L’insomnie des étoiles

.
.
L’insomnie des étoiles

Marc Dugain

.
.
.
1945,
Dans une ferme du Sud de l’Allemagne, Maria est toute seule. Le froid s’installe dans l’automne, la terre est devenue stérile, le sol est gelé. C’est une survivante. Fatiguée, fragile et chétive, elle est aussi courageuse, résistante et puissante.

A la veille de la fin de la guerre, l’Allemagne capitule et éparpille ses soldats vers des fronts vaincus. Des divisions françaises avec leurs alliés annexent les campagnes et les villes.
Un officier et son unité, arrivent dans cette ferme. Ils découvrent une adolescente en haillons, une fille sauvage, encore enfant dans un corps décharné, mais femme dans son regard, dans son aura.
Un adjudant questionne « – Qu’est-ce qu’elle fout là ?… Comment t’appelles-tu ?…
– Maria Richter… Je n’ai pas de raison d’être ailleurs.
–  Bordel ! Qu’elle nous dise où est sa famille !…
– Mes grands-parents sont tous morts avant la guerre. Mon père est sur le front russe…
Maria, soûlée par des mots qu’elle ne comprenait pas, se sentit chanceler un court instant avant de perdre connaissance..Les hommes faisaient un cercle autour d’elle. Elle reconnaissait tous ces visages sauf un, celui d’un homme qui la regardait d’assez loin, en roulant une cigarette. Il levait fréquemment la tête en scrutant le ciel comme s’il y lisait quelque chose de particulier.« 
Le ciel et ses étoiles, le capitaine Louyre les déchiffre, les côtoie, il est astronome.
Puis, des soldats déposent une caisse. Elle contient des os calcinés.
Et les questions fusent à nouveau. L’adjudant reprend l’interrogatoire.
« …- Qui était-ce ?…
– Je ne le connais pas et il n’avait pas de papiers…
– Tu ne sais pas qui est était ce type ? Il est venu mourir ici tout seul probablement, ensuite il s’est fait cuire et, pour finir, il s’est rangé soigneusement dans une caisse. Et, ultime précaution, pour ne pas prendre froid, le désossé s’est recouvert de toutes les saloperies qu’il a trouvé dans la grange… Tu l’as brûlé et tu l’as mangé… »
Le capitaine fixe Maria, les propos de son subalterne le dérangent, l’agacent. Il la comprend, elle pourrait être une âme soeur. Homme blasé et désenchanté, n’ayant plus fois en l’humanité, il va s’obstiner à reconstituer le puzzle. Pour lui et pour Maria, il va enquêter.
Cette investigation le conduira à une maison de repos tenue par le bon docteur Halfinger, un condisciple du docteur Mengele.
L’eugénisme. Le voile se retire et dénude une vérité des plus atroces.
« …- Vous n’imaginez pas ce qu’on découvre… On dit que les Russes sont tombés sur des camps de concentration, avec des monceaux de cadavres. Nous n’avons pas fait une guerre comme les autres, ces gens-là n’étaient pas les ennemis de 14, mais une race de mutants dont on découvre chaque jour un peu plus les horreurs… »
.
.
J’ai aimé ce livre. Il ne laisse pas indifférent. Dès les premières pages, l’angoisse nous étreint et même si nous décelons l’intrigue très rapidement, nous avons l’envie et le besoin de continuer l’histoire. Les personnages sont comme nous l’attendons. Un capitaine, héros malgré lui, impassible, parfois absent, parfois implacable et surtout tenace, une adolescente déjà adulte, déjà vieillie qui survit pour lire les lettres de son père et le retour de celui-ci, un jeune soldat solitaire en quête de tendresse, d’amour, un adjudant bête et discipliné, un colonel fourbu, averti et compatissant et un médecin aux idées fascistes, un être à vomir.

Je dois vous avouer qu’il est un sujet que je n’aime pas aborder ou lire ou voir, c’est celui de la deuxième guerre mondiale. C’est un dégoût palpable qui me rend malade.
.
.

Nébuleuse
.
.
.
.
.
.

