Azilis, L’épée de la liberté – Tome I

    azilisT1VG Azilis, L’épée de la liberté
Tome I

Valérie Guinot


.
Il fut un temps, où les légendes prenaient corps. Sur des airs de luth et de harpe, des bardes aux pouvoirs druidiques racontaient des histoires d’amour, de batailles, de courage, de fées, de mages, de princesses et de guerriers.
Les contes pourfendaient le réel et s’incrustaient dans les mémoires comme un vécu, un passé que chacun s’octroyait et qui s’enracinait dans l’héritage laissé par les anciens.

On nous relate alors, l’histoire d’Azilis, une jeune fille éprise de liberté, face à une destinée dont l’épopée se teinte de magie et d’héroïsme.

Nous sommes en Gaule, en 477. Fière, indomptée, fougueuse, Azilis, fille de la deuxième union d’un riche romain, Appius Sennius, fuit les convenances et les devoirs qui sont l’office d’une fille de bonne famille. Sur son cheval, suivie de Kian, son esclave, son escorte, elle jouit de l’autonomie et l’émancipation que lui accorde son père avec beaucoup d’amour.
A la mort de sa mère, une celte, Azilis puise sa force et son réconfort chez Rhiannon, une guérisseuse. Avec elle, elle apprend les vertus des plantes, à préparer des filtres et des potions et à soigner. L’élève est douée et l’étrange femme commence une initiation qui frôle l’occultisme.

La vie à la villa n’est pas des plus paisibles. Son père se laisse dépérir par désespoir et son demi-frère, l’aîné, fruit du premier mariage, s’arroge le droit de pouvoir. Azilis se sent seule, ses autres frères qu’elle aime tant, sont partis ; l’un à la guerre, l’autre, son jumeau, dans un monastère. Elle n’a que Kian, son compagnon de chevauchée, son garde du corps, mais aussi un confident. Il l’écoute, parfois la console, mais toujours avec la réserve de sa condition.
« Les esclaves en savent toujours plus sur leurs maîtres que les maîtres sur leurs esclaves. »

Un soir, un vagabond erre devant l’enceinte close du domaine et demande à entrer. Sous ses hardes, il a une prestance de prince, porte en bandoulière une épée digne d’un roi et une harpe. Azilis le reconnaît immédiatement… « Aneurin ! »
Son cousin, de la famille de sa mère, revient après cinq ans d’absence. Son escapade qui avait pour dessein la fuite d’un passé macabre, le ramène épuisé mais illuminé d’une épreuve à accomplir.
Aneurin, obnubilé par sa tâche, veut remettre son épée, lourde d’un charme invincible, au roi des bretons et combattre les saxons sur la terre de Grande-Bretagne.
Les sentiments d’Azilis pour lui ne sont pas fraternels, mais amoureux. Aneurin est un barde à la voix douce et envoûtante. Il est son prince.

C’est alors que Appius décède. Le chaos chamboule les existences. Marcus, le frère, est maître de toutes vies et par vengeance et cruauté, décide d’imposer sa loi. Azilis devra se marier avec Lucius, un noble vil et abject. Aneurin doit quitter impérativement le domaine sans l’argent promit par Appius pour son voyage.

Pour Azilis, il n’y a pas d’atermoiement. Son idée se renforce ; elle a vécu libre et sans entrave et elle cheminera vers son futur, ainsi.
Avec la bénédiction de Rhiannon et le soutien de Kian, elle décide de se sauver et de partir à la recherche d’Aneurin qui les précède d’une journée.

Commence l’histoire d’une légende,
« Il y a ce qui se voit, il y a ce qui ne se voit pas, mais l’invisible est. »

J’ai beaucoup aimé ce premier volume. L’auteure nous conte les prémices d’une fresque arthurienne, faite de chevaliers aux cœurs purs, de mages inquiétants, d’un roi altier, d’amours tourmentés et de batailles épiques. Azilis est une héroïne un peu espiègle au début et parfois peste, elle appartient à une caste dirigeante, mais son humanité et sa gentillesse font d’elle un personnage attachant. Son caractère se forge au long des périples, jusqu’à effleurer une noirceur troublante. Nous voyageons dans un espace historique passionnant, de la Gaule Romaine à l’Ile de Bretagne. Les deux tomes suivants viendront bientôt compléter ce billet. L’impatience me taraude…
.
.
azilis1

Illustration de Stéphanie Hans

Je remercie mes incitatrices Bladelor, Hérisson, Karine, Clarabel, Melle Pointillés, Pimpi, Leiloona, Alwenn, Yue-Yin,
et je pense à Cécile qui a suivi ma lecture à travers quelques messages.
.
.
.
.

