Les piliers de la Terre

Lecture commune avec Miss Alfie, Mazel
Challenge Summer PAL de Bleue et VioletteChallenge Moyen-Age de Hérisson
Challenge God save the livre d’Antoni Défi des 1000 pages de Fattorius


Le 11 septembre :
J’ai décidé de commencer ce livre pour la lecture commune du 15 prochain, certes un peu tardivement. Il est 17h47. Il me semble tenir une bible. Il faut que je mette mes lunettes.
Le début est prometteur. Je pense à Cécile qui m’a conseillée ce livre. Je m’installe confortablement sur la méridienne, un coussin sur les genoux, le livre reposant dessus. Je suis allée peser les 1050 pages sur la balance qui a servi à peser les fruits pour la confiture… il fait 500 grammes.
Commençons…

.
.
les_piliers_de_la_terre1Les piliers de la Terre
Ken Follett


.
.
.
Angleterre, nous sommes en 1123, mais l’histoire débute bien avant, en 1120, sur un bateau Le Vaisseau Blanc, un océan… un naufrage…« 140 hauts barons et dix-huit femmes de haute naissance, filles, sœurs, nièces ou épouses de rois et de comtes à son bord, parmi lesquels l’héritier du trône d’Angleterre, le prince Guillaume Adelin, fils du roi Henri Ier Beauclerc. »

Ellen.

Un jeune homme va être pendu sur la place du marché. On le dit voleur. L’attraction amène la foule. Il est hué, malmené, humilié. Une jeune fille d’une quinzaine d’année est présente. Elle est enceinte et l’homme qu’elle voit mener à la potence est son compagnon.
Elle se projette sur le devant de la scène, lorsqu’elle l’entend chanter une complainte douce. Des paroles d’un trouvère français, mélodieuses, émouvantes… toutes à elle.

« Une alouette, prise au filet d’un chasseur,
Chantait alors plus doucement que jamais,
Comme si les doux accents jaillis de son coeur
Pouvaient libérer l’aile du filet.
A la tombée du jour le chasseur prit sa proie,
Jamais l’alouette ne retrouva sa liberté.
Les oiseaux et les hommes sont assurés de mourir,
Mais les chansons peuvent vivre à jamais. »

La corde est passée autour du cou et dans un claquement de fouet, les boeufs avancent…
La fille, à genoux dans une supplique, une prière silencieuse, lève les yeux sur l’être aimé, puis se retourne vers les geôliers ; un chevalier, un prêtre et un moine. Ses yeux dorés les toisent et elle les maudit publiquement, faisant gicler le sang d’un poulet égorgé sur leurs tuniques.
« Je vous maudis par la maladie et le chagrin, par la faim et la douleur ; votre maison sera consumée par le feu et vos enfants périront sur l’échafaud ; vos ennemis prospéreront et vous vieillirez dans la tristesse et le regret pour mourir dans l’horreur et l’angoisee… » 

