Montana 1948

Un livre voyageur envoyé par Scor13, et je l’en remercie.

.
.
Montana 1948
Larry Watson

.
.
« C’était il y a quarante ans… » David se souvient.
Douze ans en 1948 dans le Montana, l’âge tendre de l’enfant qui n’a pas encore fait les armes de l’adolescence.

David Hayden est le fils du shérif de Mercer Country et habite à Bentrock, le chef-lieu du comté. Cette petite ville compte moins de deux mille habitants. A la limite des frontières du Canada et Nord-Dakota, la terre est dure, improductive, pierreuse, aux prises du vent tous les jours de l’année, de la canicule l’été et de la neige l’hiver.
Avant que les colons n’arrivent, les territoires étaient occupés par des indiens, des Sioux, des Cheyennes, des Arapahos… Leur canton, à présent, est une zone broussailleuse que l’on appelle la réserve Fort Warren.

La famille Hayden est un clan très estimé. Le grand-père de David a été toute sa vie le shérif de Mercer. Son autorité et son pouvoir s’étendaient sur tout le pays et à présent, l’homme est un patriarche respecté et écouté. Il a eu deux fils. L’un, le père de David, est le nouveau shérif, diplômé de l’université de droit, il a succédé à son père. Le deuxième fils, Franck, est médecin, mais aussi grand héros de la guerre de 40 et médaillé. Tous deux sont restés aux pays.

La mère de David, travaillant au greffe du tribunal de la ville, se fait aider à la maison par Marie Little Soldier, une jeune indienne d’une vingtaine d’années,de la tribu des Sioux Hunkpapa, qui loge avec eux. Marie est adorable. Elle est joyeuse, éloquente et très énergique. Elle s’occupe des tâches ménagères, de la cuisine mais aussi elle reste très disponible pour David. Camarade et complice, elle aime lui raconter des histoires et plaisanter avec lui. L’affection entre les deux est fervente et sincère.
« Je l’aimais parce qu’elle me parlait, parce qu’elle me prêtait attention. Parce qu’elle était plus vieille que moi, mais pas trop. Parce qu’elle n’était pas insipide et conformiste comme tous les adultes que je connaissais. Parce qu’elle m’attirait, même si mon amour pour elle restait chaste, comme c’est souvent le cas à cet âge-là. »

Un jour, David s’aperçoit que Marie est restée toute la matinée dans sa chambre. Essayant par le trou de la serrure de l’entrevoir, il distingue la forme de son corps sur le lit. Aussitôt, il avertit sa mère qui va se rendre compte de l’état de santé de la jeune fille.
Marie a de la fièvre, elle tousse beaucoup et cela n’a pas l’air d’être un simple rhume. La seule chose à faire et d’appeler le médecin. A cette idée, Marie rentre dans un délire et s’énerve, priant et suppliant de ne pas contacter le docteur Hayden. Mais la décision est prise. Elle risque de souffrir d’une pneumonie…
 » – Il y a chez nous une jeune fille indienne qui est malade, Franck. Gail voudrait savoir si tu peux passer. Il y a autre chose, Franck, cette fille n’a pas envie de te voir. Elle affirme qu’elle n’a pas besoin de docteur… Je suppose qu’elle n’en a jamais vu et qu’elle a toujours été soignée par le guérisseur de sa tribu.
Je ne me rendais pas compte si mon père était sérieux ou s’il plaisantait.
Il raccrocha.
– Franck dit qu’il fera peut-être une petite danse autour du lit et que, si ça ne donne rien, il ira même jusqu’à jouer du tambour… »

Est-ce que Marie serait superstitieuse ? Accorderait-elle plus de confiance à un guérisseur indien qu’à un médecin blanc ? Serait-elle trop pudique ? Autant de questions qui laissent David et ses parents surpris et perplexes.
Mais peu de temps après la réponse viendra, dans un refoulement nauséabond de honte,  d’injustice, de discrimination, d’abus et de cruauté … Elle causera des dommages irréversibles et hantera les âmes de la famille. David, en cette fin d’été, verra l’unité familiale éclater et toutes ses illusions enfouies sous les décombres de l’innocence.

Un très bon roman. Sur la quatrième de couverture, une critique dit :
« Montana 1948 est un brillant exemple d’une œuvre littéraire qui montre comment une vérité qui dérange est préférable à un mensonge qui rassure. On lit ce livre avec autant d’avidité qu’un roman policier, mais quand on l’a terminé, on se retrouve plus riche de choses essentielles. » David Huddle, président du National Fiction Prize.