 

Une réflexion au sujet de « Azilis, L’épée de la liberté – Tome I »

  1. Commentaires
    une belle lecture alors ! Il faudra bien que je m’y mette, ça commence à faire un moment qu’il patiente dans ma PAL ! ;o)
    Commentaire n°1 posté par sandy le 05/01/2011 à 09h30

    Tu l’as dans ta PAL ? Plonge de tout coeur dans ce livre… mais attend d’avoir les deux autres ! Je t’embrasse.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 05/01/2011 à 09h54
    Wow, tu rends bien plus hommage à cette série que moi ! Je ne savais même pas comment raconter l’histoire ! toi tu donnes vraiment envie de la découvrir…
    Tu vas enchaîner sur les tomes suivants ? Ton libraire les avait ?
    Et pour Bladelor, non, je suis sûre qu’on peut encore l’embêter avec d’autres séries mais je pense que jamais elle nous revelera la fin des livres!
    Tiens-moi au courant quand tu te mettras à la suite de cette série ! 🙂
    Bonne journée !
    Commentaire n°2 posté par Cécile le 05/01/2011 à 09h42

    Cécile, hier j’ai été coincée à la maison par deux souffreuteux. Les garçons avaient une gastro. Aujourd’hui, je réponds à ton message et je file à la librairie… Donc, j’entame ma lecture ce soir. Pour ton billet, ton humour ravageur donne de la force à ta critique. Il décidera des petites curieuses à se pencher sur l’histoire, plus que le mien, plus banal !
    Allez, j’y vais…
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 05/01/2011 à 09h59
    je me marre ! Vous avez essayer de tirer les vers du nez de Bladelor !? C’était bien tenté mais je pense qu’elle ne lachera rien ! ;o)
    Commentaire n°3 posté par sandy le 05/01/2011 à 10h02

    Elle est insensible à l’agonie des autres ! Mais, le plaisir du titillement est extrême !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 05/01/2011 à 13h31
    j’ai bien ri à ta précision concernant la beauté d’un des personnages, je retrouve là ton âme de romantique !
    Commentaire n°4 posté par George le 05/01/2011 à 10h06

    Coucou, Ravie de t’avoir ! Surtout que j’ai parlé de toi à table hier et il faut que l’on investisse dans des détecteurs de fumée.
    Concernant Kian, j’avais oublié de préciser la chose ! et il manquait un petit truc à mon commentaire. Parce que si j’ai aimé autant cette lecture, c’est en grande partie grâce à Kian ! Va voir le billet de Cécile et tu comprendras ! Elle déteste Azilis car elle est jalouse ! elle a succombé au charme du bel esclave… Bisous.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 05/01/2011 à 13h35
    Ton billet est magnifique et tu rends justice à ce superbe livre !
    Commentaire n°5 posté par bladelor le 05/01/2011 à 10h28

    Ca me fait plaisir. Beaucoup, beaucoup…
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 05/01/2011 à 13h40
    Et ma binomette chérie à tout-à-fait raison, rien je ne lâcherai !
    Commentaire n°6 posté par bladelor le 05/01/2011 à 10h29

    Ouais, bon, la prochaine fois, je te ferai miroiter des chocolats et autres douceurs, puisque les cris de détresse te laissent indifférente !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 05/01/2011 à 13h43
    Oui Sandy, on a essayé de connaitre la fin mais elle n’a rien voulu lâcher !!!
    Clarabel non plus d’ailleurs. (oui j’ai tout essayé!).
    Et Syl, d’accord avec Bladelor ton avis rend justice à la série. J’ai un peu déchanté en voyant que mon billet avait démotivé certaines personnes à lire le livre ! C’était pas le but…
    Ahhhhhh Bladelor, me pardonneras-tu un jour ?
    Commentaire n°7 posté par Cécile le 05/01/2011 à 11h49

    Des sels, vite des sels… la dame s’est pâmée !
    Mais non, tes lectrices sont enchantées de tes écrits et de tes G.M. Moi j’adore !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 05/01/2011 à 13h46
    Ah oui, ça m’a beaucoup plu, cette série. C’est assumé jeunesse mais ça m’a vraiment accrochée!
    Commentaire n°8 posté par Karine:) le 05/01/2011 à 15h25

    Je suis surprise du contenu car je pensais, à tort, lire un roman pour les 13-14 ans. C’est bien écrit, et on est vite transporté dans l’intrigue.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 05/01/2011 à 17h49
    @Cécile : je ne sais pas si je te pardonnerai un jour, je réfléchis ! 😉

    @Syl : je ne suis pas corruptible, non mais !
    Commentaire n°9 posté par bladelor le 05/01/2011 à 15h42

