Persuasion

.
.
Persuasion
Jane Austen

.
.
Le baronnet Sir Walter Elliot est fier de ses origines, de sa personne, de son rang et des quelques lignes dans le registre « Le baronnetage » qui le racontent. Veuf depuis une douzaine d’années, il vit dans le château familial implanté dans le Somerset, avec deux de ses filles célibataires, Elizabeth et Anne, la troisième, Mary, étant mariée à Charles Musgrove, un hobereau fortuné de la région.

Au décès de la mère, l’aînée Elizabeth a pris, à l’âge de seize ans, la gestion de la maison. Des trois filles, elle est celle qui ressemble le plus au baronnet. Belle, fière, autoritaire, dévouée à son titre, elle est aussi la préférée de cet homme égocentrique, adepte de Narcisse, qui voit en ce doublon, la noblesse de sa race. Anne, la deuxième dans la lignée, était une enfant intelligente, cultivée, un peu en retrait, un bouton de rose plein de promesse, à peine éclos, portrait de sa mère. Mais à l’âge de vingt-sept ans, la fraîche jeunesse ayant pâlie, elle s’apparente plus à une petite souris terne, une gouvernante, une vieille fille desséchée, qu’à une demoiselle épanouie. Quant à Mary la petite dernière, elle est épouse et mère. Sa personnalité, peut-être fragilisée par la perte de sa mère très jeune, est instable,capricieuse, craintive et bilieuse.

La vie se déroulerait dans une routine bien confortable, entre Londres et le château de Kellynch, si des problèmes financiers ne venaient pas interférer ; la ruine et l’expropriation menacent la famille.S’étant sécrétée petit à petit, cette précarité arrive à un stade ultime qu’il n’est plus permis d’ignorer. Sir Elliot est contraint de faire appel à ses amis et voisins pour des conseils… C’est Lady Russell, une vieille amie de sa femme et marraine d’Anne, qui établit un programme d’économies. Cependant les propositions sont mal accueillies… mais que faire ?
« Quoi ! toutes les commodités de la vie effacées d’un trait ! Voyages, Londres, serviteurs, chevaux, table… des diminutions et des restrictions partout ! Ne plus même vivre aussi décemment qu’un simple gentilhomme ! Non ! Il préférait quitter sur l’heure le château de Kellynch plutôt que d’y rester à des conditions aussi ignominieuses. »
… Ils pourraient louer le château et partir vivre à Bath avec un train de vie plus modeste.

En dressant une liste des personnes susceptibles d’habiter le château, un nom apparaît dans la conversation qui renvoie Anne à la douceur amère de quelques souvenirs.
Par l’intermédiaire de M. Shepherd, homme d’affaires et ami, un locataire est trouvé. Le respectable amiral Croft viendrait y habiter avec sa femme Sophia, sœur aînée du capitaine Frederick Wentworth, une ancienne connaissance.
Alors que tous déblatèrent et louangent la Royal Navy, les méfaits combinés de la mer et du soleil sur la peau, sur l’amiral Croft et son pedigree… Anne se remémore quelques mois de l’année 1806… Elle a dix-neuf ans, elle est belle, pleine de fougue et follement amoureuse d’un capitaine de frégate venu en villégiature dans le Somerset.
Elle semble si lointaine, presque étrangère, cette demoiselle qui avait dû refuser la demande en mariage d’un bel officier. Trouvant cette alliance déshonorante, Sir Elliot s’était opposé à l’union, soutenu par Lady Russell qui trouvait que sa filleule méritait quelqu’un de mieux placé. Si l’un s’outrage par snobisme, l’autre prend d’autres prétextes pour étayer ses recommandations, alors que les sentiments de base ne sont que jalousie et inquiétude. Sa fille de cœur partirait sous d’autres cieux, suivre son militaire de mari. Ainsi, le portrait d’un jeune et fringant officier se flétrissait à chaque parole et ses qualités se paraient de défauts… Cet homme n’a pas de fortune, il est trop intrépide voire dangereux, il lui manque de la finesse et de l’esprit…
Anne, en ce jour de rappel, compte aussi les jours de regrets. L’innocence et la confiance ont généré des années de solitude, de tristesse et de soupirs déçus.
Mais bientôt… lorsqu’elle se promène dans les allées du jardin, effleurant les massifs du bout des doigts, songeuse et mélancolique… oui, bientôt… « Encore quelques mois et il se promènera peut-être ici. »

