Delirium – Tome I

Lecture commune avec Theoma

.
.
.
.

delirium-1-lauren-oliverDelirium
Tome I
Lauren olivier

.
.
Depuis soixante-quatre ans, le gouvernement des Etats-Unis a catalogué « l’amour » comme une maladie. C’est le « deliria ». Attenter à cette décision est grave, la pénitence est l’emprisonnement.

Cela fait quarante-trois ans que les scientifiques ont trouvé l’antidote.
Dans quatre-vint-quinze jours, Magdalena Ella Haloway recevra le protocole.

« Les maladies les plus dangereuses sont celles qui nous donnent l’illusion d’aller bien. Il nous faut constamment être en garde contre la maladie : la santé de notre nation, de notre peuple, de nos familles et de nos esprits dépend de cette vigilance permanente… »
Tout est précisé dans Le Livre des Trois S ; le Manuel pour la Sûreté, la Santé et la Satisfaction.

Portland, une ville clôturée par des grillages électriques, sous le contrôle des Régulateurs. A la nuit tombée, un couvre-feu s’installe. La dictature se veut bienveillante, elle protège les siens…
Lena est une jeune fille qui, à ses dix-huit ans, connaîtra le soulagement de ne plus craindre d’être contaminée par une maladie neurologique, l’amor deliria nervosa. Ce sentiment avilissant est une folie microbienne qui peut circuler dans le sang. C’est à proscrire, c’est condamnable, c’est sale. Sa mère en était atteinte. Après trois tentatives pour être désensibilisée, toutes des échecs, elle s’est suicidée en se jetant du haut d’une falaise. Cette affection est une aliénation douloureuse et mortelle. Sa sœur aînée, Rachel, a été infectée elle aussi, mais a été guérie à temps.
Orpheline à l’âge de six ans, élevée par sa tante Carole, Lena s’est conditionnée dans l’attente de cette libération. Trop d’exemples d’hystérie autour d’elle l’ont confortée de cette nécessité. La tendresse, le désir, l’amour sont des émotions dangereuses pour la conscience. Etudiante en terminale, il est temps pour elle de se préparer à l’évaluation. Ce passage est une étape qui prélude l’ultime opération, une intervention chirurgicale qui n’est pas sans risque. Mise à nue, au sens propre comme au sens figuré, elle est soumise à une inquisition par des Évaluateurs. Ces personnes, après avoir établi une note, présenteront une liste de « compatibles », les compagnons parfaits pour une union ; le choix de l’apparié sera fait par la promise.
Face à ses Évaluateurs, elle se remémore les réponses apprises avec sa tante… Elle veut présenter l’image d’une jeune fille sereine, docile et humble et surtout avoir une bonne notation. Ses couleurs préférées ? Le bleu et le vert, son livre de chevet ? Roméo et Juliette, un exemple d’amour destructeur, effrayant… Mais devant le jury, Lena se rappelle sa mère et la phrase qu’elle lui a murmurée juste avant de partir : « Je t’aime. Souviens-toi. Ils ne peuvent pas nous enlever ça. »
Que lui a laissé sa mère ? Ces souvenirs sont comme des petites veilleuses allumées pour qu’elle ne puisse pas se perdre.
A la première interrogation… une vague balaie son esprit, l’instinct ou une franchise crue révèle sans fausseté…
« – Quels sont vos livres préférés ?
– Amour, guerre et intrusions (…), Frontière (…) Et Roméo et Juliette, de William
Shakespeare, conclus-je.
– Et pourquoi ? s’enquiert le troisième Évaluateur.
« Parce que c’est terrifiant » : c’est ce que je suis sensée répondre (…) la réponse qui m’échappe est la suivante :
– Parce que c’est beau.
– Beau ? Le choix de ce terme est intéressant. Très intéressant. Peut-être trouvez-vous une forme de beauté à la souffrance ? Peut-être appréciez-vous la violence ?
– Non. Non, pas du tout. (…) Je voulais simplement dire… C’est tellement triste d’une certaine façon…
… Le sacrifice. J’aimerais leur parler de la beauté du sacrifice, mais les mots ne sortent pas.
– Avançons, reprend froidement l’Evaluatrice, qui s’est départie du ton amical. Nous allons vous poser une question simple. Quelle est votre couleur préférée ?
– Gris bredouillé-je.
– Gris ? s’exclame le quatrième Évaluateur.
– Pas vraiment gris. Juste avant le lever du soleil, il y a un moment où le ciel est de cette couleur pâle indéfinissable, une sorte de gris, ou de blanc, et je l’ai toujours aimée parce qu’elle me fait penser à ce qu’on éprouve en attendant un évènement heureux. »
Lena s’englue dans ses justifications.
C’est alors qu’un évènement contrarie l’examen et l’annule… Un troupeau de vaches envahit les lieux. Elles sont costumées en étudiantes, perruques, blouses, et portent sur leurs flancs « Le protocole ne sauve pas. Il tue. » Ce mouvement de contestation est perpétré par les « Invalides » et certainement assisté aussi par des « Sympathisants ». Les premiers sont des personnes qui résistent à la tyrannie du gouvernement et qui vivent derrière les frontières, des bois sauvages et insoumis, la Nature. Les seconds sont des personnes qui ont gardé leur acuité, qui n’ont pas reçu le Protocole ou qui sont insensibles à son action. Elles se cachent et œuvrent dans l’illégalité et le secret.
En levant les yeux vers l’observatoire, Lena voit un jeune homme. Il rit du spectacle, il est beau, il est saisissant, il est irrespectueux, il est magnifique… taquin, il lui fait un clin d’œil complice.