    Mouais ! Nous sommes dans le monde des légendes… c’est peut-être une façade !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 05/01/2011 à 17h52
    Bonjour ! Je viens de voir votre commentaire sur le site « lectures de lili » et je l’ai beaucoup aime. Vous avez tire deux bien jolies resolutions pour cette annee qui commence 🙂 Tres bonne annee, faite de belles lectures. Si vous aimez les livres faits de petits recits, alors je vous invite pour une promenade sur mon site http://www.julienlootens.com ou vous trouverez de nombreux extraits de mon premier livre « Metro parisien, petits plaisirs du soir et du matin » A bientot j’espere !
    Commentaire n°10 posté par Julien le 05/01/2011 à 18h36
    J’ai lu vos deux billets, le tien et celui de Cécile, et j’avoue, je ne sais plus si je vais lire (un jour) cette série ou non.
    D’un autre côté, vu la hauteur de ma PAL, ce n’est pas une urgence.
    Commentaire n°11 posté par Sharon le 06/01/2011 à 01h18

    Bonjour Sharon, Il faudra qu’un jour tu la lises et puis tu la conseilleras peut-être à tes adolescents. Elle a le petit plus qui fait aimer la lecture (pour les petits jeunes réfractaires aux livres !). Bises.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 06/01/2011 à 07h34
    @Bladelor, mais si ça nous fait plaisir, à nous, de connaitre la fin ?? 🙂
    Oh dis moi ce que je peux faire pour me faire pardonner ? L’aimer dans le tome 2 ?! T’offrir Soullness (ou je sais plus le nom et j’ai la flemme de chercher mais tu vois de quoi je parle) ? Te révéler la fin de VA ou de Barrons ? (ok ça va je plaisante) ? Te faire un logo « je ne revelerai pas la fin à Cess et Syl car je ne suis pas corruptible » ? Venir chez toi et te couper l’accès à certains blogs afin que tu n’ai plus de tentation pour de nouveaux livres ? … (je peux continuer si tu veux je suis sûre que d’ici une heure ou 2, mieux réveillée, j’aurai plein de nouvelles idées pour me faire pardonner).

    @ Sharon, liiiiis le ! 🙂
    Commentaire n°12 posté par Cécile le 06/01/2011 à 09h34

    Seigneur Dieu Tout Puissant !!! Bladelor va te pardonner à la seconde ! Tu as oublié de dire que tu t’étais agenouillée et même aplatie de tout ton corps sur un carrelage glacial, dans l’intention de lui baiser les orteils… Irrésistible !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 06/01/2011 à 11h42
    Je ne suis pas encore arrivée là 🙂
    Commentaire n°13 posté par Cécile le 06/01/2011 à 11h49

    Bon, pour une prochaine fois !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 06/01/2011 à 12h02
    @Cécile : Pfff, qu’est-ce qu’il ne faut pas inventer!
    Je veux bien révéler la fin d’une histoire si je sais que tu ne la liras pas, car tu abandonnes la série en cours, mais s’il y a une chance que tu la termines, c’est NON ! Une histoire perd fatalement de son charme si on connaît la fin, non ?
    Commentaire n°14 posté par bladelor le 07/01/2011 à 19h12

    Je trouve que tu as entièrement raison, et je me tourne vers Cécile qui opine de la tête. Elle te le dira de vive clavier elle-même lorsqu’elle reviendra de son chalet de montagne. La demoiselle est partie en WE. Bisous Bladelor… à très bientôt… demain ou dimanche ???
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 07/01/2011 à 19h37
    Je viens enfin te répondre! J’ai lu le livre l’été dernier, et je n’ai toujours pas fait le billet! Quand je dis que je ne suis pas le rythme 😉 Je ne fais des billets que sur 1 livre sur 4 ou 5 généralement 😉
    Un jour c’est sûr je vais faire l’article 😉 Contente que tu aies apprécié la dédicace aussi 😉 Et ce thé, comment est il? Je ne l’ai pas goûté mais il semblait « épicé » 🙂
    Commentaire n°15 posté par Herisson08 le 09/01/2011 à 19h12

    Bonsoir ma swappée,
    Le thé est doux et sucré. Lorsque je l’ai goûté pour la première fois, mes parents étaient présents, donc j’en ai fait pour tout le monde… Voyant, son succès, je l’ai vite caché le lendemain ! Et quand ils me l’ont réclamé, je leur ai proposé un autre breuvage. Je suis vilaine ! J’ai lu les Azilis avec cette senteur vanillée aromatisée à l’ananas. Un vrai régal pour les papilles et le coeur car j’ai plus qu’aimé la saga. J’étais plongée sous mon polaire et je chevauchais le vent.
    Alors, j’attendrai la parution de ton article… qui se fera à l’occasion peut-être de ta lecture des deux suivants.
    Je te souhaite une bonne semaine à venir…
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 09/01/2011 à 20h11

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s