Bath ne sera pas la destination d’Anne qui a été appelée par sa sœur Mary, encore en émois de quelques travers… A Uppercross Hall, elle joue un rôle terne et discret, mais elle est aussi un noyau où tous gravitent. Tour à tour réceptacle de commisérations de la part de Mary, de Charles et des parents de celui-ci, les Musgrove, infirmière pour sa migraineuse de sœur et ses neveux énergiques, pianistes aux heures des divertissements… son âme généreuse et altruiste se voue entièrement à ses proches.

Uppercross et la Grande Maison, fief des Musgrove, sont voisins de Kellynch. Très rapidement, ils sympathisent avec les nouveaux arrivants, occasionnant une effervescence enjouée et dynamique. Les Croft sont des gens charmants et ce capitaine Wentworth, venu en vacances auprès de sa sœur, est délicieux ! Son allure, sa galanterie, sa bienveillance et sa fortune qui n’est pas à négliger, font de lui un savoureux parti qui séduit dans l’instant les jeunes sœurs de Charles, Henrietta et Louisa. De plus, il s’avérerait que le capitaine cherche une épouse.
Anne aurait souhaité disparaître. Enfoncée dans le décor, grise et vieillie, muette comme une absente, elle se présente à Frederick Wentworth, insignifiante, délavée et décatie. Elle est « méconnaissable » tel est le terme qu’il emploie pour la désigner, telle est l’image qu’il veut garder pour se venger.

Persuasion…
Anne se persuade que son avenir est au service des siens. Mais peut-on penser qu’à vingt-sept ans la vie est finie ?
Frederick se persuade que n’importe quelle jeune fille ferait une bonne épouse, pourvu qu’elle ait « un esprit solide et des manières douces »… « Un peu inférieure, je saurai, bien sûr, m’en accommoder, mais l’écart ne doit pas être grand. Si je suis idiot, je le serai bel et bien , car j’ai réfléchi sur ce sujet plus que la plupart des hommes. »  Mais peut-il oublier les sentiments ?
Et tous les autres qui se persuadent que…
Charles préfère la chasse à sa famille, que Dick, le jeune frère de Charles mort lors d’une bataille navale, aurait pu être un homme digne comme Wentworth, que Sir Elliot peut retrouver ses aises, qu’Elizabeth, malgré son âge, trouvera une fortune à épouser…
Persuasion, tous s’aveuglent pour avancer.

L’automne dans le Somerset, puis à Lyme au bord de la mer, jusqu’à la fin de la saison à Bath, Anne s’épanouira comme une fleur, une hellébore, une rose d’hiver.

Ce dernier roman de Jane Austen a été publié après sa mort. Comme dans ses autres écrits, elle peint la société anglaise sans complaisance, toujours avec des petites touches ironiques qui rendent le tableau léger et moqueur. Il n’y a aucune déception, tout est à sa place… la famille, la femme, l’amour, la campagne, les demeures, les goûters, les visites de politesse, les bals, la musique, Bath, des personnages croustillants dont la palette variée des caractères aborde toutes sortes de personnalités, les fourbes, les hautains, les généreux, les héros…, les petites mesquineries, les faux-semblants, le jeu des sentiments, tout cela plus une part qui honore les soldats des guerres napoléoniennes.

