L’amant ténébreux, Tome I

ATTENTION !!! Billet comportant des crudités assaisonnées.

Comment résister à tant d’enthousiasme de la part de Miss Cécile pour ce livre et pour le personnage de Kolher ? C’est tout un poème… Elle et lui… Il a fallu que je le lise.

9780749938185La confrérie de la dague noire
L’amant ténébreux Tome 1 (Plusieurs tomes, un régal !)
J.R. Ward

.
Cette fois-ci, je place la quatrième de couverture :

« Une guerre fait rage à l’insu des humains. Six vampires protègent leur espèce contre la Société des éradiqueurs. Ces guerriers sont regroupés au sein de la mystérieuse Confrérie de la dague noire. A sa tête, Kolher, leader charismatique et implacable… L’un de ses plus fidèles guerriers est assassiné, laissant derrière lui sa fille, une magnifique jeune femme, une sang-mêlé qui ignore tout de son destin. Et c’est à Kolher qu’il incombe de faire découvrir à Beth le monde mystérieux qui sera désormais le sien…« 

Pour la première fois de ma vie, j’ai coloré un livre ; ses 571 pages, passées au jaune fluo du stabilo. S’attarder sur des mots, des phrases, des situations… fut un grand plaisir ! Vous l’avez lu ? vous me comprenez !

Donc, en résumé, car je ne voudrais pas rabâcher ce que les copines ont déjà dit, avec brio, exaltation et transe…, je préfère vous relevez des petits bouts du livre.

« – Ouais, je vais le faire.
– T’es dingue, D.
– Tu le savais déjà !
– C’est tordu. »
Alors là, nous avons la première page stabilosée extraite d’un livre lobotomisé. Deux grands costauds, de cuir vêtus, aux doux noms de Audazs et Tohrment qui parlent d’un troisième luron, un grand super méchant : Kolher (le héros de ce billet).
Récapitulons… Trois noms pour notre confrérie : audace, tourment et colère.
Auxquels s’ajouteront, sadique, vice, rage et furie… Zadiste, Viszs, Rhage et Fhurie.

Tournons la page,
« -Tu sais ce qu’il pense des humains. Mon arrière-arrière-grand-mère en était une, et je la ramène pas devant lui. Il est aussi tendre qu’un fusil à canon scié, et cette première fois peut-être assez hard…. Merde, le voilà. Le prends pas mal, mon frère, mais j’aime autant me tirer. Je tiens pas à assister à la conversation.
Audazs observa la marée humaine s’ouvrir pour laisser passer une silhouette sombre et imposante qui dominait la foule de toute sa hauteur. La fuite constituait un bon réflexe de survie. Kolher avançait, deux mètres dix de terreur pure vêtus de cuir. Ses longs cheveux noirs tombaient en cascade d’une implantation en V sur le front. Des lunettes de soleil panoramiques cachaient ses yeux que nul n’avait jamais vus. Ses épaules étaient deux fois plus massives que celles de la plupart des hommes. Avec son visage aux traits racés et brutaux, il avait tout du roi qu’il était par naissance et du soldat qu’il était devenu par la force du destin. La violence qui émanait de lui constituait une putain de carte de visite. »
C’est bôôôôôô !!! Vous voyez l’énergumène ? Imposant, n’est-ce pas ? Quant à l’écriture, vous avez un petit aperçu du style. Aucune négation correcte et beaucoup de gros mots… mais ce n’est pas tout… dévoilons d’autres parties…

« – Kolher se dirigea vers l’armoire et examina sa garde-robe. Il en sortit une chemise noire à manches longues, un pantalon en cuir et – bordel – qu’est-ce-que c’était que ça ? Non, ça, jamais. Il n’allait pas portait ces slips ringards. Plutôt se passer de sous-vêtements que de se faire chopper avec ça sur le cul. » (oui-oui-oui)
Le monsieur en question a une garde-robe. Pas un dressing, non une garde-robe… Ca ne fait pas un peu fillette Monsieur Kolher ? (((J’ose le bousculer !))). Mais le meilleur de ces quelques phrases, nous allons retenir… les slips ? Pas pour lui. Il ne met que des boxers XXL. Prétentieux ? Nooon, il est bien charpenté l’homme ! Et il va se balader avec rien sous le cuir… Oui, vérification faite dans les pages suivantes…

