Le bal

Un livre offert par Asphodèle pour notre SWAP
lu dans le cadre du RAT printanier sur les conseils de Nathalia


.

.
Le bal

Irène Némirovsky

 .
.
Antoinette a quatorze ans et se retrouve toujours confinée à la nursery. Elle grandit, vite, elle a des envies, ceux d’une jeune adolescente qui s’éveille, elle a des espérances, des attentes… dont celle de participer au bal que vont donner ses parents.

A peine l’idée est émise par Mme Kampf, qu’un émerveillement s’épanouit dans le cœur d’Antoinette. Un bal… cela sous entend préparatifs, robe longue, coiffure, fleur au corsage, euphorie, peut-être un peu de rose sur les lèvres, une petite coupe de champagne, une danse, deux danses, un cavalier, son début dans le monde, devenir une personne…
Mais à la seconde où Antoinette envisage ce mirage, tout disparaît dans une terrible humiliation. Avec distance et froideur, Mme Kampf renvoie la jeune fille dans son rôle d’enfant. De plus, sa chambre sera réquisitionnée pour servir de vestiaire. Antoinette et Miss Betty, sa gouvernante, devront passer leur soirée dans la lingerie.

Mme Kampf a toujours vu ce bal comme un songe inaccessible. D’origine modeste, secrétaire, elle a épousé un gratte-papier, un petit banquier. Tout un cortège de fantasmes l’a alors accompagné durant sa vie, jusqu’au jour, deux ans plus tôt, où Mr. Kampf gagne une fortune en spéculant à la bourse.
Parée de fierté, dans l’expectative de sa nouvelle existence, Mme Kampf souhaite concrétiser ce conte et vivre pleinement cette seconde destinée, sans valise… famille, mari, fille.

Deux cents invitations sont à envoyées. Une liste qui s’étire et qui s’illustre de titres, baron, comte, marquis, acceptant pour la parade les petits gigolos aux toilettes sophistiquées. Indispensable… il faut aussi quelques membres de la famille qui attesteront auprès des autres de leur réussite… Ce bal sera leur introduction, leur première marche.

Antoinette bouillonne. Rabaissée, reléguée dans un autre monde, presque reniée, elle perçoit l’offense comme un abandon ou une exécution. La tragédie s’infiltre dans ses pores et cherche vengeance. Elle se sent adulte dans son chagrin, elle se sent mûre pour imaginer une sentence et enrayer l’ascension de sa mère. Si elle se tuait, il n’y aurait plus de bal !
« Je voudrais mourir, mon Dieu faites que je meure… mon Dieu, ma bonne Sainte Vierge, pourquoi m’avez-vous fait naître parmi eux ? Punissez-les, je vous en supplie… Punissez-les une fois, et puis, je veux bien mourir…
Elle s’arrêta et dit tout à coup, à voix haute :
– Et sans doute, c’est tout des blagues, le bon Dieu, la Vierge, des blagues comme les bons parents des livres et l’âge heureux… »

Puis… une autre forme de justice, bien moins radicale, s’offre à elle…

J’ai trouvé cette nouvelle très plaisante à lire malgré l’histoire impitoyable et grinçante.
Les tourments qu’endurent mère et fille sont très différents mais soulignent leur profonde solitude et l’ivresse d’être reconnue. Une satyre, une fable, l’épilogue conduit à un ricanement sinistre, sans morale, avec une conscience affûtée et pernicieuse. J’en suis ressortie troublée. Si au début j’ai pu avoir de la compassion pour Antoinette, si j’ai souri à ses transports passionnés et dramatiques, je l’ai trouvée par la suite trop calculatrice et sans bonté. Et la mère ? Mérite-t-elle ce dénouement ?… D’une certaine manière je dirai oui, si elle en tire les conséquences et si elle retrouve ses dignes priorités. Mais je doute ! Cette femme, très antipathique, n’est ni mère ni épouse.
En une centaine de pages, l’auteur a su créer une atmosphère, des personnages, une intrigue et une conclusion, dans une cadence fluide, très active et sans répit pour le lecteur.
Un livre que je recommanderai.

.
.

Film « Le bal » avec Danielle Darrieux
.
.
.
.

 

Une réflexion au sujet de « Le bal »

  1. Commentaires

    Hum ! Tu me fais envie ! Mais Le livre et le film c’est la même histoire ? Bon en même temps je ne connais pas, donc… Je croyais que So l’avait lu, mais je dois confondre avec Suite Française de cette auteure ! Biiises
    Commentaire n°1 posté par Asphodèle le 21/05/2012 à 14h02

    Je pense que c’est la même histoire.
    Et oui, tu confonds avec « Suite française » lu avec So. Elle n’avait pas trop adhéré car le récit n’était pas « achevé ». L’auteur ayant été embarquée avant d’avoir terminé…

    Pluie, toujours pluie !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 21/05/2012 à 14h13

    Décidément, en ce moment, nos lectures se croisent .

