Il était une fois, la Belle et la Bête

Challenge « 13 comme b. » de Mademoiselle Pointillés
.
.

la-belle-et-la-bete-de-eloisa-jamesIl était une fois,
La Belle et la Bête
Eloisa James
.

Quatrième de couverture :
« A cause d’une malencontreuse méprise, la ravissante Linnet Thrynne est déshonorée. Sa tante trouve alors une solution : Linnet épousera Piers Yelverton, futur duc dont personne ne veut. Et pour cause : victime d’un accident qui l’a laissé boiteux et impuissant, il terrorise son entourage de ses fureurs dévastatrices. Puisqu’il n’a aucun espoir d’engendrer un héritier, il acceptera de donner son nom à une femme qui, pense-t-il, porte la vie.
Ce sera l’union de la Belle et la Bête.
Sauf que Linnet est aussi pure que la blanche colombe et que son irascible fiancé est loin d’être un monstre… »

.
Sachez de suite que j’ai mis 4 étoiles sur 5, sur Babelio !

Il était une fois… un début navrant. L’auteur nous emmène au théâtre avec des scènes et des descriptions particulièrement exagérées. Une tante Zenobia, un paternel Cornélius, un vil prince Augustus et une héroïne Linnet, sont détaillés dans le premier acte. Avec minutie, elle nous raconte jusqu’à la couleur des boutons « d’argent incrustés de fleurs d’ivoire », en passant par l’émail diamant des dents de Linnet, le décolleté d’une robe qui révèle une poitrine « de vache laitière », et… l’indisposition gastrique de Mme Underfoot qui a souillé les pieds du roi de Norvège lors d’une cérémonie dans la salle du trône… Les vapeurs, les sels, les plumes qui tressautent sur la tête, les jérémiades, les emportées lyriques… la crise !… Cette introduction est juste à l’orée d’un premier sourire qui s’esquisse et d’un rire bien franc…
La tante a la bonne idée de proposer une union à sa nièce « gourgandine » qui serait enceinte sans l’être… (Personne ne croit Linnet lorsqu’elle dit qu’avec Augustus, elle n’a jamais dépassé le baiser)… donc… le comte Piers Yelverton, futur duc de Windebank, serait la solution idéale car ayant eu un grave accident petit, il n’est plus en mesure d’assurer une descendance.

« – J’ai une idée.
– De quoi s’agit-il ?
– Pas de quoi… de qui !
– Qui ?
– Yelverton, l’héritier de Windebank…
– Tante Zenobia, pourquoi pensez-vous que le duc voudrait de moi comme épouse pour son fils ?
– Il est désespéré. Je le tiens de Mme Nemble, qui est une amie intime de lady Grymes dont, vous le savez, le mari est le demi-frère de Windebank.
– Non, je ne le savais pas, rétorqua le vicomte. Et d’ailleurs, je m’en moque. Pourquoi Winderbank est-il désespéré ? Son fils est-il simple d’esprit ? Je ne me souviens pas de l’avoir vu à la Chambre.
– Pas simple d’esprit. Mieux encore ! s’exclama Zenobia d’un air triomphant.
Il y eut un silence, au cours duquel Linnet et son père s’efforcèrent de comprendre ce que cela pouvait signifier.
– Il n’a pas ce qu’il faut, expliqua Zenobia.
– Ce qu’il faut ? répéta le vicomte sans comprendre.
– Il lui manque quelque chose, précisa-t-elle.
– Un doigt ? hasarda Linnet. »

A compter de ce passage, je savais que je n’allais plus m’ennuyer ! Amies de la Force Rose, je vous recommande ce livre qui a un fort potentiel comique en plus d’une belle romance. J’ai relevé les pages… 93, 113, 115 et bien d’autres encore ! Linnet est une jeune demoiselle naïve qui est avide d’émancipation, curieuse et intelligente. Elle joue de sa beauté sans prétention et cache sa culture, son humour, sous un vernis de distinction et de convenance. Elle va rencontrer « la Bête », un homme dur, intransigeant, sarcastique, qui souffre des souvenirs de son enfance. Médecin et chirurgien, il dissèque toute chose et emploie très souvent les paroles réfrigérées d’un légiste. Ainsi, la belle poitrine de Linnet sera pour lui des glandes mammaires fonctionnelles.
D’autres personnages, charmants, interviennent dans l’histoire. Ils agrémentent la lecture et la rendent divertissante.
Si ce livre m’a plu, c’est aussi dû aux sentiments qui s’épanouissent au fil de la lecture. J’ai souri, ri et j’ai eu des pincements au cœur ; des drôleries, nous passons à la tendresse, aux émois, puis à d’autres émotions…

