L’Esprit du Temps – I

La BD du mercredi chez Mango

.
.
.
.
L’Esprit du Temps
Tome I
Benjamin Lacombe

.
.
Au Japon, la princesse Setsuko, seize ans, est en âge de se marier. Son père, aimant et généreux, lui accorde le droit de choisir son promis.
En ce jour d’attente, où elle espère voir son ami d’enfance Xao Ping, futur empereur de Chine, qui revient d’une absence de trois ans, elle reçoit la visite de l’un de ses plus fervents admirateurs, le prince Daïo. Refusant ses cadeaux somptueux et sa présence, Setsuko se montre impatiente et guère prévenante, en abrégeant la visite et en se réfugiant auprès de son père l’empereur, à qui elle dévoile ses sentiments pour un autre.

Xao Ping revient pour une très belle raison. Il demande la main de la princesse de son coeur, Setsuko. Cette union est bénie et fait le bonheur des deux jeunes gens.

L’histoire de cette hyménée s’arrêterait certainement à « ils vécurent heureux… », si le prince Daïo ne voulut pas se venger… Sous les traits d’un séduisant personnage se cache le dieu de la mort Daïtoku qui ne supporte pas l’affront.
Le soir même, alors que Setsuko essaie son kimono de mariée, elle subit les représailles en devenant invisible et en disparaissant dans une prison-palais.

Le temps n’a plus la même valeur et c’est en s’échappant de la forteresse que Setsuko s’aperçoit que deux siècles ont passé. Pour retrouver la matérialité de son corps, elle devra accomplir un acte qui semble impossible.
Seul l’Esprit du Temps peut l’aider…

« Ma chère et tendre Setsuko,
Tu as eu l’insigne honneur que je te choisisse pour femme. Ce temple m’est dédié à moi, Daïtoku, dieu de la mort. Il est dorénavant ton abri pour l’éternité. Tu ne peux en sortir qu’en prenant possession d’un corps qui rentrerait dans le temple. Afin que ton absence ne soit pas trop longue, tu as le temps que la lune soit pleine pour revenir. Dans le cas contraire, le corps me reviendra de droit, tu es désormais un esprit éternel et immatériel. Dès que tu rentres en contact avec un humain. Le seul moyen pour toi de te rematérialiser définitivement est de donner à l’être que tu aimes un baiser d’amour.
Tu dois donc m’aimer !
Daïtoku »
.
.
Ce conte est paru en 2003. Benjamin Lacombe s’est essayé à la bande dessinée et a oeuvré en tant que scénariste et illustrateur. Il raconte à la fin de son album que ce premier tome est un prologue. Son esprit du temps, dans une première époque, narre l’innocence, la candeur de Setsuko, et le châtiment de Daïtoku. A travers les siècles, il entrainera le lecteur dans des thèmes plus ancrés dans l’Histoire et « les problématiques du Japon » : racisme, l’arrivée des Portugais au XIVème siècle, les croyances, jusqu’à « la seconde guerre mondiale avec le fanatisme et les propagandes ».
On retrouve l’univers de l’auteur dans sa poésie, sa mélancolie et les thématiques de l’amour, la mort et l’éternité. Aux saveurs de l’Asie, du folklore, des fables mythologiques, on est dans le rêve et le fantastique.
De son dessin, après différentes études, il en a saisi « l’essentiel ». Sa facture graphique épurée se pare de rondeurs. Si ses extérieurs sont des estampes, il marie le reste à des formes plus modernes qui rappellent certaines animations. Ainsi, je trouve que Daïtoku et son génie ressemble à des personnages de Dragon Ball Z !
Les traits sont expressifs, harmonieux et diligentent des mouvements gracieux, aériens.

Un peu surprise au début par cette imagerie qui ne me rappelle pas les autres illustrations de l’artiste, j’ai pris plaisir à lire cette histoire et à dévorer des yeux les vignettes. J’ai hâte de lire la suite.


.
.
.
.
.
.

28 réflexions au sujet de « L’Esprit du Temps – I »

  1. Pas reconnu non plus dis donc. L’histoire doit sûrement être bien mais je préfère le style habituel. Après c’est peut-être parce que je ne suis pas habituée.

  2. J’ai tout de suite accroché aux dessins mais je n’aurais pas deviné Benjamin Lacombe derrière. La couverture est superbe en tout cas, rien que pour ça j’ai envie de tenter ^^ Et comme ton billet ne me dissuade pas, je vais noter.

  3. J’ignorais qu’il avait écrit une BD également et je n’ai pas reconnu « sa patte » dans la planche que tu nous dévoiles mais j’ai bien envie de la découvrir !!

    • Si tu as l’occasion d’aller à la bibliothèque le demander, n’hésite pas ! Lorsqu’on est fan de l’artiste, il faut bien se pencher sur tout son travail ! A bientôt Cristie…

    • Peut-être, mais comme je le précise, c’est une introduction au second tome qui apparemment aborde des sujets plus forts. J’aime les costumes, les personnages et l’idée que l’héroïne parte à la recherche du temps.
      Ce qui est surprenant, c’est que Lacombe tarde à écrire le tome 3.
      J’espère lire bientôt la suite et là… on saura si cela vaut le coût…

    • Tu as cliqué sur les liens !
      J’attends cette suite mais j’ai l’impression que cette BD n’est pas dans les priorités de l’auteur. Dommage !
      Je passe à tes autres commentaires Pyrausta !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s