Le puzzle de chair

51MERGAEM6L._SL500_AA300_Le puzzle de chair
Serge Brussolo

.

Sur la planète Fangh, la grande danseuse étoile Léonora menace de ne pas assurer la représentation sur scène dans la soirée. Un maniaque-fétichiste lui a dérobé ses chaussons de danse. Invectivant avec cruauté son habilleuse Elsy, le petit commis chausseur et le directeur de l’Opéra, elle réclame sur le champ une paire de Schroeder-Mac Faren…
« – Des souliers coupés dans une étoffe spéciale, tissée avec les fibres constituant la toile de la grande araignée rouge ghanienne. »
Dans son complet trois pièces, le zélé fonctionnaire sue d’inquiétude. De hauts dignitaires de diverses galaxies et des notables Fanghs viendront spécialement voir Léonora. Se tournant vers Elsy, il lui demande avec hargne de trouver une solution. Contrainte, la jeune fille doit supporter la responsabilité avec stoïcisme et met tout en œuvre pour donner satisfaction. Après plusieurs recherches qui n’aboutissent à rien et à bout de ressource, Elsy est désespérée et envisage le suicide ; les sangsues de Falmer sont très voraces et dessèchent le corps en moins de deux heures. Quand elle reçoit un appel du voleur… Pris de pitié, il lui ramènera les chaussons avant le lever de rideau.
Léonora face à son public émerveillé, enchaîne des figures qu’elle seule peut exécuter. Dans un saut, elle tournoie très haut en apesanteur et au moment d’amorcer sa descente, une explosion retentit. Léonora retombe en sang sur la scène, il ne lui reste que des moignons à la place des pieds. Ses chaussons étaient piégés.
Un chaos, des cris, l’épouvante, les gens se piétinent et fuient vers les portes des sorties, une brigade d’intervention anti-attentat s’empare des lieux et met en joue toutes les personnes sur les lieux.
Au même moment… En salle d’opération, un brillant chirurgien voit éclater ses mains. Dans les entrailles du patient qu’il devait opérer, une mini-bombe était placée.
Sur une scène, un trompettiste de renommée intergalactique se fait dévorer la bouche par un acide qui était situé dans le bec de son instrument.
Dans le Musée d’Art Moderne, une bande de garçons à moto saccage des œuvres avec du napalm, des chevrotines et des grenades. Les kamikazes, après avoir tout détruit, écrivent un « V » sur le parvis marbré de la place et avalent une pilule de cyanure.
Durant la nuit, neuf attentats sont commis et revendiqués par un groupuscule. « La révolte des Vandales » lutte contre tout ce qui est glorifié, vénéré et admiré.

Elsy se retrouve suspecte et est interrogée par l’inspecteur Cazhel, chef de la brigade de l’anti-terrorisme.
« – C’est toi l’habilleuse ? siffla-t-il. Le directeur de l’Opéra vient de me raconter l’histoire des chaussons… Un peu dingue, non ? On les vole, on les ramène. Pas très fixé, ce cambrioleur. D’ailleurs personne ne l’a vu à part toi… un bonbon ? Un bonbon ? se contenta-t-il de répéter sur un ton menaçant.
Incapable de se maîtriser, elle glissa deux doigts dans l’emballage, enfonçant le pouce et l’index dans un grouillement de pattes minuscules. Elle ferma les yeux, refusant de voir ce qu’elle ramenait et déposa sur sa langue une petite chose fourmillante qui se mit à courir vers le fond de sa gorge. Elle eut un haut-le-corps, s’étouffa et réalisa qu’elle avait avalé l’insecte vivant. Une sueur glacée nappa son front.
– Et gourmande avec ça ! ricana l’officier… On dit : « Merci, monsieur »…
Elsy balbutia une vague formule de politesse. Il lui semblait percevoir le trottinement du coléoptère le long de son oesophage. »
Appréhendée, soupçonnée, Elsy est aussi licenciée. Dans une succession de faits irrationnels, de menaces et d’incriminations, elle se retrouve fugitive. Elle devra se débrouiller seule et fuir, se cacher… jusqu’au jour où un petit homme râblais sort d’une Cadillac rose et lui offre son aide. Belle aubaine ou malheur ?