« … et ramassa le pantalon qu’il avait porté. Tandis qu’il remontait son pantalon en cuir, elle eut une vue imprenable sur son cul. »
Sauf s’il enlève son pantalon en même temps que son caleçon (le tout imbriqué comme mes fils trop fainéants et pas soucieux de leur pauvre mère), il n’y a pas de slip. Et son postérieur ? Une des merveilles du monde ? L’image vous plaît ? Moi aussi ! Bon, cette scène est l’apothéose de tout un prélude, une introduction (Alors là, fougueuse et sans tralala !) entre lui et Beth, la jeune fille qu’il devra initier (dans tous les sens de ce terme). Je vous passe les chuintements (notre ange des ténèbres arrive à chuinter avec virilité), les reniflements (très bon odorat et raffole de la pêche musquée), et des « Ouais. T’es très belle. Putain de merde. Vas-y ! » de sa part, et des « Embrasse-moi. Caresse-moi. Ne t’arrête pas. Touche-moi. » de la miss très directive. Comme Cécile le précise, c’est de la grande littérature, de la poésie, un lyrisme débridé.

Continuons… « Ouais génial ! » (N’ayez crainte, nous n’allons pas faire les 571 pages)
« – Cette blessure est juste moche. C’est quand on doit se servir du gros intestin comme garrot qu’on sait que sait du sérieux. »
Trop emblématique de leur capacité à endurer la douleur pour ne pas noter cette hyperbole.

Et leur première dispute d’amoureux, faut vous la raconter, elle se passe à table :
« – Tu sais quoi ? J’ai pas du tout envie d’être avec toi là maintenant.
– Alors pourquoi t’es venue ?
– Parce que tu m’as invitée !
– Crois-moi, je peux supporter un refus. Assieds-toi.
– Me dis pas ce que je dois faire.
– Je reprends : assieds-toi et boucle-la.
– Espèce de connard arrogant ! »
Et ça continue, jusqu’à ce que Fritz, le majordome, arrive avec la suite des plats. Et puis ça reprend… jusqu’ à :
« – Ah, merde. C’est con, hein ? »
Et je réponds à la question, oui, mon gros nounours, tu as des choses bien plus intéressantes à faire surtout qu’au dessert vous avez des fraises. Avec sa pêche, ta banane, cela fera une belle salade de fruit.
« – Viens avec moi. » Qui moi ? Ah ! elle ! (Ouf !)
« – Ce soir, on va prendre notre temps. » (Il était temps de prendre ton temps !)
Après, c’est classé top secret… je peux vous susurrer doucettement qu’il y a des mots comme « pêche, crispation, Ouais, ouais, c’est ça, dentelle, Hmm, j’avale, chair, sucrée, chatouillement, gémissements… » Bon appétit !

On s’arrête là ? Si vous désirez connaître la suite, car ceci est une esquisse des premières pages, vous savez ce qui vous reste à faire… Munissez vous d’un stabilo !

Non ! j’ai autre chose à dire, pour sa défense… Il est très très sensible…
« – Kolher, répète après moi : oui Beth, je comprends et j’ai confiance en la sincérité de tes sentiments pour moi. Allez répète après moi. Maintenant !
– Oui
– Oui, quoi ?
– Oui, Beth… Je le veux.
– Quoi ?
– Que tu restes avec moi.
– C’est vrai ?
– Ouais. »
Toujours dubitatives ? Il faut donc déballer l’artillerie lourde…
« Beth. Il ouvrit les yeux. Mais il voulait la toucher. En avait besoin. De sa main libre, il essaya de l’atteindre. Il recommença, déterminé à bouger son bras, le glissant sur la couverture centimètre par centimètre. Il ne savait pas combien de temps il lui fallut. Des heures peut-être. Enfin, il parvint à toucher une boucle de ses cheveux. La douceur soyeuse était miraculeuse. Il était en vie et elle aussi. Kolher éclata en sanglots. »
Stop ! Je pleure aussi !

