La maison de soie

logo VictoriaLOGOSSHDsansfondlogo-challenge-victorienlogo british mysteries

.
.
.
.
God save the livre d’Antoni, Victorien d’Aymeline, Société Sherlock Holmes des Dilettantes, British Mysteries de Lou et Hilde
.
.
.

la maison de soieLa maison de soie
Le nouveau Sherlock Holmes
Anthony Horowitz

..
Les hasards servent notre destinée. Mis bout à bout, ils sont les conséquences de la rencontre entre le docteur James Watson et le détective Sherlock Holmes.
Watson se rappelle son ami et leurs aventures qu’il immortalisait dans des nouvelles. A présent, vieux, retiré dans une maison de retraite, ses souvenirs se teintent de spleen et la nostalgie le fait languir cette époque, au 221B, Baker Street.
Certainement pour la dernière fois, il écrit une enquête que l’on cèlera dans un coffre et qui ne pourra être lue que dans une centaine d’années. Témoignage sur la misère, les vices, l’impunité de la haute société, les horreurs que l’homme est capable d’imposer à ses frères, l’innocence flétrie… l’histoire doit être racontée…

« Sherlock Holmes me manque tous les jours et parfois, quand je me promène, je m’imagine que je les entends encore ces mots familiers : « Le gibier est levé, Watson ! La partie reprend. » »

Londres, novembre 1890,

Profitant d’une petite absence de sa femme Mary, Watson a rejoint pour quelques temps Holmes. Soucieux de la santé de son ami, il s’accorde le privilège de prendre soin de lui et de retrouver leur complicité qui lui manque tant.
Tous deux sont près de la cheminée, dans un bien-être agrémenté d’une tasse de thé, des succulents scones de Mrs. Hudson et des déductions « élémentaires » de l’un, tirant l’admiration béate de l’autre, lorsque Mr Edmond Castairs, marchand d’art, se présente pour solliciter les services du grand détective.
L’homme, persuadé d’être surveillé et menacé, explique une histoire vieille d’un peu plus d’un an. Elle se serait déroulée en Amérique et mettrait en scène un gang de bandits irlandais, les Casquettes Plates, mené par la fratrie O’Danaghue. De la bande démantelée tragiquement, un seul des deux frères a pu s’échapper.
Histoire de vengeance ? Maître chanteur ? Holmes décide d’enquêter malgré les piètres indices et se fait aider par Wiggins et sa bande de gamins des rues pour fureter, épier et moucharder.

Holmes confie à Watson que l’enquête sent le souffre, et très vite, cette simple déduction qui ne reposait sur rien de tangible, prend sa solennité dans le décès d’un enfant. Ross, petit espion au service de Holmes, est retrouvé mort, roué de coups, le poignet ceint d’un ruban de soie blanche.
C’est du côté de l’orphelinat pour les enfants de la rue, que Holmes et Watson vont chercher la moindre rognure d’indice, leur coeur sérieusement lourd, très affectés.
.

Anthony Horowitz s’est assis dans le fauteuil de Sir Arthur Conan Doyle pour écrire une dernière enquête, avec l’accord des héritiers. Cette succession est faite avec intelligence. J’ai retrouvé avec plaisir l’atmosphère et les personnages que j’aime. Autre que Watson et Holmes, nous lisons la logeuse Mrs. Hudson, le jeune Wiggins, Mycroft, l’inspecteur Lestrade et… le professeur Moriarty dans un rôle singulier. J’ai souri lorsque Watson s’excuse d’avoir toujours pensé que Lestrade avait une « figure de rat » et que ses facultés de discernement étaient inexistantes. On le constate dans cette chronique, l’inspecteur de Scotland Yard est profondément humain, fidèle dans ses amitiés et éprouve de la sympathie pour le duo Watson-Holmes.
Hommage, révérence, ce livre que j’ai apprécié, me plonge dans une triste et douce mélancolie. L’auteur le souligne plusieurs fois, Watson est vieux, ses amis sont morts, cette histoire est l’ultime récit qu’il nous conte avec son ressentiment et sa peine.
Le scénario, sombre à pleurer, parle de la misère des enfants de la rue. Petits chiffonniers, raquetteurs, mendiants, ils vivent dans des égouts, des taudis, sous la boue, et sont les premières proies des rapaces. On comprend alors qu’il est nécessaire pour Watson d’exorciser l’histoire par les mots, comme le fait Holmes par le feu, dans les dernières pages du livre.

