Les derniers jours de Stefan Zweig

les derniers jours de stefan zweigLes derniers jours de Stefan Zweig
Dessins de Guillaume Sorel
Texte de Laurent Seksik

(Adaptation de son livre)

.
« Vos livres sont comme des diamants éternels,
vos livres nous parlent et vos livres nous racontent…
vos livres ont la splendeur des âmes pures
vos livres sont comme la prière des hommes. »

Sur le navire qui l’éloigne de New York, Stefan Zweig, auteur Autrichien célèbre, ne peut passer incognito. Sa fuite, il la partage avec sa deuxième femme Lotte et bien d’autres personnes…
« C’est l’époque qui dicte ça » car vit en Allemagne, un monstre qui étend ses tentacules bien au-delà de son territoire.

Août 1941,
Après avoir revécu quelques nostalgies avec son ex-femme retrouvée à New-York, Stefan Zweig va regrouper ses souvenirs pour un recueil de mémoires.
Sa destination est le Brésil. Cette terre, il la connaît et l’apprécie. Il veut la retrouver pour un nouveau départ avec Lotte.
Simplement de passage à Rio, ville de lumière et d’exubérance, ils sont attendus à Petropolis où on leur prête une petite maison nichée dans un écrin de verdure luxuriante.
Dans ce paradis, Lotte espère. Elle voudrait guérir de son asthme et souhaite que Stefan oublie ses idées noires… « sa bile noire ». Elle veut que cette errance prenne fin et que ce choix soit le bon. Dans ce sens, elle n’aura pas tort, cela sera un des derniers voyages.
Elle a trente ans, lui va fêter ses soixante ans. Toujours un peu jalouse de la première femme, elle veut être sa muse, sa première lectrice, son dernier amour, le sortir de son marasme et des visages défunts qui encombrent la mémoire de Zweig. Elle le vénère son écrivain de mari… elle le bade.

Il a écrit « Le monde d’hier, souvenirs d’un Européen ». Il parle de ce monde à l’agonie, des êtres aimés et disparus, des splendeurs de sa ville, d’une vie passée… « Retrouver les parfums, les couleurs de ce monde disparu… en capter la lumière. J’ai rallié tous les fantômes du passé… ». Une autobiographie qui sera éditée en portugais car l’Allemagne qui est au pouvoir l’a banni.
Il est las, il souffre d’une claustrophobie mentale, elle a peur, elle manque de souffle.
Elle s’enthousiasme du pays, des gens, de la vie, elle essaie de le motiver… Il sait déjà… il a programmé son départ, il l’a écrit, scénarisé. D’autres sont partis avant lui, d’autres ont préféré changer de monde. Mais il veut le lui taire. Elle n’est pas encore prête.
Lotte croit en l’alliance des Anglais et des Américains. L’optimisme fait vivre, la croyance aussi. Zweig doute, ne croit plus, « Singapour est tombée ! ». Les Japonais rejoignent l’Allemagne et l’écrivain anticipe sur un avenir noir. Il voit déjà Hitler maître du monde. Lotte ne voit que lui.
Février, le mois du carnaval enflamme Rio, ils ont dansé toute une nuit pour toute une vie. Elle était dans ses bras et elle le restera.
« – Eh bien… qu’allons-nous faire ?
– Que crois-tu qu’il nous reste à faire ? »
Prier, écrire ? Et voyager… Il est un lieu encore inconnu, mystérieux. Il va lui raconter, encore une dernière fois une histoire.
« – Je vois des visages familiers qui marchent dans des paysages splendides.
– Les gens ont l’air heureux ?
– En pleine extase… Je vois une ville… c’est… Vienne. Je vois des boulevards féeriques et des accueils triomphaux… »
.