Chère Cécile, je conçois ta petite fixation sur Monsieur Ouais-Ouais 2m10 (si ça se trouve il est cousin avec Oui-Oui et surtout si vous désirez rester en vie, ne pas le confondre avec Ouin-Ouin de De Caunes). J’avoue que ce genre de rencontre n’est pas classique. Mes lectures coutumières n’ont pas cette petite folie. Et tu sais quoi ? Je ne regrette pas. Je me suis bien amusée ! Toutefois, je ne pense pas lire la suite. Je compte sur Vilvirt et les autres pour connaître les déboires des autres frères.
 
Avis : On me dit de source sûre, que le deuxième tome est bien meilleur. Je vais le goûter bientôt ! J’ai confiance en mes sœurs de la confrérie. Miss V. and B.

Des billets chez Cécile, Vilvirt, Bladelor, Sandy, Lily, Stéphanie, Mariine, Azilys,

.
hosoe-01.
Eradication de la variole – Estampe de Shungyô – 1892
.
.
.
.


Une réflexion au sujet de « L’amant ténébreux, Tome I »

  1. Commentaires
    Ah ! Ah ! C’est dommage parce qu’autant celui-ci est tout moche et tout nul du début à la fin, autant les suivants font preuve d’un style nettement moins bâclé, et d’une touche de romantisme bienvenue ! Allez, c’est décidé, je vais essayer de faire un billet là-dessus très vite !
    Commentaire n°1 posté par vilvirt le 19/02/2011 à 14h13

    Je vais me laisser tenter ? J’attends ta critique. J’ai bien aimé vous imaginer avec ce livre ! Je devenais vite schysophrène, je me parlais, je vous parlais (toi, Cécile…) et je houspillais les personnages du bouquin.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 19/02/2011 à 14h19
    Mais pourquoi tante de haine ? Je l’aime, moi, Kohler ! :o)
    Commentaire n°2 posté par bladelor le 19/02/2011 à 16h07

    Bladelor, je ne veux pas te peiner. C’est vrai qu’il est mignon et attachant. Mais il aurait mérité un autre auteur ou un autre traducteur. Et puis, je vais lire le second volume. J’ai lu ton billet et Vilvirt en dit du bien. Alors tu vois ! je ne suis pas si méchante que ça.
    Je t’embrasse et vive Kolher (profitons que Cécile soit dans les nuages ou sur le dos d’un cheval)… Tu vas mieux ?
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 19/02/2011 à 16h23
    Toujours cette fichue tendinite… J’ai démarré la kiné…
    Il est certain qu’à partir du tome deux l’écriture est bien meilleure, sans doute est-ce dû à la traduction en partie. Pour ma part c’est le 3 que j’ai préféré jusqu’à présent !
    Là je viens de recevoir le 5. Mais je conçois et reconnais volontiers que c’est une série dispensable.
    Commentaire n°3 posté par bladelor le 19/02/2011 à 16h28

    Je vais lire la suite. Certainement. Car j’ai aimé comme toi Z. et aussi Rhage. C’est une série très divertissante lorsqu’on la lit à un degré spirituel hautement transcendant. Il ne faut tout simplement pas s’arrêter aux détails grammaticaux et verbaux. En tous les cas, le livre a eu le mérite de me tenir éveillée jusqu’à minuit passé. Il y aura donc 50 pages a classer dans mon challenge de Liyah.
    J’espère que ta tendinite s’arrangera. j’en ai une qui va fêter ses trois ans ! Epaule gauche de misère…
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 19/02/2011 à 16h35
    Ton billet m’a beaucoup fait rire. J’adore ton analyse du style de l’auteur (à moins que ce ne soit celui du traducteur, après tout, on a parfois des surprises avec les traductions).
    Je ne me laisserai pas tenter par ce livre, ma PAL est bien trop chargée.
    Commentaire n°4 posté par Sharon le 19/02/2011 à 19h55