J’aime beaucoup les romans de Brussolo. Il a un univers bien particulier, qu’il soit historique ou futuriste, avec une imagination débordante. A chaque histoire, j’imagine l’écrivain, un petit sourire carnassier et goguenard, qui écrit et qui surenchérit dans l’horreur, avec des situations cocasses, abracadabrantes et très « attractives » pour le lecteur. On tourne les pages et on se demande toujours « Que vais-je découvrir maintenant ? ».
« Le puzzle de chair » est une bonne lecture d’anticipation, mais si je devais conseiller un livre de cet auteur, je vous louerais « Hurlemort ». J’ai découvert son écriture avec ce livre et depuis… je suis une lectrice assez fidèle, préférant quand même ses livres qui parlent de chevaliers, de pyramides, de vikings, de centurions… que ses livres intergalactiques et cybernétiques…
Un auteur à découvrir !

.
picasso-pablo-frau-mit-buch-1222342177
Peinture de Picasso
.
.
.
.
.

3 réflexions au sujet de « Le puzzle de chair »

  1. Commentaires
    je n’ai lu que deux Brussolo, et j’avais bien aimé, j’en relirai certainement.
    Commentaire n°1 posté par Lilibook le 14/04/2011 à 13h14

    Bonjour, Si tu dois en lire, fait-moi signe pour savoir si on se fait une lecture commune… A bientôt. PS : J’ai noté ton dernier livre.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 14/04/2011 à 14h41
    Je ne connais de Brussolo que la littérature jeunesse, constamment inventive, du point de vue de l’intrigue et du langage.
    Commentaire n°2 posté par Sharon le 14/04/2011 à 20h48

    Je n’ai jamais lu ses livres jeunesse. Il faudra que je le fasse un jour, pour voir s’il est aussi inventif que pour les adultes… Je pense que tu aimerais ses thrillers historiques.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 14/04/2011 à 22h11
    Il n’a pas l’air mal celui-là, je note ce titre ainsi qu’Hurlemort qui pourrait également me plaire.
    Commentaire n°3 posté par Adalana le 15/04/2011 à 00h20

    Et si tu aimes, j’ai une liste de titres à te proposer… Biz
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 15/04/2011 à 07h23
    Mais j’en ai lu plein de lui mais pas du tou dans ce style, ils sont dans une bibliothèque chez ma meilleure amie donc je n’ai pas tous les titres en tête mais il me semble me souvenir de La main froide et Les gens de Misar, entre autres, va falloir que je liste ceux qui sont chez elle, il y en a que je n’ai pas lus….
    Commentaire n°4 posté par Asphodèle le 15/04/2011 à 12h06

    Ce que j’aime chez Brussolo, ce sont ses historiques.
    Pélerins des ténèbres, La Captive de l’hiver, Le château des poisons, La princesse noire, et tous les autres…
    C’est assez dégoûtant quand même !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 15/04/2011 à 17h03
    la dernière fois que j’ai lu S Brussolo, c’était… au siècle dernier !!!!!!!
    Commentaire n°5 posté par Lystig le 15/04/2011 à 22h28

    Si vieille que ça ! Tu n’écris pas si tu avais aimé… A++ Listyg !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 16/04/2011 à 09h36
    j’avais aimé !
    Commentaire n°6 posté par Lystig le 16/04/2011 à 09h52

    On vient de me conseiller de lire « La main froide ». Il paraît que c’est un de ses meilleurs. On va voir alors !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 16/04/2011 à 10h41

  2. Cet auteur est formidable. Je dois dire que j’ai une grosse préférence pour ses romans se déroulant à l’époque médiévale. En tout cas il sait tenir le lecteur en suspens et c’est difficile de décrocher lorsqu’on lit un de ses livres!

    • Tu me fais songer qu’il y a longtemps que je ne l’ai pas lu ! J’ai dévoré tous ses livres un été. On peut dire que j’ai passé des vacances avec Brussolo !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s