L’histoire raconte Anne qui a eu la sotte idée d’écouter ses aînés et d’ignorer son cœur par crainte et soumission. La jeune fille était docile, assujettie à une discipline servile et s’est laissée endormir par le temps dans de nombreux regrets. Comme dans un conte, elle s’est emprisonnée en pénitence dans une armure et s’est muée en « servante » pour son père et ses sœurs. Lorsqu’elle revoit Frederick, elle est prête à neutraliser son amour toujours présent et à être spectatrice de la romance qui se joue entre lui et Louisa. De son côté, le héros de Trafalgar, revenu avec des richesses prises en mer, n’est guère prévenant envers celle qui l’a refusé. Aimable, patient, rieur, avec les autres, il teste l’indifférence avec Anne. Je ne sais pas si ce sont des représailles calculées. Certes, une graine vengeresse devait germer, mais son détachement est surtout dû à la déception de voir après sept années, la silhouette fantomatique d’une personne qui représentait le suc de la jeunesse et de ses espérances, son havre.
A ce couple, se joignent d’autres histoires, d’autres gens, qui font de ce livre un petit bijoux que j’ai beaucoup aimé lire.

 

 


Ballin Auguste – Trafalgar
.
.
.
.

5 réflexions au sujet de « Persuasion »

  1. Commentaires

    J’♥ ce billet, tu donnes très envie…
    Il est VRAIMENT bien ? Mieux qu’O&P ?
    Commentaire n°1 posté par Cess le 20/03/2012 à 13h06

    Oui, il est bien et il est différent de « Orgueil et Préjugés ». Je dirais qu’il est plus paisible. Quant aux personnages principaux, Anne et Frederick, ils sont beaux et bons. Le livre fait 294 pages et il s’est lu très rapidement. Nous l’avons lu avec Adalana, d’une traite.
    Pas ennuyeux, dépaysant, bucolique, et parfois l’émotion te libère des petits papillons.
    Bise la puce
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 20/03/2012 à 13h19

    Comme j’ai prévu de le lire, j’ai sauté le résumé mais j’ai lu l’analyse. J’espère ne pas être déçue comme avec Mandsfield Park.
    Commentaire n°2 posté par san-tooshy le 20/03/2012 à 13h11

    Je n’ai pas lu ce livre mais j’ai vu le film… une calamité !
    Bonne lecture San-Tooshy…
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 20/03/2012 à 13h22

    Un roman postume de cette auteure ? Intéressant, je ne savais pas.
    Commentaire n°3 posté par Alex-Mot-à-Mots le 20/03/2012 à 13h26

    Alex !!! merci j’ai reçu le livre tout à l’heure. Il n’est pas abîmé sauf peut-être dans un angle gauche. Je le lis rapidement et je te le renvoit… Tu n’oublieras pas de me donner ton adresse.
    Mercissss
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 20/03/2012 à 13h32

    Haaa !! encore un roman qui me fait envie !!!
    Commentaire n°4 posté par sandy le 20/03/2012 à 13h44

    Je t’en prie très chère… note…♥
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 20/03/2012 à 17h23

    Je viens juste de découvrir Anne perry, j’ai Jane Austen dans le collimateur mais il me faut être patiente… Ton billet a su me « persuader » de ne pas trop traîner non plus pour la lire ! J’ai Emma à lire avant dans ma LAL ! Tu l’as lu ?
    Commentaire n°5 posté par Asphodèle le 20/03/2012 à 14h18

    Oui, il a été le premier de mes Jane Austen. Je l’ai lu vers 15 ou 16 ans, je ne sais plus trop et j’aimerais le relire car à cet âge j’avais trouvé la demoiselle insupportable ! J’ai vu le film et je me suis réconciliée ! ♥
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 20/03/2012 à 17h23

    Je ne suis pas fan de l’auteur mais bon, j’espère bien découvrir ce livre…
    Commentaire n°6 posté par Luna le 20/03/2012 à 16h36

    Pourtant ce n’est pas une écriture assomante. Tu me diras..
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 20/03/2012 à 17h21