1135, douze ans après…

Tom.
Tom le Bâtisseur est maître d’oeuvre pour la construction d’une maison destinée à un jeune couple. Le jeune William Hamleigh, dix-neuf ans, fils d’un seigneur, doit épouser la fille du comte de Shiring, Aliena, quatorze ans.
Assisté de quelques manoeuvres et de son fils Alfred, quatorze ans, Tom a de beaux projets pour cette demeure. Son ambition est de participer à l’édification d’une cathédrale, mais pour le bien-être de sa famille, il met en suspens ce rêve et se voue à d’autres desseins.
Alors qu’il est heureux de voir sa famille s’épanouir sereinement, un jour, arrive le jeune William sur son destrier. Sa fougue est coléreuse, il serait prêt à piétiner n’importe quelle personne pour assouvir sa haine (cela sera l’avenir, la destinée du Bâtisseur qu’il va fouler). Il donne l’ordre d’arrêter les travaux immédiatement et jette une petite bourse pour dédommager Tom et son équipe. La maison ne sera jamais construite car il n’y aura point de mariage. Lady Aliena a refusé sa demande et ce n’est pas par coquetterie. La demoiselle est catégorique et son père, le comte, plus par amour et sa confiance en sa fille que par faiblesse, accepte cette décision.
Les temps sont durs. Après avoir fait les moissons, les récoltes durant les beaux jours, Tom se retrouve sans travail aux premiers prémices de l’hiver. Avec sa femme enceinte, Agnes, et ses deux enfants, Alfred et Martha, il part vers la ville proposer ses services. En chemin, dans la forêt, il rencontre une jeune sauvageonne, Ellen, aux yeux jaunes, dorés, avec son fils Jack. Cette femme ressemble à une sorcière, elle est étrange mais se confie très facilement à Tom qui est sensible à sa personnalité, à son mystère. Ellen
était fille de chevalier ; elle est cultivée, elle sait lire, compter, parler latin et bien d’autres langues. Tom est curieux et très admiratif, mais c’est avec quelques regrets qu’ils se séparent. Chacun devant cheminer vers des directions différentes.
A Salisbury, Tom ne se fait pas embaucher ; les équipes des différents corps de métier sont complètes. Et les villes vont défiler… Shaftesbury, Sherborne, Welles, Bath… Windsor… Les réponses à ses requêtes sont toujours négatives. La famine est partout sur le territoire, il fait froid et Tom erre avec sa famille, le ventre creux.
Lors d’une nuit, dans un bois, Agnes accouche et meurt d’une hémorragie entre ses bras. Un soupir, une dernière phrase : « J’espère que tu bâtiras ta cathédrale… bâtis pour moi une belle cathédrale » et les fortifications de sa vie s’écroulent. Ce malheur le tétanise et le fait déraisonner. Il perce la terre gelée pour enterrer sa femme, abandonne toutes ses forces et ses facultés dans l’effort. Quant au bébé, un magnifique petit garçon, il est déposé sur la tombe, encore vivant et gesticulant dans de vieux linges. Cet enfant ne peut survivre. Sourd aux cris du bébé, Tom s’enfuit avec Alfred et Martha. L’image insoutenable de son enfant dévoré par les loups ou autres charognards le fera retourner sur ses pas, mais cela sera trop tard. L’enfant a disparu.
Pleurer, geindre, se morfondre ne sert à rien. Il est un homme fort. Il a promi à sa femme une cathédrale, il l’érigera, ici ou ailleurs.

Philip.
Philip, le prieur de Kingsbridge, a ramené au monastère un nourrisson qu’il a trouvé dans la forêt. Il le confie à un moine Johnny Huit Pence qui a la douceur d’une mère. Cet enfant est un cadeau divin, un don à l’église, il l’appellera Jonathan, « Dieu a donné ».

Philip a un but dans son existence et lorsqu’il rencontre Tom le Bâtisseur, leurs idées se rejoignent… Une cathédrale à Kingsbridge serait un défi grandiose mais aussi le voeu d’un désir exaucé.

Un jour, il reçoit la visite de son frère Francis qui est le secrétaire du comte de Gloucester. Les intrigues politiques foisonnent et la royauté est vacillante. Francis souhaiterait que Philip fasse intervenir l’évêque de Kingsbridge qui a la sympathie du roi Stephen pour arrêter les drames qui se préparent. L’impératrice Maud, fille d’Henri I, commence à rassembler une armée pour s’emparer du trône, sa place légitime. Philip a une semaine pour déstabiliser l’échiquier. Mais la diplomatie et les belles paroles sont condamnées. Des personnes malveillantes et arrivistes ont écho des trames tissées en sourdine et les détournent à leurs profits… L’archidiacre Waleran Bigod et Sir Percy Hamleigh.

Waleran Bigod et les Hamleigh.
L’occasion est trop belle pour la laisser passer. Sir Percy Hamleigh, encouragé par sa femme, accuse le comte Bartholomew de Shiring, de traîtrise. Aussitôt, le roi Stephen fait incarcérer ce dernier, le soumettre à la torture et le destitue de ses biens. Le comté est offert à Sir Percy et son fils William, un être vil, sournois et ambitieux, a enfin l’opportunité de plier Aliena à ses plaisirs. Sa vengeance sera cruelle et déshonorante.
Pour Waleran Bigod, les hautes sphères ecclésiastiques sont enfin à sa portée.