Un livre que je vous recommande ! mais à lire après ceux de Sir Conan Doyle.

Anthony Horowitz est un auteur de littérature jeunesse et un scénariste pour la télévision. Il a participé aux feuilletons de Hercule Poirot avec David Suchet… (j’adore !). Tout cela m’incite à aller chercher ses livres sur les étagères de mes garçons. Ils ont les neuf tomes d’Alex Rider. Qui me suit ?

Des billets chez Jérôme, Cécile, Bianca,

.
sherlock-holmes-film
Sherlock Holmes – film
.
.
.
.
.

26 réflexions au sujet de « La maison de soie »

    • J’ai vu juste le début d’un épisode où Sherlock fait une crise de jalousie à Watson. J’ai trouvé ridicule et j’ai zappé ! Il faudrait que je laisse une deuxième chance… Par contre j’ai beaucoup aimé la série avec Jeremy Brett.
      Bien reçu ton livre… ♥

  1. J’ai beaucoup aimé le livre et j’ai adoré le Sherlock de Moffat ! C’est vrai qu’on sent la patte de la modernité ici : beaucoup de noirceur…mais en restant fidèle au canon !
    Pour Horrowitz, sa série Alex Rider est efficace à la manière d’un blockbuster américains, je te conseillerai d’abord L’île du Crâne et Maudit Graal, bijoux d’humour noir !

    • Bonjour Jaina, je ne sais pas si les garçons ont les deux titres que tu me cites. Je note !
      Pour ce Sherlock, je ne l’ai pas dit mais c’est vrai qu’il a un côté moderne qui lui sied bien.

    • Ce n’est jamais gai, même si l’humour est présent.
      Je suis émue car j’ai succombé à Sherlock à 14 ans. C’est un héros fragile.
      Je te conseille la série de Conan Doyle ++

  2. J’ai découvert Sherlock tardivement, il y a deux ans !
    J’aime beaucoup et la série de la BBC a bien contribué à ce que j’apprécie. C’est une relecture, mais qui en tout cas m’a fascinée ! (refaire les intrigues avec notre technologie et nos problématiques du XXIe siècle, jai trouvé ça fort !)
    Pour Horowitz, je te recommande également l’ile du crane et maudit graal. Alex Rider, j’avais lu les deux premiers tomes, je m’en étais lassée assez vite, mais tu pourrais aimer…

    • Je les ai notés ces titres.
      Pour Sherlock version XXIème siècle, je vais essayer de me procurer la première saison. Physiquement, j’aime bien l’acteur…
      Bisou Touloulou, passe une très bonne journée ! Ici, froid et soleil.

  3. j’ai lu plusieurs de ces oeuvres pour la jeunesse. ton billet me rappelle que j’ai acheté « la maison de soie » pour le collège, et qu’il m’est donc facilement accessible, si j’arrive à le choper entre deux prêts de collègues fans de Sherlock!! …

    • Il faut tenir un cahier et programmer les prêts !!! Ou tu peux dire que tu dois apposer un tampon… que tu dois le référencer… Je pense que tu ne seras pas déçue.
      Bonne lecture !

  4. J’avais repéré cette couverture, intriguée par ces quelques mots: « Le nouveau Sherlock Holmes ».
    J’ai découvert les enquêtes d’Arthur Conan Doyle, quand j’étais plus jeune et je ne m’en lasse pas. Je serais bien tentée par ce titre.

    • Les avis sont partagés Hilde. Moi, j’ai apprécié, mais les puristes peut-être un peu moins…
      Tu repasseras par là pour me le dire ?…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s