Ce tome est le deuxième d’une série sur les contes de fées, le premier étant consacré à Cendrillon avec le titre « Les douze coups de minuit ». Je pense lire le suivant.

Des billets chez Chi-chi, Pimpi, Patacaisse,

.
Edmund_Dulac
Œuvred’Edmond Dulac
.
.
.
.

28 réflexions au sujet de « Il était une fois, la Belle et la Bête »

    • Je comprends ! et d’un volume assez épais. L’auteur n’a pas bâclé son histoire. Du coup, je me dis que les suivants me décevront peut-être…

  1. Un conte de fée revisité…le petit chaperon rouge est l’un de més préférés, je ne saurais dire pourquoi…
    Le dialogue que tu cites est vraiment ennuyeux….jusqu’à la chute du doigt où effectivement j’ai rigolé.

    • Et le reste… il y a des passages truculents où la naïve héroïne se fourvoie sur l’appendice masculin ! Elle ne comprend pas pourquoi sa mère lui avait raconté que ça pendait… Oui ! pourquoi ? parce que quand elle voit Piers nu, c’est droit ! Ouf ! c’est rassurant ! L’ornement est plus joli du coup !
      Dans ces pages, j’ai ri… mais j’ai aussi versé une larme ! La fin est émouvante, digne d’une bonne romance qui t’étreint le ventre. Et tu te dis : Ce livre, je vais me le garder !
      Bon week-end MTG

  2. HOoo !! Petite coquine !! Mlle P a-t-elle réellement lancé ce challenge ??!
    Bon sinon, j’ai le tome 1 en vo depuis des siècles ! Tu penses bien qu’il est donc hors de question que je lise le tome 2 avant et en vf en plus ! ça irait à l’encontre de tous mes principes (si si, parfois j’ai des principes ! Ennuyeux, mais c’est le principe des principes)(Hooo myyy !!)
    Donc, tout ça pour dire, je le lirais hein, un jour… c’est sur !! ;o)

    • Pas si coquine que ça ! je voulais lui faire un logo… J’ai cherché mais je n’ai pas trouvé de belles bites d’amarrage.
      Un de mes principes… lire dans la chronologie ! Mais dans ce cas précis, ce n’est pas essentiel car je crois que les personnages différent suivant les histoires. Cependant… je te conseille de garder le meilleur pour la fin. Je ne sais pas si les autres sont aussi bons.
      A vérifier… nous sommes méticuleuses !

    • Non ! Tu ne vas pas hésiter hein ? C’est dur ! Tu es rosse ! Je te dis qu’il est excellent !!!
      Nous, Sandy et moi, attendons ton logo pour le challenge.

    • Y-a pire !!! lorsqu’il voit sa gorge translucide, il pense amygdales ! Nooon ! je plaisante, ce n’est pas vrai !!!
      Pourquoi tu ne veux pas le lire ? Snif ! Je t’assure qu’après il s’amende ! Puis, si tu veux savoir, il ressemble à Fitzwilliam.

    • Et j’espère que celui-ci te fera passer un agréable moment. C’est rose, c’est doux, ça fait plaisir. (et ne vas pas imaginer autre chose qu’une romance !)

    • Je ne chronique pas toujours ce genre car je n’arrive pas à en parler ! C’est incroyable ! Je n’ai rien à dire à part « j’ai bien aimé » ou « j’ai trouvé nul ». Et j’avoue ne plus me souvenir des intrigues, il me reste simplement une impression vague… Pour « La ronde des saisons », je sais que ce premier tome avait été une bonne récréation.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s