Depuis des années, avec son amie Hana, Lena avait programmé leur dernier été avant le Protocole. Il devait être insouciant et libre. Frivole, il ne le sera pas, mais affranchi et licencieux, certainement ! Des jours d’audace qui la réveilleront de sa léthargie et lui feront trouver la lucidité et la force pour rejoindre la Nature. Lena va courir… loin… au delà de la crédulité, de la peur, de la répression, mais aussi loin de son amour.

.
Ce livre jeunesse a été une lecture captivante. Il est le premier tome. Lena raconte ses angoisses, son refus de ressembler à sa mère, son rejet de l’héritage émotionnel, sensitif… puis les prémices de la maladie, le flirt, l’amour, jusqu’à réaliser la malhonnêteté de l’Etat et son absolutisme. Les personnages principaux sont jeunes, séduisants et touchants. A la fin de ce volume, ils sont les héros révoltés d’un monde indifférent, mécanique, déshumanisé.

Comme Bladelor l’a remarqué avant moi, ce livre me renvoie à la trilogie « Hunger Games » de Suzanne Collins. Un Etat despotique, un mouvement révolutionnaire, une jeune fille qui se rebelle, courageuse et forte. Sa force, elle la doit à sa mère qui lui a inculqué l’amour, un sentiment enfoui, pratiquement terrassé par des années de sevrage, puis elle la doit à Alex, qui l’a réveillée, non pas avec un baiser (même s’ils viendront au fil de l’histoire) mais avec un clin d’œil.

Clarabel a écrit une belle conclusion que j’aurais aimée laisser, « voici son lien ! »
A la fin de l’année, il est prévu la suite… L’attente est longue !

Et Theoma… Qu’en a-t-elle pensé ?
.
.
33750_The_Last_Kiss_of_Romeo_and_Juliet_f

Billet de la lecture commune chez Theoma
Billets chez Bladelor, Liyah, Hérisson, Clarabel, Lily, Cécile, Adalana,

.
.
.
.
.

Une réflexion au sujet de « Delirium – Tome I »

  1. Commentaires
    Je l’a gagné chez liyah et j’ai hâte de le recevoir pour le commencer ! 😉
    Commentaire n°1 posté par Leiloona le 26/06/2011 à 09h26

    Bonjour, j’espère que tu vas aimer. En tout cas, moi, j’ai passé un super moment ! A bientôt pour ton billet.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 26/06/2011 à 10h02
    il est dans ma PAL 🙂 🙂 🙂
    bon dimanche
    Commentaire n°2 posté par Anne Sophie le 26/06/2011 à 10h18

    Bon dimanche à toi aussi.
    Tu peux le sortir… je suis sûre que tu apprécieras ! Même Christine…
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 26/06/2011 à 13h09
    Tu parlais de mon rythme de lecture, mais le tien n’est pas mal non plus !
    Ce livre me fait penser à Méto d’Yves Grevet, même si le sujet est très différent. dans la littérature jeunesse actuelle, le thème de l’Etat absolu qui régule tout, les coeurs et les corps, est très fréquent (des héritiers d’Huxley et d’Orwell, en somme).
    Commentaire n°3 posté par Sharon le 26/06/2011 à 10h46

    C’est un billet programmé. Heureusement, car en ce moment, je n’assure plus du tout !
    Je ne connais pas « Méto » (à voir !), et oui, ce monde fait penser aux romans de Huxley et Orwell.
    ++ Sharon
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 26/06/2011 à 13h08
    Je suis curieuse de savoir ce que l’auteur nous réserve pour la suite…
    Commentaire n°4 posté par bladelor le 26/06/2011 à 11h40

    Pourvu que… et j’espère que… Je serais vraiment mécontente si l’auteur nous concocte une tragédie !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 26/06/2011 à 13h06
    Comme ça, ça me fait penser à Huxley  » le meilleur des mondes ».
    Commentaire n°5 posté par san-tooshy le 26/06/2011 à 11h44