Aliena.
Jeune fille très intelligente et d’une beauté peu commune, Aliena ne pouvait se résoudre à épouser un homme fat, ignorant et qui avait parfois des comportements scélérats. Passionnée de lectures, elle vit bien assez tôt que son promis ne comprenait rien à la poésie et que sa réceptivité à l’art était proche du néant. Ce constat fut rédhibitoire.
A l’emprisonnement de son père, elle ne comprend pas dans l’immédiat, l’enjeu et le piège qui se sont ourdis. Avec son petit frère Richard, héritier du titre, elle garde avec vaillance le château, pensant au retour de leur père, bientôt. Lorsqu’elle reçoit la visite de William « le conquérant », ses espoirs meurent sur les dalles glacées de sa chambre. Le jeune homme est sans pitié et partage son butin avec son valet et comparse dans le crime, Walter.
Dès le repos « des guerriers »,
fiers de leur sacrilège et assommés de vinasse, Alièna s’enfuit avec son frère. Sans le sou, en guenilles, ils pensent trouver la grâce du roi, mais, après ses espérances se sont ses illusions qui s’évaporent.
Tout est à construire.

Les vies de ces personnages sont liées pour les années à venir, presque des siècles. Certains vont bâtir des édifices dont la grandeur atteindra la spiritualité, d’autres construiront leurs destinées dans des matériaux nobles et solides, un héritage pour les générations futures… Ce sont les rêves des hommes et des femmes valeureux, courageux, loyaux et généreux qui cimenteront les murs et les voûtes. Puis… une poignée de mécréants détruiront. Pour eux, aucune bâtisse, aucun lieu, aucune idéologie n’est sacré. Ils sont les démolisseurs de l’âme.
La guerre dans une fratrie royale va ravager le pays, mais le peuple de Kingsbridge continuera à progresser, dans la boue, la faim, la sueur, les sacrifices, le feu, les calomnies, et vaincra. Les piliers de la Terre ont des fondations très profondes. Une pierre tombe, deux sont élevées.
.

J’ai adoré.
Tout d’abord, il faut que je vous précise que j’ai eu beaucoup de difficulté à écrire ce billet. Lorsque je lis un livre, je note systématiquement le déroulement de l’histoire avec les caractéristiques des personnages. Mes notes, par la suite me servent à rédiger ma petite chronique. Dans ce cas là, j’ai fait fi de mes habitudes. J’ai pénétré dans le XIIème siècle et j’ai repoussé mon présent. J’ai lu ce pavé en deux petits jours, profitant d’une solitude retrouvée, accordée par la fin des vacances. Vous en conviendrez, c’était presque un marathon ! En fait, cette lecture intensive n’a pas été un gros challenge… elle a été si passionnante et si légère que je n’ai pas été attentive au
petit carnet refermé sur mon stylo, ni au fil du temps. Alors… lorsqu’il a fallu que je retrace en quelques mots cette histoire, je me suis trouvée bien embarrassée ! Je devais vous parler d’Ellen, une femme moderne, courageuse, fière, aimante, un très beau portrait, et d’Aliena, une jeune fille qui fait honneur à la gent féminine. Je souligne : L’auteur leur a donné un beau rôle. Des femmes fortes, presque invincibles. Elles sont des piliers. Je devais aussi vous entretenir des hommes de ce récit. Tom l’intègre, le travailleur, le Maître, le père, l’amoureux. Philip, le moine honnête, vigilant, curieux, soucieux de ses brebis. Jack, le fils d’Ellen, un enfant surprenant et très intelligent qui sera plus tard l’élève le plus talentueux de Tom et qui prendra sa suite ; un féru et un pionnier des lignes architecturales. William, Alfred… et tous les autres qui contribuent à rendre cette lecture captivante. Ce livre est un témoignage romancé d’une époque fragile et le dénouement du naufrage de la Blanche-Nef (Vaisseau Blanc) qui laissa à l’Angleterre un roi sans héritier ; en arrière plan, deux clans royaux s’affrontent, Maud contre Stephen. L’auteur a distribué a chaque caste des personnages qui joueront dans cette intrigue la rivalité, des bons contre les méchants. Mais les principaux thèmes sont la construction et l’amour. Les hommes se rassemblent pour bâtir un projet commun, une cathédrale et l’amour les confortent dans leurs visions ; l’amour pour une femme, l’amour pour un Dieu. Seule la haine est improductive et elle dessert pitoyablement ses protagonistes.
La part de l’art est aussi bien traitée ; les pierres, les vitraux, les sculptures… Elle sera une transmission à la descendance des bâtisseurs.
Vous l’aurez compris !!! Je vous le recommande.
La suite est dans « Un monde sans fin ». Je me la réserve pour les mois prochains.
Je me retourne vers mes compagnes de lectures, qui je pense ont elles aussi apprécié leur lecture… Miss Alfie et Mazel