    Et bien quel billet passionnant que tu nous a concocte la. Je serai curieuse de connaitre ton avis sur mon billet. J’ai aussi lu Persuasion pour le challenge, j’aime beaucoup ce roman. J’aime bien la maniere dont tu resumes le roman, c’est comme si je revoyais chaque scene. J’aime beaucoup Anne meme si je trouve qu’elle a ete bete de se laisser influencer ou seulement jeune et faible.
    Commentaire n°7 posté par Missycornish le 20/03/2012 à 16h52

    Je viens te lire…
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 20/03/2012 à 17h20

    Les proches d’Anne sont affreux. La pauvre, elle ne les mérite pas ! ♥ Mon passage préféré, c’est la lettre, bien sûr… Une des plus belles déclarations d’amour de la littérature !
    Commentaire n°8 posté par Eiluned le 20/03/2012 à 17h39

    La lettre, je l’ai lu 3 fois. Faut bien cette lettre pour se faire pardonner !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 20/03/2012 à 17h54

    C’est mon Jane Austen préféré pour l’instant. Cette histoire m’a vraiment touchée, et puis la lettre du capitaine…
    Commentaire n°9 posté par Meloe le 20/03/2012 à 18h43

    « Je n’ai jamais aimé que vous. Injuste, j’ai pu l’être, faible et rancunier, je l’ai été… mais inconstant, jamais… J’arrive à peine à vous écrire… Un mot, un regard suffiront à décider si j’entrerai chez votre père ce soir, ou jamais. »
    Soupirs Meloe…
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 20/03/2012 à 19h20

    Je vais découvrir Jane grâce à Liliba qui m’a prêtée deux bouquins : pas mal, l’extrait de la lettre du capitaine (autres soupirs…)
    Commentaire n°10 posté par Philisine Cave le 20/03/2012 à 19h55

    Tu t’es inscrite au challenge d’Alice ? C’est LA spécialiste de Jane Austen ! Je te donne le lien, si ce n’est pas le cas :
    http://janeausten.hautetfort.com/challenge-austenien.html
    Alors bonne lecture Philisine ! j’espète que tu aimeras !
    (((Les potentiels masculins sont intéressants !!!)))
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 20/03/2012 à 21h00

    mon préféré avec Orgueil et préjugés, tu en parles très très bien ! et cette lettre… J’ai bien aimé le film aussi même si l’hérooine est vraiment pas très jolie…Je trouve ce roman différent des autres de Jane Austen (j’ai moins aimé Mansfield park et surtout Emma, l’héroine est vraiment peu attachante…)

    biz dame Syl (jolie la couverture du livre, la mienne est moins jolie)
    Commentaire n°11 posté par jeneen le 20/03/2012 à 20h39

    La mienne aussi ! j’ai choisi sur google…
    Bonsoir Edith,
    Jusqu’à présent, j’aime tous les livres de Jane et les adaptations cinéma et BBC. C’est vrai que Mansfield Park est une horreur ! et je ne sais pas si je vais le lire, j’aurais en mémoire le regard porcin de l’actrice. Quant à Emma, je vais le relire. Ma première lecture date de mon adolescence. Dans le film, elle joue vraiment l’entremetteuse-pimbêche-tête à claque, puis après elle est sympa…
    Bisous, bonne nuit les filles
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 20/03/2012 à 20h56

    Merci Syl pour ton avis, pour ma part j’aime te lire. Tes billets sont toujours très fluideS et j’aime me perdre dans tes mots. Ce n’est pas vrai que ton travail est baclé ou alors je n’y vois que du feu. Et si tu n’écrivais pas bien je ne passerai pas autant de temps à prendre plaisir à te lire Bises d’Angleterre!
    Commentaire n°12 posté par missycornish le 20/03/2012 à 21h19

    Waouh ! Merci Missy !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 20/03/2012 à 21h33

    Coucou Syl,

    J’adore Jane Austen… dis, tu veux pas faire une lecture commune avec moi?

