La vie

Un livre voyageur envoyé par Evalire
.
.
.
.
la vieLa vie
Régis de Sa Moreira

.
.

– Un promeneur,
– Celui qui porte une télé,
– Celui qui va allumer la cigarette de celui qui porte la télé. Il ne répond pas à l’appel de son téléphone portable,
– Celle qui ne laissera pas de message. Elle est en colère, elle regarde au loin.
– Ceux qui prennent le petit-déjeuner et qui n’ont plus rien à se dire. Dix ans de vie commune. Où va-t-elle déjeuner ?
– Comme d’habitude depuis dix ans… chez sa mère.
– La mère qui recevra sa fille. Pressée, elle bouscule un petit vieux.
– Une folle ! Il a failli se faire renverser par une cinglée.  Elle ressemble à celle qu’il a connu…
– Oui, elle était à la campagne,
– Et le facteur la retrouve au sol. Morte ou évanouie ? Il faut qu’il se remette du choc chez Nounours.
– Tout le monde l’appelle Nounours.
– Elle aime son Nounours. Il est plus sympa que le premier.
– Pas étonnant ! elle n’était jamais contente.

– L’enfant de cinq ans,
– L’homme qui a une camionnette rouge,
– Le garagiste qui en a marre d’écouter les clients,
– Le psychologue qui en a marre de voir pleurer ses patients,
– La patiente qui aime pleurer…

.
Complétement farfelue, on lit cette succession d’imbrications comme une comptine. Le monde tient dans des paragraphes de quelques lignes. D’un individu, nous passons au suivant par un maillon. Nous rencontrons des hommes, des femmes, des enfants, des embryons, des animaux, une vie solitaire, en couple, désespérée, égoïste, dépressive, folle, douce, amère, furieuse, désenchantée, heureuse, en attente… Tous sont liés étrangement par une histoire, une anecdote, le fil de la vie. On s’immisce et on perçoit les sentiments saisis sur l’instant.
Presque un jeu qui va à l’infini, on pourrait boucler la boucle, mais l’auteur ne le fait pas. A chacun de continuer le tissage…
Un livre charmant qui a su me tirer des éclats de rire. Il peut se lire d’une traite, presque dans un souffle, comme un roman, mais vous risquez un peu de vous lasser de ce procédé et ressentir une cacophonie dans votre tête… ou vous pouvez le déguster plus posément sans souffrir de la répétition.
Une agréable lecture et je remercie Evalire de me l’avoir faite partager.
Je vous glisse quelques passages… j’ai pensé à nous, à mes amies de scrabble… j’ai téléphoné à Asphodèle, je lui ai lu des petites trames, nous nous sommes étouffées… il y a du croustillant !

« …
– C’est tout mon mari, ça. Les autres hommes partent avec la baby-sitter, lui il veut rester avec. Et moi je vais où ? Je retourne chez ma mère ?…

– Ah non ! Pourquoi pas dans mon ventre aussi ? Aujourd’hui que je suis enfin seule j’aimerais bien en profiter, j’ai déjà quatre livres en retard pour mon club de lecture, j’ai peur que la présidente commence à s’en douter…

– Je l’ai su dès que je l’ai vue qu’elle ne tiendrait pas le rythme. Nous sommes des lectrices professionnelles, pas des ménagères romantiques. Même les auteurs ont peur de nos invitations, ils préfèrent se cacher chez eux et envoyer leurs romans à ces connes de bloggeuses… »

« …
– Au bout d’une semaine, il voulait me présenter à ses parents. J’y suis allée mais sa mère n’a pas du tout aimé que j’écrase son père au scrabble…

– Mon pauvre mari venait de faire PIANO et cette sadique lui fait un grand sourire en posant XYLOPHONE. J’ai prié mon fils de ne plus jamais nous la ramener, j’ai déjà eu assez de mal à convaincre son père de jouer au scrabble… »
.

Des billets chez Evalire, George, Théoma, Noukette,  

.
.Dali 3
Dali
.
.
.
.

34 réflexions au sujet de « La vie »

    • Je préconise quand même une lecture espacée… la répétition du rythme est un peu lassante à la fin. Mais, je pense garder un très bon souvenir de cette lecture car je la partage avec toi.

    • Ce fameux passage… En plus de celui de l’animatrice du club de lecture qui dit « ces connes de bloggeuses », il y a celui de la femme qui s’ennuie quand son mari… elle regarde le plafond et elle songe qu’elle pourrait s’occuper de quelqu’un d’autre… le jardinier par exemple !
      Maintenant tu sais tout Alex ! Il nous en faut peu…

  1. Et bien voilà une lecture qui repose ! Pas besoin de chercher le fil conducteur 😆
    Miss Aspho est bon public, elle adore rire et elle a bien raison, c’est bon pour le moral !
    Bon we & bisous d’O.

    • Ah ! j’oserai te dire non, mais je ne serais pas catégorique. J’ai lu ce livre au bon moment, mes chakras étaient réceptifs ! Et comme j’ai ri… tu connais la formule… femme qui rit…
      Biz

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s