Merci Cécile, pour m’avoir incitée à lire ce livre !
Merci aussi à celles qui m’ont encouragée… Trop sympa !
PS : Je viens de relire mon billet. Je le trouve fade. Le livre est superbe !

Des billets chez Miss Alfie, Mazel, Mélodie, Evilysangel, Jainaxf, Didi,
.
.
kingsbridge_cathedral

.
.
.
.

5 réflexions au sujet de « Les piliers de la Terre »

  1. Commentaires

    En tout cas tu donnes envie ! Et je l’ai, depuis des lustres dans ma pal, prêté par ma belle mère qui avait adoré et qui pourtant ne lit pas beaucoup.

    Bon ben je m’y mets très prochainement !
    Commentaire n°1 posté par Eiluned le 15/09/2011 à 14h26

    Pour commencer la lecture, j’avais divisé mon livre en quatre. Je me disais que 300 pages par jour, c’était faisable. Et puis, je n’ai plus lâché le livre. Sauf pour aller dormir car il était presque minuit et que mon mari avait été plus que gentil, compréhensif et patient… Tu aimes l’histoire, tu te plairas dans cet univers. Ce que j’ai aimé aussi, ce sont les passages sur les constructions. Ce n’était pas technique, c’était poétique. Si j’avais été une fille à poigne plus solide, j’aurais voulu faire des stages chez des tailleurs-sculpteurs et dessiner des gargouilles, des arabesques… Non, franchement, j’ai rêvé en lisant ce livre. Je te souhaite un même plaisir !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 15/09/2011 à 15h45

    Wow! Quel marathon! Félicitations. Il m’a fallu plus de deux jours pour lire ce livre, mais j’avoue que j’ai été happée par l’histoire (avec un petit h et avec gros H).
    Commentaire n°2 posté par melodie le 15/09/2011 à 14h30

    J’ai vu !!! Même des années ! Tu m’as faite rire en décomposant tes chapitres et en les re-notant !… 2/5 puis 4/5… Pour ta re-lecture, tu étais plus disponible et plus sensible aux parfums de l’Angleterre.
    A bientôt Mélodie.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 15/09/2011 à 15h48

    Quel billet, ça valait le coup d’attendre ! Vraiment ! Je ne l’ai pas fini ce pavé, il me plaisait bien pourtant mais j’ai ouvert mon blog à ce moment là et il est retourné en PAL … Il va falloir que je m’y remette mais vu le nombre de pages et je ne suis pas tranquille « seule » en ce moment ! Je n’y suis jamais en fait…faut que je ruse. Et quatres jours marathon, à voir ! 🙂
    Commentaire n°3 posté par Asphodèle le 15/09/2011 à 14h32

    J’avoue que c’est du lourd l’épaisseur. Cette lecture commune était un couperet et j’étais bien contente d’avoir cette menage pour me forcer à l’entamer. Par la suite, à peine les premières pages lues, je n’ai pensé à rien d’autre. Tu vois, j’ai même oublié d’écrire sur mon carnet. Ca se lit très facilement et j’ai été un bon public pour la partie « maçonnerie ».
    Maintenant, j’ai envie de lire mes Galeran de Lesnevin, mon chevalier enquêteur… Je me trouve bien au Moyen-Age.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 15/09/2011 à 15h54