 

A travers les yeux de David, nous voyons une région sauvage, âpre. Les hommes ont essayé de la domestiquer, mais ce sont leurs cœurs qui se sont endurcis. En toute impunité, certains se sont octroyés des petits royaumes. Un zeste d’éducation, une pincée d’autorité, beaucoup de charisme et de despotisme, ils deviennent des dominants et parfois des prédateurs. Il y a les faibles et les forts, une race supérieure et une ethnie, une engeance inférieure. De père en fils, ils transmettent leur emprise. Il faut du courage et une conscience pour se dresser contre cette ascendance et se mettre au service des minorités. Même si la raison est biaisée… Dans cette histoire, ce n’est pas qu’une lutte contre le racisme, mais un combat pour la justice.
Un très bon western.

.


Billet chez Scor13, Yspaddaden,
.
.
.
.

3 réflexions au sujet de « Montana 1948 »

  1. Commentaires
    J’ai vraiment beaucoup aimé ce livre : essentiel, très fort en quelque page, un vrai choc.
    Commentaire n°1 posté par Ys le 12/05/2011 à 09h07

    Bonjour Ys, ce roman a été vite lu. Le style est fluide et l’histoire prenante. J’ai aimé aussi. A bientôt…
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 12/05/2011 à 09h18
    j’aime les histoires qui se situent dans le Montana ou dans les états proches… Il émane de ton billet une forte nostalgie et une amertume aussi qui me plaît bien !! (Elle était enceinte du père l’indienne ??…et elle a fait une fausse couche ??..bon ça va je m’en vais !!^^)
    Commentaire n°2 posté par Asphodèle le 12/05/2011 à 09h52

    Bonjour Asphodèle, Si tu veux connaître l’histoire, tu peux en faire la demande à Scor13. C’est un livre voyageur. Un livre qui peut se lire très rapidement. Il a 210 pages mais les caractères d’imprimerie sont gros. C’est très bien écrit. Bonne journée…
    Scor13 : http://uneanneeetplusdelivres.over-blog.com
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 12/05/2011 à 10h22
    Je l’ai repéré et il me tente. Un roman qui semble fort !
    Commentaire n°3 posté par Manu le 12/05/2011 à 11h23

    Oui… Dès les premières pages on s’attend à une révélation coup de poing. C’est un livre voyageur, alors si tu le désires…
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 12/05/2011 à 12h01
    très beau ton billet. On comprend beaucoup de choses en lisant le préquelle (même si je suis à la ramasse question lecture….).

    pour celles qui le souhaitent n’hésitez pas à vous inscrire car pour l’instant il n’y a plus qu’une lectrice, après il reviendra chez moi et ne repartira pas. C’est donc le moment de le faire.
    Commentaire n°4 posté par scor13 le 12/05/2011 à 19h07

    Je viens de préciser que tu le tenais à la disposition de celles qui le désiraient.
    Tu vas mieux ? Ta nuit a été réparatrice ?
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 12/05/2011 à 19h47
    Coucou

    j’ai effectivement bien dormi mais je ne suis pas en meilleur état qu’hier. Je me demande même si c’est raisonnable d’aller travailler demain. On verra comment je me sens demain. Mais je me sens toujours coupable de ne pas aller bosser dès lors que je ne suis pas alitée avec à de fièvre. D’un autre côté filer des microbes à des petits ce n’est vraiment pas top…
    Commentaire n°5 posté par scor13 le 12/05/2011 à 19h52

    C’est vrai. Bon demain c’est vendredi et après deux jour pour souffler ! sauf si tu travailles le samedi matin…
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 12/05/2011 à 20h28
    Coucou Syl
    Très beau billet, qui fait écho à ce que j’avais ressenti en le lisant il y a plus de dix ans.
    Commentaire n°6 posté par Sharon le 12/05/2011 à 21h22

    Bonsoir, je te remercie. C’est un petit livre marquant. Biz.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 12/05/2011 à 21h31
    je vais aller voir cela…
    Commentaire n°7 posté par Lystig le 13/05/2011 à 14h59

    Pour le livre voyageur ? Tu fais bien car une fois retourné chez Scor13, il y restera ! Il faut donc profiter qu’il soit en villégiature et en pérégrination…
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 13/05/2011 à 15h23
    C’est le genre de roman qui est vraiment susceptible de me plaire. Je suis partante pour qu’il voyage jusqu’à mon chez moi.
    Je vois directement avec Scor13
    Commentaire n°8 posté par somaja.over-blog.com le 13/05/2011 à 15h50

    Oui, j’ai déjà expédié le livre à quelqu’un d’autre. Ca va te plaire…
    Je te souhaite deux belles journées ensoleillées à venir.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 13/05/2011 à 16h02
    J’étais sûre de t’avoir laissé un commentaire… Mais pas de trâce… Donc je disais donc que je suis très très tentée par cette lecture (déjà dans ma LAL) et je pense que je finirais par le lire forcément !
    Commentaire n°9 posté par l’or des chambres le 14/05/2011 à 22h07

    Si tu désires le recevoir en livre voyageur, il circule en ce moment… Bon dimanche !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 15/05/2011 à 13h45

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s