« Les derniers jours de Stefan Zweig » est un album qui condense le livre de Laurent Seksik. L’auteur a confié les dessins à Guillaume Sorel qui rend cette histoire magnifique. Les aquarelles sont dominées par des teintes de bleus et de bruns. En photographie, le sépia a une variation de coloris qui est généreusement déclinée dans cet album. Des couleurs douces, passées, nostalgiques. Il s’en dégage de la sérénité, démentie par les dessins, les expressions des visages, les vignettes qui racontent le Reich, les camps, la répression, l’extermination… et le texte qui percute le lecteur.
Douceur trompeuse, mélancolie, défaitisme… Lotte se bat pour deux et Zweig renonce. Il s’éteint de voir ses livres brûler, d’être témoin d’un présent maudit, de ne plus retrouver ses repères, d’être un Juif errant, d’abdiquer…
Le contraste entre les deux personnages saisit dès les premières pages. Zweig est fatigué, absent, obnubilé par son autre vie, seulement observateur de ses derniers jours. Quant à Lotte, éperdument amoureuse, elle essaie de conserver une confiance naïve, une impulsivité qui dynamiserait son couple, mais elle s’affaiblit et manque d’air.
Cette dissonance des caractères rend une ambiance pesante, douloureuse et funeste.
Le texte est émouvant, les phrases courtes, les mots très bien choisis.
L’histoire laisse de l’amertume, car même si le final est sublimé par l’écriture et le dessin, je regrette, je rejette, le choix du dernier voyage.
J’ai beaucoup aimé cet album et vous le recommande… Superbe ! et triste à pleurer…
.
.
Des billets chez Noukette, Aifelle, Anne, Antigone, Canel, l’Irrégulière, JViel, Karine, Kikine, Marion, Miss Alfie, Moka, Yvan

.
.
Zweig-dessin
Stefan et Lotte

.
.
.
.

Une réflexion au sujet de « Les derniers jours de Stefan Zweig »

  1. Commentaires

    Je n’ai pas envie de pleurer dans les jours qui viennent mais je note car ça a l’air super beau ♥
    Commentaire n°1 posté par Adalana le 04/07/2012 à 10h23

    Ca l’est Adalana !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 04/07/2012 à 12h25

    Quel billet ! J’ai la chair de poule… Voilà qui devrait me plaire, aussi bien en livre qu’en BD, je l’ai notée et si j’ai une occasion pour la médiathèque (et si il y est), ce sera la priorité !!! C’est magnifique !♥
    Commentaire n°2 posté par Asphodèle le 04/07/2012 à 10h27

    Je suis contente d’avoir lu l’album avant le livre. Lors de sa lecture, j’aurai les images et les teintes.
    Une histoire qui va titiller ta sensibilité.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 04/07/2012 à 12h24

    Un album qui me tente beaucoup. J’adore Guillaume Sorel, c’est un artiste fabuleux, son travail sur la série Algernon Woodcock est à tomber par terre !
    Commentaire n°3 posté par jerome le 04/07/2012 à 12h09

    Oh ! je note avant d’aller voir… Merci Jérôme pour l’info.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 04/07/2012 à 12h22

    Les dessins ont l’air superbes !
    Commentaire n°4 posté par Sybille le 04/07/2012 à 14h35

    Ils le sont… couleurs, traits… tout se marie bien. Et les mots sont beaux.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 08/07/2012 à 11h32

    Génial, j’adore les biographies romancées, ou mises en BD ! J’aimerais beaucoup lire cet ouvrage, merci pour cette belle présentation 🙂
    Commentaire n°5 posté par Natiora le 04/07/2012 à 15h25

    Moi, je n’aime pas les biographies. Mais celle-ci est particulière.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 08/07/2012 à 11h31

    Elle me tente beaucoup cette BD : les dessins sont superbes et tu en parles très bien ! Bizz
    Commentaire n°6 posté par Nahe le 04/07/2012 à 16h40

    Merci Nahe. ♥
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 08/07/2012 à 11h31

    J’ai bien l’intention de lire cette BD un jour ou l’autre ! Elle me fait de l’oeil depuis un moment !
    Commentaire n°7 posté par Noukette le 04/07/2012 à 17h14

    Alors bonne lecture Noukette !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 08/07/2012 à 11h30

    Pas tentée malgré la beauté des dessins.
    Commentaire n°8 posté par Manu le 04/07/2012 à 19h48