    Il y a de ça (dans une autre écriture).
    Merci beaucoup pour le lien que tu m’as adressé. Les peintures sont superbes et j’irai piocher… c’est certain !
    Bisous et passe une bonne future semaine.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 26/06/2011 à 13h03
    J’ai très envie de le lire celui là. J’espère que ma médiathèque l’aura bientôt 🙂
    Commentaire n°6 posté par belledenuit le 26/06/2011 à 13h12

    Oui, ça serait bien ! L’émotion est garantie. ((surtout dans les dernières pages !!!))
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 26/06/2011 à 15h44
    Méto a reçu plusieurs prix littéraires jeunesse. Cess a rédigé des avis sur les trois livres, j’ai mis plus de temps à les lire (je les avais prêtés à des élèves) : je crois d’ailleurs que c’est grâce à Méto que j’ai connu son blog.
    J’ai eu de plus la chance de rencontrer l’auteur, qui s’est longuement expliqué sur ses sources d’inspiration.
    Commentaire n°7 posté par Sharon le 26/06/2011 à 13h27

    J’ai lu vos articles qui me donnent envie de découvrir la trilogie. Ce n’est pas encore paru en poche. Je verrai à la fin de l’année et peut-être que ma biblio municipale les a !
    Merci Sharon.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 26/06/2011 à 15h42
    Il est dans ma PAL ! Merci pour ton avis.
    Commentaire n°8 posté par DeL le 26/06/2011 à 15h19

    Alors, je te souhaite un moment plaisant avec ce livre.
    (Le mot « plaisant » n’est peut-être pas approprié ! je mettrais captivant…)
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 26/06/2011 à 15h43
    Bouh, moi j’attends la suite avec impatience !
    Commentaire n°9 posté par Adalana le 26/06/2011 à 15h37

    Grrr ! et moi donc !!!
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 26/06/2011 à 15h45
    bon alors je vais attendre la suite avant de me lancer dans le tome 1.
    Commentaire n°10 posté par scor13 le 26/06/2011 à 18h49

    Oui, ainsi tu n’auras pas de frustration !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 26/06/2011 à 20h14
    Comment j’ai pu louper ce billet hier ? Bizarre !
    Bon moi je trouve que le thême de ce livre ne change pas des autres dystopies… Un état « maître », plutôt une dictature, et des jeunes (ou pas dans 1984) qui décident de se rebeller.
    J’ai beaucoup aimé, surtout la fin, mais je crois qu’il ne faut pas trop lire ce genre dans une période rapprochée.
    Dans le genre il y a « Uglies », « 1984 », « HG », « La déclaration »…
    Des livres qui font en tous cas toujours réfléchir…

    ****ATTENTION SPOILERS TOME 1*****
    Dans le 2, l’héroine va retrouver sa mère à mon avis et va repartir en ville sauver son cheri… Qui aura été opéré…
    Dans le 3 elle va devoir lui faire retrouver la mémoire et faire en sorte que tout le monde se rebelle…
    Voilà pour l’idée que j’ai de la suite !
    Commentaire n°11 posté par Cess le 28/06/2011 à 10h02

    Bonjour,
    Oui, on retrouve les thèmes abordés dans d’autres livres. A part « Hunger games », je ne connais pas les titres que tu cites.
    J’aimerais bien que l’auteur suive tes idées ! Le contraire m’énerverait !!! Dans certains cas, je ne cherche pas à être surprise.
    Bisous
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 28/06/2011 à 10h43
    J’avais eu un coup de coeur pour Uglies…
    Commentaire n°12 posté par Cess le 28/06/2011 à 11h05

    Ah ! J’irai voir chez toi. Ca me dit vaguement un truc. Certainement dans tes billets que ce nom revient.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 28/06/2011 à 11h46
    Je l’ai vu passer pas mal sur les blogs sans être tentée plus que ça, mais ton avis me donne envie !
    Commentaire n°13 posté par Touloulou le 29/06/2011 à 00h49

    J’ai aimé. Mais comme le dit Cécile et les autres, l’histoire rappelle plusieurs livres.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 29/06/2011 à 10h58
    Oui c’est vraiment la mode de la dystopie YA en ce moment, je n’en ai lu aucun ceci dit donc ça ne me dérangerait pas plus que ça.
    Commentaire n°14 posté par Touloulou le 29/06/2011 à 22h21

    Alors, ce livre est pour toi !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 30/06/2011 à 08h26

    Je suis très contente de voir que le premier tome t’as ému autant que moi.

    Ce qui m’a vraiment plu, c’est l’évolution de Lena, à la base, elle n’est pas révolté, bien au contraire, c’est tout ce cheminement qui m’a plus là où certains on trouvé cela longuet.

    En tout cas, je lirais la suite avec plaisir !!!
    Commentaire n°15 posté par Mia le 31/03/2012 à 13h22

    Oui, c’est cette évolution qui est intéressante.
    Je vais voir pour prendre la suite cette semaine.
    Bise Mia
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 01/04/2012 à 10h43

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s