Une place à prendre

Match de la rentrée chez PriceMinister
Un livre offert par PriceMinister et les Editions Grasset
Avec mes remerciements…
Lecture commune avec Sandrine, Manu, Adalana, Noukette, Hérisson, Emma, Lystig,

.

.Une place à prendre
JK Rowling

.

De nos jours,
Pagford, petite bourgade d’Angleterre, située sur les terres de Yarvill,

Barry a mal à la tête, mais ce soir il va faire un effort pour fêter son anniversaire de mariage ; dix-neuf ans. Il a réservé une table au club de golf. Sa femme le mérite bien, non ? Sur le parking, alors qu’il ferme sa voiture, une douleur d’une fulgurance assassine lui torpille la tête.
Barry se meurt dans les bras de Mary.

« Barry Fairbrother est mort ». La nouvelle circule rapidement, de maison en maison, chez les Mollisson, les Wall, les Price… Notable et élu du Conseil paroissial, il était l’axe qui ralliait les deux fractions de Pagford, au grand déplaisir du président, Howard Mollisson, figure patriarcale de la « mouvance conservatrice ».
Dans les années 50, Aubrey Fowley avait morcelé le bourg, fracturant celui-ci en deux parts, l’ancienne et une nouvelle, la Cité des Champs. On parle bien d’une frontière entre les deux. Une misère noire dans la cité qui se colle aux habitants comme de la poisse. Drogue, chômage, masures, violence, ignorance, ghetto, renoncement et régression. Du côté « propre », c’est l’Angleterre réactionnaire, traditionnelle, conformiste, bourgeoise. Barry voulait revaloriser les Champs et intégrer la clinique de désintoxication Bellchapel menacée de fermeture. Il souhaitait donner une pulsion plus sociale, plus humaine, en unissant les deux mondes. Epaulé par des amis, admiratifs de son charisme, sa foi, il se dévouait entièrement à son combat.

Barry est mort à quarante-quatre ans, trop jeune, trop vite. La réaction, la peine, de chacun diffère selon les familles. La place vacante, encore tiède, séduit les ambitieux et remue la boue du quotidien, car ce microcosme est carnassier. Très rapidement, l’enjeu les perd dans des rivalités qui engendrent des répercussions malheureuses.
Alors que s’échafaudent des alliances et des chimères, leurs appétences sont contrariées par un fantôme qui révèle leurs honteux secrets sur un site informatique. Ce spectre justicier signe ses billets du nom de Barry.
On s’aperçoit que tous sont en équilibre dans leur vie, mais le plus tragique ce sont les enfants qui subissent… Krystal, Sukhvinder, Gaia, Andrew, Fats… de pauvres gamins abandonnés dans leurs anxiétés, leurs contingences, brimés, mal aimés, ignorés et abusés.

Une place est à prendre ; qui remplacera Barry ?
.
.
Dans chaque chapitre, nous faisons une incursion dans les familles de Pagford.
Ainsi, l’auteur nous livre non pas une histoire, mais plusieurs qui racontent leur tragédie. Je ne peux comparer l’écriture de ce roman avec son phénoménal succès de la saga des Harry Potter puisque je ne les ai pas lus, mais j’imagine que JK. Rowling a voulu casser la filiation en donnant un ton plus cru et indubitablement réel. La vulgarité de quelques dialogues ont écorché ma lecture, mais je crois qu’ils traduisent sans mentir la normalité de certaines banlieues.
Si je trouve ce roman inégal, si je me suis sentie souvent gênée par la violence, verbale, physique, morale, si j’ai trouvé que parfois c’était trop caricatural ou monstrueux, je peux vous dire que j’ai lu ce livre en une journée, sans m’arrêter. Je l’ai commencé presque candidement… cinq pages, je l’ai reposé. J’aimais bien le personnage de Barry qui était conscient de ses faiblesses, mais c’était lui qui devait laisser la place disponible… et j’ai repris le pavé pour ne plus le lâcher. L’auteur tisse son réseau de personnages, les imbriquant les uns aux autres, mêlant à leur misère la famille, les enfants, la communauté.
Des mots pour qualifier ce livre ? Dur, lourd, intransigeant, cupidité, faim, détresse, peur, instabilité, discrimination, indigence, adolescence, amour, émotion, douleur… beaucoup d’égratignures et de plaies béantes… Ce n’est plus le visage d’une Angleterre qui présente son terroir pittoresque, ses plaisantes traditions, son thé-party et ses roses anciennes, l’auteur témoigne avec férocité d’une collectivité grossière et bestiale, authentique, perdue dans le marasme qu’offre l’économie actuelle à sa société, ainsi que le gouffre qui partage les privilégiés, des défavorisés. Plus finement, l’infortune, qui n’est pas seulement pécuniaire, est un mal qui atteint toute personne.
Je ne souhaite pas raconter les personnages aux caractères si complexes, je préfère vous les laisser découvrir. Ce que je soulignerai, c’est le rôle des enfants qui cimentent l’histoire. Ils en sont l’âme.

