu’elle n’avait pas menti, qu’un meurtre a bien eu lieu et que le coupable vit dans ce charmant bourg. Des noms tirés de la liste des personnes présentes durant la journée d’Halloween se mêlent à d’autres qui se reportent à des histoires du passé. Morts, disparitions, héritages spoliés, amours contrariés, sont les soubassements de ce mystère.

.
Ce roman a été édité en 1969, sous le titre « La fête du potiron ». Il est dans les dernières enquêtes d’Hercule Poirot et nous lisons un détective toujours aussi brillant, mais fatigué. Affublé de ses chaussures vernissées et d’un style vestimentaire suranné, très apprêté, il m’a semblé vieilli. Sa condescendance est moins soulignée et son humour teinté d’ironie n’a plus autant de mordant. Nous sommes dans une ère moderne où l’on commence à parler des premiers ordinateurs… « – Vous savez à quoi vous me faites penser ? lança Mme Oliver. A un ordinateur. Vous vous programmez vous-même. C’est bien comme ça que ça s’appelle ? Vous ingurgitez toutes sortes de données tout au long de la journée et vous attendez de voir ce qui va en sortir ensuite. »
Ariadne Oliver a rencontré Hercule Poirot dans « Cartes sur table ».
Agatha Christie aurait fait d’elle un auto-portrait, avec plus de fantaisie. C’était une belle façon d’entrer dans la fiction et d’approcher son héros !
L’histoire est tout aussi captivante que les précédentes et son dénouement confirme mon idée : je ne serais jamais une bonne enquêtrice. J’ai soupçonné tout le monde sauf les bonnes personnes.
Les victimes, car Joyce ne sera pas la seule, inspirent peu de sympathie. Pourtant, elles sont bien jeunes ; leurs âges à elles deux totalisant à peine vingt-trois ans. La duplicité, la vantardise, la cupidité, l’impudence, sont des défauts que l’on rencontre à tout âge. A cela s’ajoute un
tempérament fantasque et obsessionnel d’un autre personnage tout aussi immature. Cela en est dérangeant et donne à cette lecture une certaine amertume.
Les coupables sont machiavéliques et offrent des prestations théâtrales presque risibles si le ridicule n’était pas tant funeste.
Les décors sont ceux d’une Angleterre qui se modernise, un automne pluvieux et boueux, un village de carte postale et une nature belle qui se laisse dompter par des rêves.
Quel bon moment de lecture ! Monsieur Poirot, vos petites cellules grises pétillent d’intelligence et gardent tout leur éclat.
.

D’autres billets chez Hilde, Sharon, Aymeline, Miss Alfie, LilasViolet, Strawberry, Soukee, Enna,

.

hercule-poirot-le-crime-d-halloween-10798899tqgfp_2220.
.
.
.
.
.

Advertisements

42 réflexions au sujet de « Le crime d’Halloween »

    • La fête d’Halloween n’est qu’esquissée au début de l’histoire. Mais l’atmosphère est étrange tout au long du livre. Les bois, les jardins, les enfants, les énigmes passées et non élucidées… C’est un livre bien dans le ton de notre mois.

    • Hein ? Moi, te menacer ? et avec un balai ? Tututut ! que me chantez-vous là Madame la tenancière de la Maison Hantée ?! Le balai est assez occupé avec les toiles d’araignées ! Si j’avais à redire, c’est de ton potage qu’il faudrait que tu craignes !

  1. L’adaptation avec David Suchet est excellente comme toujours, je l’ai vu l’an dernier pour Halloween justement. Même vieillissant, Hercule nous dame le pion, comme toujours, et j’aime beaucoup le personnage d’Ariadne Oliver et son amour des pommes

    • Ca me rend triste de le savoir vieux. Je crois que je vais m’arrêter à cette enquête et ne pas aller plus loin dans la chronologie des histoires. Quant à la série, il paraît qu’ils ont tourné le dernier épisode… bouh ! je ne le regarderai pas non plus.
      Heureusement que je reprends tous les livres et que j’en suis à l’épisode « Les quatre », pratiquement au début.
      Les pommes… Ariadne n’en mangera plus !!!

  2. Je vois que tu as passé un bon moment aussi. 🙂
    Sinon, comme toi, je ne pourrais pas être enquêtrice! Mes déductions étaient totalement à côté de la plaque.
    Question existentielle: Est-ce qu’Ariadne arrivera à manger à nouveau des pommes?

