Des âmes noires

logo-challenge-victorienlogo train béalogo anneperry2logo Victorialogo british mysterieslogo petit bac 13

.
Rencontre avec Anne Perry, « Victorien » d’Aymeline, « God save the livre » d’Antoni, « En Train de lire » de Béa et « British Mysteries » de Lou et Hilde, « Petit bac » d’Enna
Lecture commune avec Claire, Adalana et Shelbylee
.

Série William Monk
Tome I – Un étranger dans le miroirTome II – Un deuil dangereux
Tome III – Défense et trahisonTome IV – Vocation fatale

Monk5Des âmes noires
Tome V
Anne Perry

.
Avoir été une infirmière de Florence Nightingale était l’un des critères d’embauche…
Entre deux emplois, Hester Latterly a répondu à une petite annonce qui recherchait une infirmière pour accompagner une vieille dame dans son voyage Edimbourg-Londres.
En ce mois d’automne, l’Ecosse sous le soleil matinal se pare de couleurs lumineuses, douces et presque exotiques pour une Londonienne. Hester Latterly voit défiler par la fenêtre du train, des paysages bucoliques qui racontent la terre travaillée mais aussi tout son naturel indompté. La région est belle.

Lorsqu’elle arrive dans la riche demeure des Farraline, Hester est bien reçue. Tous se montrent d’une aimable courtoisie, sans prétention, et aux premières paroles, la vieille dame lui témoigne une vive sympathie. La famille est grande, elle compte trois générations qui habitent la même maison et les hommes, fils et beaux-fils, travaillent dans l’entreprise familiale, une imprimerie qui a fait leur fortune.
Mrs. Mary Farraline est une femme admirable. Ses souvenirs plaisent à Hester car ils retracent une vie volontaire, pleine de courage et d’impétuosité.
Le lendemain de son arrivée, Hester est déjà sur le quai de la gare avec toutes les recommandations données par Oonagh Mc Ivor, la fille aînée. Mrs. Farraline a des petits problèmes cardiaques et Hester devra lui donner sa médication.
Dans le train, les deux femmes abordent des sujets assez personnels, leur famille, la guerre, l’amour, la passion… avec une sincérité et une simplicité qui surprennent Hester car il n’est pas dans son habitude de se dévoiler ainsi.
Douze heures de trajet et la nuit clôt les confidences…
Au matin, alors que le contrôleur annonce leur arrivée, Hester découvre que Mrs. Farraline s’est éteinte dans son sommeil.

Tristesse, culpabilité, consternation, les sentiments d’Hester sont confus et ce n’est pas la fille et le gendre de Mrs. Farraline, venus les chercher à la gare, qui pourraient la réconforter. Bien au contraire, ils soulignent la négligence et l’inefficacité de façon hystérique et inquisitrice.
Sous le choc, Hester part se réfugier auprès de son amie Callandra Daviott.
Lady Callandra sait comment consoler Hester, l’apaiser et ranimer la petite flamme… mais pour peu de temps ! Hester découvre dans son sac une broche en perles grises appartenant à Mrs. Farraline.
Un piège ? Certainement ! Pourquoi ? Seul William Monk peut répondre à la question, la disculper, et Oliver Rathbone, la défendre.
La police vient arrêter Hester pour vol. Newgate va être sa résidence pour les prochains jours et bientôt on apprend que la potence se dresse doucement… A la demande de la famille, une autopsie a été pratiquée et la conclusion est terrible. Mrs. Farraline est morte empoisonnée.
Vol et meurtre, dans sa cellule, Hester ne veut pas être happée par ce cauchemar. Elle veut encore croire en ses amis. Monk part à Edimbourg en quête de la vérité, se faisant passer pour un assistant du procureur chargé du dossier et bientôt Rathbone le rejoint…
La famille Farraline a des secrets et un meurtrier.
.

