Fantômette et son prince – Fantômette et le secret du désert


Challenge « Bibliothèque rose » et « Le club des 5 en vacances » de George

Défi de Mia

.
Dans la ville de Framboisy, trois amies, Ficelle, très rêveuse, coquette, obnubilée par son look, Boulotte, la gourmande qui n’a qu’une obsession c’est la nourriture et Françoise, l’intello, la sérieuse, une jeune fille très réfléchie et sensée. Toutes les trois admirent les aventures d’une jeune fille qui ne sort que la nuit pour s’emparer des bandits et les remettre ficelés à la police. Cette justicière s’appelle Fantômette. Masquée, personne ne sait qui elle est, sauf Oeil de Lynx, le journaliste.

 

Dans chaque épisode, elles la côtoieront et partageront des conjonctures périlleuses.
Ficelle, Boulotte et Françoise formeront un club de détectives amateurs…

.
.
Fantômette et son prince
Georges Chaulet

.
.
Diligenté par le président Moscatel, chef d’état provisoire du Panorama, le chef des services de police, Pedro Olivo, propose à Fantômette le rôle de garde du corps du prince Noberto.
Une organisation secrète, appelée le Serpent Noir, désire prendre le pouvoir et projette dans un futur proche de commettre un atten
tat. Le prince doit être couronné pour son douzième anniversaire et accéder de ce fait, au gouvernement. A cette date, la tutelle de Moscatel prendra fin.
Fantômette, surchargée de travail, ne peut répondre à l’offre que par la négative. Olivo a beau insister, la justicière masquée a d’autres affaires en cours. Mais à la seconde où elle refuse le contrat, une pierre atterrit à s
es pieds ; un message en papier l’entoure…
« Fantômette ne vous occupez pas de cette affaire, sinon vous aurez des ennuis. »
Celui qui ose lui donner cet ordre, connaît mal notre justicière car elle est avant tout une jeune fille très indépendante, très têtue, motivée par l’aventure, le mystère et le risque.
Ah, oui ? On commence déjà à la menacer ? Le message est entendu ! Dès ce soir, elle préparera ses valises et prendra l’avion demain matin, destination Panorama.

Affublée de lunettes noires et d’une perruque blonde, Fantômette est immédiatement prise en charge à sa descente d’avion sur l’aérodrome d’Alcachofa.
Au palais, on lui attribue une superbe chambre décorée, voisine de celle du prince et une gentille soubrette, Anita, se présente et se met à son service. Fantômette a une nouvelle identité, elle apparaît sous les traits de Flore Dujardin, une jeune professeur de français.

Son élève, le prince Noberto est très agréable. Son temps est chronométré et le Grand Maréchal de la Cour veille à son planning ! Mais entre deux enseignements, ils font connaissance et jouent les touristes. Il semblerait que nul danger ne plane sur sa tête… jusqu’à l’explosion… Une bombe placée dans la chambre du prince explose et tous les soupçons se dirigent vers Fantômette. Pedro Olivo trouve dans sa valise, un pain de plastic et des détonateurs.
« Arrêtez-la ! Elle sera traduite en justice et fusillée ! »

Vite Fantômette, fuis !!!
Le prince est mort, Fantômette est accusée de l’attentat et il ne lui reste que trois choses à faire : Se cacher, prouver son innocence et démontrer la culpabilité de Pedro Olivo qui ne doit certainement pas être le seul responsable du Serpent Noir.

Cet épisode est le douzième de la série. Dans cette histoire, nous ne retrouvons pas Ficelle, Boulotte et Oeil de Lynx. Cette fois-ci, Fantômette n’a pas ses amis pour l’aider et elle doit fuir et se cacher dans un pays étranger.
Déjà, dans le dernier livre lu, « Fantômette et le trésor du pharaon », j’avais trouvé une amélioration dans l’écriture, elle était moins enfantine. Je confirme à nouveau avec celui-ci mais la légèreté et l’humour qu’insuffle Ficelle manquent au scénario !

Illustration de Jeanne Hives

Fantômette et le secret du désert
Georges Chaulet

.
.
A l’hôtel George VI, Fantômette doit rencontrer Jean Lafrite, directeur de banque, Thomas de Cocagne, directeur de la Compagnie Colonel Motors et Guy Gnol, directeur de la compagnie d’assurances La Radine.

Ces trois messieurs veulent lui confier la tâche de récolter des renseignements sur des bandits qui pillent le pays de Zizanie. Ils volent les perceptions, les banques, les compagnies d’assurances, les fonds des entreprises de cuivre et de pétrole…
Cette bande de malfrats a pour chef Taleb Saïd, surnommé le Seigneur Renard.
Si Fantômette accepte la proposition, elle s’envolera vers la Zizanie, un nouvel état d’Afrique orientale, entre le Soudan, l’Egypte et l’Ethiopie, avec ses deux amies Ficelle et Boulotte, aux frais de ces messieurs…

« – Monsieur Broutefigues, je présume ?
– Té ! C’est lui-même et en personne ! Césarin Broutefigues, le seul, le vrai, l’inimitable ! Né natif de la rue Saint-Ferréol, à deux pas du Vieux Port. Vous avez fait bon voyage ? »