    Bonne journée !
    Commentaire n°13 posté par Une Comète le 21/03/2012 à 09h35

    Bonjour La Comète !
    Oui, avec plaisir… Je dois lire avec Adalana un autre livre d’elle. Dès que j’ai le titre qu’Adalana va me proposer, je viens te le dire et nous le faisons à trois.
    A bientôt et passe une belle journée.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 21/03/2012 à 09h46

    J’avais beaucoup aimé ce roman, je le relirai un jour !
    Commentaire n°14 posté par bladelor le 21/03/2012 à 12h02

    Hé ! moi aussi ! pour le plaisir de dompter les papillons dans le ventre.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 21/03/2012 à 15h33

    On s’y croirait !

    Pourquoi on ne m’écrit pas des lettres comme celle-là ?
    Commentaire n°15 posté par somaja le 21/03/2012 à 13h46

    Bon, çaaaa va !!! Je me dévoue….
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 21/03/2012 à 15h32

    Je ne connais pas le challenge Je suis volage, après une petite recherche chez Cécile, j’ai vu qu’il est ‘ »non officiel ».
    Commentaire n°16 posté par Catherine le 21/03/2012 à 14h34

    Oui… non officiel ! Mais j’aime bien, car Super Midinette sommeille en moi. Tu peux le reprendre et te faire un petit tableau de potentiels masculins… pour nous donner d’autres suggestions… A voir, à faire…
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 21/03/2012 à 15h41

    J’avais adoré ! La lettre, la lettre !!!!!
    Commentaire n°17 posté par L’irrégulière le 21/03/2012 à 16h46

    Toi aussi tu veux une lettre ? Elle viendra… Anne a su attendre…
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 21/03/2012 à 17h34

    Waouh, tu sais quoi? Je viens d’avoir une révélation en lisant ton billet, quand tu dis qu’Anne s’est muée en servante de son père et de ses soeurs et que c’est comme dans un conte, ce qui est tout à fait vrai d’ailleurs!! Tu m’as fait voir ce livre sous un tout nouvel angle!! Anne, c’est Cendrillon!!!

    PS/ Merci bcp pour ton commentaire qui dit que je suis la spécialiste de Jane, c’est très gentil!
    Commentaire n°18 posté par Alice le 22/03/2012 à 17h02

    Alice, je n’ai pas osé dire qu’elle était Cendrillon ou la Belle -au-Bois-Dormant, mais j’y ai pensé tout le livre. Si je n’ai pas fait cette référence, c’est qu’elle le voulait se rôle au contraire de la pauvre Cendrillon ! Anne est une fille au caractère assez affirmé et si elle n’avait pas voulu se complaire dans cette situation, elle aurait dit zut depuis longtemps ! Ce n’est pas lorsqu’elle refuse la proposition de Frederick, car là, elle est jeune et disciplinée, mais plus tard, lorsqu’elle préfère passer des années à la campagne et endurer sa réclusion, dans des vêtements tristes, les cheveux tirés, fausse soumission… elle s’auto-bannit !!!
    C’est vrai que tu es notre source avec tous tes billets chroniqués !!!
    A bientôt
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 22/03/2012 à 17h32

    Oui, je pense que tu as raison, elle s’auto punit en fait! Elle pense en quelque sorte qu’elle ne vaut pas mieux!! J’adore découvrir de nouveaux angles à des romans que j’ai lu cent fois!! Tu vois c’est tout l’interet des blogs et du partage de nos lectures!! Il va falloir que je relise Persuasion du coup, obligée!!
    Commentaire n°19 posté par Alice le 22/03/2012 à 17h45

    Alice !!! Quel prétexte !!! Oui, tu as raison, c’est obligé ! au moins jusqu’à la lettre…
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 22/03/2012 à 17h47

    Tiens, ton petit coeur a été chamboulé, non? J’adore ce roman.
    Commentaire n°20 posté par Karine:) le 10/04/2012 à 03h40

    Agréablement chamboulé ! J’aime ressentir des petits pincements… Très bonne lecture et je pense relire certains passages !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 10/04/2012 à 10h16

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s