La marque de Caïn

.
Monk5La marque de Caïn
Tome VI
Anne Perry

.
.

Pour une nouvelle enquête, le détective William Monk reçoit la visite de Mrs. Genevieve Stonefield. Elle vient de la part du sergent Evan.
Depuis trois jours, Angus Stonefield, homme d’affaires et président d’une société boursière, a disparu. Sa femme soupçonne son beau-frère Caleb, frère jumeau d’Angus, de l’avoir assassiné. Les relations entre les deux hommes étaient ambiguës, faites de haine, de violence, et d’une affection viscérale qu’ils ne pouvaient contrôler.
Angus est doux, bon mari depuis quatorze ans et bon père de cinq enfants, honnête, intelligent, altruiste, distingué. Son frère est son inverse ; brutal, dangereux, homme des bas-fonds, paria de la société.
Monk, avant de penser au meurtre, songe à d’autres hypothèses, dettes, problèmes financiers, adultère. Il quadrille ses investigations, de la demeure Stonefield à celle du baron Ravensbrook, tuteur des jumaux, en passant par le quartier misérable sur la rive nord de la Tamise, Limehouse, où réside Caleb.

Dans l’East End, des cas de typhoïde commence à se propager. Hester et Lady Callandra assistent le Dr. Beck dans l’aménagement d’un entrepôt, offert par Enid Ravensbrook.
Les paillasses à même le sol sont vite étrennées et l’hôpital de fortune reçoit toute la population déshéritée des quartiers populaires.
Hester n’a plus le temps de penser, elle accomplit les gestes dévoués à ses malades comme elle le faisait à Scutari, s’abandonnant corps et âme.

Lorsque l’enquête de Monk s’étire à Limehouse, il a la surprise d’y rencontrer ses amies. Il ne progresse pas dans son enquête et le corps d’Angus n’a pas été retrouvé. Quand il se confie à Lady Callandra, celle-ci lui confirme la réputation de Caleb et lui recommande de faire très attention.
Contrarié de ne pas avoir un fantôme d’indice, furieux de voir Hester au coeur de l’épidémie, il retourne chez lui désappointé, sujet à l’introspection. Toujours victime de son amnésie, il s’interroge sur le vide de sa vie, et l’homme guère aimable qu’il devait être. Son objectif premier, retrouver Caleb. Lui seul peut témoigner…

L’enchevêtrement de l’histoire amènera Monk, Hester et l’avocat Rathbone dans une sixième aventure commune.

.
Pour ce rendez-vous, le plaisir est toujours présent.
Nous retrouvons les personnages dans des registres différents et surprenants… Monk en joli coeur et Hester en faussaire… Une jeune femme séduit Monk pour des raisons que je vais taire (ne spolions pas !) et Hester, pour sauver son ami, s’improvise falsificatrice, chipie et metteuse d’embrouilles… L’auteur pimente notre histoire de quelques petits sourires bien venus dans un épisode encore tragique.
Il est difficile de parler de cette enquête sans en dévoiler l’intrigue. Je soulignerai donc les thèmes abordés. La gémellité et le duel des caractères comme Abel et Caïn, l’éducation sévère des enfants jusqu’aux sévices corporels et psychiques, l’amertume, la vengeance, la folie… Le manque d’hygiène des quartiers pauvres, les maladies qui se développent, des personnes philanthropes qui se consacrent aux pauvres de l’East End…
En ce qui concerne les affres plus personnels de nos personnages principaux, Hester aime à se rappeler un fragment romantique lors de l’affaire Farraline, mais ses rapports avec Monk sont toujours de l’ordre du chat et de la souris. La virulence de leurs entrevues me charme sans jamais me lasser. Tous deux ont des caractères rigides qui se heurtent et se cherchent. Un zeste de jalousie pour l’une, un zeste de tourment pour l’autre, agrémentent leur affinité.
Je tiens à saluer un passage haletant, celui de Monk poursuivant Caleb. La lecture était tellement réelle que j’en étais essoufflée. Course sur les docks, dans les ruelles, sur les toits, cascades… j’ai adoré !