    Très belle chronique!!! Si je ne l’avais déjà lu, je me précipiterai dessus… C’est un livre que j’ai beaucoup aimé également et qui, comme tu le dis si bien, malgré ses 500 grammes et plus de 1000 pages, se lit très facilement et rapidement… Je n’ai pas encore eu l’opportunité de lire la suite, mais elle semble être tout aussi prenante bien que se passant plusieurs siècles plus tard… En tant que femme, j’ai eu tendance à être plus attirée par les personnages féminins : Aliéna et Ellen sont deux très belles figures de la force et du courage des femmes de l’époque. Ceci dit, j’ai vraiment adoré Tom le Bâtisseur et beaucoup admiré le Prieur Philip : très moderne et très visionnaire comme personnage j’ai trouvé… Une bien belle fresque en tous les cas…
    Commentaire n°4 posté par Evilysangel le 15/09/2011 à 14h34

    Merci beaucoup Evilysangel ! J’ai trouvé beaucoup de modernité dans le portrait des femmes. Elles sont avant-gardistes. Et dans le personnage de Philip, malgré sa droiture rigoureuse, on apprécie son humanité qui faisait défaut aux prélats de l’époque. Quant à Tom, j’ai tout aimé chez lui, même sa fragilité. Un moment Ellen, lui dit qu’elle aime sa douceur alliée à sa force… Bouh, j’ai pleuré quand… enfin, bref, ce fut une très bonne lecture.
    L’ as-tu chroniqué ? je suis venue chercher mais je n’ai pas trouvé.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 15/09/2011 à 16h23

    ben la vache, ça valait le coup d’attendre !!! ton billet est génial et là si je m’écoutais (et si je n’avais pas reçu une vilaine lettre de ma banquière ), je me rurais sur la 1ère librairie qui passe !!! s’en est fait de moi !
    Commentaire n°5 posté par George le 15/09/2011 à 15h07

    Alors, note-le sur ta LAL…
    Merci George, ce fut laborieux, mais maintenant, je suis soulagée !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 15/09/2011 à 16h29

    Aspho j’ai pas copié, je te jure, on a eu la même formule
    Commentaire n°6 posté par George le 15/09/2011 à 15h13

    Les bons esprits…
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 15/09/2011 à 16h30

    superbe commentaire ! pour un peu je relirai le livre…

    je vois que nous suivons pas mal de challenges en commun. Pratique.

    Donc pour « un monde sans fin », je te laisse choisir la date et je te suis, bises
    Commentaire n°7 posté par mazel le 15/09/2011 à 15h45

    Tu comptes le lire en 2012, je l’ai lu… alors, je vais m’aligner sur toi ! Nous aurons les vacances de décembre pour le lire… Je te propose le 15 janvier ? Peut-être que Miss Alfie nous suivra… je vais lui demander. A bientôt Mazel !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 15/09/2011 à 16h37

    Une période que je n’aime pas du tout. J’ai essayé de lire la suite pour un prix sur un forum, je n’ai pas dépassé la page 50.
    Commentaire n°8 posté par Manu le 15/09/2011 à 15h46

    Oh ! dommage. La suite, je viens d’organiser une LC avec Mazel. Mais j’ai lu sur d’autres billets que c’était moins bien, ça expliquerait peut-être ton rejet. Mais si tu me dis aussi que tu n’aimes pas cette époque, je comprends. Moi, j’aime l’histoire, et bientôt je vais me lancer dans la série de Auel, en pleine préhistoire…
    Je n’ai pas encore commencer la suite de Hitch et je ne recevrai ma commande que la semaine prochaine. J’espère que je serai à l’heure pour notre billet !
    Biz
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 15/09/2011 à 16h48

    wow ça a l’air beau tout ça !! par contre les 100 pages, j’avoue, ça me bloque…j’ai de plus en plus de mal à lire de tels pavés. L’impression d’y passer des jours et des semaines, que ça n’en finit pas, et que pendant ce temps j’aurais pu lire au moins 5 livres différents 😦
    Commentaire n°9 posté par mathilde. / Pages Nuancées le 15/09/2011 à 16h28