3 réflexions au sujet de « L’insomnie des étoiles »

  1. Commentaires
    A sa sortie, les critiques presses n’ont pas été très bonnes mais il semblerait que les lecteurs pensent autrement. J’aime beaucoup cet auteur. Si tu n’as pas lu ‘la chambre des officiers  » je te le conseille ainsi que le film.
    Commentaire n°1 posté par san-tooshy le 08/11/2010 à 14h15

    J’ai vu le film, poignant. Et s’ils n’ont pas aimé le livre, c’est peut-être parce que l’auteur n’a pas développé le rôle de Maria. Le livre aurait mérité plus de pages !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 08/11/2010 à 16h31
    La Seconde Guerre mondiale n’est certes pas un sujet facile, mais il peut donner lieu à des livres forts entre les mains de bons écrivains. Je n’ai jamais lu celui-là, mais il se pourrait que je débute ma découverte par ce titre.
    Commentaire n°2 posté par Ys le 08/11/2010 à 17h56

    Ce livre se lit en moins de trois heures. Je le classe dans les petits livres, facile à lire, bien écrit, accessible. Ne pas s’attendre à un roman très documenté. C’est une errance des âmes, lourdes, lestées de haine et d’horreurs. Si l’auteur avait abordé la guerre plus intimement, je n’aurais pas pu ouvrir le roman. Déjà ce peu m’est insupportable.
    Bonne soirée…
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 08/11/2010 à 19h41
    Quand on lit ton dernier commentaire, on n’a pas l’impression que tu as été totalement convaincue. A moins que tu soit une grande sensible et ce genre de sujet t’es insupportable parce que « absurde »
    Commentaire n°3 posté par san-tooshy le 10/11/2010 à 17h12

    Salut,
    Il n’y a pas de doute, j’ai aimé ce livre. Toutefois, j’aurais préféré qu’il approfondisse le personnage de Maria. Alors oui, ma conclusion peut paraître mitigée. Et comme je l’ai déjà dit lors d’un commentaire, je déteste ce sujet. En lisant ce genre de livre, ne sachant pas où cela va me mener, je préfère me carapoçonner et rester au dehors. Mais si tu as la possibilité de le lire, fais le ! A bientôt.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 10/11/2010 à 18h20
    Oui je comprends ce que tu veux dire. Les romans de Dugain traitent beaucoup de la guerre. La chambre des officiers : la 1ère guerre. Puis deux autres, en plus de celui là, parlent de la seconde guerre. « La malédiction d’Edgar » : la guerre froide et la naissance du FBI. Seul son recueil de nouvelles  » En bas, les nuages » est très ancré dans notre époque avec toujours en arrière fond l’actualité, mais pour autant j’ai pas aimé. Trop pessimiste.
    Mais oui je vais lire. Pas maintenant mais je vais le lire
    Commentaire n°4 posté par san-tooshy le 12/11/2010 à 15h06

    Bonjour, C’était mon premier livre. J’ai trouvé une écriture fluide et imagée. Je pense en lire d’autres de cet auteur. Bon WE.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 12/11/2010 à 15h13
    Je serai brève : je fuis comme la peste les oeuvres qui se déroulent pendant la seconde Guerre mondiale. Je ne fais que de très rares et brèves incursions dans ce domaine. Mon histoire familiale est trop lourde pour que je puisse lire quoi que ce soit concernant cette période. Il est vrai que mes tantes m’ont raconté leurs souvenirs de cette période, et rien ne remplacera leurs témoignages.
    Commentaire n°5 posté par Sharon le 12/11/2010 à 20h36

    Comme je te comprends ! C’est de même pour moi, comme si je l’avais vécue cette guerre. Mais ce livre la survolle. L’histoire de l’eugénisme, que l’auteur aborde, s’est aussi passée dans d’autres pays. Mais bon, il y a tellement de livres qui doivent t’attendre, qu’il serait inutile de te faire mal avec celui-ci !! (Même s’il est bien…). Bonsoir et à bientôt.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 12/11/2010 à 20h48
    Ce titre me tente beaucoup! J’ai adoré la chambre des officiers du même auteur!
    Commentaire n°6 posté par pimprenelle le 14/11/2010 à 22h29

    Bonsoir, Je crois que ce livre est moins abouti que celui que tu cites. Mais il est quand même à recommander. Donc je t’incite à le lire. Bonne semaine.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 14/11/2010 à 23h34

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s