Cinquième tome de la série, l’histoire est forte, prenante et stressante. Elle met en jeu la vie d’Hester et déstabilise les autres personnages, Monk, Rathbone et Lady Callandra. L’auteur partage ses chapitres entre la conscience, les émotions, d’Hester que l’on découvre fragile, détruite, dans le sordide d’une prison, et l’investigation de Monk en Ecosse. Celui-ci doit jouer un rôle et se montre habile dans la sournoiserie. Il peut interpréter des sourires grinçants, amicaux, des regards intelligents ou naïfs… il est fin psychologue, observateur et stratège. Les rapports entre Monk et Hester ne changent guère en apparence, ils sont toujours contractés et grinçants. Cependant, nous lisons au-delà des tournures et les illusions ne trompent plus. Hester est très sensible aux mots de Monk, et lui semble désemparé. Dans un passage émouvant, il parle d’elle à Rathbone…
« Faites comprendre aux gens qu’Hester était une héroïne, une femme qui a quitté sa famille et renoncé au bonheur simple pour porter assistance aux blessés et aux malades. Racontez-leur ce qu’elle faisait à Scutari, parlez-leur de ses longues nuits de veille où elle passait d’un malade à l’autre, sa lampe à la main, essuyant la sueur sur les fronts, réconfortant les mourants, priant… Enfin, dites-leur tout ce que vous voudrez. Décrivez-la bravant le tir ennemi pour ramener des blessés, insouciante du danger, puis rentrant au pays pour agir auprès des autorités médicales dans le but d’améliorer les conditions de vie des malades… Dites-leur que son impertinence lui a coûté son poste à l’hôpital et l’a obligée à exercer à son compte, auprès de particuliers qui l’engageaient pour de courtes périodes, dans la plus grande précarité d’emploi…
– Est-ce vraiment ainsi que vous voyez Hester ? interrogea Rathbone, médusé.
– Mais non, bien sûr que non ! protesta Monk, tandis que le rouge lui montait aux joues. Mais ce que je pense d’elle n’a aucune importance ! »
L’intrigue est bien mise en scène. Si dans les autres volumes on arrivait à soupçonner le meurtrier et concevoir des mobiles, dans cette histoire, on est tétanisé par le sort d’Hester et on subit son désespoir. L’auteur s’amuse un peu avec nous et tire la corde de la sensiblerie et de l’affectif.
Comme dans les autres histoires, les femmes sont encore à l’honneur. Qu’elles soient diaboliques ou héroïques, elles prouvent leur intelligence et leur vaillance, leur constance et leur audace. Florence Nightingale, avec toute sa majesté, témoignera de cette force lors du procès, en faveur d’Hester.

Vous savez que j’aime cette série et ses personnages… alors ne tardez plus ! lisez-la !
.

Edimbourg
Edimbourg

.
.
.
.

25 réflexions au sujet de « Des âmes noires »

  1. Je suis complètement d’accord avec toi, on est bouleversé par le sort d’Hester à tel point qu’on oublie la famille Farraline jusqu’à la révélation finale. Comme tu l’écris, on ne peut se douter de la résolution et pourtant quand elle est révélée, tout s’emboîte parfaitement !

  2. Vous m’avez transmis votre AnnePerryphilie, j’ai lu le premier tome pendant ma semaine de vacances ^^ Je vais avoir du mal à te rattraper mais je suis bien motivée pour lire la suite des aventures de notre amnésique 😉

    • J’ai le nez déjà dans le 6ème. Ca commence à chauffer entre Hester et Monk… ils se tournent autour, ils se reniflent… Je pense qu’ils se feront des fêtes à partir du 9ème tome… Incorrigible dis-tu ? Ben y-a pas que des meurtres chez les Monk !!!

    • Je suis venue voir si tu avais des billets sur ton blog et je n’ai pas trouvé. Tu ne les as peut-être pas chroniqués ? Ce libre est aussi un de mes préférés. J’ai un petit côté midinette-maso… j’aime bien voir mes héroïne un peu souffrir !!!

  3. Ah une merveille que je vais relire car j’ai lu à peu près tous les Monk… Une merveille…
    J’ai lu le tout dernier sorti il y a trois au quatre mois alors c’est plus dur de reprendre les trois premiers qui me manquent… Mais je les tiens en réserve au cas ou les munitions viendraient à manquer..
    Très bon choix.
    avec le sourire

    • Tu es nouvelle sur la blogo Lilou ? Ou tu avais un autre blog avant ?
      Si tu relis des Anne Perry, je peux t’inscrire dans nos rencontres. Je te souhaite de bonnes lectures…
      Pour les Monk, je me suis arrêtée au 10ème tome, j’ai tous les autres à découvrir. Pour l’instant, c’est une relecture avec des copines et je me régale !
      A bientôt

  4. Très beau billet Syl!
    C’est vrai que j’étais tellement préoccupée du sort d’Hester que j’en ai oublié de rechercher le coupable. Et la fin m’a vraiment prise par surprise.
    J’ai adoré voir l’évolution du triangle amoureux. C’est une très belle tirade de Monk que tu as mise en avant. Et la scène de l’imprimerie a beaucoup plu à mon coeur de midinette 😉
    On continue les lectures? A quand la prochaine?
    Biz

    • Merci Claire…
      ((((Je ronronne aussi lorsque Monk fait son jaloux ! Il ne se doute même pas pourquoi il y a de l’animosité entre lui et Oliver ! Il n’y a que nous, lectrices-midinettes et Callandra, qui l’avons remarqué !))))
      Bonne journée Claire
      Ouiii, nous continuons ! Et Shelbylee va envoyer un mail pour la date. Elle sera dans la deuxième quinzaine de mars.

  5. Je ne lis qu’en diagonale parce que j’ai bien l’intention de me replonger dans l’univers de Monk un de ces jours. bisous
    PS : tu as lu mon mail ???

  6. Ping : Pêle-mêle, les lectures de Noël

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s