Avec mes copines de lecture, nous vous conseillons la série. Elle nous captive et nous fascine…

Des billets chez Adalana, Shelbylee et Claire

.

limehouse.
Limehouse, dessin à la National Maritime Museum

.

.

.

18 réflexions au sujet de « La marque de Caïn »

    • Tu devrais reprendre la série. Je suis sûre que tu aimerais les personnages. Telle que je te connais, tu les dévorerais les uns après les autres dans un souffle !

  1. Excellent l’image de Limehouse ! Je n’ai pas eu la curiosité d’aller chercher des images, mais c’est exactement comme ça que je l’imaginais pendant ma lecture 🙂

  2. Un bon souvenir de lecture, qui remonte à plusieurs années, mais je persiste à préférer Thomas et Charlotte Pitt à Hester et Monk… Les enquêtes sont plus enlevées, et les personnages plus attachants selon moi… Mais de toute façon, si un Perry passe sous la main, il FAUT le lire ! 😉

    • Moi c’est l’inverse. Et je pense même que j’aurais dû commencer par les Pitt pour ne pas subir de déception. J’aime les personnages de Monk et Hester. Des Pitt, j’ai lu les deux premiers et je n’ai pas ressenti le même affectif.
      Là où on se rejoint… c’est leur lecture !!!
      Si tu veux nous accompagner, c’est avec plaisir.

      • Très volontiers pour un autre livre, mais j’ai déjà lu, relu, et re-relu tous les Perry : lectures de vacances chez mes parents, je pars sans livre, et je les relis tous ! Du coup, pas trop le courage… 😉 Mais vraiment très très volontiers pour un autre livre ! Je viens de commencer Nord et Sud, et après avoir lu diverses critiques, je vais commander cet aprem « 24h dans la vie d’une femme », « Dans ma tête je m’appelle Alice » et « Le château de verre ». Les as-tu lus ?

        • J’ai lu « Nord et sud », un bijou ! et le Zweig, très beau aussi. Quant aux autres titres, je ne connais pas. Je ne vais pas te proposer une LC sur ces deux là car pour l’instant, je suis assez chargée et les vacances de Pâques approchent. Par contre, tu pourrais faire un billet et proposer quelques titres avec dates pour les prochains mois.
          Je suis en ce moment chez toi… je te lis…

  3. Un jour je m’y mettrai c’est certain, mais quand ?…. là je ne sais pas encore 😀 Il y a tant à lire, c’est frustrant ! 😆
    bonne journée Syl bises

  4. Je viens de poster ma critique. Je suis moins conquise par ce tome mais j’ai toujours autant envie de lire la suite. On se programme une lecture commune pour bientôt?
    Je crois que l’intrigue m’a semblé moins prenante que la précédente. J’ai assez vite compris de quoi il retournait.
    Et j’aurais aimé que Monk prenne une décision. Je pense qu’Anne Perry va jouer avec notre patience et celle d’Hester….
    Par contre, je suis toujours aussi conquise par son talent à ressusciter une époque! J’ai adoré cette plongée dans les bas-fonds de Limehouse (merci pour le dessin!)
    Biz

    • Claire, j’ai aimé justement l’approche un peu plus lente et les tourments de Monk. Il aspire à l’amour…
      Forcément les intrigues ont différentes intensités.
      Nous n’avons pas encore décidé de la date, mais ça se fera en avril et certainement à la même période.
      Biz et à très vite…

  5. Un jour je m’attaquerais à Monk mais pour l’instant je me replonge avec délectation dans le tome 1 des Pitt et j’ai bien l’intention de lire toute la série dans l’ordre, alors Monk attendra !

  6. Elle est effectivement coquine Hester dans ce tome, mais je la vois plus en bonne amie, qu’en vraiment amoureuse de Monk…(au fait, ca y est mon billet est en ligne !)

    • Mais ils sont faits l’un pour l’autre ! Ils ne le savent pas, mais nous si !
      C’est comme un volcan… ça couve et bientôt, dans le 9ème peut-être, ça jaillira !!!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s