Le plus beau de tous les pays

« Rentrée littéraire » chez Hérisson
Partenariat avec les Editions Robert Laffont

.
.
.

le plus beau de tous les paysLe plus beau de tous les pays
Grace McCleen

.
.
D’après la Genèse, Dieu créa le monde en six jours. Après les ténèbres, l’abîme et les eaux, viennent la lumière, puis successivement, le firmament des cieux, l’air, la terre, le soleil, le jour, la lune, les étoiles, les saisons, les créatures animales et Adam…

Judith McPherson est une petite fille de dix ans, précoce et dotée d’une vive imagination. Orpheline de mère, elle vit avec son père qui est membre de la communauté des Frères. Ils prêchent la parole du Christ dans leur cité ouvrière et annoncent la fin du monde pour bientôt. Armageddon sera la dernière bataille du bien contre le mal et l’anéantissement de ce monde.
Le quotidien de Judith est rythmé par les Choses Nécessaires, la lecture de la Bible, les rencontres avec les Frères de la congrégation, l’école et son pays imaginaire.

Judith a dans sa chambre « Le plus beau de tous les pays ». A la manière de Dieu, elle a créé son petit paradis. Une terre, une galaxie, elle s’évade dans cette dimension qu’elle aime penser, dessiner et réaliser.
D’abord, il y a eu les champs, une maquette composée de toiles, de plastiques et de papiers. Les rivières et les montagnes sont apparues pour orner le paysage de manière méthodique et artistique. Et la lumière a suivi avec un soleil de fer suspendu au dessus. Des miroirs sont des mers, les villages des boîtes, des morceaux de papiers mâchés s’animent… Toute matière est bonne pour la création.
A l’école, son regard est souvent baissé pour récolter des miettes, des particules, un papier, un bouton, et lorsqu’il s’élève à la hauteur de ses camarades qui jouent dans la cour, elle se rabat vite dans son univers. Elle a le sien, ils ont le leur.
Cinglée, tarée. Leurs paroles la blessent, puis viennent les gestes, les menaces.

« Il a les cheveux jaune paille, des cils pales et un toupet. Du toupet, il n’en manque pas, d’ailleurs. Il y a deux autres garçons avec lui. L’un deux m’arrache mon sac. Il le retourne et le papier de bonbon, le lacet et les couvercles de boîtes s’envolent.
Le garçon aux cheveux jeune paille me relève d’un coup.
– Qu’est-ce qu’on pourrait faire d’elle ? demande-t-il.
– La suspendre à la rambarde.
– Lui baisser son pantalon.
Le garçon aux cheveux jaune paille sourit. Il lance :
– T’as déjà vu l’intérieur d’une cuvette de chiottes, la cinglée ? »

Noyée, la tête plongée dans une cuvette des W.C. C’est terrifiant.
La menace de Neil Lewis poursuit Judith tout le week-end. Il faudrait qu’un évènement bouscule l’ordre des choses pour qu’elle ne puisse pas aller en classe lundi.
Alors qu’elle écoute attentivement le prêche de Frère Michaels, une révélation s’impose à elle. Tout est question de foi, « tout est possible, à tout moment, partout et pour toutes les sortes de gens. »
Elle voudrait une neige épaisse, paralysante. Elle prie en répandant sur le dessus du Plus Beau de Tous les Pays, du coton. « Qu’il neige, qu’il neige… » et la nuit dans ses rêves, Dieu intervient en lui parlant. Simple hallucination engendrée par un esprit inventif ? Judith n’approfondit pas la question car il semblerait qu’elle soit une élue. Un miracle se produit le lendemain et surprend tout le monde. La neige recouvre tout.

D’une manière spontanée, simple, Judith confie dans ses écrits ce premier signe. Elle essaie également de prouver que cette coïncidence d’octobre n’en est pas une. Après la neige, elle additionne d’autres petits miracles et les énumère. Toujours accompagnée par la voix qui l’encourage, elle aspire à plus… faire tomber la neige, retrouver le chat de Madame Pew, ce n’est pas suffisant ! Elle désire ne plus avoir peur, être débarrassée de Neil et se faire aimer de son père.
Très vite, son ascendant dévie de sa trajectoire. Elle appelle ça « l’effet boule de neige » et « les ennuis appellent les ennuis ». Les évènements se succèdent en modifiant l’ordonnance du quotidien, heurtant sa bulle familiale et le Plus Beau de Tous les Pays. Il est difficile de tout maîtriser, surtout la violence et l’intolérance.
Mais l’amour ne serait-il pas la plus belle des fois ?