    J’aime beaucoup Nemirovsky que j’avais découvert avec ce livre. Depuis j’ai lu Jezabel, moins percutant, et je suis en train de lire des nouvelles dont certaines sont pas mal.
    Commentaire n°2 posté par Estellecalim le 21/05/2012 à 14h14

    Je suis allée lire ton billet… très bien écrit… et j’ai noté « Jezabel ».
    Elle était sans indulgence pour ceux de sa race et si elle ne peut pas envisager la critique alors qui ? C’est bien triste.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 21/05/2012 à 20h07

    Cette auteure est sur ma liste de livre à acheter et à lire depuis quelque temps déjà mais je ne sais pas si je commencerai par ce roman.
    Commentaire n°3 posté par san-tooshy le 21/05/2012 à 14h42

    Si tu peux, ne commence pas par « Suite française » ! Elle n’a pas eu le temps de faire ses corrections. Le reste, je ne connais pas.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 21/05/2012 à 19h32

    Le film est effectivement une adaptation. J’ai trouvé ça : http://www.youtube.com/watch?v=kL777pX33Hw

    Je suis toujours frappée par la modernité du style d’Irène Némirovsky, quelle auteure !

    Commentaire n°4 posté par Za le 21/05/2012 à 15h42

    Merci Za ! La chanson a un air frippon et seulement à la fin on comprend le désespoir ! La poupée… bien trouvée !
    C’est vrai que son style se lit très facilement et ce dû à la modernité de son écriture.
    Bonne soirée
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 21/05/2012 à 19h31

    Tu m’as convaincue, j’ai noté !
    Commentaire n°5 posté par Adalana le 22/05/2012 à 01h02

    Je sais que tu apprécieras.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 22/05/2012 à 09h46

    C’est justement ce titre que j’avais noté sur ma liste mais c’est noté je commencerai par un autre. Merci !
    Commentaire n°6 posté par san-tooshy le 22/05/2012 à 13h03

    Tu peux commencer par « Le bal »… Estellecalim a chroniqué « Jezabel » et ça me plaît bien. Je continuerai donc avec lui.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 22/05/2012 à 13h13

    Si c’est une nouvelle, effectivement la chute doit être forte…et tant pis si c’est la chute de la mère.

    Quand même, les préoccupations de l’époque tournaient autour des bals, des mariages et des conversations en société…cela serait marrant de de téléporter dans ces époques là.

    Je suis en train de lire Jane Austen, j’ai pas encore eu droit au bal cette fois ci…patience.
    Commentaire n°7 posté par Mind The Gap le 22/05/2012 à 16h56

    Jane Austen ??? Oh !!! J’attendrai ton billet. Il faudrait que je vienne m’abonner.
    « Le bal » est à lire car comme tu le dis, la chute est mauvaise. Et si la fille est satisfaite de son coup de tête (n’imagine pas qu’elle donne un coup de boule), qu’elle se délecte de sa stratégie, il y aura certainement des répercutions plus tard… Antoinette savoure trop avec gourmandise sa victoire dans la dernière page. Cela augure du mauvais…
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 22/05/2012 à 17h43

    Les personnages ont l’air bien antipathiques… Je passe je crois bien…. Voilà une auteure dont je n’ai encore rien lu (mais c’est sans doute le cas de beaucoup d’autres !!
    Commentaire n°8 posté par l’or des chambres le 23/05/2012 à 13h41

    Oui, très antipathiques, mais cette nouvelle est un « bijou » dans sa noirceur enfantine !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 23/05/2012 à 14h09

    Il est dans ma PAL. Ton avis l’en fera peut-être sortir plus vite que prévu
    Commentaire n°9 posté par Manu le 23/05/2012 à 17h01

    Vite lu Manu… Tu peux le sortir et le mettre en évidence.

    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 23/05/2012 à 17h28

    J’ai pas mal de retard dans la lecture de mes billets, je ne passe qu’aujourd’hui pour découvrir ce billet … contente de lire ton avis sur ce roman, que tu fais vivre à merveille!

    Commentaire n°10 posté par nathalia le 07/06/2012 à 21h58

    Merci Nathalia ! C’est ton billet qui a été tentateur !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 08/06/2012 à 15h10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s