Réceptionnées par cet aimable et intarissable Marseillais, les trois jeunes filles, Françoise, Ficelle et Boulotte sont conduites à l’hôtel Razzia dans une décapotable.
Le pays inspire Ficelle qui s’exerce depuis quelques temps à la poésie.
« Nous voici donc en Zizanie
Ah ! quel beau pays mes amis !
Mais brusquement je réfléchis…
Au fait, que faisons-nous ici ? »

Françoise n’a pas le temps de répondre à son amie car une voiture noire les dépasse et un homme assis à l’arrière braque une mitraillette dans leur direction et leur tire dessus.
« Le Marseillais s’exprime :
– Boudiou ! C’était moins une ! Un peu plus, et ces fadas nous changeaient en écumoires ! Je me demande pourquoi ils nous ont mitraillés, ces dingues ! C’est sûrement des gangstères ! ».
Et Ficelle exaltée répond…

« L’accueil en Zizanie est chouette
Au son joyeux des mitraillettes ! »


Françoise-Fantômette commence son enquête en jouant les touristes. Hors du quartier neuf aux vitrines très européennes, après les jardins splendides aux plantes exotiques et aux essences d’agrumes, des petites ruelles mènent les jeunes amies dans les souks de Khanapech où tout l’artisanat est représenté. Il y a même un conteur, que les gens appellent avec respect Achmed, qui narre une histoire orientale. Avec ses mots, son intonation, ses gestes élégants et son regard sombre, il hypnotise une grande assemblée.
Il parle d’un calife qui aurait réveillé un djinn. « Ô Commandeur des Croyants, je vais te bâtir en une nuit le plus magnifique palais (…) Lorsqu’il se réveilla (…), Il se trouvait dans un immense palais de marbre rose, orné d’une profusion de mosaïques faites de pierres précieuses … »
Le conte s’éternise avec des détails qui charment l’assistance. Boulotte salive de plaisir aux mots rahat-loukoums, dattes, thé au jasmin… Ficelle s’imagine dans le palais précieux… Françoise… Françoise s’aperçoit que l’heure de leur rendez-vous avec Monsieur Broutefigues approche et qu’elles seront bientôt en retard !
Laissant ses amies sous l’emprise d’Achmed, là-bas dans ce palais, elle part rejoindre le Marseillais. Mais en chemin… elle tombe sur des cavaliers appartenant à la bande du Seigneur Renard entrain de voler une banque.

Aussitôt Françoise fait place à Fantômette et part sur la trace des voleurs avec une motocyclette. La route se perd dans le désert, et Fantômette se retrouve vite dépourvue lorsque son engin mécanique tombe en panne ! Mille pompons ! Le désert est une étendue pierreuse, vide, sous 45° degré… Quand un homme à cheval arrive… Il est habillé d’un burnous noir, masqué et armé… C’est Taleb Saïd, le Seigneur Renard.

Que va-t-il se passer ? Fantômette, prisonnière, arrivera-t-elle à s’échapper ? Et où l’emmène-t-il ? Dans son repère quelque part dans ce désert ? Qui est cet homme mystérieux, à la voix basse et grave, qui l’invite à monter sur sa monture, derrière lui ?
Fantômette est très près de connaître le secret du désert.

Vingt-deuxième épisode de la série, ce livre est un de mes préférés. Petite, je l’ai lu plusieurs fois. J’étais comme Ficelle et Boulotte, plongée dans un rêve des Mille et une nuits. L’auteur nous décrit un paysage enchanteur et la magie agit…

Illustration de Josette Stéfani
.
.
.
.
.
.

Une réflexion au sujet de « Fantômette et son prince – Fantômette et le secret du désert »

  1. Commentaires

    Effectivement c’est un florilège de noms plus loufoques les uns que les autres ! Ca fait partie du charme de cette série je crois 🙂

    Encore deux que je suis persuadée de ne pas avoir lus en étant plus jeune… Finalement, je me demande bien combien j’avais pu en lire. Peut être moins que le club des cinq .
    Commentaire n°1 posté par Eiluned le 03/09/2011 à 12h17

    Il n’est pas trop tard !!! Et moi, je lirai le Club des 5 que je n’ai jamais lu.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 03/09/2011 à 20h21

    Fantômette et le prince du désert était également l’un de mes fantômette préféré. Je ne connais pas Fantômette et son prince mais cela doit faire étrange de n’y voir ni Ficelle ni Boulotte !
    Commentaire n°2 posté par Aymeline le 03/09/2011 à 14h42

    Oui et c’est dommage, j’aurais dû m’en souvenir ! C’est moins rigolo sans Ficelle !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 03/09/2011 à 20h20

    Je les ai lus aussi, forcément mais j’aimais moins les aventures où n’apparaissaient ni Ficelle ni Boulotte.
    Commentaire n°3 posté par Sharon le 03/09/2011 à 19h13

    Comme moi. Elles contribuent grandement au charme de ces lectures.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 03/09/2011 à 20h18

    il m’a l’air bien pittoresque ce désert !
    Commentaire n°4 posté par George le 04/09/2011 à 13h07

    Mais avant, il faut que tu mettes la main sur le palais de Serra… Je te donne le digicode : Sésame ouvre-toi
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 04/09/2011 à 13h29

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s