    Oui, je comprends.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 08/07/2012 à 11h30

    Tout comme Adalana, pas envie de pleurer, mais je la note à nouveau, chaque fois que je vois un billet comme le tien j’ai envie de le lire…
    Commentaire n°9 posté par Cess le 05/07/2012 à 10h28

    Je comprends Cécile, moi aussi je n’aime pas les histoires qui finissent mal. Mais c’est si bien raconté ! Alors, tu la notes pour un jour…
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 06/07/2012 à 16h40

    Je suis contente que tu aies tant aimé. Elle est magnifique, cette BD
    Commentaire n°10 posté par Karine:) le 05/07/2012 à 18h56

    La première fois, c’est chez toi que je l’ai vue. Alors merci !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 06/07/2012 à 15h38

    Je ne sais pas si j’ai le courage pour un sujet aussi triste en ce moment… Mais, et le livre, et la BD sont déjà sur ma LAL !!
    Commentaire n°11 posté par l’or des chambres le 06/07/2012 à 21h14

    Il faut relativiser, puis accepter le choix !
    Biz
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 07/07/2012 à 16h51

    Je n’avais pas été tentée par le livre car j’estimais qu’en ayant lu « Le monde d’hier » (en trio avec Karine et je ne sais plus qui d’ailleurs), c’est-à-dire un livre écrit par le premier concerné, je ne pourrais pas apprécier un livre écrit sur Zweig. En revanche, je pense qu’en BD ça va très bien passer (je connais la fin de l’histoire de toute façon…) et le fait que Karine ait apprécié en ayant lu « Le monde d’hier » a tendance à me « rassurer » sur la qualité de l’histoire, de son respect.

    Tes propos sur le fond ne m’étonnent pas car, dans « Le monde d’hier », on sent à la fin le désespoir profond de Zweig. Je me souviens de la période où, réfugié en Angleterre, il se désole de son statut d’apatride. En Européen convaincu, Zweig avait été ravagé par tout ce que la montée du nazisme détruisait sur son passage. De fait, son choix final ne me choque pas en lui-même, même s’il est effectivement terrible.

    Quant à la forme, la BD est prometteuse : les couleurs et le graphisme sont tout à fait à mes goûts. Par contre, je pense que je vais devoir me battre à la biblio pour arriver à l’avoir !!
    Commentaire n°12 posté par Flo le 08/07/2012 à 22h26

    Bonjour Flo,
    J’ai eu de la chance de l’avoir car sa parution est récente.
    Tu verras, Zweig est tourné vers son passé. J’ai trouvé que le personnage principal de la BD était Lotte. Lui, étant déjà parti dans sa tête, faisait son deuil au Brésil. Je ne veux pas trop t’en parler, l’ayant assez fait, et ne voulant pas trop anticiper sur ta lecture…
    Biz
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 09/07/2012 à 08h58

    Ca me plait beaucoup, j’avais déja repéré cette BD et ce que tu en racontes me confirmer dans mon choix. A voir soit à la bibliothèque ou pour mes prochains achats!
    Commentaire n°13 posté par nathalia le 11/07/2012 à 19h55

    Une BD délicate, pudique et forte en émotion. Bonne lecture !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 13/07/2012 à 11h01

    Comme je le disais chez Flo, je ne suis pas très BD en général, mais tu me donnes assez envie de découvrir celle-ci : les dessins semblent beaux et je crois que je préférerais voir cette fin de vie par ce biais que dans une biographie traditionnelle.
    Commentaire n°14 posté par Minou le 20/07/2012 à 16h49

    Tu écris ce que j’ai pensé !
    Biz
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 24/07/2012 à 10h14

    Ca a l’air bien en effet. Je surveille les arrivées BD de ma bib 😉
    Commentaire n°15 posté par kroustik le 26/07/2012 à 14h24

    Bonjour, Comme c’est une BD récente, ils l’ont certainement à ta biblio.
    A bientôt…
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 27/07/2012 à 15h27

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s