    Comme je le précise à Eiluned, tu peux le fragmenter… Je crois qu’à l’origine, ce livre était divisé en plusieurs parties. L’avantage avec le style de l’auteur, c’est que son écriture est limpide, sans difficulté et sans mot rebutant. Je dirais que cela se mange tout seul et sans faim.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 15/09/2011 à 17h09

    oups un zero s’est envolé pour le nombre de pages!! Non ça va, je vous rassure, 100 pages j’y arrive mdr
    Commentaire n°10 posté par mathilde. / Pages Nuancées le 15/09/2011 à 16h31

    C’est rare, mais il m’est déjà arrivée de lire une dizaine de pages et de les trouver d’une crasse lourdeur ! 100 ? J’aurais été à l’agonie.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 15/09/2011 à 17h11

    Un monde sans fin

    c’est d’accord pour la date.
    Commentaire n°11 posté par mazel le 15/09/2011 à 16h52

    Mazel, je le note immédiatement. Je ne vais pas le louper dans cette police de caractère. Biz
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 15/09/2011 à 17h05

    Ben dis donc, pour quelqu’un qui a eu du mal à écrire !!!! Et tu trouves ça fade ? Mais je l’ai lu il y a des lustres, et je retrouve dans ton billet exactement mes sentiments au moment de ma lecture. Et bravo pour les 2 jours de lecture intensive : tu as vu un changement dans la grosseur de tes biceps depuis ?

    Commentaire n°12 posté par somaja.over-blog.com le 15/09/2011 à 17h26

    Avec ma tendinite, c’est au top !
    Lorsque je serai devenue une sylphide, je musclerai les bajoues en dessous des bras avec d’un côté « Les piliers de la Terre », de l’autre « Un monde sans fin ».
    Touptouyoudou, touptouyoudou, lalalalalala…
    Bisoussss
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 15/09/2011 à 17h38

    Alors là, je m’incline, gente dame ! 1000 pages (et 500g!) en deux jours, waaaaouh! Bon, j’avais ouvert ce pavé un jour tellement loinatain que je ne m’en souviens même plus, et à la lecture de ton billet si faaaaade (non, mais n’importequoi, pfffff), je vais le remttre dans ma PAL…ET plus vite que ça , tiens ! J’aime la période, le sujet, je devrai surmeonter le risque de tendinite et d’isolement social ! Bises, touptouyoudou et plus encore !!!
    Commentaire n°13 posté par Jeneen le 15/09/2011 à 18h04

    Edith, rayon de soleil.
    Si tu le lis avant janvier de l’année prochaine, nous t’attendrons pour la suite avec une édition du billet le 15. Tu as du temps pour réfléchir. Top chrono… tic-tac-tic-tac
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 15/09/2011 à 18h08

    oh la la , plein de fautes ! bon tant pis…
    Commentaire n°14 posté par Jeneen le 15/09/2011 à 18h05

    Tu corriges les miennes aussi ? C’est une horreur, j’en fais tellement !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 15/09/2011 à 18h10

    oh la la tic tac tic tac, je préférais « touptouyoudou ! »

    Bon je réfléchis…Et je vois si je peux porter le pavé à bout de bras…! 😉 biz
    Commentaire n°15 posté par Jeneen le 15/09/2011 à 18h14

    Je te note quand même et je te le rappellerai…
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 15/09/2011 à 18h35

    Je vois que toi aussi, tu as apprécié cette lecture qui est, comme tu le soulignes très bien, très facile d’accès malgré l’épaisseur et la densité de l’histoire. C’est vraiment passionnant, il faut le faire découvrir à quiconque s’intéresse à l’Histoire !

    Quant au titre, on peut s’interroger… Qui ou que sont réellement ces « Piliers » ? La religion ? Les femmes ? L’ordre monarchique ?… Beaucoup de réflexion derrière !
    Commentaire n°16 posté par Miss Alfie le 15/09/2011 à 18h38

    On va dire tout un ensemble.
    Tu as vu comme les personnages de la série sont beaux. J’ai hâte de la regarder.
    A bientôt…
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 15/09/2011 à 18h50

    Le livre (que j’ai dévoré également) a été un des mes plus gros coups de coeur de cette année !