Pour le match littéraire de la rentrée, je dois donner une note. Je donnerai un 14/20, car je garde en pensée des émotions qui m’ont faite vibrer ; tristesse, malaise et révolte.

Des billets chez Touloulou, Soukee, Argali, Cla S, CatherineStephie, Mélo, Mango, Belledenuit, CryssildaL’Irrégulière, Nathalia, Sharon
.
.

Jamie Bell

.
.
.
.

.
.

57 réflexions au sujet de « Une place à prendre »

    • Non, les pages ne sont pas épaisses, mais la densité des caractères est claire, aérée. Ca permet de lire plus facilement, de souffler un peu, car c’est oppressant. Oui, lorsque j’ai terminé le roman, je ne savais plus trop quoi penser. J’étais très partagée. Parfois, il n’est pas bon de chroniquer un livre à chaud. Est-ce que mon jugement a été faussé ? Oui, je le pense, quelques jours après, je suis moins critique. J’ai oublié la verdeur des mots et je n’ai gardé que l’histoire. Un roman très triste, avec une touche d’optimisme, même toute petite…

    • Oui, et le fait que je me suis demandée si elle n’exagérait pas un peu. Mais apparemment, c’est à ce stade en Angleterre. Et chez nous ? J’avoue que je suis épargnée dans ma campagne.

  1. Tu lis beaucoup Syl…
    Je vais essayer de suivre de près les matchs de la rentrée avec Priceminister 😆
    Je reviens dans la journée lire ton billet.
    Bon mercredi & bisous d’O.

    • Hum… Alors, laissons le petit garçon qui est en toi, avec son héros…
      Depuis que je réponds à mes commentaires, où plusieurs copines sont surprises que je n’ai pas encore lu les Harry Potter, je suis très tentée de le faire.

  2. Bon voila un avis plutôt positif sur ce livre qui est présent partout, même chez le boucher du coin…visiblement elle a réussi à se détacher de la saga Harry Potter ce qui n’a pas dû être vraiment simple même si je pense que c’est plus aisé en littérature que dans la chanson ou le cinéma.

    • Oui, plutôt positif, même si j’étais mal à l’aise dans ma lecture. En fait, c’est très légitime car l’auteur a choisi des mots et des scènes qui dérangent. Sur le podium du marketing… Mr. Grey l’a détrônée. Bon week-end !

  3. Je l’ai commencé, puis lâché, non pas parce que ça ne me plaisait pas, mais parce que c’était un peu dur pour moi. Et puis, forcément, d’un auteur qu’on a adoré, on attend beaucoup, et du coup, j’ai eu du mal à faire coïncider la noirceur de ce livre avec l’évasion ressentie avec les harry potter. (En parlant de ça, tu n’as pas lu les harry potter????!!!! Tu as essayé? [j’ai même réussi à les faire lire à mes grands parents, alors, tu pourrais devenir ma nouvelle victime])