    Oui… mais ! Tu peux trouver des amants ténébreux dans d’autres lectures, mais jamais comme celui-ci… Bisous
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 20/02/2011 à 09h31
    hehe! Trop bons tous ces extraits!
    Et tu remets ca avec le 2?
    Tu as toute mon admiration. Si si.
    Commentaire n°5 posté par Cess le 21/02/2011 à 00h45

    Tu t’y colleras aussi peut-être… suite à mon billet enthousiaste.
    Si j’avais su que tu allais nous surveiller de ton Argentine lointaine, j’aurais écrit plus de louanges pour t’asticoter ! Bisous
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 21/02/2011 à 09h34
    je vais parti des accro de la « confrérie de la dague noire » car effectivement la suite est meilleur, et le traducteur n’est plus le même.
    Mais c’est vrai que ces extraits sont excellent !!! les autres tome aussi contiennent des morceaux de choix et quelques citations truculentes mais cela fait souvent rire !!
    Globalement la série s’améliore vraiment, le dernier volume n’a plus rien à voir avec Kholer !! Allez, bonne lecture et merci encore ! ^^
    Commentaire n°6 posté par Azilys le 23/02/2011 à 12h21

    Mais qu’ils sont idiots d’avoir mis un traducteur aussi chon !!! Je vais continuer jusqu’à Zhadiste. Vilvirt vient de chroniquer deux volumes et elle te rejoint sur tes critiques… Tchin-tchin ! Aux prochains alors !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 23/02/2011 à 12h24
    je viens d’aller voir, et son billet est assez (très) représentatif de ce que tu y trouveras .
    Tchi! aux prochains !
    Commentaire n°7 posté par Azilys le 23/02/2011 à 12h39

    Miam-miam ! Si ça se trouve, je vais les lire avant le déluge… Je te tiendrai au courant.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 23/02/2011 à 13h24
    J’en ai lu des extraits dans l’avion, dans le bouquin de Stéphanie. Je pense que je vais en rire un coup. Parce que oui, je vais le lire. Mais en anglais. Bizarrement, « ass » me dérange beaucoup moins que « cul », lorsque prononcé à répétition!
    Commentaire n°8 posté par Karine:) le 02/03/2011 à 19h30

    Ouais ! c’est ça ! ouais !
    Bonne lecture Karine !!!
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 02/03/2011 à 23h00
    Je l’ai lu en anglais et ça ne donne pas du tout ça au niveau du style, que je note surtout c’est un problème de traduction. Quant aux problèmes de négations personnellement ça ne me choque pas parce que c’est du langage parlé. Et quand on parle la plupart du temps on mange la moitié des négations;o) En revanche, l’intrigue ne m’a pas suffisamment intéressée pour que je continue la série, j’irai lire ton article sur les tomes suivants plus tard;o)
    Commentaire n°9 posté par Virginie le 06/06/2011 à 01h10

    Bonjour ! C’est sympa de passer par là ! Surtout que tu as d’autres préoccupations…
    Cette série n’est vraiment pas la best, mais ce premier tome m’a bien divertie. Pour la suite, j’ai écouté Bladelor et Vilvirt et elles ont raison de dire que l’écriture ou la traduction est bien meilleure. Merdum Virginie pour demain !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 06/06/2011 à 08h02
    Merci;o) je repasserai tout bientôt ne t’inquiète pas;o)
    Commentaire n°10 posté par Virginie le 06/06/2011 à 18h41

    A++ Virginie !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 06/06/2011 à 22h35

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s