    Ton billet donne très envie, belle présentation, très évocatrice !
    La suite est très sympa, mais un peu moins bonne, je trouve (certaines choses se répètent).

    Par contre, je te conseille « La Chute des géants » (trilogie du siècle) du même auteur, magnifique fresque de la Première Guerre Mondiale et des changements sociaux de l’époque, avec là encore des personnages mangifiques et attachants !
    Commentaire n°17 posté par JainaXF le 15/09/2011 à 19h12

    Bonsoir, J’aime l’histoire, elle me passionne, mais je n’apprécie ni la première, ni la seconde guerre mondiale. Je note quand même la trilogie, sait-on jamais !
    Je vais voir ton billet… à bientôt chez toi…
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 15/09/2011 à 19h41

    Très beau billet sauf que…. :

    – le moyen-âge, très peu pour moi.

    – les livres de 1000 pages, encore moins.

    J’ai lu ton billet cet après-midi mais je n’ai pas eu le temps de le commenter.

    Bonne soirée !

    Commentaire n°18 posté par Sharon le 15/09/2011 à 20h43

    Bonne nuit…
    Tu n’aimes pas le moyen-âge ! Je ne le savais pas.
    Bisous
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 15/09/2011 à 22h13

    Eh ben ça valait le coup de l’attendre ce billet. Je le trouve excellent. Tu m’as remis en mémoire ce superbe chef d’oeuvre qu’est « Les piliers de la terre ». Il me faut lire « Un monde sans fin » mais je crois que je relirai d’abord celui là. Ta chronique m’en a donné très envie. Alors merci et bravo pour ce billet
    Commentaire n°19 posté par belledenuit le 15/09/2011 à 20h43

    Merci beaucoup.
    Nous continuons l’aventure pour un billet au 15 janvier 2012. Si tu veux venir…
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 15/09/2011 à 22h17

    Il va falloir que je m’y mettre. Mais c’est vrai que ce n’est pas la période de l’histoire que je préfère, même si le sujet a l’air riche et passionnant…
    Commentaire n°20 posté par vilvirt le 15/09/2011 à 21h35

    Vilvirt, ne t’arrête pas à cette période médiévale. Les histoires d’amour sont très belles et en plus pour les Midinettes que nous sommes, tu y trouveras ton compte.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 15/09/2011 à 22h18

    J’ai fouillé ma cave et l’endroit où je mets les livres à oublier (oups !) et j’ai remis la main sur THE pavé, donc, je vais me dépêcher pour le lire avant noël !!! Je te bise, mais c’que tu m’fais faire !!! Touptouyoudou
    Commentaire n°21 posté par Jeneen le 15/09/2011 à 22h42

    Tu connais Véronique et Davina ? C’est vieux pour toi !
    C’est bien que tu aies trouvé ce livre. A la cave, vraiment ? Hérésie !!!
    Bonne journée !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 16/09/2011 à 08h26

    Ton billet n’est pas du tout fade, tu rends hommage à ce magnifique livre ! 😀
    Contente que tu aies adoré en tous cas.

    La série TV est INCROYABLEMENT bien adaptée, je te la conseille vivement ! 😀
    Commentaire n°22 posté par Cess le 15/09/2011 à 23h32

    J’en parle depuis hier à Mister B. J’espère qu’il a compris mes signaux et que j’aurais mon coffret à Noël…
    Merci Cécile
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 16/09/2011 à 08h24

    Le moyen-âge, oui, mais en ancien français (très limité, donc, Chrétien de Troyes, Marie de France, et Robert de Boron).
    Commentaire n°23 posté par Sharon le 16/09/2011 à 07h10

    Nooon ??? Je ne sais jamais si tu es sérieuse ou pas !
    Passe une bonne journée, biz
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 16/09/2011 à 08h23

    Si, si, très sérieuse. Je fais d’ailleurs de l’initiation à l’ancien français avec mes 5e.
    Commentaire n°24 posté par Sharon le 16/09/2011 à 08h55