  4. Je ne sais pas, j’hésite tout de même beaucoup… Et puis, j’ai bien trop peur d’être déçu après avoir tellement apprécié les Harry Potter (comment !!!! Tu ne les as pas lus ????) même si c’est tout à fait différent d’après ce que j’ai pu lire… Mais ça me semble justement trop dur, trop noir, trop glauque… Je le lirais peut-être mais j’attendrais sa sortie en poche

  5. je n’ai pas lu HPotter donc pas d’attente particulière. J’ai reçu ce livre de PM comme toi (mais pas besoin de le commenter car livre de marrainage !) j’ai bien envie de le lire malgré quelques avis négatifs ici et là. Du coup, je t’ai lu en diagonale mais la fin de ton billet me donne envie de le découvrir malgré tout…biz dame Syl

  6. Une journée ? Woaw, il m’a fallu dix jours…
    Tu en parles bien, j’ai ressenti des sentiments similaires, le malaise, l’émotion…
    Au fait Syl, j’apprends chez George que tu es à Paris aujourd’hui ? Si ça se trouve, on s’est croisées (le hasard est très faible je sais, mais ça serait drôle !)

    • Je suis contente. Au moins tu rehausseras la note. Passé la crudité du texte qui m’a surprise, j’en garde un bon souvenir. Mais il m’a fallu une longue « digestion »… Bon week-end Manu

  7. Quoi ??? Tu n’as pas lu les Harry Potter ??? J’ai adoré cette saga, géniale, et malgré son public jeunesse, complètement adaptée au lectorat adulte. Je suis contente, je viens de lire les avis d’Adalana et de Dawn, maintenant le tien : je ne regrette pas du tout mon achat, j’ai hâte de lire ce nouveau roman !

    • Je disais à Sharon que j’aurais peut-être dû lui mettre 15/20… Quant aux Harry Potter, je les lirai… Le fait de les avoir vus plusieurs fois (en film avec les garçons qui le passaient en boucle) ne m »incitait pas à ouvrir les livres.

    • Oh que oui ! Elle est une bonne écrivaine, dans le sens qu’elle capte ton attention et qu’elle ne te lâche plus ! Quelques jours après, je repense encore à son histoire. C’est positif !

  8. je n’ai jamais lu JK Rowling et celui-ci me tentait bien mais à force de lire beaucoup de critiques négatives je ne sais qu’en penser, je verrais pour l’emprunter à la bibliothèque lorsqu’il sera disponible

    • Bonjour Bianca, Depuis quelques temps, je ne lis que de bonnes critiques ou d’autres comme la mienne, ni mauvaises ni dithyrambiques… Comme tu dis, tu le prendras à la biblio et tu nous diras… Ce qui est sûr, c’est que tu ne t’ennuieras pas !

  9. Ping : « Une place à prendre » de J.K.Rowling « Chaplum’

  10. En une seule fois ? Chapeau !
    Je l’ai lu en 3 fois, j’ai pris quelques notes, des extraits et il m’a fallu presque 1 heure pour écrire ma note de lecture mais je suis très contente de l’avoir lu et apprécié, et puis c’était ma 1ère LC !

  11. Celui là me tente beaucoup en tout cas…
    Ton avis est quand même très mitigé non ?
    Bon et que faisais-tu à Paris ?? 😀
    Bisous ma belle, je suis pas très présente sur les blogs en ce moment hein, mais je lis quand même même si je laisse pas une trace systématiquement… Bisous ♥
    PS : Les photos s’affichent pas au boulot, j’arrive pas à lire les billets de ce que tu fais avec tes doigts de fée ♥

    • Oui au début j’étais mitigée. C’était comme un OVNI. Puis j’ai parlé avec des copines et j’ai accepté certaines outrances. C’est un livre qui marque, alors il ne peut être que bon. Il n’est pas un coup de coeur, mais il interpelle.
      A Paris… je suis allée voir les expositions : La mode à Orsay et Hopper.
      Je vois souvent ton petit drapeau suisse dans mes statistiques… L’avantage avec cette plateforme, c’est la mappemonde avec les petits drapeaux des pays de mes lecteurs. J’adore cette fonction !!!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s