.
L’histoire de Judith est belle. La poésie de son journal est douce, faite d’espérance, de sincérité, mais le lecteur en perçoit aussi toute la tristesse. Elle allie à la candeur de son âge, des réflexions d’une maturité surprenante. Ses secrets, son désenchantement, ses angoisses, ses rêves, ils sont racontés, écrits et enfouis dans son pays imaginaire, là où se cache l’âme de sa mère.
Seule enfant de la congrégation, élevée dans une foi aveugle qui est une force et une faiblesse, Judith connaît la retenue et la prudence. Elle discerne avec lucidité les tangentes des mondes, ses agressions, ses discriminations et les subit sans opposer de défense. Tendre l’autre joue est un précepte de la Bible.
Lorsque la voix lui parle, on ne sait d’où elle vient et Judith aime à penser qu’elle appartient à Dieu. Elle est salvatrice. Les mots s’enchainent alors… élue, « Etre suprême », bien, miracles, pacte, choix… et nous retrouvons par opposition… doute, méfiance, scrupule, colère, mal, démon. La voix peut-être l’expression d’un délire, d’une schizophrénie, elle est inquiétante, mais Judith s’en accommode relativement bien et conserve son objectivité. Ce petit bout de fille, tendre et fragile, n’hésite pas à s’imposer lorsque son jugement diffère de celui de « Dieu ». Elle a un esprit libre.

Dans un style imagé, fantasque, émouvant, parfois désopilant et drôle, Judith nous présente son entourage : un père atone, qui paraît indifférent, ancré dans le souvenir de sa femme et qui appréhende l’amour, une vieille voisine charmante, les membres de la communauté qui lui témoignent de l’affection, Neil Lewis son tortionnaire à l’école… et son professeur Madame Pierce pour qui elle éprouve une véritable confiance. Madame Pierce peut être considérée comme un miracle car depuis son arrivée à l’école, l’existence de Judith est beaucoup plus sereine. Vigilante, attentive, elle a rapidement compris son calvaire.
Elle dévoile aussi une société en perdition, pauvre, des âmes troublées qui s’égarent dans la violence ou la religion (très actuel). Autres thèmes abordés, le deuil, vécu avec rancoeur, la quête d’amour, entre un père et sa fille, l’imagination et la création.

Le Plus Beau de Tous les Pays est le premier roman de Grace McCleen. Sur la quatrième de couverture, il est précisé qu’elle a vécu dans une famille de chrétiens fondamentalistes, à l’écart du monde. Je peux en conclure que les pensées de Judith ont dû être les siennes un jour et qu’elle nous rapporte quelques bribes de cette vie passée…

Ce livre est une rentrée littéraire. Je vous le recommande car il est un de mes derniers coups de coeur !

D’autres billets chez Cryssilda, Fanny, Karine, Laetitia, Alice,

.

.
.
.
.
.

Publicités

30 réflexions au sujet de « Le plus beau de tous les pays »

  1. Je ne suis pas sûre que j’aurai envie de lire ce roman. Il me paraît trop sombre pour moi (dit la personne qui termine De sang-froid de Truman Capote).

    • Avant de lire le résumé, c’est la couverture qui m’a attirée, puis après j’ai vu la vidéo qui a harponné ma curiosité.
      Je te souhaite de le trouver…

    • Et il te plairait ! Straw… Judith est entre le rêve, comme dans une ouate, et la dure réalité. Elle a un esprit d’artiste. J’aime lorsqu’elle décrit son « pays imaginaire » et les petits trucs qu’elle découvre pour l’embellir.
      Tu seras sensible…

    • C’est un livre qui n’a aucune prétention (il a reçu quand même un prix !) et le fait qu’il soit raconté par une enfant, lui donne une émotion particulière. Mélange de naïveté, de fraîcheur, d’ardeur… sans affectation.
      Si tu dois le lire, n’oublie pas tout ça !

    • Lou, tu sais que quand on encense un livre, le risque de déception s’accroît. Alors, si je dois te donner un conseil, c’est de te laisser porter par cette plume, simplement. Cryssilda a dû avoir les mots justes !!! Bonne lecture.

  2. Je sais pas pourquoi mais toute cette histoire m’angoisse.
    J’ai l’impression que c’est … je sais pas… malsain n’est pas le mot, mais je ressens un sentiment bizarre. Bref, je ne crois pas que ce soit pour moi…

    • Cécile, tu perçois les choses avec une belle sensibilité. Tu as raison, il y a un truc qui dérange. Le sérieux de cette petite fille, le père qui reste sur ses gardes, la violence qui paraît si naturelle… et tout cela donne au livre une dimension particulière. C’est justement ce que j’ai aimé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s