    L’amour de la langue, la poésie du vieux français. J’espère qu’ils apprécient !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 16/09/2011 à 09h24

    15 janvier 2012. Pourquoi pas. Je le note et je verrai si je peux assurer cette date ou pas. Je te tiens au courant
    Commentaire n°25 posté par belledenuit le 16/09/2011 à 09h29

    Oui, de toutes façons je t’ai notée. Je me rappellerai à toi fin décembre !
    Bonne journée
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 16/09/2011 à 11h40

    Ok et merci Syl. Bonne journée à toi aussi.
    Commentaire n°26 posté par belledenuit le 16/09/2011 à 12h35

    Et bon week-end !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 17/09/2011 à 09h30

    Je vois que tu es arrivée au bout de ta cathédrale personnelle, un bel ouvrage.

    Ton billet m’a rappelé, de jolie façon, une lecture que j’avais beaucoup aimée, merci !
    Commentaire n°27 posté par Nahe le 16/09/2011 à 13h48

    Un peu dans le même style ? Je serais curieuse de connaître ce titre. Merci !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 17/09/2011 à 09h32

    C’est un livre vraiment formidable, je suis ravie qu’il t’ai plu, bises !
    Commentaire n°28 posté par Mia le 17/09/2011 à 12h33

    Et moi de même ! Imagine si cela avait été le contraire, un volume pareil ! A l’heure où je t’écris, je crois bien que tu es dans les airs…
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 17/09/2011 à 23h50

    Et bien moi je trouve ton billet magnifique et tu donnes très envie de découvrir ce livre…. Qui jusqu’à là ne me tentait pas du tout (t’imagine ta prouesse !!) Et franchement bravo : 1000 pages en deux jours, fallait le faire… Le moyen âge n’est pas du tout une période que j’adore (je le trouve terrible !) et les 1000 pages me freinent aussi des quatres fers… Et puis tu en as fait un si beau résumé… c’était plus vite lu que mille pages !
    Commentaire n°29 posté par l’or des chambres le 17/09/2011 à 22h44

    Tu n’es pas encore couchée ??? Moi, j’allais éteindre l’ordi. Je viens de voir un film avec Colin Firth « La dernière légion ». Tu connais ? Il me fait fondre cet homme ! En jupette, il est magnifique.
    Alors « Les piliers de la Terre » est un super livre. On le lit très vite car on trouve des intrigues politiques, de la romance, de la baston, de la spiritualité, des connaissances historiques… bref, il est complet et on ne s’ennuie jamais. De plus, il est très moderne. Si je dois le qualifier, je le dirais contemporain. De plus les femmes sont plus fortes que ces messieurs. Cela devait être le cas à l’époque car ils partaient souvent à la guerre, aux croisades, en voyage… et les épouses géraient le patrimoine.
    Si tu as la possibilité un jour de le lire, tu comprendras de suite car tu seras happée dès les premières pages.
    Bonne nuit L’Or, à++
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 17/09/2011 à 23h21

    Avec un tel billet, il faudrait que je me mette à le lire (après avoir lu Auel les pavés historiques de 1000 pages ça ne fait plus peur 😉 )
    Commentaire n°30 posté par Aymeline le 18/09/2011 à 02h24

    Je commence Auel avec Cécile et d’autres en octobre. Biz
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 19/09/2011 à 09h16

      • Coucou
        et bien j’ai la réponse à ma question par rapport Au Monde sans fin..
        Lors de mon billet sur cette suite j’avais noté ceci :
        « Que vous conseiller alors … de lire avant tout  » Les piliers de la Terre  » et si vous l’avez déjà fait , de ne pas vous précipiter, de suite sur le monde sans fin (sous peine d’indigestion et que le titre se transforme en sans faim)… »
        Bref le livre Les piliers de la terre se suffit à lui même, se suite est beaucoup moins attrayante et surtout très longue…..
        Bises

        • C’est un super pavé ! Alors que j’avais lu très facilement le premier, j’ai tardé à lire sur plusieurs jours le second.
          Tu as vu l’adaptation télé ? C’est beau !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s