Double masque, La Torpille, tome I, et La Fourmi, tome II

Logo-Sharonlogo petit bac 13Logo BD Mango NoirBD Chez Mango
Animaux du monde de Sharon
Petit BAC d’Enna
.
.
.
.
DoubleMasque01Double masque 2.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
Double masque
La Torpille , Tome I et La Fourmi, Tome II

Scénariste, Dufaux Jean
Dessinateur et coloriste, Jamar Martin
.
.

« Paris, 1781. Necker remet sa démission au roi… Louis XVI règne. Il ne sait pas encore. »

A l’hospice des orphelins, une femme voilée, vient voir un enfant qui se nomme Charles. Elle lui remet un coffret dans lequel est rangé un masque blanc. Sans le connaître, elle sait certaines choses sur lui, dont sa date de naissance, le 15 août 1769.
Ce masque n’est pas ordinaire. Lorsque Charles le porte à son visage, le moulage se fixe et s’agrippe à lui. Seul le nom d’un animal peut l’en délivrer. Il doit deviner. Il est… il est… la fourmi. Le masque tombe.
La fourmi est l’ombre. Ailleurs, un autre enfant, né le 15 août 1768, a un masque similaire. Il est l’abeille, il sera la lumière.

« Paris, 1802. Le sénat proclame Napoléon Bonaparte consul à vie… Fouché, hostile à cette nomination, quitte le ministère de la police… »

François, appelé la Torpille, est un forçat échappé d’un bagne ; souvent condamné, incarcéré, souvent évadé. Avec sa bande, il élabore des scénarios fantasques, se servant de sa belle faconde pour escroquer les bourgeois. C’est à la suite d’une filouterie qu’il se fait arrêter par les gendarmes, immobiliser et assommer…  pour se retrouver, à sa grande stupéfaction, dans un illustre bureau. Loin des fers qu’il a coutume de porter, il est libre de ses mouvements, face au premier consul Napoléon qui détient un épais dossier à son nom.
Une mission lui est offerte, une mission qu’il ne peut refuser, sinon c’est le bagne à perpétuité. Une jeune prostituée, belle, irrésistible, lui a dérobé un nécessaire de voyage qu’il est impératif de retrouver. Cette femme se nomme Opale, elle est une citoyenne des bas-fonds…
Assisté de Mr Lecanet, un secrétaire particulier de Napoléon, François rejoint ses amis et commence son investigation dans les sinistres et grouillants quartiers de la populace…

Dans son hôtel particulier, Joseph Fouché ne décolère pas. Il ordonne à son agent, sbire des basses besognes appelé L’Ecureuil, de retrouver Opale. Il lui avait demandé d’escamoter un objet important et curieux, tenu dans le coffre de Napoléon, mais la belle s’est volatilisée avec lui. Sans connaître son contenu, Fouché, après avoir surpris un jour Napoléon ouvrir un double-fond, se doute que le coffret mérite toute son attention…

Opale est bien difficile à trouver… mais François est un invétéré entêté… ce ne sont pas les menaces et les coups qui l’arrêteront.
.

DoubleMasque1.
« Malmaison, septembre 1802. … sous leurs pieds s’agite une colonne de fourmis… »

L’Écureuil au service de Fouché, François au service de Napoléon, tous deux recherchent le mystérieux coffret. Un même objectif, des méthodes différentes qui les distinguent, ils parcourent les repaires les plus noirs et les plus secrets.
Sur leur route, deux hommes… Le premier « Fer Blanc » est un ferrailleur qui porte ses chaudrons sur le dos. Il est là chaque fois que la situation devient critique. Mystérieux, il semble tout savoir, tout voir. Le second est le maître des bas-fonds, « le seigneur des cloaques » que l’on appelle La Fourmi. Il a un œil vide, il est démoniaque, il veut lui aussi posséder le coffret… Des ténèbres, il se voit plus fort que la lumière.

Qui aura satisfaction ? Fouché ? Napoléon ? La Fourmi ? Tous portent un masque car comme le précise Jean Dufaux « L’Histoire n’avance jamais  à visage découvert. »

.
Je ne regrette pas d’avoir choisi cette série à la bibliothèque. Si elle n’est pas un coup de cœur, elle est tout de même divertissante car l’intrigue m’a intéressée. Énigmatique, l’histoire ne peut être partiellement comprise que dans le second tome. Le scénariste brouille les pistes avec des masques,
la jumélité de deux personnages, les rivalités de personnalités qui ont traversé l’Histoire, et d’autres fictives, comme un étrange colporteur de ferrailles dont on ne sait s’il est bon ou méchant, ainsi que François qui ressemble étonnamment à François Vidocq… même date et ville de naissance, même destinée..
Entre une fiction fantastique et une fiction historique, la lecture ne peut être ennuyeuse ! C’est avec plaisir que je réserverai la suite…
En ce qui concerne les dessins de ces deux albums, malgré quelques belles scènes qui représentent Napoléon, je n’ai pas été séduite. Je suis désolée…

.

DoubleMasque2ecureuil


La Torpille et L’Ecureuil

Des billets chez Lystig,
.
.
.
.
.

Publicités

10 réflexions au sujet de « Double masque, La Torpille, tome I, et La Fourmi, tome II »

  1. Je suis d’accord avec toi, le dessin l’est pas emballant. Est-ce que tout sera terminé avec le tome 3 ? Sachant qu’il y a 3 ans d’écart entre le 1 et le 2, je crains qu’il faille attendre un certain temps avant de découvrir la suite. Mais je sais me montrer patient^^

    • Les masques… et les regards. Les bd ne sont pas effrayantes, sauf lorsque François se fait pendre dans une fausse aux rats… Je n’ai pas pu regarder les dessins !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s