  3. Et dire que moi je n’ai encore rien lu ! Je l’ai toujours trouvé « suranné » et désuet mais cela a son charme ! 😉 Tu te contredis quand même : tu dis qu’il vieillit et à la fin du billet, tu le trouves toujours aussi pétillant, merci ça fait peur !!! 😆

    • Physiquement il vieillit, mais pas cérébralement !!! Il n’est pas alerte, il souffle beaucoup, il a mal aux pieds… et je ne me contredis pas. Son intelligence, ses « petites cellules grises » sont lucides, vives… pétillantes ! Ce livre perd justement le côté désuet. On voit une évolution dans le comportement des jeunes qui est surprenante. Ca ne fait qu’accentuer le sentiment que tout change, qu’une époque est révolue.

  4. Ce livre est très tentant ! Je n’ai encore jamais lu d’Agatha Christie (oui, j’ai honte…), me le conseillerais-tu pour découvrir cette auteure ?

    • Bonsoir So ! Non, je te conseillerais plutôt le premier volume « La mystérieuse affaire de Styles« . Il raconte comment Hercule Poirot devient détective dans cette Angleterre qui le reçoit. Car la Belgique est occupée par les Allemands durant la 1ère Guerre Mondiale. Il retrouve le lieutenant Hastings déjà rencontré lors d’enquêtes menées en Belgique.
      Sinon, pour le challenge « Halloween » tu peux lire ce livre.
      C’est juste un conseil… j’essaie toujours de suivre une chronologie dans les séries ! Cependant, tu fais comme bon te semble…
      A bientôt

  5. A chaque fois que je lis un de tes billets sur un Agatha C j’ai envie de la relire ;0) Il faut dire que je n’ai lu qu’un seul livre d’elle, son plus célèbre, les dix petits nègres, il m’a laissé un grand souvenir… Il faudrait que je m’y remette, non ? ;0) Bises

    • Oui, je regarde tout le temps sur le journal télé et pour l’instant il ne la programme plus. Mais ça va revenir.
      Je me questionne… vais-je m’acheter les DVD…

  6. Oui même quand il était jeune il était déjà vieux le père Poirot, enfin c’est le souvenir que j’en ai.
    Je lisais beaucoup Agatha Christie à une époque et je choisissais les histoires avec Hercule Poirot justement. Je n’ai pas lue celle ci. Je crois qu’ Agatha Christie est l’un des 5 auteurs ayant le plus vendu de livres dans le monde…c’est un monument pour ce genre de littérature.

  7. Comme je te le disais lors du RAT, tous les ans j’ai envie de le lire pour le challenge Halloween et ce n’est toujours pas le cas ! Je me souviens avoir vu (ou revu…) l’épisode il y a peu de temps et j’avais bien aimé l’atmosphère. Espérons que le lecture se fasse l’année prochaine… 😉

  8. J’adore le personnage d’Ariadne Oliver, elle est géniale !

    Et c’est avec ce roman que j’ai découvert le jeu du miroir dans lequel on voit son futur mari…J’étais pré-ado la première fois que j’ai lu « La fête du potiron » (l’ancienne traduction du titre) et ça m’avait bien fait rire, le coup du miroir 🙂

    Sinon pour l’intrigue, je trouve qu’il y a quelqu’un qui fait un suspect évident mais comme presque toujours avec Agatha on a beau soupçonner le qui, on ne devine jamais le comment !

    • Ce sont des histoires qui circulent durant l’adolescence. J’ai fait un truc similaire une fois… !
      J’avais bien soupçonner « un » mais pas « l’autre ». Boum ! ça tombe et tu te dis… Ben ça alors !!!

  9. C’est déjà l’ambiance Halloween ici. Il y a bien longtemps que je n’ai pas lu A Christie. Je m’y mettrai bien avec plaisir. Si tu cherche d’autres idées lectures sur Halloween je te propose la bd Comptine d’Halloween en 3 tomes que je viens de lire (billet en fin de mois). Mais pas du tout pour les enfants.

  10. J’avais beaucoup aimé et je trouve que l’idée d’un enfant comme victime était assez innovant pour l’époque où le roman a été écrit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s